Presles (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Presles
Presles (Isère)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté
Maire
Mandat
Vincent Dumas
2020-2026
Code postal 38680
Code commune 38322
Démographie
Gentilé Preslins
Population
municipale
92 hab. (2019 en diminution de 3,16 % par rapport à 2013)
Densité 3,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 31″ nord, 5° 23′ 02″ est
Altitude Min. 468 m
Max. 1 370 m
Superficie 25,68 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Sud Grésivaudan
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Presles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Presles
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Presles
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Presles

Presles [pʁɛl] Écouter est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Autrefois rattachée à la province royale du Dauphiné, cette petite commune de moyenne montagne fait partie de la communauté de communes de Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté depuis sa création, le .

Ses habitants sont dénommés les Preslins[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La falaise.

Le territoire de Presles se situe dans la partie septentrionale du massif du Vercors, à proximité de son versant occidental. La commune est également inscrite dans le territoire du parc naturel régional du Vercors. Son territoire, positionné en secteur de moyenne montagne, est très boisé (forêt domaniale des Coulmes) et montagneux (cols de Pra l’Étang et de la Croix-Bernard)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le Vercors est le premier massif préalpin que rencontre les perturbations atlantiques parvenant du nord-ouest. La pluviométrie est donc très marquée à Presles dont le territoire est située à l'extrémité septentrionale et occidentale du massif. Le secteur de Presles présente donc le climat typique d'une région montagneuse d'une latitude moyenne[2]

L'été présente des périodes chaudes, mais modérées par l'effet de l'altitude et respirables grâce à l'absence de pollution. Les hivers de ces dix dernières années ont connu des enneigements constants.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Presles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (83 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (83 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (82,5 %), prairies (10,5 %), zones agricoles hétérogènes (6,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (0,5 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts de la commune[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Presles est situé en zone de sismicité n°4 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique[9].

Terminologie des zones sismiques[10]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 4 Sismicité moyenne accélération = 1,6 m/s2

Autres risques naturels[modifier | modifier le code]

Presles est une des trente-sept communes de l'Isère classées pour le risque incendie de forêt[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Sur le plateau des Coulmes, près du col de Pra de l'étang, s'ouvre la longue grotte de Prélétang, ancienne tanière d'ours des cavernes qui contenait des silex taillés moustériens (Paléolithique moyen) restes de l'homme de Néandertal[12]. La paléopalynologue Arlette Leroi-Gourhan est chargée de l'analyse pollinique du site[13].

Plus au nord la grotte des bœufs ou de Marignat a livré aussi des silex moustériens[12].

Autres périodes[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Commune peuplée de moins de 100 habitants, le conseil municipal de Presles est donc composé de sept membres.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 juin 1995 Paul Dubouchez    
juin 1995 mars 2001 Mme Dominique Delattre    
mars 2001 mars 2008 Michel Villard    
mars 2008 mars 2014 Jean Vicat    
mars 2014 juin 2020 Michel Villard DVG[réf. nécessaire]  
juin 2020 En cours Vincent Dumas    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2019, la commune comptait 92 habitants[Note 2], en diminution de 3,16 % par rapport à 2013 (Isère : +2,9 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
466569625559519569477620618
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
618618574542535503507460441
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
436415368318233233239188177
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
13210677769689959499
2015 2019 - - - - - - -
8992-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble (Zone A).

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Vue de la falaise de Presles.

La falaise que domine Presles est un haut lieu de l'escalade sportive et un des sites majeurs de France. Avec plus de 350 grandes voies et 15 secteurs d’escalade (420 voies sportives)[18] sur une falaise longue de sept kilomètres, il est possible de pratiquer des types d'escalade très variés à Presles :

  • des falaises école à Tina Dalle[19] ou Pierrot Beach[20], Daladom[21]
  • des grandes voies sportives (jusqu'à 300 mètres) ;
  • des voies dites terrain d'aventure (TA) ;
  • des grandes voies d'escalade artificielle ;
  • de l'école d'escalade artificielle à Nugues.

Le topo-guide historique « Escalades à Presles[22] » (édition 2022) répertorie toutes ces voies.

Pour les marcheurs, une promenade vers Serre Cocu est possible, elle offre un beau panorama et ne présente pas de difficultés.

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional historique des Alpes, distribué dans la commune, est Le Dauphiné libéré. Celui-ci consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition locale, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local au niveau de la commune.

Culte[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église de Presles (propriété de la commune) sont rattachées à la paroisse Saint Luc du Sud Grésivaudan, elle-même rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[23].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Patrick Cordier, alpiniste, habita longtemps une maison isolée dans la forêt des Coulmes. Il équipa en 1980 les premières voies d'escalade du secteur de Tina Dalle[24]. Il fut à partir de 1985 le premier président de l'association VTNO (Vercors - Territoires du Nord-Ouest), association à l'origine destinée à promouvoir les activités de pleine nature dans la région[25], puis, depuis 1990, à gérer l'équipement et la protection des rochers de Presles pour l'activité escalade.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Presles (Isère) possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 12 octobre 2020.
  2. Site Persée, Contribution à l'étude de l'hydrologie souterraine du plateau de Presles et du Massif des Coulmes..
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  10. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  11. Site isere.gouv.fr page sur les arrêtés préfectoraux du 02 juillet 2007.
  12. a et b Aimé Bocquet, « L'Isère pré et protohistorique (suite) », Gallia Préhistoire, no 2,‎ , p. 305-306 (lire en ligne, consulté le ).
  13. Arl. L.-G., « II. Analyse pollinique des sédiments - La grotte de Prélétang (commune de Presles, Isère) », Gallia Préhistoire, vol. 9, no 1,‎ , p. 85-92.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. Topo : liste non exhaustive de voies de Presles
  19. Falaise de Tina Dalle
  20. Falaise de Pierrot Beach
  21. Topo de Daladom
  22. Dominique Duhaut, « Topo-guide "Escalades à Presles" - [Escalade en Dauphiné - France] », sur promogrimpe.com (consulté le )
  23. Site diocese-grenoble-vienne.fr, page sur la paroisse Saint-Joseph-des-deux-rives, consulté le 11 octobre 2020.
  24. Philippe Brass, Les plus belles voies de Presles, éditions Oros, 2005 (ISBN 2-910060-11-X) p. 110
  25. Philippe Brass, Les plus belles voies de Presles, éditions Oros, 2005 (ISBN 2-910060-11-X) pp. 15 et 110

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :