Saint-Étienne-de-Crossey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Étienne (homonymie).
Saint-Étienne-de-Crossey
Église de Saint-Étienne de Crossey.
Église de Saint-Étienne de Crossey.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Canton de Voiron
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Voironnais
Maire
Mandat
Jean-François Gaujour
2014-2020
Code postal 38960
Code commune 38383
Démographie
Gentilé Stéphanois
Population
municipale
2 553 hab. (2014)
Densité 199 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 22′ 48″ nord, 5° 38′ 46″ est
Altitude Min. 370 m – Max. 884 m
Superficie 12,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Crossey

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Crossey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Crossey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Crossey
Liens
Site web www.st-etienne-de-crossey.fr

Saint-Étienne-de-Crossey est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le parc naturel régional de la Chartreuse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue générale du village en 1912.

Entre 1790 et 1794, Saint-Étienne-de-Crossey absorbe l'ancienne commune éphémère de Tolvon.

  • En 2006, Saint Etienne de Crossey a été nommée commune la plus sportive de Rhône-Alpes[réf. nécessaire]
  • En 2009, Saint Etienne de Crossey est arrivée 15e au classement des communes les plus riches de France de l'hebdomadaire Le Point avec 36 924 € par foyer.[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-François Gaujour PS Retraité[1] - Ancien Conseiller général du Canton de Voiron (2004-2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 553 habitants, en augmentation de 0,87 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 337 992 939 1 320 1 590 1 748 1 696 1 695 1 710
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 521 1 435 1 383 1 363 1 313 1 289 1 212 1 179 1 152
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 137 1 131 1 056 891 913 888 819 816 795
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
747 808 1 054 1 774 2 081 2 478 2 528 2 572 2 553
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Mairie
Le Monument aux Morts
  • Ruines du château comtal de Tolvon, du XIe siècle[6]
Ancien château des comtes de Savoie.
  • Maison forte de Charconne[6].
  • Maison forte de la Tavernière[6].
  • Maison forte de Montagneux-La-Roche[6].
  • Maison forte des Vachonnes[6].
  • Maison forte du Vivier[6].
  • Gentilhommerie des Flauvants[6].
  • Château de la Rossettière, du XVIIIe siècle, à la limite avec la commune de Saint-Aupre[6].
  • Vieilles maisons[6].
  • Église des XIIIe et XIVe siècles[6].
  • Ancienne église du XIe siècle,aujourd'hui transformé en maison[6].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • une bibliothèque

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional de Chartreuse.

  • l’Etang Dauphin

Sports[modifier | modifier le code]

  • Les écuries de Crossey, qui proposent de nombreuses activités liées à la pratique équestre. Les écuries de Crossey organisent assez régulièrement des concours (dressage, CSO...).
  • Un gymnase intercommunal propose de nombreuses activités sportives : tennis, ping-pong, football, gymnastique, karaté, etc ...

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Germain, scientifique français, inhumé dans le cimetière communal
  • Véronique Pecqueux, membre de l'équipe de France féminine de handball
  • Schneour Zalman Schneersohn, grand-rabbin, il ouvrit une école clandestine juive dans la commune durant l'occupation
  • Sophie Dutérail - Auteur de trois ouvrages :
    • Plus jamais encore un peu, paru aux éditions Publibook en 2006,
    • "J'écouterai derrière la porte", paru aux éditions Publibook en 2010,
    • "Baisers volés et autres petits cambriolages", paru aux Editions Grand M en 2012.
  • Thibaut de Vienne 927-1001

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/saint-etienne-de-crossey,38383/
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 442-449

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :