La Mure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Mure
Image illustrative de l'article La Mure
Blason de La Mure
Héraldique
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Matheysine-Trièves
Intercommunalité Communauté de communes de la Matheysine, du Pays de Corps et des Vallées du Valbonnais
Maire
Mandat
Eric Bonnier
2014-2020
Code postal 38350
Code commune 38269
Démographie
Population
aire urbaine
5 020 hab. (2013)
Coordonnées 44° 54′ 11″ N 5° 47′ 15″ E / 44.903055555556, 5.787544° 54′ 11″ Nord 5° 47′ 15″ Est / 44.903055555556, 5.7875

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
La Mure

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
La Mure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Mure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Mure
Liens
Site web www.lamure.fr

Ville de moyenne montagne, La Mure est la commune-centre du Plateau Matheysin. Située à 740m d’altitude, La Mure est au cœur du Dauphiné et de l’Histoire.[modifier | modifier le code]

Abel Chrétien Coup de grisou

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La Mure d'Isère est située à 40 kilomètres au sud de Grenoble et 65 kilomètres au nord de Gap, entre Provence, Lacs et Montagnes, elle se trouve sur le plateau Matheysin à environ 700 mètres d'altitude.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La Matheysine, une des parties les plus meridionale, marque le début de la transition climatique entre Alpes du Nord et Alpes du Sud.

« Matheysine » : ce mot est issu de la lente déformation du terme «Matacena», composé de la racine latine « Matta/Mata » qui signifie « humide » et pré-latine « Cena », signifiant le « haut plateau ». Ce terme désigne donc un plateau élevé, riche en eau… correspondant bien à la réalité que nous connaissons encore aujourd’hui.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Susville
Saint-Honoré
Nantes-en-Ratier Rose des vents
Prunières N Sousville
O    La Mure    E
S
Cognet Ponsonnas

Toponymie[modifier | modifier le code]

« La Mure » : les dernières études montrent que l’étymologie de « Mure » viendrait de la racine pré-celtique « Mor, Mur » signifiant « morceau de pierre » ou « butte rocheuse ». C’est aussi le nom de la colline rocheuse sur laquelle était bâti le premier château delphinal. Il est dit en effet dans l’Inventaire des Biens du Dauphin (1339) que le château était construit « sur la colline qui a donné son nom à la ville ». L’explication du nom de notre ville est donc très ancienne et n’a rien à voir avec une quelconque maturité !… Ni avec le délicieux fruit des bois !

Histoire[modifier | modifier le code]

Des troupes traversent le Pont Haut de La Mure. Le pont, illustré par Victor Cassien (1808 - 1893), se trouve sur la route nationale 85.

En 1580, durant les guerres de religion, la ville est assiégée et prise aux protestants par le duc de Mayenne. La citadelle est détruite en 1581. En 1587, le château de Monestier est détruit par les troupes de Lesdiguières.

Napoléon Ier a traversé la Mure, par la rue des Alpes, le 7 mars 1815 lors de son retour de l'Île d'Elbe, juste avant de rencontrer les troupes venues à sa rencontre à Laffrey.

Au Moyen Âge, on relève l'existence de plusieurs maisons fortes dont celles : du seigneur de La Motte décrite en 1339, « habet infra villam dominus de mota domum fortem »[1] ; de Lancelot de Clermont décrite en 1363, « quadam turrim cum domo bassa viridarium grangiam et aliis platheis et pertinentiis suis site infra villam de mura »[1] et d'une autre décrite en 1366, « unam suam domum fortem cum suo tenemento et curtilagio site infra villam de mura in castro justam domum fortem nobilis petrus beymundi et juxtam terram berthoni genpais et juxtam domum fortem nobilis Remundus aynardi »[1].

Musée Matheysin

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la periode 1971-2015[Lien à corriger]

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 11,0 12,4 15,2 17,4 21,8 26,0 29,6 29,3 25,2 20,0 14,4 11,8 19,5
Températures moyennes (°C) 6,8 7,9 10,3 12,6 16,7 20,6 23,9 23,7 20,1 15,5 10,3 7,8 14,7
Températures minimales (°C) 2,6 3,4 5,3 7,7 11,6 15,2 18,1 18,1 14,9 11,0 6,2 3,8 9,9
Précipitations (hauteur en mm) 62 48 47 56 40 37 15 31 64 99 54 56 606,2
Source: Météo France / Station de la mure[2]
Gare ferroviaire de La Mure

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Chaque projet, parce qu’il a un impact sur l’environnement ou sur le paysage naturel, rural ou urbain, concerne la collectivité et est régi par la loi (code de l’urbanisme). Il doit de ce fait répondre aux exigences du Plan local d’Urbanisme (P.L.U.) de la commune.

