La Tour-du-Pin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Tour du Pin.

La Tour-du-Pin

1. La Tour-du-Pin et son église
2. Hôtel de ville
3. Halles municipal (office de tourisme)
Vue générale de la Tour-du-Pin.jpg
Mairie de la Tour-du-Pin.jpg Halles de La Tour-du-Pin.jpg
Blason de La Tour-du-Pin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère (sous-préfecture)
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Vals du Dauphiné
Maire
Mandat
Fabien Rajon
2014-2020
Code postal 38110
Code commune 38509
Démographie
Gentilé Turripinois
Population
municipale
7 970 hab. (2015 en diminution de 0,06 % par rapport à 2010)
Densité 1 671 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 54″ nord, 5° 26′ 40″ est
Altitude Min. 309 m
Max. 461 m
Superficie 4,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
La Tour-du-Pin

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
La Tour-du-Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Tour-du-Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Tour-du-Pin
Liens
Site web www.latourdupin.fr

La Tour-du-Pin est une commune française située dans le département de l'Isère (dont elle est l'une des sous-préfectures) en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographiquement, la commune se situe dans le Bas-Dauphiné, correspondant à la partie septentrionale du département, souvent dénommé, au niveau local, sous le nom de Nord-Isère. Arrosée par la Bourbre et d'une altitude variant de 309 à 461 m, la cité fut de 2000 à 2016, le siège de la communauté de communes Les Vallons de la Tour, puis depuis le , la ville intègre la communauté de communes Les Vals du Dauphiné dont elle devient également la ville-siège.

Historiquement, La Tour-du-Pin était durant le Moyen-Âge le siège d'une importante baronnie qui s'étendait approximativement depuis les rives du Guiers jusqu'aux terriroires actuels des villes de Bourgoin-Jallieu et de Crémieu. Le nom de la Maison de la famille de La Tour-du-Pin est lié à la ville et à cette baronnie du Dauphiné.

Les habitants sont dénommés les Turripinois(e)s[1].

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan du territoire de la Tour-du-Pin

Description[modifier | modifier le code]

Présentée comme une ville à la campagne par la revue du conseil départemental de l'Isère[2], la ville de taille relativement modeste est cependant le siège du chef-lieu d'un des trois arrondissements de l'Isère ainsi que le siège d'une communauté de communes regroupant de plus de 60 000 habitants. Siège d'une ancienne baronnie et édifiée sur l'ancienne route de Paris à Milan, la cité présentent des ruelles ou s'alignent des maisons bourgeoises aux fenêtres à meneaux, souvent composée en pierre taillée ou en galet roulé, de petits passages et d'anciennes fontaines. La ville s'étend aujourd'hui largement dans la vallée de la Bourbre et reste desservie par de nombreuses voies routières et une ligne de TER.

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire communal fait intégralement partie de la circonscription territoriale du département de l'Isère et plus précisément dans la partie septentrionale de ce département, dénommé localement sous le vocable de Nord-Isère.

La ville est le chef-lieu de l'arrondissement qui porte son nom et qui comprend onze cantons. La ville héberge donc le bâtiment de la sous-préfecture de l'Isère, ainsi que le siège de la communauté de communes Les Vals du Dauphiné dont elle est la principal agglomération. Le bourg se positionne plus précisément dans la vallée de la Bourbre.

L'agglomération turipinoise se place approximativement à égale distance des agglomérations de Lyon, située au nord-ouest, de Grenoble, située au sud, et de Chambéry, située à l'est.

La commune est plus précisément située, par la route, à 67 km de Grenoble, chef-lieu du département de l'Isère, 54 km de Lyon, chef-lieu de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ainsi qu'à 524 km de Paris et 341 km de Marseille[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Rochetoirin, bien que très proche de celui de La Tour-du-Pin (moins d'un kilomètre), n'est cependant pas limitrophe.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de La Tour-du-Pin est traversé par quelques cours d'eau, dont ː

  • le ruisseau de la Fière d'une longueur de 2,2 km[5], son affluent.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Isère.

Le secteur du Nord-Isère présente un climat de type semi-continental[6] qui se caractérise par des précipitations plus importantes en été qu'en hiver.

