Villefontaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villefontaine
Pavillon des Quatre Vents.
Pavillon des Quatre Vents.
Image illustrative de l'article Villefontaine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton L'Isle-d'Abeau
Intercommunalité Communauté d'agglomération Porte de l'Isère
Maire
Mandat
Patrick Nicole-Williams
2016-2020
Code postal 38090
Code commune 38553
Démographie
Gentilé Villard(e)s
Population
municipale
18 463 hab. (2014)
Densité 1 588 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 51″ nord, 5° 08′ 58″ est
Altitude Min. 208 m
Max. 352 m
Superficie 11,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Villefontaine

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Villefontaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villefontaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villefontaine
Liens
Site web www.mairie-villefontaine.fr

Villefontaine (prononcé [vilfɔ̃.tɛn])[Note 1] est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Ville-centre d'une unité urbaine, elle fait elle-même partie de l'aire urbaine de Lyon. Seulement 33 km les séparent[1]. Avec 18 463 habitants en 2014[i 1], c'est la commune la plus peuplée issue de la ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau.

Ses habitants sont les Villard(e)s.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Villefontaine.

Située dans le Viennois (en Bas-Dauphiné), Villefontaine resta jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle un modeste village de type rural correspondant à ce qui est encore, en 2017, le quartier du "village".

Le territoire communal, situé également à l'extrémité de la partie orientale de l'agglomération lyonnaise, s'est fortement urbanisé à partir des années 1970, à la suite de la création de la ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau.

La mairie de Villefontaine est située à 80 km de Grenoble, préfecture de l'Isère, à 33 km de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, à 310 km de Marseille et de la Méditerranée et à 500 km de Paris, capitale de la France[1].

Communes limitrophes de Villefontaine
Saint-Quentin-Fallavier La Verpillière Frontonas
Vaulx-Milieu
Saint-Quentin-Fallavier Villefontaine Vaulx-Milieu
Bonnefamille Roche Four

Topographie[modifier | modifier le code]

Évolution territoriale de Villefontaine. En rouge, terrain perdu et en jaune terrains gagnés sur les communes voisines.

Les limites communales ont été modifiées à 3 reprises en 1982 et 1983[m 1]. En 1982, la commune de Roche ayant décidé de quitter la Ville Nouvelle[Note 2], une partie nord (195 ha) de son territoire est abandonnée au profit de Villefontaine[2], à proximité du hameau de Saint-Bonnet-de-Roche et du château de Vaugelas. Ces terrains constituent aujourd'hui les quartiers de Vaugelas et une partie de Saint-Bonnet (centre-ville)[m 1]. Début 1983, 4 000m² à proximité de l'étang d'Écorcheboeuf sont échangés avec la commune de la Verpillière contre 15 000m² qui créeront le quartier des Armières. La plus importante modification a lieu fin 1983, avec la cession d'une portion nord-est de la ville de Roche, qui constituera les quartiers des Fougères et Quincias[m 1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Villefontaine est située sur deux territoires naturels[m 2]: la plaine de la Bourbre, ou plaine de Lyon[3] au nord et à l'est et les collines du Bas-Dauphiné au sud et à l'ouest. La plaine offre un paysage relativement plat avec une altitude minimale de 200 m environ. Le point culminant de Villefontaine est la colline de Chavand (340 m)[m 2].

La géologie de la plaine de la Bourbre se caractérise par la superposition de différentes couches:

Coupe des terrains entre Luzais (Grenay) et Chamagnieu[4].
Type de terrains
0 m à 0,2 m Terre végétale
0,2 m à 1,2 m Argile limoneuse et graviers
1,2 m à 5,5 m Graviers et sable
5,5 m à 13,8 m Graviers, blocs et argile
13,8 m à 25,00 m Sable et graviers

Climat[modifier | modifier le code]

Villefontaine présente un climat de type semi-continental[5],[m 2]qui se caractérise par des précipitations plus importantes en été qu'en hiver. Les étés sont chauds et secs. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes. La présence d'étangs sur la commune entraine de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Article connexe : Climat de l'Isère.

Voici les températures minimales et maximales enregistrées en 2016 :

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 3,8 3,6 3,2 7,9 10,5 15,3 17 16,3 14,7 7,9 5,4 −0,2
Température maximale moyenne (°C) 10 10,4 12,3 16,4 20,4 24,7 28,3 28,8 26,1 15,8 11,7 6,1
Source : Climat de Villefontaine en 2016 sur linternaute.com, d'après Météo France.


Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les étangs[modifier | modifier le code]

L'étang Neuf des Fougères.

Sur le territoire communale se situent[6] l'étang de Saint-Bonnet (réserve naturelle régionale, qui s'étend aussi sur la commune de Vaulx-Milieu), l'étang de Vaugelas et l'étang Neuf. Villefontaine est limitrophe de l'étang de Fallavier au nord-ouest.

Les canaux d'assèchement[modifier | modifier le code]

La commune était une zone humide et marécageuse qui a été drainée[m 3]. Pour se faire, des canaux d'assèchement ont été aménagés. Les canaux de la Bourbre et du Catelan remplissent cette fonction et coulent au nord-est de la commune, le long de la voie autoroutière.

Article connexe : Bourbre.

Les autres cours d'eau[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de Turitin.

Villefontaine est également traversée par les ruisseaux de Turitin, de l'Aillat et de la Palud[7].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

La commune est située en zone de sismicité modérée[8],[9], soit de niveau 3 sur une échelle de 1 à 5, alors que le risque sismique en Isère varie, selon la localité, de 3 (modéré) à 4 (moyen)[10].

Villefontaine ne fait pas l'objet d'un programme de prévention du risque d'inondation[9], mais elle est recensée dans un atlas des zones inondables[Note 3] depuis octobre 1994, de par la présence de la Bourbre.

La commune de Villefontaine n'est pas exposée au risque de mouvements de terrain[9].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les voies routières[modifier | modifier le code]

Sortie No 6 de l'autoroute A43, en direction de Chambéry.

Le territoire est desservi par plusieurs voies routières : une autoroute, des routes départementales et des routes communales non numérotées[m 4].

  • L'autoroute A43-E 70 : Mise en service entre 1972 et 2001, l'A43 est gérée par l'AREA. Cette autoroute à péage relie directement la commune avec les agglomérations de Lyon, Grenoble et Chambéry ainsi qu'avec l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry. La commune est desservie par la sortie :Sortie 6 Villefontaine, La Verpillière, Vaulx-Milieu, L'Isle-d'Abeau-Parc Technologique
  • La RD1006 : L'ancienne « RN 6 », qui traverse le territoire communal dans sa partie méridionale était, jusqu'en 2006, une des plus grandes routes nationales françaises, elle a été déclassée en voie départementale sous l'appellation « RD1006 » de la limite avec le département du Rhône et de l'Isère jusqu'à la frontière italienne.
  • La RD313 : Elle traverse Villefontaine dans le sens S↔NO, de la limite avec Roche (RD36) jusqu'à Saint-Quentin-Fallavier (RD311).
  • La RD36 : Reliant Saint-Symphorien-d'Ozon à Bourgoin-Jallieu via Villefontaine[11], elle passe au sud de la commune et sert de frontière avec Roche. Légèrement déviée dans les années 1960, elle traversait le domaine de Vaugelas (ville de Roche). Cette route est le seul accès carrossable depuis Villefontaine pour rejoindre les quartiers excentrés des Fougères et Quincias.
  • La RD126 : Elle nait Place du 11 novembre 1918 dans le quartier du Village et rejoint Massonas (RD18).
  • La RD318 : Elle pour origine le rond-point de Gremda en centre-ville (RD313) et relie le rond-point de l'autoroute au niveau de la RD1006.

Villefontaine dispose d'un important réseau de routes à caractère communale, ainsi que 50 km de pistes cyclables[m 5]. Au sud-est, le quartier de Quincias (Fougères) est relié à Four par l'ancienne voie gallo-romaine.

223 odonymes recensés à Villefontaine
au 15 octobre 2017
Allée Avenue Bld Chaussée Chemin Clos Impasse Montée Passage Place Rue Square Traverse Autres Total
62 14 [N 1] 1 [N 2] 10 4 [N 3] 6 24 3 6 14 [N 4] 52 1 [N 5] 3 [N 6] 23 [N 7] 223
Notes « N »
  1. Dont Avenue de la Maladière, et Avenue des Pins.
  2. Boulevard de Villefontaine.
  3. Chemin de l'Aimant, Chemin des Brosses, Chemin des Cepes et Chemin des Picotieres, Chemin de Pouric.
  4. Dont Place Pierre Mendes France et Place du 11 Novembre 1918.
  5. Square des Charpennes.
  6. Traverse de la Pivoliere, Traverse des Bleuets et Traverse du Gamay.
  7. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Les lignes d'autobus[modifier | modifier le code]

Arrêt de bus dans le quartier des Fougères.

