La Tour-du-Pin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Tour du Pin.
image illustrant une commune de l’Isère
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Isère.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

La Tour-du-Pin
Le Champ de Mars et en fond, la sous-préfecture.
Le Champ de Mars et en fond, la sous-préfecture.
Blason de La Tour-du-Pin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère (sous-préfecture)
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Vallons de La Tour du Pin
Maire
Mandat
Fabien Rajon
2014-2020
Code postal 38110
Code commune 38509
Démographie
Gentilé Turripinois
Population
municipale
7 934 hab. (2014)
Densité 1 663 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 54″ nord, 5° 26′ 40″ est
Altitude Min. 309 m – Max. 461 m
Superficie 4,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
La Tour-du-Pin

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
La Tour-du-Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Tour-du-Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Tour-du-Pin
Liens
Site web www.latourdupin.fr

La Tour-du-Pin est une commune française située dans le département de l'Isère (dont elle est l'une des sous-préfectures) en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans le Dauphiné, sur la Bourbre et la Fière, son altitude varie de 309 à 461 m, la mairie se situant à 316 m.

La commune se situe dans les zones d'appellations suivantes, décernées par l'INAO :

  • IGP Emmental français Est Central (Label Rouge) ;
  • IGP Comtés Rhodaniens blanc ;
  • IGP Comtés Rhodaniens rosé ;
  • IGP Comtés Rhodaniens rouge ;
  • IGP Isère blanc ;
  • IGP Isère rosé ;
  • IGP Isère rouge.

Localisation[modifier | modifier le code]

À 44 minutes de Lyon par l'A43, La Tour-du-Pin est située dans une vallée (d'où le nom de la communauté de communes des Vallons de la Tour-du-Pin).

La Tour-du-Pin se situe sur les axes suivants :

La Tour-du-Pin se trouve à :

En outre, la gare SNCF de La Tour-du-Pin dessert directement Lyon (Rhône), Grenoble (Isère), Chambéry (Savoie), Mâcon (Saône-et-Loire) et Dijon (Côte-d'Or).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et de transport[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projet d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La-Tour-du-Pin au XIXe siècle, illustrée par Victor Cassien (1808 - 1893).

La motte castrale citée au IXe siècle est actuellement occupée par la madone.

En 1591, le château de la Tour-du-Pin (emplacement du cimetière actuel), chef-lieu de baronnie, est détruit par les Napolitains.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
 ? 1984[1] René Mollard    
1984 1995 Jean Bourdier PS Conseiller général du Canton de La Tour-du-Pin (1988-1994)
1995 2008 Maurice Durand DVD Conseiller général du Canton de La Tour-du-Pin (2001-2008)
2008 mars 2014 Alain Richit PS Professeur retraité[2]
mars 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Fabien Rajon UMP-LR Avocat[3]
Conseiller départemental depuis 2015

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 7 934 habitants, en augmentation de 1,81 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 098 1 139 1 540 1 971 2 334 2 484 2 456 2 665 2 572
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 572 2 699 2 809 2 857 3 165 3 571 3 636 3 520 3 704
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 803 3 985 4 032 3 959 4 451 4 465 4 151 4 117 4 459
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
4 694 5 649 6 641 6 913 6 770 6 553 7 652 7 922 7 934
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis 2008, le festival des Mosaïques a lieu la semaine précédant la fête de la musique. Cet évènement propose des manifestations culturelles et artistiques chaque jour (musique, théâtre).

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby à XV

Médias[modifier | modifier le code]

Journal local : Le Dauphiné libéré.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Tournin.
  • L'église Notre-Dame-de-l’Assomption du XIXe siècle, dominant la ville, contenant un triptyque sur bois du XVIe siècle (1542, 1543 et 1544), classé Monuments Historiques, représentant la Mise au tombeau, la Montée au calvaire, la descente de croix, l'Ecce Homo et saint Jérôme. Ce triptyque est attribué à Georges Penez (Nuremberg, Allemagne, 1500 - Leipzig, Allemagne, 1550), élève d'Albrecht Dürer.
  • La maison des Dauphins, du XVIe siècle, inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du 9 novembre 1926[10].
  • Le château de Cuirieu, à Saint-Jean-de-Soudain, des XVIIe et XVIIIe siècles, inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 22 janvier 1955, avec ses communs et son jardin à la française[11].
  • Le château de Tournin, au lieu-dit les Anguilleus, des XVIIe et XVIIIe siècles, inscrit partiellement par arrêté du 8 février 1967 au titre des monuments historiques pour protéger les façades, les toitures, les cours et le jardin[12].
  • Le château de Châbons ; le château est bâti, en 1640, par Gallien de Châbons, sur l'emplacement d'un bâtiment sur la « basse-cour » du château fort, qui existait dès le XIIe siècle.
  • Les halles, restaurées et transformées en espace culturel en 2009.
  • Les vestiges des fortifications urbaines ; on peut encore voir derrière le bâtiment actuellement occupé par Le Hussard une tour dite « tour de Henri IV » ; dans l’alignement se trouve une autre tour carrée incluse dans un bâtiment rue de l’église. Ces vestiges sont probablement, avec le soubassement massif et abrupt vers l’ouest, le long de la rue du portail de ville, des restes de la deuxième enceinte.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de l'Isère.
Blason de Tour-du-Pin (La) Blason Parti, en 1 d'azur à la tour d'argent maçonnée ouverte et ajourée de sable, en 2 d'argent au pin de sinople.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Tour-du-Pin (La)
De gueules à une tour d'argent maçonnée de sable et sommée d'une pomme de pin d'or[13]..

Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes. L'on connait aussi ce blason, qui serait plus vieux que le précédent

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]