En règle générale, tout projet d’aménagement, qu’il concerne une construction (y compris un abri de jardin, une véranda, etc..), une clôture, une piscine ou le découpage d’une parcelle, est soumis à autorisation. Il en est de même pour changer la destination d’une construction existante (par exemple un local commercial transformé en local à usage d’habitation).

Hôtel de ville de La Mure

Liste des Maires[modifier | modifier le code]

Le château de Beaumont.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1971 Jean Morel DVD Pharmacien
1971 1977 Louis Mauberret PCF Mineur - conseiller général du canton de La Mure (1967-1979)
1977 1980 Jean Morel DVD Pharmacien
1980 2001 Claude Péquignot NI Enseignant - Conseiller régional - Conseiller général
2001[3] 2015 Fabrice Marchiol UMP Conseiller régional depuis 2004 et président du groupe d'opposition au Conseil régional depuis 2010, président de la CCMPCVV. Un an près son suicide, à 41 ans[3], la commune a appris que son maire lui léguait deux appartements[4].
2015   Eric Bonnier Les Républicains Infirmier[5]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La sociologie de la ville est historiquement plutôt favorable à la gauche, en particulier le Parti communiste. Le Front national y réalise plus récemment de bons résultats. Au niveau local, c'est surtout la personnalité des maires, tels Fabrice Marchiol (2001-2015), qui leur permet d'être élu, plus que leur étiquette politique.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 5 020 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 147 1 686 1 818 1 933 2 785 3 097 3 106 3 439 3 648
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 319 3 628 3 565 3 577 3 560 3 526 3 574 3 401 3 384
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 377 3 466 3 595 3 711 3 906 4 423 4 420 4 922 5 595
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
6 111 6 196 5 522 5 657 5 480 5 190 5 076 5 069 5 028
2013 - - - - - - - -
5 020 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de La Mure débutent leur études dans la commune, qui dispose de deux écoles maternelles : Les Bastions, 3 classes regroupant 75 enfants[9] et Perouzat, 3 classes pour 76 enfants[10] ; et 2 écoles primaires : Les Bastions, 5 classes pour 125 écoliers[11], les Capucins, 6 classes regroupant 135 écoliers[12]. La commune dispose également d'un groupe scolaire privé, Sainte-Thérèse, accueillant 194 enfants, dans 7 classes de maternelle et primaire[13].2 Colléges: Louis Mauberret, 28 classes regroupant 580 élèves et Collège Privé Saint Joseph, 8 classes regroupant 200 élèves. 2 Lycée: La Matheysine 500 élèves de la seconde à la terminale et LYPPRA (Lycée Professionnel Privé Rural des Alpes) 130 élèves de la seconde à la terminale.

Santé[modifier | modifier le code]

Tour de l'Hopital

La Ville de La mure dispose d'un Centre Hospitalier Urgentiste disposent de 90 places, ainsi qu'un EHPAD disposent de 120 places

Cultes[modifier | modifier le code]

La Ville dispose de 2 églises, 1 temple, 2 mosquées et un salle de réunion des Témoins de Jéhovah .

Sports[modifier | modifier le code]

Piscine "Aqua Mira"

La Ville dispose actuellement de 2 Stades, 1 Piscine, 1 Complexe Sportif, 2 Tennis, 1 City Park et d'une Halles des Sports ( travaux en cours)

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

On trouve à La Mure le siège de la société de production d'horloges digitales et analogiques Gorgy Timing.

La société Gorgy Timing a été créée en 1974. Elle conçoit, fabrique et commercialise des systèmes de distribution d’heure et de synchronisation horaire, ainsi que des afficheurs de communication à diodes électroluminescentes.

La société est reconnue sur le plan international pour son savoir-faire dans la transmission d’une information horaire sécurisée et de communication visuelle, quelle que soit la distance.

Activités de service[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle-Saint-Pierre
Le « petit train de la Mure » sur le viaduc de Vaulx.
La Tour de l'Horloge

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • « La Matacena », la médiathèque de La Mure, tête de réseau
Halle du XIX°siecle

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe siècle au début du XVIe siècle, Éditions Picard,‎ (ISBN 9782708407701).

Liens externes[modifier | modifier le code]