Villette-d'Anthon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villette et Anthon.
image illustrant une commune de l’Isère
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Isère.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Villette-d'Anthon
Mairie de Villette-d'Anthon.
Mairie de Villette-d'Anthon.
Blason de Villette-d'Anthon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Vienne
Canton Charvieu-Chavagneux
Intercommunalité Communauté de communes Porte Dauphinoise de Lyon Saint-Exupéry
Maire
Mandat
Daniel Beretta
2014-2020
Code postal 38280
Code commune 38557
Démographie
Gentilé Villettois
Population
municipale
4 637 hab. (2013)
Densité 203 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 46″ Nord 5° 07′ 00″ Est / 45.7961111111, 5.11666666667
Altitude 227 m (min. : 179 m) (max. : 260 m)
Superficie 22,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Villette-d'Anthon

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Villette-d'Anthon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villette-d'Anthon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villette-d'Anthon
Liens
Site web mairie-villettedanthon.fr

Villette-d'Anthon est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Villettois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Arrêt de bus VFD no 557-01 à Villette-d'Anthon.

Villette-d'Anthon est situé dans l'Isère, sur la frontière du département de l'Ain et du Rhône, à l'est de Lyon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villette-d'Anthon
Jons Dagneux Saint-Maurice-de-Gourdans
Villette-d'Anthon Anthon
Pusignan Janneyrias Chavanoz

Histoire[modifier | modifier le code]

Villette d'Anthon est dans une province qui connut un nombre important d’invasions. Elle a d'abord été placée sous la domination des Allobroges. Ce peuple se répandit dans notre région un ou deux siècles avant Jésus-Christ. Des vestiges celtes de cette époque existent encore aujourd’hui à Villette par la présence d'un « tumulus » situé au hameau d'Asnières au lieu-dit Saint-Cyr.

Jules César, après la conquête de la Gaule et pour se préserver des incursions étrangères, établit des postes militaires, des tours de forteresse en bordure du Rhône et les fit soigneusement garder.

Témoin de la période romaine, un très important trésor monétaire a été découvert en 1990 à Villette-d'Authon. Il compte 9 289 monnaies émises juste avant la réforme monétaire de Dioclétien en 294. Cette découverte apporte de nombreux exemplaires pour les onzième (771 monnaies) et douzième (5 310 exemplaires) et dernière émissions d'aureliani d'argent et fait progresser significativement les connaissances sur ce type de monnaie[1],[2].

Après la domination des Romains, vinrent les Burgondes (453), les Mérovingiens, les Carolingiens, du second royaume de Bourgogne (879), du Saint Empire germanique, des Dauphins du Viennois ; enfin, en 1349, le Dauphiné fut cédé au fils du roi de France, Philippe VI de Valois, par Humbert II.

À la fin du XVIIe siècle, il faut imaginer le village de Villette d'Anthon sur son lieu primitif, c’est-à-dire vers la vieille église, avec son cimetière et quelques maisons groupées autour.

La place de la mairie en 1908.

L'histoire religieuse se confond en partie avec celle du prieuré de Chavanoz, dont le prieur était curé primitif de l'église Saint-Martin de Villette qui, à l'époque lointaine, avait comme annexes deux chapelles : Mons et Asnières. Il existe au hameau de Sous l'Église les vestiges de l’ancienne église Saint-Martin de Villette dont l’ancienneté est incontestable avec une première mention dans les textes dès 995. La restauration de la vieille église et du cimetière qui l’entoure a été réalisée dans les années 1990 et 2000.

Mise à part l'étymologie de son nom, Villette d'Anthon n'évoque plus la petite ville fief d'Anthon. Au fil du temps, le village à vocation rurale a survécu à l'exode grâce à sa situation privilégiée, près du Grand Lyon.

Les vestiges historiques du passé n'attendent qu'à être redécouverts, et l'Association pour la « Mise en Valeur du Patrimoine » de Villette d'Anthon s'est donnée cette mission essentielle depuis 1998, date de sa création.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villette-d'Anthon

Les armoiries de Villette-d'Anthon se blasonnent ainsi :
D'azur à trois chevrons d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu en 2008, 2014 Daniel Beretta DVD, MPF, UMP[3]  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 4 637 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
420 742 515 698 702 785 823 802 781
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
865 982 982 1 029 1 032 951 987 998 937
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
858 733 665 678 669 643 626 584 580
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
646 861 1 334 2 711 3 534 3 906 4 143 4 121 4 524
2013 - - - - - - - -
4 637 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'Église Saint-Martin.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune confirme le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anne-Catherine Le Mer et Claire Chomer, Carte archéologique de la Gaule, Lyon 69/2, Paris, 2007, (ISBN 2-87754-099-5), pp. 227-228; 230
  2. Compte-rendu de lecture de « Le monnayage de l 'atelier de Lyon (43 av. J.-C.-413 ap. J.-C). Supplément II », Revue numismatique, 6e série - Tome 161, 2005, [1] p. 233
  3. Les élus locaux
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  6. « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr, Conseil Général de l'Isère (consulté le 4 août 2014)
  7. Muséum national d'histoire naturelle, « ZNIEFF 820030310 - Marais de Charvas », sur Inventaire national du Patrimoine naturel (consulté le 8 novembre 2014)
  8. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 14 janvier 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :