Bernard Vogler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vogler.
Bernard Vogler
Description de cette image, également commentée ci-après
Bernard Vogler en novembre 2013.
Naissance (83 ans)
Obermodern (France)
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession
Activité principale
Distinctions
chevalier de la Légion d'honneur
officier de l'Ordre national du Mérite
officier des Palmes académiques

Bernard Vogler, né le à Obermodern (Bas-Rhin), est un historien français, spécialiste de l'histoire de l'Alsace et de l'histoire religieuse du XVe siècle au XXe siècle dans le monde germanique, professeur émérite de l'Université de Strasbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Milieu familial[modifier | modifier le code]

Bernard Vogler est le fils de Georges Vogler, menuisier, et de Catherine Merckling. Il est marié depuis le 24 août 1960 à Chantal Fischer, maître de conférence honoraire d’histoire romaine à l’université Lyon II. Le couple a six enfants[1].

Études et carrière[modifier | modifier le code]

Bernard Vogler fait ses études primaires en allemand à Obermodern, puis au lycée de Bouxwiller. Il intègre l’École normale d’instituteurs de Lyon, (1953-1955), et enseigne plusieurs années comme instituteur, tout en réalisant des études d’histoire à l’université de Lyon (1955-1960), au terme desquelles il obtient l'agrégation (1960). Il est nommé professeur de lycée à Colmar, puis à Strasbourg (1960-1965), puis attaché de recherche au CNRS de 1965 à 1969. Il soutient en 1969 une thèse de 3e cycle consacrée à La politique scolaire dans le Duché de Deux Ponts de 1555 à 1618[2] et devient assistant puis maître-assistant à l’université Strasbourg II (1969-1976). Après la soutenance d'une thèse de doctorat d’État en 1972 à l'université Paris-Sorbonne intitulée L’implantation des églises protestantes dans les pays palatins de 1556 à 1619[3], il est recruté comme professeur d’histoire moderne et d'histoire de l'Alsace. Il est également directeur de l’Institut d'histoire d'Alsace (1976-2003), directeur du Centre de recherche régionale et rhénane (1984-2003). Il a été professeur invité à Neuchâtel (1981) et à Stuttgart (1992). Il devient professeur émérite en 2003[4].

Activités universitaires[modifier | modifier le code]

Ses nombreux travaux ont porté sur l’histoire religieuse du Palatinat au XVIe siècle, sur l’histoire d’Alsace dans ses dimensions religieuse, culturelle, économique et politique, et aussi sur le monde germanique et helvétique au temps des Réformes. Outre ses divers livres, Bernard Vogler a publié une centaine d’articles et de contributions à des recueils collectifs, soit en français, soit en allemand. Il a organisé plusieurs colloques nationaux et internationaux à l’université Strasbourg II : colloque sur les visites d’Église chez les protestants au XVIe et XVIIe siècles en 1977, colloque sur les actes notariés en 1980, congrès de la Commission internationale d’histoire ecclésiastique comparée en 1983, en tant que secrétaire général de cette commission, sur « Églises et pouvoirs », Congrès des sociétés savantes (CTHS) de Strasbourg en 1988, colloque sur Jean-Daniel Schoepflin avec Jürgen Voss en 1994.

Activités liées au protestantisme[modifier | modifier le code]

Ses travaux de recherche scientifiques ainsi que son engagement comme membre du comité de la Société d’histoire du protestantisme français ont contribué de façon significative à la connaissance et à la diffusion des savoirs concernant l'histoire de la Réforme et du protestantisme. Sur un plan local, Bernard Vogler a également été membre puis vice-président du consistoire du Temple-Neuf à Strasbourg (1976-1994). Sur un plan régional, il a été membre du chapitre de Saint-Thomas (1992-2005) et du consistoire supérieur de l’Église de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (1997-2005).

Activités régionales et transfrontalières[modifier | modifier le code]

Très enraciné dans la région, Bernard Vogler a su éveiller l’intérêt d’un large public pour l’histoire de l'Alsace par ses publications, par l’enseignement de l’histoire d’Alsace, par ses émissions à France 3 Alsace, par ses conférences, par sa participation à des sociétés d’histoire, surtout à Strasbourg et Saverne, et par ses articles dans les DNA où Bernard Vogler est correspondant depuis 1996. Très attaché au bilinguisme, il a toujours œuvré pour la rencontre entre la culture française et la culture allemande, en particulier par ses nombreuses conférences dans l’une ou l’autre langue et la participation à des colloques dans une quinzaine d’universités allemandes. Il est membre correspondant de la Kommission für geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg à Stuttgart et membre de l’Alemannisches Institut à Fribourg-en-Brisgau. Il est membre de l’Académie d’Alsace à Colmar et membre du comité de l’Académie rhénane à Strasbourg.

Activités sur le plan national[modifier | modifier le code]

Bernard Vogler a été membre du Conseil national des universités (1984-2002), membre du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) de 1989 à 2000, secrétaire, puis vice-président de la Commission internationale d’histoire ecclésiastique comparée (CIHEC) de 1975 à 2001.

Activités extra-universitaires[modifier | modifier le code]

Bernard Vogler est président de l’Université du temps libre (UTL) de 2004 à 2008, président des Amis du Vieux Strasbourg de 2005 à 2013, membre du Conseil de Caisse d'épargne à Strasbourg (SLE) de 1985 à 2015.

Activités actuelles[modifier | modifier le code]

Il collabore au Dictionnaire historique des protestants français de 1787 à nos jours, sous la direction d'André Encrevé et Patrick Cabanel, ainsi qu'au Dictionnaire historique des institutions d’Alsace depuis 2010 (7 cahiers parus A-F).

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

Mélanges[modifier | modifier le code]

  • Dominique Dinet & François Igersheim (éds). Terres d'Alsace, chemins de l'Europe, mélanges offerts à Bernard Vogler, Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 2004. (Bibliographie complète, p.13-31), 543 p.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (Thèse d'État) Vie religieuse en pays rhénan dans la seconde moitié du 16e siècle (1555-1619), Université de Lille, 1974, (3 vol.), La Sorbonne, 1972.
  • Le clergé protestant rhénan au siècle de la Réforme, Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 1976.
  • Le monde germanique et helvétique à l’époque des Réformes 1517-1618, 2 vol., éd SEDES, Paris, 1981.
  • Histoire de la Caisse d’Épargne de Strasbourg, Strasbourg, 1985
  • Histoire culturelle de l’Alsace, La Nuée Bleue, Strasbourg, 1993, 4e édition 1994.
  • Histoire des chrétiens d’Alsace des origines à nos jours, Desclée, Paris, 1994.
  • Histoire politique de l’Alsace, La Nuée Bleue, Strasbourg, 1995
  • Histoire économique de l’Alsace, en collaboration avec Michel Hau, La Nuée Bleue, Strasbourg, 1997.
  • L’Almanach de l’Alsace, Larousse, Paris, 2001.
  • Strasbourg d’après-guerre (1945-1950), Le Verger, Strasbourg, 2002
  • Nouvelle histoire de l’Alsace (direction), Privat, Toulouse, 2003.
  • Journal de l’Alsace des origines à nos jours, Larousse, Paris, 2004.
  • (direction) La Décapole. Dix villes libres alliées pour leurs libertés 1354-1679, La Nuée Bleue, Strasbourg, 2009.
  • (de) Geschichte des Elsass, Kohlhammer, Stuttgart, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source principale de l'article : Marc Lienhard, « Bernard Vogler », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, Strasbourg, 2002, vol. 38, p. 4023-4024
  2. Thèse de 3e cycle, sous la direction de Georges Livet, notice du SUDOC
  3. Thèse d’État, dirigée par Alphonse Dupront, notice du SUDOC
  4. « Bernard Vogler fête son quatre-vingtième anniversaire », Dernières nouvelles d’Alsace, 30 avril 2015.
  5. Notice de B. Vogler sur le site de l'Académie française.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]