Villefontaine est reliée aux autres communes de sa communauté d'agglomération par un service de transports en commun dénommé, RUBAN. Une agence commerciale y est implantée.

Le réseau RUBAN est né en 2003 de la fusion de l'ancien réseau du SAN de L'Isle-d'Abeau et de l'ancien réseau TUB (Transports urbains berjalliens) de Bourgoin-Jallieu. Il se présente sous la forme d'un réseau avec de multiples fonctions :

  • un service, dit « Flexibus », de transport à la demande;
  • un service, dit « Mobi'bus », consacré au transport à la demande de personnes à mobilité réduite.
  • un réseau scolaire;
  • des lignes périurbaines;
  • des lignes urbaines.

Concernant les lignes urbaines, la commune est desservie par les lignes suivantes[12] :

Ligne Parcours
A L'Isle-d'AbeauGare SNCFSaint-Quentin-FallavierGare SNCF via Villefontaine
B Mas de la RazLa Verpillière — Mairie
F Saint-Bonnet — CentreLes Mollettes

Concernant le « Flexibus », la ligne 30 passe par Villefontaine[12] :

Ligne Parcours
30 Saint-Bonnet — CentreZA de Chesnes

Les lignes d'autocars[modifier | modifier le code]

Villefontaine est desservie par le réseau interurbain de l'Isère dénommé « Transisère »[13]. La gare routière de Saint-Bonnet Centre comprend un espace de vente, permettant la réalisation de la carte OùRA! et la vente de titres de transports de l'ensemble du réseau.

Lignes Dessertes Transporteurs
Express 1920
Bourgoin-JallieuLyon CarPostal Interurbain
Express 1930
L'Isle-d'AbeauLyon CarPostal Interurbain
Express 1940
Villefontaine ↔ Lyon CarPostal Interurbain
1350
Satolas-et-BonceLyon  ?
1410
Saint-Laurent-de-MureLe Pont-de-Beauvoisin Cars Faure
2990
VienneL'Isle-d'AbeauBourgoin-Jallieu CarPostal Interurbain

Covoiturage et autopartage[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération a mis en place un parc relais sur la commune, afin de favoriser le covoiturage. Ce parking se situe au stade de la Prairie[c 1].

En 2015, le système d'autopartage s'est installé à Villefontaine[m 6],[14]. Deux stations sont présentes: l'une en centre-ville et l'autre à proximité de l'échangeur d'autoroute[15].

Le transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Villefontaine ne dispose pas de gare, la plus proche étant celle de La Verpillière[m 4],[m 5]. Cependant, la ligne de Lyon-Perrache à Marseille-Saint-Charles (via Grenoble) a une emprise au nord-est de la ville. Le TER Lyon (Perrache ou Part-Dieu)/Saint-André-le-Gaz/Grenoble/Chambéry y circule. La gare TGV de Lyon-Saint-Exupéry est localisée à une vingtaine de kilomètres de Villefontaine.

Le transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry se situe à 18 km de Villefontaine.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Quartiers[modifier | modifier le code]

Ancienne épicerie, dans le quartier du Village.

Au sens de l'INSEE, on distingue plusieurs quartiers dans la commune[16] :

  • Centre - Saint-Bonnet - Muissiat;
  • Les Fougères;
  • Les Roches;
  • Les Armières - Le Mas de La Raz;
  • Les Picotières - Le Village;
  • Quincias;
  • Vaugelas.

Urbanisation[modifier | modifier le code]

Historiquement, jusqu'au milieu des années 1970, Villefontaine est constituée de différents lieux d'habitation, qui sont les quartiers suivants: Le Village, Le Ginet, Le Berthet et Le Pont. Le centre bourg se situe dans le quartier du village, lequel comprend la mairie-école, l'église et différents commerces (épicerie, café, restaurant).

La mutation urbaine commence en [c 2] avec la décision de création de la ville nouvelle.

Le premier nouveau quartier à sortir de terre est celui des Roches. Sa construction commence au début de l’hiver 1972-1973[17],[c 2], pour une livraison en 1974[m 7]. Il comporte à part égales des logements collectifs et individuels[17]. Pendant une dizaine d'années, jusqu'à l’émergence du quartier Saint-Bonnet, les Roches avec ses commerces et services assureront une fonction centrale à Villefontaine[18].

Le quartier de Servenoble se construit entre 1974 à 1977[19]. Les immeubles sur les hauteurs côtoient les maisons, qui elles, se situent à proximité de l'étang de Vaugelas[19].

Puis apparait en 1977 le chantier du quartier du Mas de la Raz[20]. Avec ses 452 logements, il est inauguré trois ans plus tard en 1980[m 7].

En 1980 débute la construction du quartier de Saint-Bonnet[c 2], du nom de l'étang voisin. Il est conçu comme le nouveau centre-ville de Villefontaine avec ses commerces et administrations[21]. La pose de la première pierre de la nouvelle mairie a lieu en 1982[m 7], pour une inauguration le 16 juin 1983.

À partir de 1983, le quartier des Fougères est intégré à Villefontaine[m 1]. Les prairies et vignes laissent la place à une urbanisation progressive[22]. Puis vient le tour du quartier de Quincias qui se développe jusqu'en 2003[m 8].

Urbanisme et sécurité[modifier | modifier le code]

Caméra de vidéosurveillance à Villefontaine.

Villefontaine possède une zone urbaine sensible (ZUS), éclatée en deux points distincts : Saint-Bonnet et Servenoble d'une part, Les Roches d'autre part[23]. Lors du recensement de 2009, cette ZUS est composée de 5 727 habitants répartis sur 70 hectares, soit 31 % des Villards sur seulement 7 % du territoire de la commune. Le chômage touche 29.5 % des ménages de cette population[23]. Les ZUS ont été supprimées et remplacées par les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) le 1er janvier 2015.

En 2004, le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy désigne Villefontaine comme l'un des 25 "points chauds" de France[24]. Il s'agissait de sites prioritaires bénéficiant du plan national de prévention et de répression des violences urbaines[25]. Villefontaine a été touchée par les émeutes urbaines de 2005[24].

Le , le ministère de l'intérieur, alors dirigé par Manuel Valls annonce que Villefontaine fait partie de la 3e vague de zone de sécurité prioritaire[24] parmi quinze autres villes ou quartiers en France.

Villefontaine est équipée d'une trentaine de caméras de vidéosurveillance[26]. Il est admis que celles-ci ont contribué à réduire la délinquance, comme dans le quartier de Servenoble[27].

Par ailleurs, Villefontaine compte 6 communautés de Voisins vigilants[28] couvrant la totalité de son territoire.

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Villefontaine et l'ensemble de l'Isère en 2013[i 2],[i 3]. Les résultats sont exprimés en pourcentages des parcs immobiliers respectifs : 7 281 logements pour Villefontaine, 625 906 pour l'ensemble du département.

Le logement à Villefontaine en 2014.
Villefontaine Isère
Part des résidences principales (en %) 95.7 84.4
Part des logements vacants (en %) 3.9 7.2
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 38.2 61,1

Par rapport à la situation générale de l'Isère, la part plus importante des résidences principales et des logements occupés laisse très peu de place aux résidences secondaires dont le taux est de 0,4%[Note 4] du parc d'habitations à Villefontaine contre 8,4% au niveau départemental. Seulement 38,2% des occupants de ces résidences principales en sont propriétaires[i 2], contre 61,1% pour l'ensemble de l'Isère[i 3].

Concernant l'ancienneté des logements, le graphique ci-dessous représente la répartition des logements par date d'achèvement[m 9].

Répartition des logements par date d'achèvement (en %) Villefontaine

  •      avant 1967 (2 %)
  •      de 1968 à 1974 (11 %)
  •      de 1974 à 1981 (42 %)
  •      de 1982 à 1989 (32 %)
  •      1990 et après (13 %)

Sur la globalité de l'habitat villard, le logement-type est une résidence principale (95.70%) occupée à titre locatif (61.80%) et construite entre et (74%). Il est à noter une forte proportion de logement social à Villefontaine : 77%[18], contre un moyenne nationale de 19% et un objectif de 25% en 2025 (loi Duflot I).

