Le Péage-de-Roussillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Péage-de-Roussillon
Le Péage-de-Roussillon
La place Paul Morand.
Blason de Le Péage-de-Roussillon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Intercommunalité Communauté de communes Entre Bièvre et Rhône
Maire
Mandat
André Mondange
2020-2026
Code postal 38550
Code commune 38298
Démographie
Gentilé Péageois, Péageoises
Population
municipale
6 588 hab. (2018 en diminution de 2,11 % par rapport à 2013)
Densité 889 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 22′ 26″ nord, 4° 47′ 53″ est
Altitude Min. 134 m
Max. 263 m
Superficie 7,41 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Vienne
(banlieue)
Aire d'attraction Roussillon
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Roussillon
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Le Péage-de-Roussillon
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Le Péage-de-Roussillon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Péage-de-Roussillon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Péage-de-Roussillon
Liens
Site web Site officiel

Le Péage-de-Roussillon est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune du Péage-de-Roussillon est située dans l'aire urbaine de Vienne et dans son unité urbaine, à 52 km au sud de Lyon et à 57 km au nord de Valence par l'A7.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare du Péage-de-Roussillon.

Le Péage-de-Roussillon compte une gare TER faisant partie de la ligne 5 du réseau TER rhônalpin. La ville possède plusieurs arrêts de bus pour les lignes des Transports du Pays Roussillonnais, gérées par la communauté de communes du Pays Roussillonnais.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Péage-de-Roussillon est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Vienne, une agglomération inter-départementale regroupant 25 communes[4] et 95 276 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Roussillon, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 27 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (41,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (44,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (31,7 %), cultures permanentes (26,1 %), zones agricoles hétérogènes (14,1 %), forêts (8,5 %), eaux continentales[Note 3] (7,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,2 %), terres arables (1,2 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville porte ce nom car avant elle servait de péage pour l'entrée de Roussillon. C'est là qu'on payait pour entrer.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Péage-de-Roussillon (Le) Blason
Taillé au 1) de gueules à l’écusson d’or chargé d’un dauphin d’azur crêté, barbé, loré ; peautré et oreillé de gueules ; au 2) d’or ) l »usine au trait de sable soutenue d’une grappe de raison posée en barre adextrée de deux pêches surmontées d’une paire de cerises de gueules et feuillées d’une pièce, le tout au naturel ; à la cotise en barre d’argent chargée de l’inscription de sable « Le Péage-de-Roussillon» brochant sur la partition.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juillet 2020 En cours André Mondange PCF  
avril 2014 juin 2020 Stéphane Spitters DVD Retraité
mars 2008 avril 2014 Christine Masson PS  
mars 2001 mars 2008 François Martinez DVG  
mars 1989 mars 2001 René Bourget PS Chirurgien-dentiste - Conseiller général (1985-1992)
Député (1982-1986, 1990-1993)
1977 mars 1989 Maurice Chevalier PCF  
1975 1977 Roger Flacher    
1944 1975 Jean-Baptiste Dufeu Radical Commerçant - Conseiller général (1945-1967)
Sénateur (1955-1974)
1941 1944 Paul Houdaille    
1906 1941 Claude Ollier Radical Ingénieur et industriel
Député (1924-1928 et 1932-1936)
Conseiller général (1922-1928)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2018, la commune comptait 6 588 habitants[Note 4], en diminution de 2,11 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1215611 1741 3611 4801 5341 5151 5831 597
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4921 6381 4871 6321 7221 7751 7381 7011 622
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6571 5351 4931 7052 0092 8473 0023 1273 840
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
5 3645 7656 2436 1825 8796 3516 5756 7516 622
2018 - - - - - - - -
6 588--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le Rex[modifier | modifier le code]

Le Péage-de-Roussillon possède un cinéma de trois salles (et 380 places[15]) classé art et essai et jeune public, appelé "Rex" (ou "Le Rex"), sis 6 avenue Jules Ferry, à proximité de la gare SNCF, géré (depuis 2009) par l'Union Régionale de la Fédération des Œuvres Laïques (URFOL)[16]. De taille moyenne, il affiche un fronton à étage et un angle bien saillant qui affirme bien son esthétique Art déco. Très américaines dans l'esprit, ses couleurs sont bien d'époque (il date de 1939[16]). Ouvert tout au long de l'année du mardi au dimanche, il a été entièrement rénové en 2009, est désormais équipé des dernières technologies (notamment un projecteur numérique capable de projeter des films en 3D) et propose une programmation de films grand public, enfants (pendant et hors temps scolaire) et art et essai, notamment des soirées-débats en partenariat avec des associations[17],[18]. En sept ans, depuis sa rénovation en 2009, sa fréquentation annuelle est passée de 22.000 à 62.500 entrées[16].

Le cinéma Rex

Le projet d'un nouveau cinéma : Le Grand Rex[modifier | modifier le code]

Le , le quotidien Le Dauphiné révélait que le cinéma Rex devait déménager vers les anciennes coopératives à l'horizon 2017. La commission départementale d'aménagement commercial avait, en effet, donné son accord pour le projet. Avec cinq salles, le nouvel établissement devait avoir une capacité de plus de 700 spectateurs[19].

Un an plus tard, France Bleu Bourgogne confirmait que le cinéma Rex allait bien déménager dans les locaux abandonnés de l'ancienne coopérative viticole, non loin de son emplacement actuel, derrière la gare, de l'autre côté de la voie ferrée, pour devenir "Le Grand Rex" et ainsi doubler sa capacité. En effet, le cinéma fonctionne si bien (depuis qu'il est géré par l'URFOL) qu'il doit souvent refuser des spectateurs. Et une étude de marché a mis en évidence un potentiel de 100 000 à 130 000 entrées par an. L'article expliquait également que le vieil établissement avait bien failli disparaître lorsqu'en 2009, à la suite du départ à la retraite de son propriétaire, il ne trouvait pas de repreneur. La municipalité l'avait finalement racheté, le fonds de commerce ayant alors été confié à l'URFOL. Il avait alors fallu engager de gros travaux, installer de nouveaux fauteuils dans les trois salles, refaire les peintures, moderniser les projecteurs.

Le nouveau projet devrait ainsi compter deux salles supplémentaires (portant à cinq le nombre total de salles) et proposer le double de la capacité actuelle, soit un total de 750 fauteuils. Les premiers travaux devaient être lancés pour une ouverture courant 2018. L'investissement s'élève à 3,8 millions d'euros, financé par l'URFOL, le centre national du cinéma, la caisse des dépôts, la région Auvergne-Rhône-Alpes, le département Isère et la communauté de communes du Pays Roussillonnais qui pour l'occasion devrait se saisir de la compétence cinéma[16]. La fréquentation du futur Grand Rex est estimée à 115 000 spectateurs la première année d’exploitation, 125 000 la seconde et 130 000 à trois ans[15].

Le , le quotidien Le Dauphiné annonçait le retour du projet de déplacement et de transformation du cinéma Rex en cinéma Le Grand Rex (après être resté deux ans au point mort) : un bail emphytéotique devait alors (enfin) être signé entre la société Roussillon Cinéma gérante des futures salles et la communauté de communes Entre Bièvre et Rhône finançant (en partie) le projet (dont le coût global est estimé à 4,2 millions d’euros TTC)[20].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'orgue de l'église Saint-Jean-Baptiste[21] a été construit dans les années 1970 par Henri Saby à partir de nombreux éléments de différents instruments dont certains sont dus au célèbre facteur Aristide Cavaillé-Coll.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle de l'Île de la Platière s'étend partiellement sur le territoire du Péage de Roussillon, à l'ouest, en rive gauche du fleuve Rhône;

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Raymond Saint-Prix, acteur, peintre, mécène (XXe siècle).
  • Philippe Calvario, acteur, metteur en scène (XXe siècle).
  • Claude Ollier, homme politique français (XXe siècle).
  • Jean-Baptiste Dufeu, homme politique français (XXe siècle).
  • Jean-Louis Fabre-Terreneuve (1781-1855), médecin, écrivain, maire du Péage de Roussillon, auteur de La Nouvelle Agnodice.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Vienne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. a et b « Article "Près de 4 M€ pour le Grand Rex" (par Gabrielle CORSAT) », sur www.lessor38.fr, (consulté le ).
  16. a b c et d « Le cinéma Rex du Péage-de-Roussillon va déménager et doubler sa capacité (par Jacky Page) », sur www.francebleu.fr, (consulté le ).
  17. « Art Déco au Péage de Roussillon », sur www.architecture-art-deco.fr, (consulté le ).
  18. « Cinéma rex à Le Péage-de-Roussillon », sur www.koifaire.com, (consulté le ).
  19. « Le Péage-de-Roussillon – Le cinéma va bien déménager », sur www.ledauphine.com, (consulté le ).
  20. Le Dauphiné > Cinéma / Article "Le Péage-de-Roussillon : le projet de Grand Rex de retour" (par G.A. - publié le 03/06/2019)
  21. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]