Les étés sont chauds et secs. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Températures minimales et maximales enregistrées en 2014 et 2017[modifier | modifier le code]

  • Année 2014
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 1,1 2 2,7 7,2 9,2 13,9 14,8 14,3 12,6 9,5 5 −1,4
Température maximale moyenne (°C) 8,9 11,3 16,4 19,9 21,5 27,6 24,8 25,4 23,6 21,3 13,9 7,9
Source : Climat de La Tour-du-Pin en 2014 sur linternaute.com, d'après Météo France.
  • Année 2017
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −5,8 1,2 4,6 4,9 10,3 15,8 15,9 15,4 9,5 6,2 3,5 −1,2
Température maximale moyenne (°C) 2,7 13,6 17,5 19,1 23,6 29,2 28,8 28,6 21,7 20,5 10,2 5,1
Source : Climat de La Tour-du-Pin en 2017 sur linternaute.com, d'après Météo France.


Voies de communication[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La Tour-du-Pin se situe sur les axes suivants :

L'autoroute A43 relie la commune à Lyon et à Chambéry et l'A48 la relie à Grenoble. Deux sorties autoroutières desservent la commune :

  • Sortie 9 à 47 km : La Tour-du-Pin-centre
  • Sortie 9.1 : La Tour-du-Pin-Est (sens Lyon-Chambéry)

La route départementale 1006 (RD 1006) correspond à l'ancienne l'ancienne RN 6 reclassée en route départementale, qui relie la commune avec les communes de Bourgoin-Jallieu, ne se dirigeant vers Lyon et Pont-de-Beauvoisin, en se dirigeant vers Chambéry.

La route départementale 1516 (RD 1516), correspond à l'ancienne route nationale 516 qui reliait, avant d'être déclassée en 1972, la commune de La Tour-du-Pin à la ville de Chambéry. La route actuelle relie la commune à celle de La Balme, située dans le département de la Savoie).

La route départementale 16 (RD 16) qui relie la commune de La Tour-du-Pin à la commune de Montalieu-Vercieu (jonction avec la RD 52) après avoir traversé les territoires des communes de Vézeronce-Curtin et de Morestel

Transports publics[modifier | modifier le code]

Gare de La Tour-du-Pin

Lignes d'autobus urbains[modifier | modifier le code]

La commune gère une ligne d'autobus sur son territoire dénommée « Trans’Tour » et qui transporte les personnes, non scolaires, désirant se rendre au centre-ville durant la journée [7].

Lignes d'autocars[modifier | modifier le code]

Pour un article plus général, voir Réseau interurbain de l'Isère.

Le territoire communal de La Tour-du-Pin est desservie par plusieurs lignes régulières d'autocars départementaux ː

Gare ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de La Tour-du-Pin est une gare de la SNCF, desservie par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes. Cette gare est desservie par des autobus du réseau urbain local.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Centre-ville de la Tour-du-Pin

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, quartiers, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts de la commune[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux de la Tour-du-PIn, ainsi que les écarts qui composent le territoire de la commune de Rencurel, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[8].

  • la Feuillée (étang)
  • Bessay
  • Chatanay
  • les Hauts de Saint-Roch
  • la Molette
  • le Pouyou
  • le Calloud
  • le Ronfet
  • Praille
  • les Anguillères (ferme)
  • Tournin (château)
  • Badieu dessus

Logement[modifier | modifier le code]

Projet d'aménagements[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de La Tour-du-Pin est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique[9].

Terminologie des zones sismiques[10]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon, André Plank, auteur d'un livre sur l'origine des noms de communes du département de l'Isère, le nom composé de deux termes pour désigner la commune peut correspondre à différentes hypothèses[11] ː

La Tour

Le préfixe tour peut être lié au latin « turris » et évoque un bâtiment élevé de type civil ou militaire. Il pourrait également être lié à la racine « tur », plus ancienne qui « aurait désigné une surface fermée (pour se protéger) sur le haut d'un sommet (d'où la vue s'étend au loin) ».

Pin

Le terme peut être lié à la présence de pin ou de sapin, où à une altération du terme « penno » qui « en langue celtique, la « tête », une « extrémité » ou une « hauteur » ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La-Tour-du-Pin au XIXe siècle, illustration de Victor Cassien (1808 - 1893).

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

La motte castrale citée au IXe siècle est actuellement occupée par la madone.

Temps Modernes[modifier | modifier le code]

En 1591, le château de la Tour-du-Pin (emplacement du cimetière actuel), chef-lieu de baronnie, est détruit par les Napolitains.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le peintre Pierre Lacour fils en dessina un croquis en 1824 lors de son passage en route pour Rome.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Entrée principale de la mairie de la Tour-du-Pin

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal compte 29 élus dont un maire, sept adjoints au maire, trois conseillers délégués et dix-huit conseillers municipaux.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1965 1977 Raymond Jacquet[12] DVD
(ex-RPF)
Membre du Conseil Économique et Social (1963-1974)
Ancien conseiller municipal de Toulon
Ancien chargé de mission auprès du Général de Gaulle
1977 1984[13] René Mollard    
1984 juin 1995 Jean Bourdier PS Conseiller général du canton de La Tour-du-Pin (1988-1994)
juin 1995 mars 2008 Maurice Durand DVD Conseiller général du canton de La Tour-du-Pin (2001-2008)
mars 2008 mars 2014 Alain Richit PS Professeur retraité[14]
mars 2014 en cours
(au 10/09/2017)
Fabien Rajon DVD Avocat[15]
Conseiller départemental depuis 2015

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2015, la commune comptait 7 970 habitants[Note 1], en diminution de 0,06 % par rapport à 2010 (Isère : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 0981 1391 5401 9712 3342 4842 4562 6652 572
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5722 6992 8092 8573 1653 5713 6363 5203 704
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 8033 9854 0323 9594 4514 4654 1514 1174 459
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
4 6945 6496 6416 9136 7706 5537 4317 5417 652
2013 2015 - - - - - - -
7 9227 970-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis 2008, le festival des Mosaïques a lieu la semaine précédant la fête de la musique. Cet évènement propose des manifestations culturelles et artistiques chaque jour (musique, théâtre).

Santé[modifier | modifier le code]

La commune héberge un centre hospitalier de proximité comprenant 168 lits [20].

  • Moyen séjour : 30 lits
  • Long séjour : 70 lits
  • Hébergement (EHPAD) : 68 lits

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby à XV
Autres sports

Médias[modifier | modifier le code]

Presse locale

La ville de La Tour-du-Pin gère la publication d'un mensuel local destiné à l'information des citoyens de la commune dénommé Les Actus. Il est distribué dans les boîtes aux lettres et il est également consultable sur Internet[23]

Presse régionale

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité de la ville, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local..

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église de La-Tour-du-Pin (propriété de la commune) dépendent de la paroisse Sainte-Anne qui est, elle-même, rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[24].

Autres cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 20 992 , ce qui plaçait La Tour-du-Pin au 29 221e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[25].

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage, en 2014, pour la commune s'élève à 18,9 %, un chiffre nettement supérieur à la moyenne nationale (10,4 %)[26].

Secteur agricole[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans les zones d'appellations suivantes, décernées par l'INAO :

  • IGP Emmental français Est Central (Label Rouge) ;
  • IGP Comtés Rhodaniens blanc ;
  • IGP Comtés Rhodaniens rosé ;
  • IGP Comtés Rhodaniens rouge ;
  • IGP Isère blanc ;
  • IGP Isère rosé ;
  • IGP Isère rouge.

Secteur industriel et commecial[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Le château de Tournin[modifier | modifier le code]

Situé au lieu-dit les Anguilleus, des XVIIe et XVIIIe siècles, inscrit partiellement par arrêté du 8 février 1967 au titre des monuments historiques pour protéger les façades, les toitures, les cours et le jardin[27].

Article détaillé : Château de Tournin.

L'église Notre-Dame-de-l’Assomption[modifier | modifier le code]

Triptyque de l'église de La Tour-du-Pin

Cet édifice religieux datant du XIXe siècle, domine la ville et abrite un triptyque sur bois du XVIe siècle (1542, 1543 et 1544), classé Monuments Historiques, représentant la Mise au tombeau, la Montée au calvaire, la descente de croix, l'Ecce Homo et saint Jérôme. Ce triptyque est attribué à Georges Penez (Nuremberg, Allemagne, 1500 - Leipzig, Allemagne, 1550), élève d'Albrecht Dürer.

La Maison des Dauphins[modifier | modifier le code]

Cette maison urbaine de type renaissance date du XVIe siècle et présente quarante sept mètres de longueur de cimaises réparties dans deux pièces situées au rez-de-chaussée ainsi qu'une cave voûtée aux pierres apparentes. Le second étage bénéficie d'œils-de-bœuf à encadrement mouluré. La porte d'entrée de la maison est en châtaignier, orné de clous en pointe de diamant et surmonté d'un chapiteau triangulaire[28]. Cet édifice est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 9 novembre 1926[29].

Les autres bâtiments[modifier | modifier le code]

Le château de Châbons ; le château est bâti, en 1640, par Gallien de Châbons, sur l'emplacement d'un bâtiment sur la « basse-cour » du château fort, qui existait dès le XIIe siècle.

Les halles, restaurées et transformées en espace culturel en 2009.

Les vestiges des fortifications urbaines ; on peut encore voir derrière le bâtiment actuellement occupé par Le Hussard une tour dite « tour de Henri IV » ; dans l’alignement se trouve une autre tour carrée incluse dans un bâtiment rue de l’église. Ces vestiges sont probablement, avec le soubassement massif et abrupt vers l’ouest, le long de la rue du portail de ville, des restes de la deuxième enceinte.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La Tour-du-Pin dans les Arts[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de l'Isère.
Blason de Tour-du-Pin (La) Blason Parti, en 1 d'azur à la tour d'argent maçonnée ouverte et ajourée de sable, en 2 d'argent au pin de sinople.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Tour-du-Pin (La)

De gueules à une tour d'argent maçonnée de sable et sommée d'une pomme de pin d'or[30]..
Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes.

L'on connait aussi ce blason, qui serait plus vieux que le précédent

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, nom des habitants des communes de l'Isère
  2. Site isère mag, article de mai/juin 2016 présentant la commune de la Tour-du-Pin
  3. Site annuaire mairie, page "Distances des grandes villes avec La Tour-du-Pin"
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Bourbre (V17-0400) » (consulté le 1er juin 2018)
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - le ruisseau de la Fière (V1710600) » (consulté le 1er juin 2018)
  6. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016)
  7. de la mairie de la Tour-du-Pin, page sur les transports en commune
  8. Site géoportail, page des cartes IGN
  9. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  10. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  11. Livre "l'origine des noms de communes du département de l'Isère" d'André Planck, préface d'Albert Jacquard, Édition L'Atelier, année 2006, page 189
  12. http://museedelaresistanceenligne.org/media6922-Fichier-des-maires-de-lIsA
  13. https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000850614
  14. http://lessor.fr/la-tour-du-pin-une-liste-de-gauche-avec-alain-richit-6274.html
  15. https://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/la-tour-du-pin,38509/
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  20. site de la FHF, page sur le Ch de la Tour-du-Pinconsulté le 1er juillet 2017]
  21. Rugby Club des Vallons de la Tour
  22. Site du club
  23. Site de la mairie de la Tour-du-Pin, page sur le magazine municipal "Les Actus"
  24. Site de messe-infos, page sur la paroisse Sainte-Anne
  25. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 17 janvier 2018)
  26. « Comparateur de territoire − Commune de la Tour-du-Pin (38509) | Insee », sur insee.fr (consulté le 17 janvier 2018)
  27. « Château de Tournin », notice no PA00117294, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. Site Isère Tourisme, page sur la maison des Dauphins
  29. « Maison des Dauphins », notice no PA00117295, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Une page web traitant des armoiries de La Tour-du-Pin »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Carte postale sur La Tour-du-Pin: images-00.delcampe-static.net/img_large/auction/000/057/441/716_001.jpg. Une autre version du blason de La Tour-du-Pin souvent rencontrée.