Valencin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Valencin
Valencin
La mairie.
Blason de Valencin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Intercommunalité Communauté de communes des Collines du Nord Dauphiné
Maire
Mandat
Bernard Jullien
2020-2026
Code postal 38540
Code commune 38519
Démographie
Gentilé Valencinois, Valencinoise
Population
municipale
2 795 hab. (2018 en augmentation de 6,03 % par rapport à 2013)
Densité 290 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 46″ nord, 5° 00′ 56″ est
Altitude 360 m
Min. 270 m
Max. 379 m
Superficie 9,63 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Saint-Just-Chaleyssin
(ville-centre)
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Verpillière
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Valencin
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Valencin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valencin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valencin
Liens
Site web www.valencin.fr

Valencin est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Valencin est un village qui se situe dans le quart sud-est de la France dans la région Auvergne-Rhône-Alpes

Le village se trouve plus précisément au niveau local sous le nom Bas-Dauphiné également dénommé Nord-Isère et inscrit dans les Balmes Viennoise à mi chemin entre Vienne et Bourgoin-Jallieu. La commune fait partie de la communauté de communes des collines du nord Dauphiné et dans le canton d'Heyrieux. Sa superficie et de 963 hectares son Bourg s'étend sur une colline à deux versant Nord et Sud pour une altitude de 380 mètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le village est limitrophe de sept communes : de l'est au sud-est se situent Diemoz et St Georges d'Espéranche. Au sud sud-ouest se situent les Communes de Saint Just Chaleyssin, Luzinay et Chaponnay. Puis en partant du nord jusqu'au nord-est Saint-Pierre-de-Chandieux et Heyrieux.

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

La région de Bonnefamille présente un climat de type semi-continental[1] qui se caractérise par des précipitations en toutes saisons.

Les étés sont chauds et plutôt sec mais connaissent de nombreuses périodes orageuses. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Commune est traversée dans sa partie méridionale par la rivière de Césarges appelée aussi torrent de Césarges rejoint la Véga ou rivière de Septème, la Gère puis le Rhône au sud du mont Salomon à Vienne. Au nord-est coule le ruisseau de l'Ozon qui se jette directement dans le Rhône au niveau de Sérézin du Rhône enfin la Sévenne qui part de l'étang Combe d'Artas pour aller directement au Rhône a Vienne au nord du mont Salomon.

Transport Collectif[modifier | modifier le code]

Le village est desservi par le réseau de transport de l'Isère (TransIsère) par le transporteur Faure.

Le SYTRAL autorité organisatrice des transports pour la Métropole de Lyon et le Rhône met à disposition une ligne régulière du réseau Les cars du Rhône desservant trois points d'arrêts (Le Fayet, stade et place de la Mairie), la ligne Bus TCL Ligne 112 à destination de Vénissieux Parilly passant par la gare SNCF en correspondance avec le réseau TCL via le centre de Chaponnay et sa ZI, Marennes et Corbas.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Valencin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Just-Chaleyssin, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[5] et 5 367 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (71,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (31,7 %), zones agricoles hétérogènes (25,2 %), zones urbanisées (17,3 %), terres arables (14,6 %), forêts (11,1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques majeurs[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Valencin est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique[12].

Terminologie des zones sismiques[13]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les premiers hommes sont apparus sur le site de Valencin dès le Néolithique (6000-2200 av. J.-C.). En 2007, différents outils préhistoriques ont été mis au jour au sud de la commune près de la rivière de Césarges.

Outils néolithiques : meule à grain, pilons, demi racloir en silex, arrière de hache polie
Outils néolithiques trouvés sur la commune : meule à grain, pilons, demi racloir en silex, arrière de hache polie

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

On peut considérer que Valencin était à l'origine une villa gallo-romaine[réf. nécessaire] (vaste domaine (ou exploitation agricole) qui était dirigée par un maître, avec sous son autorité un certain nombre de serviteurs).

