Presles (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Presles.
Presles
Image illustrative de l'article Presles (Isère)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Le Sud Grésivaudan
Intercommunalité Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté
Maire
Mandat
Michel Villard
2014-2020
Code postal 38680
Code commune 38322
Démographie
Gentilé Preslins
Population
municipale
89 hab. (2015 en diminution de 10,1 % par rapport à 2010)
Densité 3,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 31″ nord, 5° 23′ 02″ est
Altitude Min. 468 m
Max. 1 370 m
Superficie 25,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Presles

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Presles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Presles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Presles

Presles Écouter est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de la communauté de communes de Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La falaise.

Territoire très boisé (forêt domaniale de La Sapine-Côte Belle) et montagneux (cols de Pra l’Étang et de la Croix-Bernard)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Presles
Beauvoir-en-Royans Saint-Pierre-de-Chérennes
Saint-André-en-Royans, Saint-Romans Presles Rencurel
Choranche

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur le plateau des Coulmes, près du col de Pra de l'étang, s'ouvre la longue grotte de Prélétang, ancienne tanière d'ours des cavernes qui contenait des silex taillés moustériens (Paléolithique moyen) restes de l'homme de Néandertal. Plus au nord la grotte des bœufs ou de Marignat a livré aussi des silex moustériens.[1]

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 juin 1995 M. Paul Dubouchez    
juin 1995 mars 2001 Mme Dominique Delattre    
mars 2001 mars 2008 M. Michel Villard    
mars 2008 mars 2014 M. Jean Vicat    
mars 2014 en cours M. Michel Villard DVG[réf. nécessaire]  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2015, la commune comptait 89 habitants[Note 1], en diminution de 10,1 % par rapport à 2010 (Isère : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
466 569 625 559 519 569 477 620 618
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
618 618 574 542 535 503 507 460 441
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
436 415 368 318 233 233 239 188 177
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
132 106 77 76 96 89 95 99 89
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Vue de la falaise de Presles.

La falaise que domine Presles est un haut lieu de l'escalade sportive et un des sites majeurs de France. Avec plus de 250 voies[6] sur une falaise longue de sept kilomètres, il est possible de pratiquer des types d'escalade très variés à Presles :

  • des falaise école à Tina Dalle[7] ou Pierrot Beach[8], Daladom[9]
  • des grandes voies sportives (jusqu'à 300 mètres) ;
  • des voies dites terrain d'aventure (TA) ;
  • des grandes voies d'escalade artificielle ;
  • de l'école d'escalade artificielle à Nugues.

Pour les marcheurs, une promenade vers Serre Cocu est possible, elle offre un beau panorama et ne présente pas de difficultés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Patrick Cordier, alpiniste, habita longtemps une maison isolée dans la forêt des Coulmes. Il équipa en 1980 les premières voies d'escalade du secteur de Tina Dalle[10]. Il fut à partir de 1985 le premier président de l'association VTNO (Vercors - Territoires du Nord-Ouest), association des grimpeurs-équipeurs de Presles destinée à promouvoir les activités de pleine nature dans la région[11].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aimé Bocquet, L'Isère pré et protohistorique, Gallia-Préhistoire 1969, fasc. 2, page 305-306 [1]
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. Topo : liste non exhaustive de voies de Presles
  7. Falaise de Tina Dalle
  8. Falaise de Pierrot Beach
  9. Topo de Daladom
  10. Philippe Brass, Les plus belles voies de Presles, éditions Oros, 2005 (ISBN 2-910060-11-X) p. 110
  11. Philippe Brass, Les plus belles voies de Presles, éditions Oros, 2005 (ISBN 2-910060-11-X) pp. 15 et 110

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :