Seyssuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Seyssel.
image illustrant une commune française
Cet article est une ébauche concernant une commune française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) ; pour plus d’indications, visitez le projet Communes de France.

Seyssuel
Château des Archevêques de Seyssuel.
Château des Archevêques de Seyssuel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Canton Vienne-1
Intercommunalité ViennAgglo
Maire
Mandat
Frédéric Belmonte
2014-2020
Code postal 38200
Code commune 38487
Démographie
Gentilé Seyssuelois(es)
Population
municipale
1 978 hab. (2014)
Densité 203 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 39″ nord, 4° 50′ 46″ est
Altitude Min. 141 m – Max. 357 m
Superficie 9,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Seyssuel

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Seyssuel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Seyssuel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Seyssuel
Liens
Site web www.seyssuel.fr

Seyssuel est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'aire urbaine de Vienne et dans son unité urbaine, au nord-ouest du département de l'Isère, immédiatement au nord de la ville de Vienne (Isère). La commune surplombe le Rhône dont elle constitue la rive gauche (est). Seyssuel s'étend sur 9,8 km2 et est entourée par les communes de Chasse-sur-Rhône, Communay et Chuzelles. Le village est situé à 4 km au nord-ouest de Vienne, la plus grande ville à proximité. La commune de Seyssuel se situe au nord-ouest du département de l'Isère, elle dépend du canton de Vienne-Nord. Bénéficiant d’un accès privilégié, Seyssuel est reliée : au sud, à Vienne, par la RN 7 et la RD 4 ; au nord, à Lyon, par les autoroutes A7, A46 et par la RN 7. Seyssuel est traversée par de multiples sentiers pédestres qui donnent l'occasion de découvrir et d'admirer les richesses naturelles de sa faune et de sa flore : les boisements sont constitués essentiellement de feuillus (chênes, châtaigniers, frênes, acacias) et, malgré la progression de l’urbanisation, le territoire de Seyssuel offre encore un biotope favorable pour différents gibiers : perdrix, faisans, lièvres ou encore chevreuils et sangliers dans le vallon du Gorneton et les coteaux limitrophes. De plus, certains endroits surplombent le Rhône, ce qui offre une vue panoramique des alentours.

Topographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Seyssuel
Loire-sur-Rhône, Chasse-sur-Rhône Communay Chuzelles
Saint-Romain-en-Gal Seyssuel Chuzelles
Saint-Romain-en-Gal Vienne Vienne

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Seyssuel est soumis à un risque sismique modéré (niveau 3).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le cours d'eau qui traverse Seyssuel est le ruisseau du Gorneton. Seyssuel se situe au-dessus du Rhône.

Climat[modifier | modifier le code]

Tempéré et continental.


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'autoroute A7 longe le Rhône à Seyssuel. C'est la D4E qui traverse le centre-village.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Un aménagement du centre de la commune est prévu avec la construction de plusieurs appartements et l'ouverture de nouveaux commerces.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Seyssuel est attesté en latin médiéval sous les formes saxeolum au XIIe siècle[1], saxeellum, saxcullum[Quand ?][2], littéralement « petit rocher », à moins de voir dans le suffixe -eolum une réinterprétation du gaulois -ialum « clairière »[3]. Deux hypothèses subsistent quant à son origine : ou il s'agit d'une référence à la colline sur laquelle est juché le village, cette dernière étant essentiellement rocailleuse (il s'agit d'une butte de gneiss dépassant du massif du Pilat pourtant situé de l'autre côté du Rhône), ou il s'agit d'une référence à l'important affleurement rocheux sur lequel se situe le château des archevêques (voir ci-dessous) où logeait la famille de Seyssuel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Si l’Empire romain a laissé des traces : une stèle funéraire, deux autels, une voie romaine (le Compendium qui reliait Vienne à Lyon), des morceaux de vases et des tuiles, ce sont surtout les ruines encore imposantes du vieux château appelé encore château des Archevêques, dominant le Rhône, qui retiennent l’attention du visiteur. Des recherches archéologiques auraient permis d’établir que la partie primitive du château (le donjon et sa chemise) figurerait parmi la plus ancienne de ce type dans la région.

Le « Castrum » est cité dans des textes du début du XIIe siècle comme appartenant à l’Église de Vienne, suzeraine alors de la famille « de Seyssuel ». Il demeurera sous l’autorité des archevêques de Vienne, ainsi que les territoires environnants qui constituaient le mandatement de Seyssuel, jusqu’à la Révolution. Saccagé et brûlé partiellement au début du XVe siècle, il pose toujours aux chercheurs le problème de la détermination de la date de son abandon.

Sous l’Ancien Régime, les habitants du mandatement qui formaient une seule communauté, dépendaient en fait de deux seigneurs : celui de Chasse et l’archevêque comte de Vienne. Au spirituel, une double appartenance également : la paroisse Saint-Martin pour Chasse, celle de Notre-Dame de Cuey pour Seyssuel.

En 1790, les deux châtellenies constituèrent la commune de Seyssuel qui s’appela Seyssuel et Chasse à partir de 1801 et dont l’abbé Pessonneaux, auteur présumé du « couplet des enfants » de la Marseillaise, fut brièvement le maire. Mais progressivement Chassères et Seyssuellois s’orientèrent vers l’autonomie (église, école...) et en 1853 intervint la création de deux communes distinctes, Chasse qui se tourna peu après vers l’industrie avec ses hauts-fourneaux et Seyssuel qui garda sa vocation purement agricole tout au long du XIXe siècle.

C'est la fin du XIXe siècle et surtout le XXe qui allaient apporter des changements importants dans l’économie et la physionomie de la commune de Seyssuel :

Abandon de la vigne à la suite du phylloxéra et diversification des cultures (maraîchage, arboriculture, pépinières et polyculture avec élevage de bovins). Apparition d’un secteur tertiaire orienté vers des établissements de santé (sanatorium inauguré en 1923 – aujourd’hui fermé – et une maison d’Accueil Spécialisée de quarante lits). Implantation de deux grands établissements scolaires : un lycée agricole en 1962 et un collège d’enseignement général en 1972, Enfin, dans le cadre du district urbain de Vienne, création et développement d’une zone industrielle importante le long du Rhône.

Depuis le XXIe siècle, des vignerons ont replanté de la vigne sur Seyssuel (syrah pour les rouges ; viognier pour les blancs) pour faire renaître ce vignoble. Ils sont une dizaine à produire du vin sur les coteaux de Seyssuel, sur une trentaine d'hectares.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La tendance politique penche plutôt à la droite de l'échiquier politique. En 2012, Sarkozy est préféré à Hollande à 58,13 % contre 41, 87 % pour ce dernier. C'est Frederic Belmonte, candidat divers droite, qui a gagné l’élection municipale de 2014. Un candidat de gauche s'était présenté au premier tour en obtenant environ 20 % des voix avant de retirer pour le second tour.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Maire : Frederic Belmonte.

Adjoints et conseillers : Virginie Novotny, Thibault Cottalorda, Josyane Roux, André Michalon, Rolande Ducret.

Conseillers municipaux : Pascale Del Grande, Julien Joly, Cécile Bect, Christian Fanget, Florent Pion, Bruno Goudmann, Laurence Rebai, Bernard Delaigue, Isabelle Poncet, Nathalie Avallet, Alain Gay, Jean Louis Tisnes, Jean Dupont[4].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1944 mars 1965 Marc Gagne    
mars 1965 mars 1978 Robert Bonnier    
septembre 1978 mars 2008 Raymond Helion DVD  
mars 2008 mars 2014 Gérard Vallent DVD  
mars 2014 en cours Frédéric Belmonte DVD Cadre[5]

Instances judiciaires et administrative[modifier | modifier le code]

La commune a un policier municipal, Stéphane Nicollet.[6] Cependant, la police municipale n'a pas de pouvoir d'investigation. Mais Frederic Belmonte, étant maire, est reconnu comme officier de police.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 978 habitants, en diminution de -0,1 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 086 1 281 1 215 1 148 1 779 1 450 1 479 1 504 1 503
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
675 647 601 609 612 561 625 580 558
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
516 482 484 506 700 734 753 750 880
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
747 801 1 194 1 345 1 696 1 889 1 968 2 024 1 978
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Seyssuel relève de l'académie de Grenoble

  • Écoles maternelle et élémentaire
  • Collège Claude-et-Germain-Grange[11]
  • Lycée AGROTEC[12]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le salon des Vins
  • La Fête des Pressailles
  • Rencontres Théâtrales
  • Festival d'Humour
  • La foire à la trouvaille annuelle
  • La Fanfare de Seyssuel : qui a été créée en 1903. Elle est devenue « Harmonie » en 1982. Elle a créé son école de musique en 1960 qui depuis 1993 est devenue indépendante. Depuis la disparition de la Fanfare de Chuzelles en 1963, de nombreux musiciens chuzellois ont franchi la nationale 7 pour grossir ses rangs.
  • Les championnats de France de Gymnastiques par Équipe

Santé[modifier | modifier le code]

A Seyssuel il y a un cabinet d'infirmier, un médecin généraliste, une orthophoniste, un cabinet de kinésithérapeutes, et un cabinet de thérapie psycho-corporelle.

Sports[modifier | modifier le code]

Les championnats de France de gymnastique par équipe 2015 sont organisés par le Sporting Club de Seyssuel et se dérouleront en partie à l'Atrium. La commune a obtenu les titres honorifiques de Commune la plus sportive du Département en 2015 (communes de moins de 3000 habitants), ainsi que la même distinction comme Commune la plus sportive au niveau Régional.

Médias[modifier | modifier le code]

Les événements/manifestations sont couvertes par le journal "Dauphiné Libéré".

Cultes[modifier | modifier le code]

L’église de Seyssuel fait partie de la Paroisse Sainte-Blandine des Deux Vallées.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Prix Immobilier[modifier | modifier le code]

Le marché moyen immobilier à Seyssuel est de 2403 €/m² selon le site "Meilleurs agents"[13].

Emploi[modifier | modifier le code]

La Zone Industrielle de Seyssuel offre un nombre considérable d'emplois.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

  • Coiffeur "Les Ciseaux de Mel"
  • Boulanger "Boulangerie Digonnet
  • Z.I. Seyssuel

Associations[modifier | modifier le code]

  • Amicale pétanque
  • Dynamic club
  • École de musique de Seyssuel-Chuzelles (EMSC)
  • Judo Club Seyssuel
  • Sou des écoles
  • Tennis Club Seyssuel
  • Sporting Club de Seyssuel
  • Le Trial Club de Seyssuel
  • Atelier artisanal
  • Harmonie de Seyssuel-Chuzelles
  • Courrir à Seyssuel
  • ATS

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Seyssuel est un ancien château épiscopal du XIIe siècle, incendié par Jean de Torfechelon. Les ruines du château de Seyssuel sont inscrites au titre des monuments historiques par arrêté du 19 mai 1994[14].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le vignoble de Seyssuel connait un renouveau depuis les années 2000. Les vignes sont situées sur les coteaux, une partie entourant le château de Seyssuel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Boris Anastassiévitch, sculpteur et graveur né dans la commune le 17 février 1926.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Le logo de Seyssuel met en valeur l'église et le Château des Archevêques.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Liste des communes de l'Isère

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 438ab
  2. Aussi sous la forme sasculum dans la bulle de Calixte II du 28 juin 1119
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op.cit.
  4. e-Obs Technologies, « Bienvenue sur le site officiel du village de Seyssuel », sur www.seyssuel.fr (consulté le 12 mars 2017)
  5. http://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/seyssuel,38487/
  6. e-Obs Technologies, « Bienvenue sur le site officiel du village de Seyssuel », sur www.seyssuel.fr (consulté le 12 mars 2017)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Site internet du Collège Claude et Germain GRANGE
  12. Site internet du Lycée AGROTEC
  13. « Prix immobilier Seyssuel (38200) », sur www.meilleursagents.com (consulté le 12 mars 2017)
  14. « Château-fort », notice no PA00132950, base Mérimée, ministère français de la Culture