Saint-Martin-de-Clelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
image illustrant une commune de l’Isère
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Isère.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Martin-de-Clelles
Image illustrative de l'article Saint-Martin-de-Clelles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Matheysine-Trièves
Intercommunalité Communauté de communes du Trièves
Maire
Mandat
Robert Cartier (PG)
2014-2020
Code postal 38930
Code commune 38419
Démographie
Population
municipale
182 hab. (2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 47″ Nord, 5° 37′ 21″ Est
Altitude Min. 519 m – Max. 2 082 m
Superficie 14,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Clelles

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Clelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Clelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Clelles
Liens
Site web www.saintmartindeclelles.fr

Saint-Martin-de-Clelles est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-de-Clelles vu depuis le chemin du pont de Chardon.

Le territoire de Saint-Martin-de-Clelles fait partie du parc naturel régional du Vercors.

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

La « butte témoin du Mont Aiguille » est un site géologique remarquable de 25,68 hectares sur les communes de Saint-Martin-de-Clelles, Saint-Michel-les-Portes et Chichilianne (Le Mont-Aiguille). En 2014, ce site d'intérêt géomorphologique est classé « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[1].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La commune de Saint Martin de Clelles est composé de plusieurs lieux dits. Le plus connu d'entre eux est celui de Trésanne sur l'autre versant du Goutarou. On en compte ainsi quinze: Trésanne, Darne, Chalabaud, Chauplanon, Les Beylioux, La Prat, Les Vignasses, Les Scées, Pamperdu, Les Moutonnes, Rabier, Chabannerie, les Vorsys, La Babe, La Condamine et les Riperts [2]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Saint Martin de Clelles est adjacente à Saint Michel les Portes et Roissard au nord, Chichilianne et Clelles au sud ainsi qu'à Lavars à l'est. [3]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Josiane Auger    
2008 2014 Christian Brunoud    
2014 En cours Robert Cartier PG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 182 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
249 238 280 230 250 254 313 361 300
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
310 304 310 278 393 269 267 242 201
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
180 176 152 108 111 96 102 93 106
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
82 60 70 103 122 118 154 182 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église.

Une chapelle avec un toit de chaume se dresse face au Mont Aiguille sur le lieu dit "Trésanne"

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Eloi Ville est une personnalité éminentes de la commune. Né en 1896 à Saint Martin de Clelles il est par la suite devenu un des pionniers de l'Aéropostale, volant avec notamment Jean Mermoz.[6] La salle des fêtes du village porte le nom d'Eloi Ville.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  2. « Site du village »
  3. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 5 janvier 2016)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  6. « VIEILLES TIGES », sur espacesaerienslyon.pagesperso-orange.fr (consulté le 5 janvier 2016)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]