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Construction dans le quartier de Saint-Bonnet en mars 2014.

En 2013, a débuté un projet de grands travaux, nommé "cœur de Ville". Celui-ci a pour objectifs, entre autres, de redonner au quartier de Saint-Bonnet son fonction et sa lisibilité de centre-ville[m 10].

Depuis , un village de marques nommé The Village, est en cours de construction, à proximité de la sortie de l'autoroute A43. Le complexe se situant en partie sur la commune voisine de La Verpillière comprendra environ 80 boutiques et services ainsi qu'un lac artificiel[29]. Son ouverture est prévue pour le [30].

Article détaillé : The Village (centre commercial).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Noms successifs portés par le fief ou la paroisse :

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Territoire des Allobroges.

Durant l'Antiquité, la région de Villefontaine est peuplée par les Allobroges, un peuple gaulois dont le territoire était situé entre l'Isère, le Rhône et les Alpes du Nord. À partir de -121, ce territoire, nommé Allobrogie, est intégré dans la province romaine du Viennois avec pour capitale la cité de Vienne jusqu'au Haut Moyen Âge.

Le territoire de Villefontaine se situe en bordure de la voie romaine Alpis Graia reliant Vienne à Milan, via Bourgoin[36]. Cette voie fut construite entre 45 av. J.-C. jusqu’au milieu du Ier siècle apr. J.-C.. Des vestiges attestent d'une présence de l'homme à cette période[37]. Ainsi, des restes de poteries de tuiles de l'époque Gallo-romaine ont été retrouvés à proximité de l'église[37]. De son côté, le service régional de l'archéologie (DRAC) a recensé cinq sites romains et gallo-romains[m 1],[38]. Il s'agit d'une nécropole romaine mise au jour clos Mursiat, de vestiges d’habitat agricoles dans le quartier du Village, d'un ensemble d’habitat au Ginet, d'un site gallo-romain dans le quartier du Pont. Des vestiges romains ont également été découverts dans le quartier du Lémand.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le service régional archéologique mentionne deux sites médiévaux du Haut Moyen Âge au Lémand et Clos Mursiat[m 1]. La présence de deux maisons fortes est notée: il s'agit du Vellein et du Layet. Cette dernière, détruite en 1980 lors de la construction de la ville nouvelle a peut-être été édifiée à l'emplacement d’un prieuré carolingien[m 1]. Deux cimetières médiévaux ont également été découverts sur le territoire de Villefontaine[37], ainsi qu'un cadran canonial non daté. Un ouvrage recense un pont médiéval du XVe siècle sur la commune[39], mais celui-ci manque de précisions.

À partir de 1349[40] (Traité de Romans), la commune est située sur le territoire du Dauphiné, appartenant au Royaume de France.

En 1458, la population de Villefontaine est estimée à 30 feux, soit environ 300 personnes[37].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le château du Vellein - Détail.

L'époque moderne est marquée par la présence des familles Martel[41] et Vellein[42]. Les Martel sont propriétaires du château (ou maison forte) du Layet jusqu'en 1746[41]. Les premières traces de la famille Vellein datent de la fin du XVe siècle, d'origine paysanne, c'est Pierre Vellein qui fera entrer la famille dans la noblesse, sous Louis XIV[42]. Le domaine du Vellein, incluant le château éponyme, s'étendait alors jusqu'à l'actuel quartier des Roches[17]. La carte de Cassini dressée vers 1760 en fait mention[43].

Le XVIIIe siècle voit aussi la construction de l'église Saint-Martin[m 11],[44].

Économiquement, outre les travaux agricoles, les villards produisent des fibres de chanvre. Pour ce faire, la ville disposait au XVIIIe siècle, de deux moulins à eau[45]: celui de Montauban près de l'étang de Saint-Bonnet et celui du Pont. L’atlas de Trudaine de 1760 indique leur emplacement respectif[45].

Par le décret du 22 décembre 1789, Villefontaine quitte la province du Dauphiné et appartient dorénavant au département de l'Isère.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le moulin du Pont, de nos jours.

Au début du XXe siècle, avec l'arrivée l'électricité et la loi du 15 juin 1906, le moulin du pont voit son activité modifiée. En effet, il sera transformé en station électrique[45]. L'éclairage public de Villefontaine débute en 1909 et dans les années 1930, une quinzaine d'utilisateurs étaient raccordés au réseau. La station est désaffectée au moment du raccordement au réseau électrique national[45].

Lors de la Première Guerre mondiale, 26 villards vont perdre la vie[46]. En 1919, le projet de construction d'un monument aux morts voit le jour[46]. Celui-ci est livré le [46] et se situe sur la place du village.

Pour Villefontaine, les années 1970 sont indissociables du projet de ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau. Pendant l'hiver 1972-1973[17], débute la construction du premier quartier de la ville nouvelle; il s'agit des Roches. Puis vient la création des quartiers de Servenoble, du Mas de la Raz, de Saint-Bonnet et des Fougères.

Entre les recensements de 1968 et de 1990, la population est multipliée par 35[34], passant de 452 à 16 171 habitants.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Voici la situation administrative de Villefontaine depuis 1789:

Canton: De 1793 à 1801, Villefontaine fait partie du canton de Vaulx-Milieu, puis en 1801, de celui de La Verpillière. En 1985, elle intègre le canton de L'Isle-d'Abeau (dont elle sera le chef-lieu de 1985 à 2015[47]).

District, arrondissement: En 1790 la commune appartient au district de Vienne[34], et depuis 1972, à l'arrondissement de La Tour-du-Pin[34].

Département: 4 mars 1790[48], création du département de l'Isère, sur lequel se situe Villefontaine.

Région: De 1960[49] à fin 2015, Villefontaine appartient à la région Rhône-Alpes, puis à la région Auvergne-Rhône-Alpes depuis 2016[50].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les électeurs de Villefontaine se déplacent moins aux urnes que la moyenne nationale. En effet, pour la totalité des scrutins, l'abstention est supérieure à la moyenne.

Élection présidentielle de 2017[modifier | modifier le code]

En 2017, au deuxième tour des élections présidentielles, Emmanuel Macron (En marche !), élu, a obtenu 65,25 % des voix et Marine Le Pen (FN), 34,75 %. Le taux de participation s'est élevé à 69,15 %[73].

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 10 000 et 19 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 33[74]. Le , le maire Raymond Feyssaguet annonce sa démission[75]. Son premier adjoint, Patrick Nicole-Williams le remplace.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Voici la liste des maires de 1822 à nos jours[m 7]:

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1822 1832 Étienne Just Chollier
1832 1835 Joseph Vivier
1835 1848 Claude Lavigne
1848 1860 Joseph Vivier
1860 1870 Pierre Sibelle
1870 1871 Ambroise Bossy
1871 1876 Louis Curty
1876 1878 Jean Bourguignon
1878 1885 Louis Curty
1885 1888 Eugène Parent
1888 1896 Étienne Sibelle
1896 1900 Eugène Bournay
1900 1904 Jean Crassard
1904 1912 Edouard Pommier
1912 1919 Victor Melin
1919 1925 Gaston Basso
1925 1929 Laurent Vielle
1930 1933 François Magnard
1933 1935 Jean Bonnardel
1935 1944 Antonin Durand
1944 1959 Henri Bonnet
1959 1971 Pierre Terrieux
1971 1976 Sadi Desquesnes
1976 1988 Serge Mauroit PS
décembre 1988 mars 1989 Francis Noguer PS
mars 1989 juin 1995 Jean-Pierre Philippe PS
juin 1995 février 2016 Raymond Feyssaguet UDF puis DVD puis UDI[76] Conseiller départemental (2015-2016)
février 2016 en cours Patrick Nicole-Williams DVD
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le logo de la CAPI.

De 1972 à 1983, dans le cadre de la création de la ville nouvelle, Villefontaine appartient au syndicat communautaire d'aménagement de l'agglomération nouvelle de L'Isle-d'Abeau - SCANIDA[77].

De 1983 à 2005 elle fait partie du syndicat d'agglomération nouvelle - SAN[78].

Depuis 2007, Villefontaine est l'une des 22 communes qui composent la communauté d'agglomération Porte de l'Isère (CAPI). Cette dernière est peuplée de 100 000 habitants en 2013[c 3].

Services publics et sociaux[modifier | modifier le code]

La mairie propose tout un ensemble de services publics aux Villards. Villefontaine fait partie des 40 communes en Isère équipées pour les commandes de pièces d'identité et passeports[79],[m 12]. Un bureau de Poste est implanté en centre ville. Une mairie annexe et une agence postale communale sont également présentes dans chacune des maisons de quartiers des Fougères et des Roches.

La police municipale est installée dans le quartier de Saint-Bonnet et la gendarmerie nationale dans la zone artisanale de la Cruizille.

La ville dispose en outre: d'un centre des impôts, une agence Pôle Emploi[80], une antenne de la caisse d'allocations familiales[81], un point d'accueil de la caisse primaire d'assurance maladie[82], un bureau information jeunesse[83], un centre communal d'action sociale[m 13] et un foyer d'animation des retraités[m 14].

Les secours sont assurés par la caserne de pompiers de Saint-Quentin-Fallavier[m 15],[Note 5].

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La maison de la justice et du droit.

Villefontaine dispose d'une Maison de Justice et du Droit. Elle se situe dans le quartier du village, dans le bâtiment de l'ancienne mairie-école.

Villefontaine relève du tribunal d'instance de Vienne, du tribunal de grande instance de Vienne, de la cour d'appel de Grenoble, du tribunal pour enfants de Vienne, du conseil de prud'hommes de Vienne, du tribunal de commerce de Vienne, du tribunal administratif de Grenoble et de la cour administrative d'appel de Lyon[84].

Le centre de détention le plus proche est celui de Saint-Quentin-Fallavier.

Politique environnementale et écologie[modifier | modifier le code]

En 2017, Villefontaine a obtenu le label "2 libellules" (sur un maximum de 5) en tant que ville favorisant la biodiversité[85].

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

Station de pompage de la Prairie.

La Semidao, société d'économie mixte créée 1977[86] assure la gestion et distribution de l'eau à Villefontaine et onze autre communes[86]. L'eau potable de Villefontaine est issue des stations de pompage de La Ronta[87], de la Prairie[m 16] et de l'Alouette[87]. Lors du prélèvement du 1 août 2017, le pH constaté est de 7,20[88] unités pH (pour une référence de qualité comprise en ≥6,5 et ≤ 9 unités pH).

Le système d'évacuation de l'eau est séparatif. Les eaux des pluie sont évacuées vers la Bourbre via des bassins de rétention, alors que les eaux usées sont acheminées à la station d'épuration de Traffeyère, à Saint-Quentin-Fallavier[m 16].

Déchets ménagers[modifier | modifier le code]

Le Syndicat Mixte Nord Dauphiné (SMND) gère la collecte et le traitement des déchets de 69 communes[89] du Nord-Isère, dont Villefontaine. Trois collectes hebdomadaires[90] ont lieu: deux pour les déchets ménagers et une pour le tri sélectif. Les habitants de Villefontaine peuvent en outre se procurer des bacs pour le compostage de leurs déchets végétaux[91]. Villefontaine dispose d'une déchetterie, avenue du Lémand[m 17]. Cependant, celle-ci pouvant être saturée, les villards peuvent aussi utiliser celles des communes voisines[m 17], à Saint-Quentin-Fallavier et Roche.

Le taux de taxe d'enlèvement des ordures ménagères était de 15.69% en 2016 et 11.52% en 2017. Pour l'année 2018, il sera au taux uniformisé de 8.24% pour l'ensemble des communes de la communauté d'agglomération[c 4].

Écologie[modifier | modifier le code]

Malgré son aspect urbain, l'écologie fait aussi partie des préoccupations de Villefontaine.

La commune, conçue comme une "ville verte"[m 5] encourage l'usage des voies vertes, dont les déplacements sont parfois plus rapide qu'avec un véhicule motorisé[m 5].

Villefontaine renouvelle régulièrement son parc de véhicules communaux par des véhicules électriques depuis 2011[m 18]. Les acquisitions se sont sont poursuivi en 2014[m 19] et 2016[m 20]. Le parc électrique se compose ainsi de plusieurs citadines, d'un utilitaire et deux vélos.

Par ailleurs, depuis le [92], Villefontaine teste l'extinction nocturne partielle de l'éclairage public de minuit à 5 heures du matin[c 5],[m 21]. Onze axes sont concernés par ce dispositif[m 21]. Cette expérimentation qui a déjà lieu dans 12000 communes de France[c 5] et a pour but l'économie d'énergie et la limitation de la pollution lumineuse[m 22].

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec :

La ville est en partenariat avec :

Budget et fiscalité communale[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune disposait d'un budget de 27 793 000 € dont 21 866 000 € de fonctionnement et 5 927 000 € d'investissement[96], en augmentation de 15.1 % par rapport à 2014[96] et 10.9% par rapport à 2013.

Le budget de fonctionnement était financé à hauteur de 28 % par les impôts locaux, 3.2 % par d'autres impôts et taxes et 39.1 % par la dotation globale de fonctionnement[96].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[97],[Note 6].

En 2014, la commune comptait 18 463 habitants, en diminution de -0,42 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
345 264 322 509 503 521 519 505 541
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
504 462 459 451 418 409 414 408 412
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
414 392 345 432 450 509 455 395 398
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
467 452 1 694 9 719 16 171 17 766 18 407 18 082 18 463
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[98].)
Histogramme de l'évolution démographique
  • Pyramide des âges
Pyramide des âges à Villefontaine en 2014 en pourcentage[i 4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
1,9 
75 à 89 ans
1,9 
11,2 
60 à 74 ans
11,5 
16,5 
45 à 59 ans
18,4 
22,2 
30 à 44 ans
23,7 
17,9 
15 à 29 ans
19,4 
30,5 
0 à 14 ans
24,7 
Pyramide des âges en Isère en 2014 en pourcentage[i 5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,3 
5,9 
75 à 89 ans
8,6 
14,0 
60 à 74 ans
14,8 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,5 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,4 
0 à 14 ans
18,7 

La population de Villefontaine est relativement jeune puisqu'en 2014 près de 70 % des habitants ont moins de 45 ans[i 4], alors que cette tranche d'âge ne représente que 58 % de la population au niveau départemental[i 5].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Villefontaine est située dans l'académie de Grenoble. Pour la rentrée scolaire 2017-2018, elle accueille 990 élèves en classes maternelles et 1620 en élémentaires[m 23]. La ville concentre de nombreux établissements scolaires :

Écoles maternelles et élémentaires[m 24] :

  • Groupe scolaire Galilée (GS1), dans le quartier des Roches.
  • Groupe scolaire Louis-Pasteur (GS3), dans le quartier de Servenoble.
  • Groupe scolaire L'Étang (GS4), dans le quartier de Servenoble.
  • Groupe scolaire Le Mas de la Raz (GS8), dans le quartier Le Mas de la Raz.
  • Groupe scolaire Jules-Ferry (GS12), dans le quartier des Fougères.
  • Groupe scolaire Le Ruisseau (GS13), dans le quartier Saint-Bonnet.
  • Groupe scolaire Christophe-Colomb (GS18), dans le quartier Les Fougères, école élémentaire uniquement.
  • Groupe scolaire Les Armières (GS6), dans le quartier des Armières.
  • Groupe scolaire Buisson Rond (GS10), dans le quartier Saint-Bonnet.
  • Groupe scolaire Les Quatre Vents (GS22), dans le quartier des Fougères, école maternelle uniquement.

Collèges[m 25] :

Lycée[m 25] : Le lycée Léonard-de-Vinci (situé en ZUS) a été créé à la naissance de la Ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau en 1977. Il a été voulu comme un lycée expérimental afin d'accompagner le développement de cette nouvelle cité. Ce lycée a gardé de ses débuts un esprit pionnier, une spécialisation dans les technologies avancées. Il compte des classes de seconde générale à la terminale (baccalauréat S, ES, L, STG), ainsi que des filières de baccalauréat professionnel vente, accueil relation clients et usagers et un CAP Employé de commerce multi spécialités (ECMS)[99].

En 2016, le taux de réussite au bac au lycée Léonard-de-Vinci est de 92% pour les séries générales et technologiques[100] et de 67% pour les séries professionnelles[101].

Enseignements post-bac[m 25] :

Différents secteurs d'enseignement supérieur sont proposés au lycée Léonard-de-Vinci, avec la licence professionnelle Design de produits et packaging, un BTS Design de produits, un BTS Design graphique option B (Communication et Médias Numériques), un BTS audiovisuel avec ses 5 options.

