Rochechinard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rochechinard
Rochechinard
L'église de Rochechinard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Intercommunalité Communauté de communes du Royans-Vercors
Maire
Mandat
Claude Antelme
2020-2026
Code postal 26190
Code commune 26270
Démographie
Gentilé Sinarupiens, Sinarupiennes
Population
municipale
125 hab. (2018 en augmentation de 17,92 % par rapport à 2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 06″ nord, 5° 15′ 15″ est
Altitude Min. 235 m
Max. 1 246 m
Superficie 9,78 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Vercors-Monts du Matin
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Rochechinard
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Rochechinard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rochechinard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rochechinard

Rochechinard est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rochechinard est situé à 5 km à l'ouest de Saint-Jean-en-Royans et à 26 km à l'est de Romans-sur-Isère.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Sur une surface de 978 hectares, le territoire de Rochechinard connaît un fort dénivelé (Musan 1 250 m).
Il est organisée en deux espaces distincts : une zone montagneuse au-dessus de 600 m d'altitude (boisement important et très faible densité d'habitat) et une zone comprise entre 250 et 600 m au relief plus doux, où se concentrent l'activité agricole et la population[réf. nécessaire].

Sites particuliers[1] :

  • Bégealat (1016 m) ;
  • les Essarts (856 m) ;
  • les Ricoires (840 m) ;
  • Pas de la Brebis ;
  • Pas du Mai ;
  • Petit Musan (1137 m)
  • Roches Corbières ;
  • Serre de Crève-Cœur (1099 m).

Géologie[modifier | modifier le code]

Le socle naturel est formé de roches calcaires dites « urgoniennes », comme les falaises de Combe Laval ou les gorges de la Bourne mais, ici, les couches géologiques ont été plissées et brisées, à l'occasion d'événements tectoniques survenus il y a 70, 20 et 10 millions d'années et liés à la surrection des Alpes. L'érosion des reliefs et le remplissage des creux par des dépôts sableux ont donné l'aspect actuel du relief[réf. nécessaire].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par les cours d'eau suivants :

  • Ravin de Maraval[1] ;
  • Ruisseau de la Prune[1].

Elle dispose de nombreuses sources : source de la Selle[1], etc.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rochechinard est une commune rurale car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

La commune est dite « hors attraction des villes »[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (71,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (71 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (71,1 %), zones agricoles hétérogènes (19,7 %), terres arables (4,4 %), prairies (4,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,6 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Quartiers, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Site Géoportail (carte IGN)[1] :

  • Belle Combe
  • Bois Savoyard
  • Champ Doyon
  • Champ du Puits
  • Château de Rochechinard (ruines)
  • Grand-Grange
  • Laragnolle
  • l'Eau Basse
  • le Carré
  • Léché
  • le Chaumates
  • le Devès
  • le Fayet
  • les Aillauds
  • les Gérys
  • les Grandes Étoubles
  • les Massots
  • les Massotiers
  • les Merles
  • les Motinières
  • les Niquets
  • les Pègues
  • les Revols
  • les Robins
  • Pierrefeu
  • Pré de Cinq Sous
  • Pré Imbert
  • Six Liards

Anciens quartiers, hameaux et lieux-dits :

  • les Aillauds est un quartier attesté en 1891[9].

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[10] :

  • 1174 : Rochechinart et de Ruppe Chinardo (cartulaire de Léoncel, 24).
  • 1265 : castrum Rupis Sinardi (cartulaire de Léoncel, 218).
  • 1266 : Rochechinart (inventaire des dauphins, 1706).
  • 1268 : castrum de Rupe Chinart (inventaire des dauphins, 232).
  • 1272 : castrum Ruppis Chinardi (inventaire des dauphins, 232).
  • 1308 : mention du mandement : mandamentum Rupis Chinardi (archives des Bouches-du-Rhône, mss. de Chantelou).
  • XIVe siècle : mention de la paroisse : capella Ruppis Chinardi (pouillé de Valence).
  • 1450 : Rochichinart (d'Hozier, V, 340).
  • 1540 : mention de la paroisse : cura Rupischinardi (rôle de décimes).
  • 1891 : Rochechinard, commune du canton de Saint-Jean-en-Royans.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

C'est probablement à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle que la famille des seigneurs du Royans choisit d'installer un premier château. Les montagnes de Rochechinard forment alors un espace de circulation important pour les transhumances vers la plaine rhodanienne[réf. nécessaire].

Les seigneurs du Royans cèdent en 1250 la terre aux dauphins[réf. nécessaire].

La seigneurie[10] :

  • Au point de vue féodal, Rochechinard était une terre du mandement de Saint-Nazaire-en-Royans, appartenant aux dauphins.
  • 1317 : les dauphins la démembrent de ce mandement et la donnent aux Curtel.
  • 1367 : les dauphins la donnent aux Alleman en échange de la terre de Saint-Thomas.
  • 1540 : elle est acquise par les Mosnier.
  • Vers 1560 : vendue aux Barral, derniers seigneurs.

Autre version[réf. nécessaire] :

  • En 1340, la terre est rachetée par la puissante famille Alleman qui la conservent jusqu'en 1547. Les limites de la future commune, fixés par eux en 1367 ne bougeront plus. Cette famille marque l'histoire du lieu, avec la reconstruction du château, le passage d'un prince turc, et deux frères illustres : Charles Alleman (vers 1435-1512), chevalier hospitalier, prieur de Provence, et Antoine Allemand (vers 1430-1493), évêque de Cahors.
  • En 1547, après une série de successions difficiles, les Alleman vendent leur fief à Claude Mosnier, maître de la Monnaie à Romans-sur-Isère. Ce roturier sera annobli pour sa fidélité au roi pendant les guerres de Religion.
  • De 1572 à 1590, les Mosnier assurent, avec l'aide de quelques soldats demandés au roi, le maintien d'une petite garnison catholique au château.
  • À partir du XVIIe siècle, les Mosnier délaissent Rochechinard au profit de leur demeure de Romans et ils s'éteignent en 1690 avec la mort, au siège d'Huningue, d'Alphonse, capitaine de cavalerie.
  • Joseph de Barral, président du parlement de Grenoble, maître de forges et richissime seigneur d'Allevard, rachète sur les conseils de son cousin germain, le cardinal de Tencin, le fief de Rochechinard pour 50 000 livres. Les Barral viennent peu sur place et se contentent de percevoir les revenus agricoles et ceux des péages du fer sur l'Isère, métal dont ils possèdent les mines du mandement d'Allevard et dont ils cherchent à contrôler le trafic en amont et en aval de la fonderie royale de canons de Saint-Gervais.
  • En 1749, le fief de Rochechinard est dévolu au troisième fils de Joseph de Barral, le conseiller Charles Gabriel Justin de Barral de Rochechinard.

Démographie[10] :

  • 1688 : 70 habitants.
  • 1789 : 90 chefs de famille.

Avant 1790, Rochechinard était une communauté de l'élection et subdélégation de Valence et du bailliage de Saint-Marcellin.
Elle formait une paroisse du diocèse de Valence, dont les dîmes appartenaient au curé.
Le mandement de Rochechinard avait la même étendue que la communauté de ce nom[10].

Le prince turc Zizim[modifier | modifier le code]

XVe siècle : le prince turc Djem Sultan, dit « Zizim » (1458-1495), fils de Mehmed II (le conquérant de Constantinople), écarté du pouvoir par son frère Bayézid II, se réfugia, en 1482, auprès des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem à Rhodes. Il demanda leur aide pour gagner les Balkans où il avait des partisans. Le grand maître confia alors le prince à la garde de trois chevaliers, dont Charles Alleman de Rochechinard, alors commandeur de la commanderie de Poët-Laval.

