Saint-Savin (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Savin
Saint-Savin (Isère)
L'église de Saint-Savin (Isère).
Blason de Saint-Savin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté d'agglomération Porte de l'Isère
Maire
Mandat
Fabien Durand
2020-2026
Code postal 38300
Code commune 38455
Démographie
Gentilé Saint-Savinois
Population
municipale
4 094 hab. (2018 en augmentation de 7,03 % par rapport à 2013)
Densité 167 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 46″ nord, 5° 18′ 24″ est
Altitude Min. 213 m
Max. 403 m
Superficie 24,55 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Saint-Savin
(ville isolée)
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bourgoin-Jallieu
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Savin
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Savin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Savin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Savin
Liens
Site web www.mairie-st-savin.fr

Saint-Savin est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Positionnée dans le nord du département, la commune est adhérente à Communauté d'agglomération Porte de l'Isère dont le siège est fixé dans la commune voisine de l'Isle d'Abeau.

Ses habitants sont appelés les Saint-Savinois[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan du territoire de Saint-Savin et des communes limitrophes.

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Savin est situé dans l'extrême nord du département de l'Isère, dans la région dite des Terres froides[3], à 5 km au nord-est de Bourgoin-Jallieu et est proche du département de l'Ain.

Le bourg est vers 230 mètres d'altitude, mais l'altitude maximale du finage communal est de 403 mètres, l'altitude minimale étant de 213 mètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Savin est située en bordure sud-orientale de la région naturelle de L'Isle-Crémieu, en limite des Terres froides qui est riche en débris d'oursins et quelquefois même de débris de crustacés[4].

Climat[modifier | modifier le code]

La région de Saint-Savin présente un climat de type semi-continental[5] qui se caractérise par des précipitations importantes au printemps et moins marquées en été qu'en hiver.

Les étés sont chauds et plutôt secs, mais ceux-ci connaissent de nombreuses périodes orageuses. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La RD 522 à la sortie de Saint-Savin

L'A43 qui relie la commune à Lyon et à Chambéry passe à quelques kilomètres au sud du territoire communal, ce qui lui permet d'être desservie par une bretelle de sortie:

Sortie 7 à 31 km : L'Isle-d'Abeau-centre, Morestel, Bourgoin-Jallieu-Ouest, Crémieu, L'Isle-d'Abeau-Les Sayes

La route départementale 522 (RD 522) relie la commune de Saint-Jean-de-Bournay à la commune de Courtenay après avoir traversé Bourgoin-Jallieu et Saint-Savin.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Savin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Savin, une unité urbaine monocommunale[9] de 4 076 habitants en 2017, constituant une ville isolée[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (71,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (37,1 %), zones agricoles hétérogènes (30,9 %), forêts (16,7 %), zones urbanisées (10,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,8 %), eaux continentales[Note 3] (1,7 %), zones humides intérieures (1,1 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[15].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Saint-Savin est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique[16].

Terminologie des zones sismiques[17]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le plus ancien document mentionnant la commune date de l'année 993, avec la forme Saint-Saviniatico[1]. Au cours des siècles suivant , on observe les graphies suivantes Saint-Savignus (XIIe siècle), Saint-Sabinus (XIIe siècle) et Saint-Sabini (XIIe siècle)[1]. Pendant la période révolutionnaire, la commune est dénommée Valbon[1].

La commune doit son nom au saint Savin de Cerisier, d'origine macédonienne, qui vécut un temps en Gaule lyonnaise (Bresse actuelle) avant de s'installer dans le Poitou, aux environs de Saint-Savin-sur-Gartempe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Des occupations datant du Néolithique ont été identifiées sur le territoire de communes voisines, telle que de Saint-Marcel-Bel-Accueil (grotte de Messenas), située à moins de 5 km de Bourgoin.

Le secteur actuel de Saint-Savin et du Nord-Isère se situe à l'ouest du territoire antique des Allobroges, ensemble de tribus gauloises occupant l'ancienne Savoie, ainsi que la partie du Dauphiné, située au nord de la rivière Isère.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'histoire médiévale de la commune se fait à travers celles des villages de Saint-Savin et de Demptézieu. « Du Moyen Âge à la fin de l'Ancien Régime, Saint-Savin et Demptézieu n'ont formé qu'une seule et même communauté d'habitants », dont Demptézieu était le centre de la châtellenie, notamment avec le château fort[18].

Temps Modernes et Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1793, la commune a pris brièvement le nom révolutionnaire de « Valbon »[1]. En 1794, la commune de Demptézieu est rattachée à la commune Saint-Savin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1813 1843 Louis-Joseph Augustin
de Menon de Ville
   
1843 1848 Aimé Doncieux    
1848 1852 Auguste Parmilleux    
1852 1863 Aimé Doncieux    
1863 1870 Pierre-Joseph Parmilleux    
1870 1872 Joseph-Félix Chavrier    
1872 1874 Jean Rey    
1874 1876 Auguste Parmilleux    
1876 1886 Alfred de Menon   Fils de Louis-Joseph Auguste de Menon de Ville
1887 1892 Henri de Menon   Fils du maire précédent
1892 1896 Jean Rey    
1896 1903 Joseph Parmilleux    
1903 1903 Jean Coppard    
1903 1919 Jules Chavrier    
1919 1922 Jean Berliat    
1922 1925 Louis Rey    
1925 1941 Joseph Abel Radical-socialiste Conseiller Général (1937-1940)
entrepreneur en tissage
1941 1942 Joseph Berliat    
1942 1947 Henry Coppard SFIO Serrurier
1947 1961 Joseph Abel Radical-socialiste Conseiller général (1951-1958)
entrepreneur en tissage
.... 1983 Henry Coppard PS Serrurier
1983 1995 Daniel Marquet RPR Entrepreneur (gravières)
1995 2008 Bernard Cottaz PS Inspecteur de l'Education Nationale
2008 2020 Évelyne Michaud DVD Secrétaire de mairie
Conseillère départementale depuis 2015
2020 En cours Fabien Durand DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[22].

En 2018, la commune comptait 4 094 habitants[Note 4], en augmentation de 7,03 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5431 5291 7062 0682 2822 3992 3592 4342 497
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3572 3412 2542 1682 1362 0572 0572 0121 926
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8031 7931 7321 5701 5531 5221 4991 5131 551
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 6001 6011 8112 1642 4662 7523 3313 6384 037
2018 - - - - - - - -
4 094--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Équipements et clubs sportif[modifier | modifier le code]

Rugby à XV[modifier | modifier le code]

Le Saint-Savin sportif de rugby, créé en 1930, a été Champion de France de Fédérale 3 en 2009 puis a évolue ensuite en Fédérale 2[25].

Basket-ball[modifier | modifier le code]

La commune possède aussi un club de basket-ball avec une école de basket.

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton, de la communauté de communes, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur industriel[modifier | modifier le code]

Une des principales entreprises de la ville est la société Ytong-Siporex ; fabricant de béton cellulaire.

Secteur agricole[modifier | modifier le code]

En viticulture, le territoire produit le vin de Pays des Balmes Dauphinoises au sein du label Isère (IGP).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Demptézieu[modifier | modifier le code]

L'édifice date du XIIe siècle, transformé aux XVe et XVIe siècles. Les façades et les toitures, l'escalier à vis de la tour hexagonale du XVe siècle font l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 15 septembre 1954[26].

Les autres monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Le lac Clair
  • Le lac Gris

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marc Cécillon, ancien capitaine de l'équipe de France de rugby né le 30 juillet 1959.
  • Julien Bonnaire, international de rugby, né le 20 septembre 1978
  • François Jarret (1632-1700), fondateur de la commune jumelée de Verchères dans la banlieue de Montréal, est originaire de Saint-Savin.[29]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Savin
Blason de Saint-Savin Blason
D'or au chardon d'azur issant d'un croissant de gueules..
Détails
Le blason de cette commune vient de celui de la famille des comtes de Menon, qui étaient maires et seigneurs de Saint-Savin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michelle Berger, Histoire des communes de l'Isère : Arrondissement de La Tour-du-Pin (vol.2), Grenoble, Horvath, , 519 p. (ASIN B019NLSYA4), p. 103-104, « Saint-Savin »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Histoire des communes de l'Isère, 1987, p. 103, introduction.
  2. André Plank, L'origine des noms des communes du département de l'Isère, Artès, , 159 p. (ISBN 978-2-91045-908-6), p. 132.
  3. Histoire des communes de l'Isère, 1987, p. 103, « Dans l'Antiquité ».
  4. Site de Persée, Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon, année 1963, volume 32
  5. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016).
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  9. « Unité urbaine 2020 de Saint-Savin », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 28 mars 2021).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  15. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  16. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  17. [1]
  18. Histoire des communes de l'Isère, 1987, p. 103, « Du mandement de Demptézieu à la commune de Saint-Savin ».
  19. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le .
  20. Jumelage Saint-Savin / Verchères (village du Québec)* voir catégorie «Association et comités».
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. Saint-Savin sportif
  26. « Château de Demptézieu », notice no PA00117275, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Maison », notice no PA00117276, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « Maison forte de Peythieu », sur isere-patrimoine.fr (consulté le 30 janvier 2014).
  29. Toponymie des noms des lieux québécois