Les Grands Ateliers: pôle d'Enseignement de recherche et d'expérimentation de la construction. Cet établissement a été fondé grâce aux partenariats entre plusieurs grandes écoles d'art et de design, les étudiants viennent de régions très diverses[102].

La Chambre de commerce et d'industrie (CCI) du Nord-Isère: Les CCI sont le deuxième formateur après l'Éducation nationale. Les formations initiales et l'alternance permettent aux étudiants et stagiaires d'acquérir compétences et employabilité dans des domaines aussi divers que le management, la gestion, la logistique, etc.

Autres formations :

Depuis [m 26], Villefontaine dispose d'une Maison des Compagnons du Devoir et du Tour de France. Elle regroupe un centre de formation ainsi qu'une centaine de logements[m 27].

Santé[modifier | modifier le code]

Villefontaine compte une quinzaine de médecins généralistes[103], une demi-douzaine de dentistes[104], autant de kinésithérapeutes[105] et de pharmacies[106]. D'autres spécialités sont représentées comme l'acuponcture, l'orthophonie, la psychiatrie... Un cabinet de radiologie et d'infirmières ainsi qu'un laboratoire d'analyses se situent également sur la commune.

Un hôpital de jour est également présent. Il est situé dans le centre Simone Signoret[m 28]. Son déménagement est prévu au printemps 2018[m 28] dans un nouveau bâtiment, qui accueillera aussi des activités de l'établissement de santé mentale des Portes de l'Isère.

Le centre hospitalier le plus proche se situe à 10 km, au Médipôle de Bourgoin-Jallieu[107], lequel dispose d'un service des urgences et d'un service mobile d'urgence et de réanimation.

Une clinique vétérinaire est installée en centre-ville. Elle comprend douze vétérinaires et autant d'assistants[108]. Elle assure les urgences 24h/24 toute l'année.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Villefontaine propose de manière régulière les manifestations et festivités suivantes[m 29]:

  • Fête de la vie associative (Parc du Vellein)
  • Les Rencontres Chorales du Nord-Isère (Biennale)
  • Projections en plein air l'été
  • Salon du livre policier
  • Fête du 8 décembre
  • Marché de Noël

À cela s'ajoutent les manifestations plus "classiques": carnaval, fête de la musique, feu d'artifice du 14 juillet, forum des associations, journées du patrimoine...

Vie associative[modifier | modifier le code]

Villefontaine compte plus de 230 associations en 2016[m 30].

Depuis novembre 2007, Villefontaine est le siège social de l'association "Chorales en Chœur" qui fédère quelques dizaines de chorales de tout le nord du département Isère. Cette association coproduit avec la commune un festival biennal « Les Rencontres Chorales du Nord-Isère » autour d'ateliers faisant découvrir à chaque choriste des traditions et des expériences vocales nouvelles d'une part et d'un spectacle original réunissant de nombreuses chorales devant un large public d'autre part[109].

Le club d'astronomie Sirius accueille les amoureux du ciel nocturne depuis la fin des années 1980.

Sports[modifier | modifier le code]

Villefontaine regorge d'équipements sportifs variés pour accueillir une multitude de sports différents, comme[m 31],[m 32] : trois stades, quatre gymnases, une piscine, deux terrains de boules, des terrains de beach-volley, le centre tennistique Marcel Bernard, un bike park, un terrain de baseball, un skatepark et un terrain de tir à l'arc.

La ville possède un nombre important d'associations sportives, les activités proposées dans la ville sont diverses. C'est pourquoi chaque année est organisé un forum des associations (début septembre) où la plupart d'entre elles sont réunies.

La commune dispose d'un club de baseball, l'ASVF Baseball Dragons, dont les équipes évoluent au Stade de la Perredière, près de l'étang de Fallavier.

La ville possède aussi un club de volley-ball, l'ASVF Volley Beach-Volley. Le club compte une équipe féminine et deux équipes masculines engagées en championnat FSGT, ainsi qu'une équipe loisirs participant à un championnat avec les clubs des communes voisines.

Médias[modifier | modifier le code]

La station de proximité France 3 Alpes est reçue à Villefontaine[Note 7], ainsi que France 3 Rhône-Alpes[Note 7].

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Isère, Radio ISA, Hot radio, Tonic radio et Couleurs FM (basée à Bourgoin-Jallieu[110]). De par sa proximité avec le Rhône, la plupart des radios lyonnaises peuvent être reçues.

La presse locale est essentiellement écrite par Le Dauphiné libéré, dans son édition de Bourgoin-Jallieu et Nord-Dauphiné. L'information institutionnelle est assurée par plusieurs publications périodiques : le bulletin municipal Vivre Villard[m 33], le magazine trimestriel de la communauté d'agglomération Ici l'Agglo[c 6] et Isère Magazine, mensuel diffusé par le conseil général de l'Isère[111].

L'accès à internet à très haut débit, via la fibre optique est en cours d'installation depuis mars 2017[112]. Les travaux sur la commune sont prévus jusqu'à fin 2019[m 34].

Cultes[modifier | modifier le code]

Catholique : la paroisse Saint-Paul des quatre vents a son siège sur la commune. Elle dépend du diocèse de Grenoble-Vienne et de l'archidiocèse de Lyon. Dans le quartier du village, se situe l'église Saint-Martin, du XVIIIe siècle. Cependant, certaines célébrations ont lieu au Centre paroissial Saint-Paul (anciennement centre œcuménique[113]), dans le quartier de Saint-Bonnet.

Villefontaine est un lieu de mission de la Communauté du Chemin Neuf[114].

Musulman : la mosquée Dar Essalam est implantée dans le quartier des Roches depuis juillet 2012[115]. De par sa taille, il s'agit de la deuxième plus grande mosquée de l'Isère, après celle d'Échirolles[115].

Protestant : une église protestante évangélique est implantée non loin du théâtre du Vellein et de l'étang de Fallavier depuis 1985[116].

Les Témoins de Jéhovah disposent d'un local à Villefontaine[117], rue Benoît Frachon.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Comparaison des indicateurs de revenus et fiscalité à Villefontaine et dans l'ensemble de l'Isère en 2013[i 6],[i 7] :

Villefontaine Isère variation
Revenu net déclaré par foyer fiscal (en €) 17 448 21 213 - 17,7 %
Part des foyers fiscaux imposables sur l'ensemble des foyers fiscaux (en %) 46.2 61.5 - 24,9 %

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage des 15-64 ans en 2014 est de 19.2%[i 1], contre 14% au niveau national.

En 2015, la population active se répartit comme suit: Part de l'agriculture: 0,2%; Industrie: 3,3%, Construction: 10,8%, Commerce, transports et services divers: 65,4% et administration publique, enseignement, santé et action sociale: 20,3%[i 1].

Répartition de la population active (en %) Villefontaine

  •      Agriculture (0,2 %)
  •      Industrie (3,3 %)
  •      Construction (10,8 %)
  •      Commerce, transports et services (65,4 %)
  •      Administration publique, enseignement, santé et action sociale (20,3 %)

Répartition de la population active (en %) France

  •      Agriculture (6 %)
  •      Industrie (5,3 %)
  •      Construction (10,1 %)
  •      Commerce, transports et services (64,8 %)
  •      Administration publique, enseignement, santé et action sociale (13,8 %)

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Tissu économique 
Le tableau ci-dessous détaille les établissements actifs à Villefontaine par secteur d'activité au regard du nombre de salariés[i 8] :
Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2015.
Total  % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 946 100,0 693 181 42 21 9
Agriculture, sylviculture et pêche 2 0,2 2 0 0 0 0
Industrie 31 3,3 22 5 2 1 1
Construction 102 10,8 76 23 3 0 0
Commerce, transports, services divers 619 65,4 466 120 18 11 4
dont commerce et réparation automobile 190 20,1 148 33 4 4 1
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 192 20,3 127 33 19 9 4
Champ : ensemble des activités.

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'offre touristique de Villefontaine consiste en deux hôtels, de 2 et 4 étoiles[i 9], d'une capacité respective de 28 et 189 chambres. Ceci correspond à environ 1.17 chambre pour 100 habitants. À titre de comparaison, au niveau départemental, l'Isère compte environ 0.85[i 10] chambre pour 100 habitants.

Villefontaine ne dispose pas de camping, ni de chambre d’hôtes et/ou Gîtes de France[120]. Ces types d'hébergements de situent dans les communes alentours, à Saint-Alban-de-Roche, Panossas ou Saint-Georges-d'Espéranche[120].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Pavillon des Quatre Vents, en haut du quartier des Fougères.

Bien que son essor commence au milieu des années 1970, Villefontaine a une histoire de plusieurs siècles, comme en témoignent les lieux et monuments historiques de son territoire[m 35]:

Le Pavillon des quatre vents, labellisé Patrimoine en Isère[121], était originellement sur la commune de Roche, à la frontière avec Vaulx-Milieu. Depuis 1983, ce monument est situé sur Villefontaine, dans le quartier de Fougères.

Le Domaine de la Terre ou Village Terre, créé en 1985, est un exemple d'ensemble architectural contemporain formé de constructions en pisé (terre crue). Le projet, réalisé par l'OPAC, l'Établissement Public d’Aménagement de la Ville Nouvelle et le Centre de recherche et d’Application Terre (CRATerre, aujourd'hui un laboratoire de recherche lié à l’école nationale supérieure d'architecture de Grenoble) avait une dimension de promotion d'une recherche architecturale et technique liée à ce mode de construction. Composé de 65 logements[122] HLM, l'ensemble comporte 45% de logements en pisé, 45% en blocs de terre comprimée et 10% en terre paille. Cette réalisation est classée depuis 2008 parmi les 45 trésors du développement durable de la Région Rhône-Alpes[m 36],[123].

Le château du Vellein.

Le château du Vellein, originellement du XVIe ou XVIIe siècle[124] était une propriété privée appartenant à la famille éponyme. Sa forme actuelle date de 1730-1750[125]; Joseph de Velleins le possédait alors. Deux siècles plus tard, n'ayant plus de successeurs, le château est vendu dans le cadre de la construction de la ville nouvelle. Mais laissé à l'abandon et sans entretien, il est en proie aux pilleurs[125]. Suite à un incendie[126], il est actuellement à l'état de ruines et n'a plus de toiture.

L'Église Saint-Martin de Villefontaine, du XVIIIe siècle;

Le château du Layet, dont il ne reste que deux arches soutenant une terrasse;

Une ancienne ferme à proximité du château de Vaugelas. Le château lui-même se situe sur la commune de Roche[19].

Ainsi que sept sites gallo-romains et médiévaux[m 1],[38] recensés par le service régional de l'archéologie (DRAC).

Équipements et patrimoine culturels[modifier | modifier le code]

Maison Levrat.

Villefontaine est dotée d'un cinéma, nommé Le Fellini[127]. Ouvert en 1994, il est composé de 4 salles et accueille 604 places[m 37]. Ce cinéma d'art et d'essai a été conçu par l'architecte Manuelle Gautrand en 1992[128].

La commune est aussi dotée d'une salle de spectacle intercommunale, le Théâtre du Vellein[c 7], qui a obtenu en 2010 le label « Scène régionale Rhône-Alpes » pour la 4e fois[129].

Un établissement annexe du conservatoire[m 32] à rayonnement départemental de la communauté d'agglomération, dont le siège est à Bourgoin-Jallieu, est installé dans l'ancienne école de musique, Gui-d'Arrezzo, de la commune.

Écomusée du Nord-Dauphiné (Maison Levrat, rue du Lac) : dédié à la muséographie et à la culture vivante de son entourage, l'établissement a été responsable de la publication de plusieurs livres. Il a aussi accueilli expositions et séances[130],[131].

La ville dispose d'une médiathèque[m 38] dans le quartier de Saint-Bonnet, mais aussi deux bibliothèques municipales, dans les quartiers des Fougères et des Roches. De nombreuses lectures et rencontres culturelles y sont organisées.

Zones naturelles protégées[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de type I et II (en vert) de Villefontaine.

La commune abrite tout ou partie de six zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I[132],[m 39]:

Les étangs de Saint-Bonnet, Neuf et Vaugelas : Celle-ci comporte la réserve naturelle régionale de l'étang de Saint-Bonnet. Classée en 1987, elle occupe une surface de 51,4 hectares[133]. L'étang Neuf se situe dans le quartier des Fougères. L'étang de Vaugelas, qui, malgré la proximité de deux routes départementales, est un écrin de verdure, avec en arrière-plan les immeubles du quartier de Servenoble. Un circuit de 1,1 kilomètre en fait le tour complet.

L'étang de Fallavier et le vallon du Layet, y compris le parc de Fallavier (ou parc Levrat, du nom de son ancien propriétaire[134]). Situé à proximité de l'étang de Fallavier, ce parc conçu au XIXe siècle est inscrit depuis 1989 au pré-inventaire général du patrimoine culturel[135], dans la catégorie des jardins remarquables.

Les zones humides reliques de la vallée de la Bourbre;

Le bois de Turirin, le vallon de l’Aillat;

Les anciennes carrières d'Ecorcheboeuf;

Le plateau de la ferme Chavant.

Une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type II est présente[132]. Il s'agit de l'ensemble fonctionnel des vallées de la Bourbre et du Catelan, au nord-est de Villefontaine.

Villefontaine abrite également la zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager de l’espace naturel de Fallavier[136].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Villefontaine bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[137]. Villefontaine dispose de 125 hectares d'espaces verts[m 40].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le "e" central de Villefontaine est muet.
  2. Recours pour excès de pouvoir en Conseil d'État le 24 août 1977.
  3. 38DDT19940003 - AZI de la Bourbre.
  4. Les résidences principales sont ajoutées aux logements vacants. Il en résulte le pourcentage de résidences secondaires.
  5. Le centre de secours de Villefontaine a fermé en 1998 et était situé rue Benoît Frachon.
  6. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  7. a et b France 3 Alpes a pour zone de diffusion l'Isère, la Savoie et la Haute-Savoie, alors que France 3 Rhône-Alpes couvre l'Ain, l'Ardèche, la Drôme, la Loire et le Rhône.

Références[modifier | modifier le code]

Références issues du site de la mairie de Villefontaine
  1. a, b, c, d, e, f, g et h « Plan local d'urbanisme de Villefontaine p. 20 » (consulté le 20 août 2017).
  2. a, b et c « Plan local d'urbanisme de Villefontaine p. 27 » (consulté le 16 septembre 2017).
  3. « Paysages et trame verte » (consulté le 26 septembre 2017).
  4. a et b « Plan local d'urbanisme de Villefontaine p. 52 » (consulté le 24 septembre 2017).
  5. a, b, c et d « Transports et déplacements » (consulté le 11 septembre 2017).
  6. « Mobilité - Autopartage » (consulté le 7 septembre 2017).
  7. a, b, c et d « Les grandes dates » (consulté le 13 novembre 2017).
  8. « Plan local d'urbanisme de Villefontaine p. 15 » (consulté le 20 août 2017).
  9. « Plan local d'urbanisme de Villefontaine p. 14 » (consulté le 20 novembre 2017).
  10. « Rénovation Urbaine, Les grands principes » (consulté le 20 août 2017).
  11. « Plan local d'urbanisme de Villefontaine p. 19 » (consulté le 8 octobre 2017).
  12. « Les démarches administratives » (consulté le 27 août 2017).
  13. « Centre communal d'action sociale » (consulté le 9 septembre 2017).
  14. « Foyer d'animation des retraités » (consulté le 9 septembre 2017).
  15. « Contacts utiles » (consulté le 27 août 2017).
  16. a et b « Plan local d'urbanisme de Villefontaine p. 42 » (consulté le 30 septembre 2017).
  17. a et b « Les déchèteries » (consulté le 10 septembre 2017).
  18. « Vivre Villard N°59 p. 12 » [PDF] (consulté le 8 novembre 2017).
  19. « La ville vient d’acquérir 4 nouveaux véhicules électriques ! » (consulté le 8 novembre 2017).
  20. « Nouveau véhicule électrique pour les services techniques de la ville » (consulté le 8 novembre 2017).
  21. a et b « Expérimentation de l’extinction nocturne partielle » (consulté le 8 novembre 2017).
  22. « Vivre Villard N°86 p. 6 » [PDF] (consulté le 8 novembre 2017).
  23. « Vivre Villard N°86 p. 5 » [PDF] (consulté le 27 septembre 2017).
  24. « Les écoles élémentaires et primaires » (consulté le 3 septembre 2017).
  25. a, b et c « Les collèges, les lycées, les études post-bac » (consulté le 3 septembre 2017).
  26. « Maison des Compagnons du Devoir et du Tour de France » (consulté le 21 octobre 2017).
  27. « Vivre Villard N°85 p. 10 » [PDF] (consulté le 21 octobre 2017).
  28. a et b « Vivre Villard N°85 p. 4 » [PDF] (consulté le 29 octobre 2017).
  29. « Les évènements réguliers » (consulté le 31 août 2017).
  30. « Annuaires des associations » [PDF] (consulté le 31 août 2017).
  31. « Équipements » (consulté le 3 septembre 2017).
  32. a et b « Plan local d'urbanisme de Villefontaine p. 26 » (consulté le 16 septembre 2017).
  33. « Bulletin municipal » (consulté le 3 septembre 2017).
  34. « Le très haut débit arrive sur Villefontaine » (consulté le 4 septembre 2017).
  35. « Plan local d'urbanisme de Villefontaine p. 19 » (consulté le 26 septembre 2017).
  36. « Le village terre » (consulté le 25 septembre 2017)
  37. « Le cinéma Fellini » (consulté le 19 septembre 2017).
  38. « La médiathèque » (consulté le 3 septembre 2017).
  39. « Plan local d'urbanisme de Villefontaine p. 33-34 » (consulté le 30 septembre 2017).
  40. « Plan local d'urbanisme de Villefontaine p. 33 » (consulté le 26 septembre 2017).
Références issues du site de la communauté d'agglomération Porte de l'Isère
  1. « Les parcs-relais » (consulté le 7 septembre 2017).
  2. a, b et c « Centre Simone Signoret 30 ans, l'exposition p. 2 » [PDF] (consulté le 13 novembre 2017).
  3. « Découvrir la CAPI » (consulté le 24 février 2014).
  4. « Ici l'Agglo N°32 p. 10 » [PDF] (consulté le 12 octobre 2017).
  5. a et b « Ici l'Agglo N°32 p. 2 » [PDF] (consulté le 8 novembre 2017).
  6. « Ici l'Agglo » (consulté le 10 septembre 2017).
  7. « Le Théâtre du Vellein » (consulté le 3 septembre 2017).
Données fournies par l'Insee
Autres sources
  1. a et b « Page des distances entre Villefontaine et les grandes villes de France », sur le site annuaire-mairie.fr (consulté le 27 août 2017).
  2. Stéphane Rabilloud, Gouverner les villes nouvelles, Le Manuscrit, , p. 353.
  3. « Les 17 régions naturelles de l'Isère » [PDF], sur le site isere.gouv.fr (consulté le 25 septembre 2017).
  4. « Étude géophysique - Plaine de la Bourbre inférieure p. 5 », (consulté le 18 septembre 2017).
  5. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes » [PDF], sur auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 27 août 2017).
  6. « L'eau dans la commune de Villefontaine », sur le site sierm.eaurmc.fr (consulté le 27 août 2017).
  7. « Ruisseaux de l'Alliat et de Palud » [PDF], sur le site isere.gouv.fr (consulté le 27 août 2017).
  8. « Département : 38. Commune : Villefontaine », sur le site planseisme.fr, le site internet de la prévention du risque sismique (consulté le 18 septembre 2017).
  9. a, b et c « Informations sur les risques », sur le site georisques.gouv.fr (consulté le 18 septembre 2017).
  10. « Zonage sismique de la France », sur le site ecologique-solidaire.gouv.fr (consulté le 18 septembre 2017).
  11. « Route départementale française D36 (38) », sur le site routes.wikia.com (consulté le 11 septembre 2017).
  12. a et b « Horaires et arrêts », sur le site rubantransport.com (consulté le 30 août 2017).
  13. « Plan du réseau Transisère 2017-2018 » [PDF], sur le site transisere.fr (consulté le 30 août 2017).
  14. « Autopartage », sur le site itinisere.fr (consulté le 7 septembre 2017).
  15. « Les stations Citiz en Alpes-Loire », sur le site alpes-loire.citiz.coop (consulté le 7 septembre 2017).
  16. « Système d'information géographique de la politique de la ville », sur le site sig.ville.gouv.fr (consulté le 31 août 2017).
  17. a, b, c et d « Les Roches », sur pierres-et-terres.org (consulté le 13 novembre 2017).
  18. a et b « Villefontaine (Isère) - Saint-Bonnet », sur Association Régionale Rhône-Alpes des organismes de logement social (consulté le 13 novembre 2017).
  19. a, b et c « Servenoble », sur pierres-et-terres.org (consulté le 13 novembre 2017).
  20. « Le Mas-de-la-Raz », sur pierres-et-terres.org (consulté le 13 novembre 2017).
  21. « Saint-Bonnet », sur pierres-et-terres.org (consulté le 13 novembre 2017).
  22. « Les Fougères », sur pierres-et-terres.org (consulté le 13 novembre 2017).
  23. a et b « Système d'information géographique de la politique de la ville », sur le site sig.ville.gouv.fr (consulté le 28 août 2017).
  24. a, b et c « Création de 16 nouvelles Zones de Sécurité Prioritaires (ZSP) - dossier de presse », sur www.liberation.fr, (consulté le 27 septembre 2017)
  25. « Propositions d'orientations pour la mise en place de contrats locaux de sécurité de nouvelle génération » [PDF], sur le site interieur.gouv.fr (consulté le 28 septembre 2017).
  26. « La tactique des gendarmes », sur le site lepoint.fr (consulté le 27 septembre 2017).
  27. « A l'Isle d'Abeau, la vidéo-surveillance fait débat », sur le site lessor38.fr (consulté le 27 septembre 2017).
  28. « Voisins Vigilants de Villefontaine », sur le site voisinsvigilants.org (consulté le 28 septembre 2017).
  29. « Isère : l'ouverture du village de marques de Villefontaine est annoncée pour le 4 avril 2018 », sur le site francebleu.fr (consulté le 4 janvier 2017).
  30. « Le Village de marques de Villefontaine ouvrira en avril 2018 », sur le site de lessor38.fr (consulté le 4 janvier 2017).
  31. a, b et c « Le nom de Villefontaine », sur oocities.org (consulté le 5 novembre 2017).
  32. a, b et c « Villefontaine, un nom étrange », sur pierres-et-terres.org (consulté le 5 novembre 2017).
  33. « Noms de lieux de Suisse Romande, Savoie et environs », sur le site henrysuter.ch (consulté le 29 août 2017).
  34. a, b, c, d, e, f et g Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Baudouin, Laporte, Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France : SAL - Z, CLD, , p. 419.
  36. « De Rome à Vienne... », sur iseremag.fr (consulté le 5 octobre 2017).
  37. a, b, c et d « La période gallo-romaine et le haut moyen-âge. », sur oocities.org (consulté le 6 octobre 2017).
  38. a et b « Patrimoines villards », sur le site pierres-et-terres.org (consulté le 25 septembre 2017).
  39. (ang) Marjorie Nice Boyer, Medieval French Bridges. A History, Cambridge: Massachusetts, The Mediaeval Academy of America, (ISBN 0-910956-58-8), p. 171–195
  40. Marie-Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne), p. XXXIV
  41. a et b « Les châteaux », sur oocities.org (consulté le 8 octobre 2017).
  42. a et b « Les Vellein », sur oocities.org (consulté le 8 octobre 2017).
  43. « Les cartes », sur oocities.org (consulté le 8 octobre 2017).
  44. « L'église de Villefontaine », sur oocities.org (consulté le 8 octobre 2017).
  45. a, b, c et d « Le Moulin du Pont », sur pierres-et-terres.org (consulté le 8 octobre 2017).
  46. a, b et c « Le Monument aux morts 1914-1918 », sur pierres-et-terres.org (consulté le 9 octobre 2017).
  47. Décret no 2014-180 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Isère.
  48. « Lettres-patentes du Roi », données à Paris au mois de janvier 1790, commençant par « L'Assemblée nationale a décrété le 22 du mois dernier [...] Art. Ier : Il sera fait une nouvelle division du royaume en départemens, tant pour la représentation que pour l'administration. Ces départemens seront au nombre de soixante-quinze à quatre-vingt-cinq. »
  49. Décret no 60-516 du 2 juin 1960 portant harmonisation des circonscriptions administratives.
  50. « Adoption par l'assemblée le passage de 22 régions métropolitaines à 13 », sur le site Le Monde.fr (consulté le 3 septembre 2017).
  51. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  52. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  53. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  54. Résultats des élections présidentielles de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  55. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  56. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  57. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  58. Résultats des élections législatives de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  59. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  60. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  61. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  62. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  63. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  64. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  65. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  66. Résultats des élections départementales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  67. [xls] Résultats des élections municipales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  68. Résultats des élections municipales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  69. Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  70. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  71. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  72. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  73. « Commune de Villefontaine - Résultats de la commune au 2d tour », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 30 septembre 2017).
  74. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  75. « Je vous dis au revoir, mais pas adieu ! », sur le site leprogres.fr (consulté le 30 septembre 2017).
  76. « Villefontaine: Raymond Feyssaguet à l'UDI », sur le site www.ledauphine.com.
  77. Décret du 11 août 1972 portant création de l'agglomération nouvelle de L'Isle-d'Abeau sur Légifrance.
  78. Décret no 2005-1710 du 28 décembre 2005 considérant comme terminées les opérations de construction et d'aménagement de l'agglomération nouvelle de L'Isle-d'Abeau sur Légifrance.
  79. « Liste des communes concernées », sur le site passeport.ants.gouv.fr (consulté le 27 août 2017).
  80. « Votre Pôle Emploi : Agence Villefontaine », sur le site pole-emploi.fr (consulté le 9 septembre 2017).
  81. « Villefontaine - Antenne prestations », sur le site caf.fr (consulté le 9 septembre 2017).
  82. « Agence de Villefontaine », sur le site ameli.fr (consulté le 9 septembre 2017).
  83. « Bureau Information Jeunesse - Villefontaine », sur le site cidj.com (consulté le 9 septembre 2017).
  84. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le 3 septembre 2017).
  85. « Les collectivités labellisées », sur le site www.capitale-biodiversite.fr (consulté le 27 octobre 2017).
  86. a et b « La Semidao, entreprise publique locale », sur le site semidao.fr (consulté le 10 septembre 2017).
  87. a et b « La distribution de l'eau potable », sur le site semidao.fr (consulté le 10 septembre 2017).
  88. « Paramètres analytiques - Villefontaine », sur le site orobnat.sante.gouv.fr (consulté le 10 septembre 2017).
  89. « Histoire du syndicat », sur le site smnd.fr (consulté le 10 septembre 2017).
  90. « Tournées Villefontaine » [PDF], sur le site smnd.fr (consulté le 10 septembre 2017).
  91. « Ma commune : Villefontaine », sur le site smnd.fr (consulté le 10 septembre 2017).
  92. « Villefontaine va éteindre l'éclairage public la nuit », sur le site lessor38.fr (consulté le 8 novembre 2017).
  93. a, b, c et d « Annuaire des Villes Jumelées », sur le site www.afccre.org (consulté le 6 décembre 2014).
  94. « Comité de jumelage de Villefontaine, Urmenis », sur le site www.c-j-v.fr (consulté le 3 septembre 2017).
  95. « Association Villefontaine Ouan (Mali) », sur le site villefontaine-ouan.asso-web.com (consulté le 3 septembre 2017).
  96. a, b et c « Les comptes de communes », sur le site impots.gouv.fr (consulté le 28 août 2017).
  97. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  98. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  99. « Lycée Léonard de Vinci », sur le site de l'académie de Grenoble (consulté le 3 septembre 2017).
  100. « Fiche lycée Léonard de Vinci », sur le site education.gouv.fr (consulté le 28 août 2017).
  101. « Fiche lycée Léonard de Vinci », sur le site education.gouv.fr (consulté le 28 août 2017).
  102. « Le concept », sur le site lesgrandsateliers.org (consulté le 28 août 2017).
  103. « Médecin Généraliste à Villefontaine », sur le site allo-medecins.fr (consulté le 8 septembre 2017).
  104. « Dentiste à Villefontaine », sur le site allo-medecins.fr (consulté le 8 septembre 2017).
  105. « Kinésithérapeute à Villefontaine », sur le site allo-medecins.fr (consulté le 8 septembre 2017).
  106. « Pharmacie à Villefontaine », sur le site allo-medecins.fr (consulté le 8 septembre 2017).
  107. « Accès Centre Hospitalier », sur le site ch-bourgoin.fr (consulté le 8 septembre 2017).
  108. « Page d'accueil », sur le site veterinaire-armonia.com (consulté le 8 septembre 2017).
  109. « Chorales en Chœurs en Nord-Isère », sur le site chorales-ni.fr (consulté le 3 septembre 2017).
  110. « Contactez-nous », sur le site couleursfm.com (consulté le 3 septembre 2017).
  111. « Isère Magazine », sur le site internet du conseil général de l'Isère (consulté le 3 septembre 2017).
  112. « Isère THD: premier coup de pioche à Villefontaine », sur isere.fr (consulté le 4 septembre 2017).
  113. « Horaire et lieux des messes », sur le site de la paroisse Saint-Paul des quatre vents (consulté le 2 septembre 2017).
  114. « Frontonas - La vie dans le village - Vie paroissiale », sur le site de la Commune de Frontonas', (consulté le 20 octobre 2011).
  115. a et b « La mosquée Dar Essalam de Villefontaine », sur le site desdomesetdesminarets.fr (consulté le 3 septembre 2017).
  116. « Qui sommes-nous », sur le site epevillefontaine.fr (consulté le 3 septembre 2017).
  117. « Les Témoins de Jéhovah en Isère », sur le site temoinsdejehovah.org (consulté le 8 septembre 2017).
  118. « Les sites », sur le site de la CCI nord-Isère (consulté le 3 septembre 2017).
  119. « Visite du datacenter HP à Lyon », sur le blog openSyd (consulté le 3 septembre 2017).
  120. a et b « Location de vacances à Villefontaine - Gîtes de France® », sur le site de la SAS Gîtes de France (consulté le 18 septembre 2017).
  121. « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr, Conseil Général de l'Isère (consulté le 4 août 2014).
  122. « Le Domaine de la Terre », sur le site pierres-et-terres.org (consulté le 25 septembre 2017).
  123. « Villefontaine - 65 logements HLM construits... en terre », sur le site ledauphine.com, (consulté en juillet 2017).
  124. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), p. 715.
  125. a et b « Château du Vellein », sur le site chateau-fort-manoir-chateau.eu (consulté le 26 septembre 2017).
  126. « Les châteaux », sur oocities.org (consulté le 8 octobre 2017).
  127. « Le Fellini », sur le site allocine.fr (consulté le 3 septembre 2017).
  128. « Cinema Theater », sur le site manuelle-gautrand.com (consulté le 19 septembre 2017).
  129. « Som infos interview », sur le site de Couleurs FM.
  130. « Muséographie et culture vivante. L'écomusée du Nord-Dauphiné à Villefontaine (conservateur Jacques Vallerant), Geneviève Herberich-Marx, Freddy Raphaël » [PDF], sur le site revue-des-sciences-sociales.com (consulté le 17 janvier 2015).
  131. « Terrain, Philippe Mairot », sur le site terrain.revues.org (consulté le 17 janvier 2015).
  132. a et b « Liste des ZNIEFF - Commune de Villefontaine », sur le site inpn.mnhn.fr (consulté le 30 septembre 2017).
  133. « Étang de Saint-Bonnet (FR9300069) », sur le site de l'Inventaire national du Patrimoine naturel (consulté le 26 septembre 2017).
  134. « Un étang qui ne manque pas d’atouts », sur le site leprogres.fr (consulté le 26 septembre 2017).
  135. « Inventaire général du patrimoine culturel - Parc Levrat », sur le site culture.gouv.fr (consulté le 25 septembre 2017).
  136. « Les 12 zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) en 2011 » [PDF], sur le site isere.gouv.fr (consulté le 30 septembre 2017).
  137. « Les villes et villages fleuris », sur le site du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Cotonnet, Villefontaine au passé antérieur, Syndicat d'Agglomération Nouvelle, coll. « Patrimoine », , 57 p. (ISSN 1258-1496)
  • Au milieu pousse la campagne - La ville nouvelle, l'histoire d'un défi fou, Tomes d'histoires, (ISBN 2-9519717-0-2)
  • Brigitte Carle et Jean-Patrick Maffre, La cité des mosaïques : origines et mémoires des habitants de Villefontaine, Mairie de Villefontaine, , 94 p. (ISBN 978-2-7466-2446-7)
  • EPANI, 40 ans de fabrique urbaine la ville nouvelle de l'Isle d'Abeau, Innovapresse, (ISBN 2-917703-11-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]