Leur mission était d’escorter Djem en France, sous le prétexte (entre autres) de lui faire rencontrer le roi. Le but était en réalité de le retenir prisonnier et de l'utiliser comme otage afin de se prémunir des attaques de Bayezid sur Rhodes. Débarqué à Villefranche-sur-Mer, Djem fut d'abord conduit dans la commanderie savoyarde des Échelles, via l'Italie, puis les chevaliers l'embarquèrent sur l'Isère à Saint-Quentin-sur-Isère afin de gagner la vallée du Rhône et, de là, la commanderie du Poët-Laval. À la fin de l'été 1483, alors que la nouvelle de la mort du roi Louis XI parvint à Charles Alleman, les chevaliers désarmèrent l'escorte du prince. En plein hiver 1483-1484, quittant le Poët-Laval, le commandeur amena Zizim « dans un fort sur un rocher nommé Rosinul » (Rochechinard dans une chronique turque)[réf. nécessaire].
Le fait historique devint une légende : le prince demeura quelques mois dans le château. Des descriptions du XVIIe siècle mentionnent une « salle du Turc ».
Au printemps 1484, le prince est logé dans le château de la Bâtie-en-Royans, aujourd'hui disparu, qui était situé dans l'actuelle commune de Saint-Laurent-en-Royans. Il était la possession de la famille de Sassenage, traditionnel allié de la famille Alleman.
« Le châtelain du lieu avait une aimable fille sans pareille. Entre celle-ci et Djem naquit un amour réciproque ». Voici comment en une ligne la chronique turque des Vaki-at i sultan Cem résume l'idylle de Zizim et de Philippe-Hélène de Sassenage. Après quatre ou cinq mois de séjour dans le Royans, le prince fut amené à Bourganeuf (Creuse) dans la tour Zizim où il demeura jusqu'en 1488, date à laquelle il fut confié au pape à Rome. En 1495 Charles VIII, allant conquérir le Royaume de Naples, demanda à Alexandre VI Borgia la garde du précieux otage. Djem mourut avant d’arriver à Naples dans des circonstances obscures (poison ?).
Ce prince défraiera la chronique. Plus tard, lorsque George Sand découvrit les tapisseries de La Dame à la licorne, exposées depuis au musée de Cluny, elle pensa qu'elles avaient été commandées par le prince Zizim.

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune fait partie du canton de Saint-Jean-en-Royans[10].

La commune connaît au XIXe siècle son plein essor démographique et une éphémère activité de production de pierre marbrière (« brèche » utilisé à Notre-Dame de Fourvière.)[réf. nécessaire].

1914 (démographie) : 243 habitants. 72 hommes de plus de 21 ans sont inscrits sur la liste électorale, 46 d'entre eux ont été mobilisés pendant la guerre (dont neuf sont morts pour la patrie)[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter. : de la Révolution au Second Empire
1793 1813 Joseph Pinat   officier public (1793-an IV)
agent municipal (an IV-an VIII) lors de la municipalité de canton
maire (an VIII-1813) après la loi du 28 pluviôse an VIII.
1813 1822 Jean Bletton    
1822 1831 Jean-Antoine Fombonne   agriculteur
1831 1835 Antoine Charve   agriculteur
1835 1839 Louis Merle    
1839 1843 Pierre Martin    
1843 1847 Jean-Antoine Fombonne   agriculteur
1847 1852 Louis Allemand    
1852 1871 Désiré Tardy    
Les données manquantes sont à compléter. : depuis la fin du Second Empire
1871 1874 Désiré Tardy   maire sortant
1874 1878 Désiré Tardy   maire sortant
1878 1884 Désiré Tardy   maire sortant
1884 1888 Ferdinand Villard   agriculteur
1888 1892 Désiré Tardy    
1892 1896 Ferdinand Villard   agriculteur
1896 1900 Ferdinand Villard   maire sortant
1900 1904 Jean-Pierre-Joseph Ezingeard    
1904 1908 Jules Villard   agriculteur
1908 1912 Jules Villard   maire sortant
1912 1919 Jules Villard   maire sortant
1919 1925 Louis Buissonet    
1925 1929 Régis Derbier   agriculteur
1929 1935 Régis Derbier   maire sortant
1935 1944 Régis Derbier   maire sortant
1944
(élection ?)
1945 Julien Antelme   agriculteur
1945 1947 Léon Fombonne   agriculteur
1947 1953 Léon Fombonne   maire sortant
1953 1959 Léon Fombonne   maire sortant
1959 1965 Léon Fombonne   maire sortant
1965 1971 Léon Fombonne   maire sortant
1971 1977 Léon Fombonne   maire sortant
1977 1983 Roland Cottin   agriculteur
1983 1989 Roland Cottin   maire sortant
1989 1995 Roland Cottin   maire sortant
1995 2001 Roland Cottin   maire sortant
2001 2008 Roland Cottin   maire sortant
2008 2014 Luc Villard   enseignant
2014 2020 Claude Antelme   directeur d'association d'insertion professionnelle
2020 En cours
(au 28 janvier 2021)
Claude Antelme[12][source insuffisante]   maire sortant

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La carrière vue du ciel.

L'environnement est aujourd'hui menacé par le projet d'ouverture d'une carrière à ciel ouvert de sables siliceux[réf. nécessaire].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 125 habitants[Note 2], en augmentation de 17,92 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,05 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
344304353387424409415434385
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
386368363308321333310280263
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
254234232183184168158158137
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
114101103107118113103102100
2013 2018 - - - - - - -
106125-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête : le dimanche après le [17].
  • Un spectacle son et lumière (en 1992 : du 1er au et du 1er au )[17] attirant près de 4 000 spectateurs par an de 1972 à 1990[réf. nécessaire].

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Randonnées, dont celle vers les rochers du Pré-de-Cinq-Sous dominant les vallées du Rhône et de l'Isère[17].

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

En 1992 : pâturages (bovins)[17].
Élevage bovin et ovin, arboriculture (noix de Grenoble) et cultures vivrières[réf. nécessaire].

Industrie et artisanat[modifier | modifier le code]

Une ancienne carrière est située sur la commune.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château ruiné du XIe siècle sur un éperon isolé : tour polygonale, grosse tour circulaire du XVe siècle[17].
Le château de Rochechinard fut probablement construit à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle. Il a été profondément modifié et élargi au XVe siècle par la famille Alleman. Propriété de la famille Mosnier de Rochechinard à partir du XVIe siècle, il sera abandonné au début du XVIIIe siècle. Au début du XXIe siècle, des travaux de consolidation ont été réalisés[réf. nécessaire].
  • L'église, l'ancien presbytère et le cimetière sont en contrebas du château[réf. nécessaire].
  • Église du XVe siècle (remaniée)[17].
La première église fut probablement celle du château, sous le vocable de Saint-Georges qui fut transféré au XIIIe siècle à l'église paroissiale. C'est peut-être son effigie qui ornait la fresque du tympan de la porte d’entré, protégé autrefois par un auvent. Lieu de sépulture privilégié pour les seigneurs, un à quatre prêtres desservaient au XVIe siècle cette église et ses chapelles Sainte-Marie et Saint-Jacques[réf. nécessaire].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Sont présentés dans sept pièces le passé paysan et l'artisanat du Royans, soit plus de 2 000 objets et la reconstitution d'un habitat du XIXe siècle (cuisine, chambre, magnanerie, etc)[réf. nécessaire].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Un aven (quartier les Revols)[1].

Rochechinard est située dans le Parc naturel régional du Vercors[17], au pied du Bégealat et des monts du Matin, en zone ZNIEFF.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le prince turc Djem Sultan dit Zizim.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Rochechinard possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.


Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g https://www.geoportail.gouv.fr/
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 3 (Les Aillauds).
  10. a b c d et e J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 309 (Rochechinard).
  11. Sources
    Archives Départementales de la Drôme, registres d'Etat Civil de la commune de Rochechinard (1793-1902) : Registres d'Etat Civil de Rochechinard (1793-1902)
    Registres de délibération du conseil municipal de la commune de Rochechinard (1837-1947)
  12. Association des maires de la Drôme, « Renouvellement électoral », sur mairesdeladrome.fr.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. a b c d e f g h et i Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Rochechinard.