Certains historiens[Lesquels ?] ont essayé de trouver l'origine du nom de Valencin. La date la plus ancienne retrouvée qui mentionne Valencin est un acte de 954 sous la forme de Valenciano. Au Moyen Âge, la voie qui traversait Valencin était un chemin de pèlerinage de Vienne à Saint-Claude.

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Les Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem par leur présence à Bellecombe[Note 3] reflètent l'aspect dominant de l'histoire du village[14],[15]. Leur commanderie faisait partie du grand prieuré d'Auvergne et possédait pas moins de 5 membres et autres annexes avant la Révolution française[16].

Epoque moderne[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution, le canton n'existait pas et le village souvent cité dans les textes de l'époque comme « l'écart de Valencin »[réf. nécessaire], était rattaché au mandement de Saint-Georges-d'Espéranche depuis l'arrivée des comtes de Savoie. La paroisse de Valencin était membre de la commanderie de Bellecombe, elle-même dépendante « en fief et en terre de Saint-Georges-d'Espéranche »[17], le commandeur de Bellecombe étant alors coseigneur de Valencin.

La plaine de Lafayette était autrefois[Quand ?] « plaine de Chanoz », en raison de la forêt du même nom. La légende veut que le nom de Lafayette ne vienne pas du mot Fayard, nom commun qui désigne le hêtre, mais d'un personnage, le général Gilbert du Motier de La Fayette. L'ancien volontaire qui était parti combattre aux Amériques aux côtés de Washington en 1776, venait de Bourgoin. En 1829 en son honneur fut organisé un banquet de 1 500 personnes en plein air et en souvenir, l'auberge qui fut construite à proximité de ce lieu historique prit le nom d'auberge de la Fayette.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1989 Raymond Faure   Entrepreneur
1989 1989 Georges Viallon    
1989 1991 Roger Gilbert    
1991 1991 Jacques Duvaud    
1991 1995 Gérard Jannaire    
1995 2008 Marie-Thérèse Chuzeville    
2008 2014 Philippe Portal DVD  
2014 2020 Robert Pariset Sans étiquette Retraité
2020 En cours Bernard Jullien Sans étiquette Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2018, la commune comptait 2 795 habitants[Note 4], en augmentation de 6,03 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
595627573721749789810835814
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
790774768757674644646630652
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
648655651588599578554549575
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6025757219721 7632 0732 4182 5412 751
2018 - - - - - - - -
2 795--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Rattachée à l'académie de Grenoble, la commune compte deux établissements scolaires[22] : l'école maternelle Marie Curie et l'école élémentaire Jean-Moulin.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.
Le clocher.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Valencin Blason
Inconnu.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Belle Combe / Bellecombe, lieu-dit / hameau de la commune de Valencin: 45° 36′ 48″ N, 5° 02′ 32″ E.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  5. Ruines de la chapelle Saint-Hugues: 45° 36′ 49″ N, 5° 02′ 30″ E

Références[modifier | modifier le code]

  1. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 de Saint-Just-Chaleyssin », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 28 mars 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  13. [1]
  14. Georges Guigue, Inventaire-Sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : Rhône - Archives Ecclésiastiques - Série H - H1 à H 702 - Ordre de Malte -Langue d'Auvergne , t. I, (lire en ligne).
  15. Léopold Niepce, Le Grand-Prieuré d'Auvergne : Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Lyon, Librairie Générale Henri Geors, , XI-352 p. (OCLC 422251418, présentation en ligne).
  16. Niepce 1883, p. 284-285.
  17. Berger 2010, p. 266.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « Écoles maternelle et primaire - Commune de Valencin », sur www.valencin.fr (consulté le 24 octobre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Un exemple d'approche archéologique d'un groupe d'établissements hospitaliers en Dauphiné : Le bailliage de Bellecombe en Isère », dans Histoire et archéologie de l'ordre militaire des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem : recueil de mémoires et documents sur le Forez, Publications de l'université de Saint-Etienne, , 380 p. (présentation en ligne)
  • Michelle Berger, Histoire des communes de l'Isère : Généralités. Arrondissement de Vienne, Horvath, (présentation en ligne), p. 266-267

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]