La Verpillière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Verpillière.
La Verpillière
La mairie.
La mairie.
Blason de La Verpillière
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton Verpillière
Intercommunalité Communauté d'agglomération Porte de l'Isère
Maire
Mandat
Patrick Margier
2014-2020
Code postal 38290
Code commune 38537
Démographie
Gentilé Vulpillien(ne)s
Population
municipale
6 866 hab. (2014)
Densité 1 034 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 16″ nord, 5° 08′ 37″ est
Altitude Min. 205 m – Max. 305 m
Superficie 6,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
La Verpillière

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
La Verpillière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Verpillière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Verpillière
Liens
Site web www.laverpilliere.eu

La Verpillière est une commune française de l'unité urbaine de Villefontaine, située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. Ses 6 866 habitants sont appelés les Vulpillien(ne)s. C'est l'une des villes qui composent l'aire urbaine de Lyon (elle en est située à environ 30 km).

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue générale de La Verpillière, depuis le château de Fallavier, la centrale du Bugey à l'arrière plan.

La commune de La Verpillière est située sur un axe important de la région Auvergne-Rhône-Alpes entre Lyon et Grenoble-Chambéry.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes de La Verpillière sont Villefontaine, Saint-Quentin-Fallavier et Frontonas.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ville[modifier | modifier le code]

Ville de taille moyenne, La Verpillière est le chef-lieu d'un canton qui porte le même nom. La superficie de la ville est de 6,64 km2 et de plus de 6 000 habitants.

Elle possède un atout majeur grâce à sa position géographique (20 min au sud de Lyon, 15 min de l'aéroport, desservie par une gare régionale, et traversée par l'autoroute A 43) ce qui la rend très attractive. Surplombée par une forêt, et composée en partie de terres agricoles et de marais, La Verpillière a su demeurer un lieu ou la nature reste maître des lieux (même si elle ne reste pas à l'abri de la poussée immobilière), elle est en outre traversée par une rivière « La Bourbre », et possède un étang.

Il s'agit aussi d'une ville dynamique, puisque plus d'une cinquantaine d'associations œuvrent pour le bien être des vulpiliens. La Verpillière a longtemps été la locomotive économique du Nord Isère, puisque de grandes industries y ont été longtemps implantées telles que Ferraz, ou Plastic Omnium Auto interieur et medical, et certaines y sont toujours implantées telles que Tecumseh Europe, Nexans, Nemera (anciennement Rexam Pharma), etc.

Depuis peu, elle a intégré la nouvelle communauté d'agglomération (CAPI), dans laquelle elle est représentée par deux vice-Présidents et huit délégués. Les principales villes voisines sont Villefontaine, Saint-Quentin-Fallavier (accueillant l'une des plus grandes ZI de France), L'Isle-d'Abeau et Bourgoin-Jallieu connue par le rugby.

Quelques commerces sont implantés dans la ville tels que Lidl, Carrefour Contact et Super U.

Différents quartiers[modifier | modifier le code]

Riante Plaine : Quartier composé uniquement de logements sociaux avec une vingtaine d'immeubles (R+2 à R+8). Une zone commerciale est implantée dans ce quartier, salle de sport, coiffeur, pharmacie... Un groupe scolaire (Jean-Jaurès), un centre social sont aussi présents.

Centre ville : Composé de maisons et petits immeubles (R+2) comporte les commerces de proximité de la ville.

La gare : Quartier plus aisé que le reste de la ville, en pleine mutation notamment avec le contournement du passage à niveau, création de parkings dû à la fréquentation en hausse de la gare (plus de 2000 voyageurs par jour). Collège et lycée privé en face de la gare.

Stade-Mairie : collège Anne-Frank, groupe scolaire Jean-Jaurès et les Marronniers, composés majoritairement d'immeubles (R+3 a R+7). Médiathèque, piscine, Poste, mairie et commerces.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La Verpillière est composée d'environ 25 % de logements sociaux. Entre 2009 et 2015, à la suite de l'accord que la CAPI a passé avec l'État (construction de 1 000 logements par an), la Verpillière envisageait d'accueillir 350 logements privés et 85 logements sociaux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de l'Isère.
Armes de La Verpillière

La commune de La Verpillière porte :

Écartelé : aux 1er et 4e de gueules au renard ravissant d'argent ; aux 2e et 3e d'or au dauphin d'azur, crété, barbé, loré et peautré de gueules[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 6 866 habitants, en augmentation de 7,67 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
559 580 647 775 1 062 1 060 1 186 1 176 1 220
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 224 1 229 1 254 1 243 1 240 1 210 1 240 1 215 1 237
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 328 1 271 1 307 1 424 1 506 1 523 1 365 1 381 1 494
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 795 2 424 3 285 5 400 5 595 5 691 6 018 6 528 6 866
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Patrick Margier UDI
1989 2008 Achille Paoli RPR-UMP Conseiller général (1985-1998)
1983 1989 Jean Rabilloud
1977 1983 Maurice Ancel PS Conseiller général (1979-1985)
1976 1977 Jean Rabilloud
1973 1976 Simon Depardon
1947 1973 Jean Blein RGR-RI Conseiller général (1945-1973)
1944 1947 Antoine Michaud
1935 1944 Joseph Ogier
1932 1935 François Frandaz
1927 1932 Joseph Perrotin
1925 1927 Jean-François Charvet Rad. Conseiller général (1922-1928)
1919 1925 Adrien Gilly
1910 1919 Victor Duplessis
1892 1910 Marcel Ogier Républicain Conseiller général (1892-1910)
1888 1892 Fernand Billon
1869 1888 Guillaume Roux
1868 1869 Jean-Baptiste Chauvet (*)
1848 1868 Claude François Faure
1846 1848 Louis Collonge
1838 1846 Pierre François Girier
1837 1838 Joseph Odet
1835 1837 Pierre Parent
1826 1835 Jean Faure
1820 1826 Pierre Parent
1816 1820 Marc Berger de Moidieu
1814 1816 Auguste Devaulx
1806 1814 François-Nicolas Girier
1800 1806 Pierre-François Girier
1796 1800 Jean Baptiste Sarrazin
1795 1796 Pierre-François Girier
1793 1795 François Mazet
1790 1793 Joseph Girier
  • (*) L'adjoint au maire a remplacé ce dernier, décédé durant son mandat.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Économie[modifier | modifier le code]

La ville abrite une usine du groupe Nexans[7].

Sports[modifier | modifier le code]

La ville possède :

  • 2 stades de football dont un terrain synthétique
  • 1 City stade
  • 1 piscine municipale
  • 1 piste d'athlétisme
  • 2 terrains de rugby
  • 2 gymnases
  • 2 courts de tennis couverts
  • 4 courts de tennis plein air
  • 1 terrain de basket extérieur
  • 1 terrain de handball extérieur

Culture et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Médiathèque André-Malraux
  • Espace culturel

Les évènements ont lieu en général à :

  • la Salle polyvalente
  • la Salle des fêtes
  • Gymnase Le Cossec,

ou en extérieur, si le temps le permet, notamment pour la fête de l'Été, la fête de la Musique...

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • 2 crèches
  • 4 écoles maternelles
  • 4 écoles primaires
  • 2 collèges
  • 1 lycée
  • 1 collège et 1 lycée privé

Des quatre écoles primaires de la Verpillière, trois se trouvent en ZEP (Jean-Jaurès, Jean-Moulin et les Marronniers) ainsi qu'un des deux collèges (le collège Anne-Frank).

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Denis.
  • Église au cœur de la ville ;
  • pour les musulmans, lieu de prière.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La pierre à cupules.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En mars 2017, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris, ce label récompense le fleurissement de la commune au titre de l'année 2016[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Général Henri Giraud, après son évasion de la citadelle de Koenigstein le 17 avril 1942. Il s'est caché trois mois dans la maison de M. et Mme Coron.
  • Léon Goubet alias Ben-Ghou-Bey, fakir français célèbre né à La Verpillière en 1931, devenu par la suite champion du monde de fakirisme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la commune de La Verpillière
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.
  7. (fr) Nexans - Nos implantations en France ; consulté le 19 mars 2016.
  8. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1923_num_20_3_7417
  9. « Bloc erratique à cupules », notice no PA00117313, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. a et b Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), p. 711
  11. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aimé Vidal, La Verpillière : une cité chargé d'histoire, Bellier, , 113 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :