Châtonnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chatonnay (homonymie).

Châtonnay
Châtonnay
La place de l'église en 1913.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Canton Bièvre
Intercommunalité Communauté de communes de la région Saint-Jeannaise
Maire
Mandat
Guy Servet
2014-2020
Code postal 38440
Code commune 38094
Démographie
Population
municipale
2 070 hab. (2015 en augmentation de 11,23 % par rapport à 2010)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 12″ nord, 5° 12′ 28″ est
Altitude 452 m
Min. 424 m
Max. 615 m
Superficie 31,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Châtonnay

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Châtonnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtonnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtonnay
Liens
Site web chatonnay38.fr

Châtonnay est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Châtonnay est une commune du Nord Isère, de la région des Terres Froides. Le village s'étend dans le vallon de la Bielle, en bordure nord de la forêt de Bonnevaux. Le bourg est à une altitude de 450 m et le point culminant dépasse de peu les 600 m, près du hameau des Effeuillers. La vallée de Châtonnay est d'origine glaciaire. Son sous-sol est argilo-caillouteux. Ce terrain est propice à la création d'étangs, le territoire en compte une centaine, essentiellement créés par l'homme. La forêt de Bonnevaux est classée Zone Naturelle d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique (Znieff). La commune en a acquis , en 2008, 143 ha (qui appartenaient auparavant à la Caisse d'Épargne) et a mis en place un projet de gestion forestier[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La place de la poste et la Grande Rue au début du XXe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1953 Mathieu Cochard    
1953 1959 André Marron    
1959 1965 Joseph Fontaine    
1965 1969 Louis Mayan    
1969 mars 2008 Gilbert Cecillon    
mars 2008 en cours Guy Servet SE Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 2 070 habitants[Note 1], en augmentation de 11,23 % par rapport à 2010 (Isère : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1282 5052 6082 9813 0113 0343 0563 2033 068
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 7132 7282 1682 1222 1221 9771 9381 8751 826
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8181 6171 5801 4531 4571 4501 3811 3041 189
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 1511 0561 0961 2201 3411 4241 6631 8132 037
2015 - - - - - - - -
2 070--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Motte castrale du Calvaire. Sur le site s'érige la Tour de l'horloge. dite aussi Tour du calvaire -
  • Motte castrale de Chateauvieux. Le château est cité depuis le XIe siècle.
  • Maison forte Jocteur-Monrozier - Maison forte de Miribel - Maison forte de Cazeneuve -
  • Mairie (ancien château du Dôme "restauré" vers 1970.) -On peut y voir le drapeau des Volontaires de Quatre-Vingt Treize -
  • Église paroissiale : l'édifice actuel situé sur le site de l'ancienne église Sainte-Catherine, fut terminé en 1846
  • Place de la Gare - qui fut l'ancienne gare de la ville lors-qu’existait le chemin de fer de Vienne au Grand-Lemps (démantelé avant 1940)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Gabet, fut un important personnage du Moyen Âge. Ce juge viennois, né à Châtonnay, résidait dans une grosse bâtisse de la paroisse d'Estrablin que l'on appela depuis Gabetière. Protestant engagé, Gabet fut impliqué dans les guerres de religion du XVIe siècle. En effet, après avoir pris une part active à la conjuration d'Amboise, Gabet fit célébrer, dans sa maison de Vienne, le premier prêche protestant de la région viennoise (janvier 1562). Il sera finalement abattu par les catholiques lorsque ceux-ci vinrent soustraire Vienne aux protestants.
  • L'abbé Jean Berthier (1840-1908), fondateur de la congrégation religieuse des Missionnaires de la Sainte-Famille en 1895. Prédicateur et écrivain, il est originaire de Châtonnay.
  • Le chanoine Pierre Cavard, né à Givors le 2 avril 1889, mais originaire de Châtonnay, historien et spécialiste de l'histoire de Vienne ("Vienne la sainte") mort le 21 février 1869 à Vinay.
  • Châtonnay a vu naître en 1928 Marcel BRISSAUD, fils de tisseur, qui deviendra Maître de Conférence Honoraire de la faculté des Sciences de Lyon, et animera dans les années 1970-1980 « l'équipe lyonnaise » dont les travaux sur la prétopologie feront référence auprès des sociologues.

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • le Mollard (Haut et Bas)
  • la Vollandière
  • le Ginet
  • Saint Christophe
  • Les Hautes Combes et Basses Combes.
  • la Bâtie

Enseignement[modifier | modifier le code]

Châtonnay possède une école de maternelles et de primaires (petites sections aux CM2). Les élèves du secondaire vont au collège Fernand Bouvier de Saint-Jean-de-Bournay, puis au lycée de l'Oiselet , à Bourgoin Jallieu. Des établissements privés existent aussi à La Cote St André.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]