Veurey-Voroize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Veurey-Voroize
Vue sur l'église de Veurey-Voroize depuis la tour des Templiers.
Vue sur l'église de Veurey-Voroize depuis la tour des Templiers.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Fontaine-Vercors
Intercommunalité Grenoble-Alpes Métropole
Maire
Mandat
Guy Jullien
2014-2020
Code postal 38113
Code commune 38540
Démographie
Population
municipale
1 439 hab. (2014 en augmentation de 3,82 % par rapport à 2009)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 20″ nord, 5° 36′ 56″ est
Altitude Min. 178 m
Max. 1 620 m
Superficie 12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Veurey-Voroize

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Veurey-Voroize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Veurey-Voroize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Veurey-Voroize
Liens
Site web www.veurey-voroize.fr

Veurey-Voroize est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Veurois et les Veuroises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panorama depuis la Ferme Durant : Veurey-Voroize à gauche et, au-delà de la rivière sur la droite, Voreppe.

La commune se situe à 15 km au nord-ouest de Grenoble, sur la rive gauche de l'Isère.

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

Le « calcaire à polypiers de l'ancienne carrière du Bec de l'Echaillon », est un site géologique remarquable de 3,12 hectares qui se trouve sur les communes de Veurey-Voroize et Saint-Quentin-sur-Isère. Ce site d'intérêt sédimentologique est classé « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique » en 2014[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Noyarey, Engins, Autrans, Montaud, St Quentin sur Isère, Voreppe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une rame de tramway à vapeur à Veurey, entre 1895 et 1902.

De 1895 à 1938, la commune fut desservie par une ligne de tramway qui la reliait à Grenoble via Fontaine - Sassenage - Noyarey.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2007 Daniel Zenatti - -
2007 en cours Guy Jullien DVG Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2014, la commune comptait 1 439 habitants[Note 1], en augmentation de 3,82 % par rapport à 2009 (Isère : +3,89 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
890 780 880 904 829 823 835 870 866
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
785 786 829 783 797 797 787 690 681
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
677 625 546 473 485 470 511 370 506
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
436 521 661 1 020 1 080 1 317 1 383 1 386 1 439
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le centre de presse du quotidien Le Dauphiné libéré se trouve à Veurey-Voroize, ainsi que le centre de recherche et de production de Sofradir.

Sur le site de la Société Industrielle de Combustible Nucléaire (SICN) de Veurey-Voroize se trouve une ancienne usine de fabrication de combustibles nucléaires, arrêtée en 2002 et démantelée depuis par Areva[7].

Monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de la maison forte dite tour des Templiers, du XIVe siècle[8] ou du XIIIe siècle,  Inscrit MH (1984, partiellement)[9]
  • Le château de Saint-Ours de l'Échaillon, du XVIe siècle, au Petit-Port[10],[8].
  • Le château de Saint-Ours à Veurey, habité par les seigneurs du château de Saint-Ours de l'Échaillon quand quittèrent la demeure au Petit Port au XVIe siècle[8].
  • Le château des Chorot de Boisverd, dit Maison Belle[8].
  • Les bains de l'Échaillon (près des carrières)[10].
  • La ferme de Saint-Ours[10].
  • L'usine électrique[10].
  • Anciennes maisons dans le village, notamment rue de la Gilbertière, avec des éléments de XIIIe ou XIVe siècle[8].
  • Entre Le Petit et Le Grand Châtelard Eric Tasset présume la présence d'une ancienne motte castrale aujourd'hui disparue[8].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église.
  • Église Saint-Georges, en style néo-gothique, construite en 1853 sur les ruines d'une église du XIe siècle[8].
  • La croix de l'Eygalen[10].
  • Chapelle funearaire de Saint-Ours[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph-Hippolyte Mouton, Notice historique sur Veurey-en-Dauphiné, Grenoble, impr. de G. Guirimand, (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  2. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 6 décembre 2014.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  7. Première réunion de la Commission Locale d'Informations du site de SICN Veurey - Areva, 18 octobre 2010
  8. a, b, c, d, e, f, g et h Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 620-627
  9. « Tour dite Tour des Templiers », notice no PA00117316, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. a, b, c, d et e Veurey-Voroize, portail de La Métro, accès le 19 juin 2010.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]