Dolomieu (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dolomieu.
Dolomieu
Château du XVIIe siècle.
Château du XVIIe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Vallons de La Tour du Pin
Maire
Mandat
André Bejuit
2014-2020
Code postal 38110
Code commune 38148
Démographie
Gentilé Dolomois[1]
Population
municipale
3 035 hab. (2014)
Densité 228 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 39″ nord, 5° 29′ 52″ est
Altitude 400 m
Superficie 13,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Dolomieu

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Dolomieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dolomieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dolomieu
Liens
Site web www.dolomieu.fr

Dolomieu est une commune française située dans le Dauphiné, département de l'Isère, région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dolomieuweg.

Dolomieu est le troisième plus long village de France de par son étendue sur plus de 15 km.

Son altitude varie de 260 m à 454 m, la mairie se situant à 410 m.

Localisation[modifier | modifier le code]

Dolomieu est une localité située à 7,5 km de La Tour-du-Pin et à 9 km de Morestel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours André Bejuit DVG Retraité Fonction publique[2]
mars 2001 2014 Patrick Bourdaret    
  novembre 2000 Jean Monnet    
    Maurice Claudel    
    René Malley    
    Martin Jung    
    Gilbert Rivier    
    André Rojon    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 035 habitants, en augmentation de 3,87 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 242 1 408 1 344 1 622 2 006 2 124 2 202 2 236 2 292
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 224 2 240 2 352 2 487 2 560 2 527 2 511 2 400 2 279
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 191 2 088 2 016 1 785 1 715 1 601 1 502 1 322 1 307
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 256 1 283 1 348 1 662 2 135 2 369 2 787 3 025 3 035
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population est maintenant composée de nombreux habitants, travaillant dans les villes de la région, notamment Lyon, Chambéry, Grenoble. Cette forte affluence de populations externes impose à la municipalité d'agir pour que la commune ne devienne pas une "cité dortoir" en stoppant net l'urbanisation de son territoire.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a longtemps été liée à l'industrie textile, jusque dans les années 1970.

Lieux, monuments et infrastructures majeures[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Naissances à Dolomieu :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Dolomieu est jumelée avec la commune d'Agordo en Italie, depuis le 31 octobre 2005. Ce jumelage a été réalisé par Renzo Gavas, maire de la commune d'Agordo, et Patrick Bourdaret, maire de Dolomieu. L'objectif est de "consolider la connaissance et l'amitié entre les deux communes, dans l'esprit d'un lien historique ayant pour protagoniste l'illustre Déodat Gratet de Dolomieu.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Comptant plus d'une cinquantaine d’associations, la commune accueille le siège social de l'association internationale Maksika (Réseau solidaire associatif mondial de conservation des abeilles des hommes et des territoires) connue pour ses actions compensatrices de biodiversité et de déperditions des abeilles, ses ruches pédagogiques connectées ainsi que ses applications informatiques d'aide à l'apiculture connues internationalement.(bee-partner,....)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 03/06/11.
  2. http://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/dolomieu,38148/
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), p. 678.
  8. « Château », notice no PA00117370, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :