Pont-Évêque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pont-Évêque
Pont-Évêque
La mairie, place Claude-Barbier.
Blason de Pont-Évêque
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Intercommunalité Vienne Condrieu Agglomération
Maire
Mandat
Martine Faïta
2020-2026
Code postal 38780
Code commune 38318
Démographie
Gentilé Episcopontains
Population
municipale
5 207 hab. (2018 en augmentation de 1,15 % par rapport à 2013)
Densité 594 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 52″ nord, 4° 54′ 43″ est
Altitude Min. 165 m
Max. 321 m
Superficie 8,76 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Vienne
(banlieue)
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vienne-1
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Pont-Évêque
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Pont-Évêque
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pont-Évêque
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pont-Évêque
Liens
Site web www.ville-pont-eveque.fr

Pont-Évêque (prononcée [pɔ̃.t‿evɛk]) est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Autrefois située dans la province royale du Dauphiné, la commune est adhérente à la communauté de Vienne Condrieu Agglomération et ses habitants sont appelés les Episcopontains[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Pont-Évêque est située dans l'aire urbaine de Vienne et dans son unité urbaine.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

Le contact entre la molasse du Miocène et le granite de Pont-Evèque, au lieu-dit de La Perrière, est un site géologique remarquable de 0,16 hectare. Il s'agit d'une falaise rocheuse fossile, d'intérêt sédimentologique. En 2014, il est classé « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La territoire de Pont-Évêque est bordé par quatre autres communes.

Communes limitrophes de Pont-Évêque
Serpaize
Vienne Pont-Évêque Septème
Estrablin

Climat[modifier | modifier le code]

La région de la commune de Pont-Évêque présente un climat de type semi-continental[3] qui se caractérise par des précipitations en toutes saisons, de nombreux orages se déroulant en été.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est longé dans sa partie méridionale par la Gère, un affluent du Rhône qui traverse ensuite la ville de Vienne et d'une longueur de 34,5 km de longueur[4]. Le territoire est également traversé par son affluent, la Véga, d'une longueur de 18 km[5]. .

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Station du Tramway de Saint Jean vers 1910

Voies routières[modifier | modifier le code]

La pointe sud du territoire est traversé par la RD502, ancienne route nationale 502 déclassée à la suite de la réforme de 1972. Cette route permet de rejoindre la RD1085 (ancienne RN85) qui relie Lyon à Grenoble.

La commune est également traversée par la RD75 qui relie Vienne, à La Verpillière et à Chavanoz.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Les gares ferroviaires les plus proches sont la gare de Vienne et la gare d'Estressin, situées à moins de cinq kilomètres et toutes les deux desservies par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes. Entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle la ville fut reliée à Vienne par une ligne du CEN Réseau Isère.

Au niveau local, la commune est desservie par le Le réseau urbain de l'agglomération de Vienne, notamment les lignes 1, 2 et 4 ainsi que des lignes scolaires et interurbaines.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pont-Évêque est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine de Vienne, une agglomération inter-départementale regroupant 25 communes[9] et 95 276 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (54,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (64,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (32,1 %), zones urbanisées (24,5 %), prairies (12,8 %), zones agricoles hétérogènes (9,4 %), forêts (8,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,8 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[15].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Pont-Évêque est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique[16].

Terminologie des zones sismiques[17]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine de la ville[modifier | modifier le code]

Au Ve siècle, les corps de trois martyrs viennois : Séverin, Exupère et Félicien, furent ensevelis dans une petite église dédiée à saint Romain avant que Barnard, archevêque de Vienne ne les transfère en 841 à Romans. Jusqu’à sa destruction par les protestants en 1562, la procession solennelle du mardi des Rogations à laquelle participaient les clercs de Vienne (séculiers et réguliers) arrivait à Saint-Romain[18].

Naissance de la commune[modifier | modifier le code]

Tout comme Chasse-sur-Rhône, Chuzelles, ou Serpaize, Pont-Évêque est une entité municipale récente, elle est née le .

Ancien faubourg dépendant de Septème et d'Estrablin, Pont-Évêque s'est développé au XVIIIe siècle grâce à la pureté des eaux et à la force motrice de la Gère qui a attiré des industries diverses[19],[20].

Elle appartenait à la veille de la Révolution de 1789 à la seigneurie de Septème, qui s'étendait sur tout ou en partie des cinq communes actuelles de Septème, Oytier-Saint-Oblas, Saint-Just-Chaleyssin, Serpaize, et enfin Pont-Évêque. Mais sur le plan religieux elle était déjà, et depuis longtemps, une paroisse.

En organisant les communes en 1790, la Révolution maintint Pont-Évêque et Serpaize dans la commune de Septème qui perdit le reste.

C'est le puissant essor industriel de Pont-Évêque dans la première moitié du XIXe siècle qui devait poser le problème de l'émancipation communale des Episcopontais : au vieux grief qu'était l'éloignement considérable de Septème dont le chef-lieu est à huit kilomètres, s'ajoutait maintenant celui du divorce d'intérêts, les Septèmois étant restés paysans, contrairement aux industriels Episcopontais.

Finalement, les pétitions recueillirent l'avis favorable de l'administration préfectorale et la loi du couronna tous ces efforts. Pont-Évêque était érigé en une commune dont le territoire fut taillé dans ceux de Septème, d'Estrablin et de Vienne[21].

Histoire industrielle[modifier | modifier le code]

C'est en 1840 que M. Frèrejean, déjà propriétaire des deux hauts fourneaux édifiés en 1819, construit une forge comtoise à Pont-Évêque. Cette unité, très moderne à l'époque sera intégrée en 1863 à l'usine Harel et Cie comportant outre les deux hauts fourneaux, vingt fours à puddler et une nouvelle forge comtoise. La production de fers fins sera de 1 000 tonnes par mois[22].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2021, le conseil municipal de la ville est constitué de vingt-neuf membres (quatorze femmes et quinze hommes), dont une maire, sept adjoints au maire et onze conseillers municipaux[23].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Les habitants de Pont-Évêque se nomment les Épiscopontains.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1896 1908 Francisque Cartallier    
1919 1925 Louis Leydier    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 décembre 2011 Daniel Cachet SE Agent de maîtrise
décembre 2011 En cours Martine Faïta UDI Retraitée[24]
Vice-Présidente de la Communauté d'agglomération du Pays Viennois
Conseillère départementale depuis 2021

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[26].

En 2018, la commune comptait 5 207 habitants[Note 3], en augmentation de 1,15 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 7991 6621 7521 6561 4091 3441 3571 4621 586
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 5631 6521 6511 6951 6771 7251 8812 1485 636
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2018 -
5 5425 3855 0675 1055 1085 1105 1485 207-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les divers établissements scolaires (dont le collège Georges Brassens) de la commune sont rattachés à l'académie de Grenoble.

Équipement culturel et sportif[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton et quelquefois de la commune, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église de Pont-Évêque (propriété de la commune) sont desservies par la paroisse « Sanctus en Viennois », elle-même rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[29].

Économie[modifier | modifier le code]

La ville produit des biens d'équipement domestique, avec l'usine Calor du Groupe SEB.

Elle est également marquée par l'industrie papetière, avec la présence d'une usine du groupe finlandais Ahlstrom.

Aujourd'hui la ville de Pont-Évêque, a une vie économique très dense avec plus de 360 entreprises ce qui représente près de 3000 emplois. Ces entreprises sont situées dans les zones industrielles de l'Abbaye et de Montplaisir mais également au sein du centre-ville avec bon nombre de commerces divers et variés. Cette profusion d'entreprises et de commerces de proximité permet aux contemporains de consommer local puisque tout est disponible sur la commune.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Avit et Saint-Georges, place Claude-Barbier.

L'église paroissiale Saint Avit et Saint Georges ayant été détruit par les protestants en 1562, l'édifice actuelle est donc de construction plus récente. Le visiteur peut cependant découvrir des réemplois de l'édifice primitif dans les chapiteaux du portail. Cet édifice de rite catholique présente une nef à triforium avec des bas côtés de cinq travées, séparées par des colonnes, un chevet polygonal et un clocher-tour surmonté d'une flèche. À l'intérieur, la façade est soutenue par de hauts piliers. Le tympan du portail permet de découvrir une croix templière à fleurs de lys positionnée à l'intérieur d'un trèfle[30].

Le monument aux morts communal, situé près de l'église, est de facture très sobre. Il s'agit d'une colonne en forme d'obélisque surélevée par un piédestal de trois marches avec l'inscription des victimes de la communes morts lors des deux conflits mondiaux et la guerre d'Algérie (1954-1962)[31].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Antoine Frerejean (1736-1789), maître de forge.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pont-Évêque Blason
De pourpre au pont d’une arche d’or, maçonné de sable, pentu en barre à dextre, posé sur une rivière d’azur mouvant de la pointe, surmonté de l’inscription « 1867 » en chiffres de gueules, l’ouverture chargée d’une mitre de gueules ornée d’or, brochant sur la rivière.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur Pont-Évèque, consulté le 11 novembre 2021.
  2. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  3. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le ).
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Gère (V32-0400) » (consulté le )
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Véga (V3220540) » (consulté le )
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Unité urbaine 2020 de Vienne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  15. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  16. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  17. [1]
  18. Cavard (P.) : "Vienne la Sainte, Vienne, Blanchard " 1977
  19. Genty : "Du village à la ville, évolution d'une commune et adaptation du milieu agricole. Exemple de Pont-Évêque, Mémoire de maîtrise de Géographie " 1981
  20. Bulletin des lois de la République française de 1867, 2e semestre, p.  81 : Le territoire de la section de Pont-Évêque… sur Google Livres.
  21. Histoire des Communes de l'Isère, Arrondissement de Vienne, 1987.
  22. Ernest Chabrand : "Histoire de la métallurgie du fer en Savoie et Dauphiné " 1898
  23. Site ville-pont-eveque.fr, page "Les élus", consulté le 11 novembre 2021.
  24. « Résultats municipales 2020 à Pont-Évêque », sur lemonde.fr (consulté le ).
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  29. page sur les paroisse du Viennois, consulté le 11 novembre 2021.
  30. Site petit-patrimoine.com, page "Eglise Saint Avit et Saint Georges de Pont Évêque", consulté le 11 novembre 2021.
  31. Site monumentsmorts.univ-lille.fr, page sur le monument aux morts de Pont-Évêque, consulté le 11 novembre 2021.
  32. a et b Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :