Miribel-Lanchâtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Miribel-Lanchâtre
Vue générale de Miribel-Lanchâtre.
Vue générale de Miribel-Lanchâtre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Matheysine-Trièves
Intercommunalité Grenoble-Alpes Métropole
Maire
Mandat
Michel Gaulthier
2015-2020
Code postal 38450
Code commune 38235
Démographie
Population
municipale
394 hab. (2014 en augmentation de 5,63 % par rapport à 2009)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 32″ nord, 5° 37′ 16″ est
Altitude Min. 423 m
Max. 1 509 m
Superficie 9,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Miribel-Lanchâtre

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Miribel-Lanchâtre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Miribel-Lanchâtre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Miribel-Lanchâtre
Liens
Site web miribel.lanchatre.free.fr

Miribel-Lanchâtre est une commune française située dans le départementde l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ancienne carte postale de la traversée du tunnel qui liait Saint-Guillaume à Miribel-Lanchâtre au début du XXe siècle.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Cassoulet
  • Le Vernay

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Miribel-Lanchâtre
Le Gua
Château-Bernard Miribel-Lanchâtre Saint-Martin-de-la-Cluze
Saint-Guillaume Saint-Paul-lès-Monestier Sinard

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Lanchâtre correspondrait à l'emplacement d’un ancien camp romain, tandis que Miribel a un passé féodal et possède encore les ruines d’un château fort.

En 1822, la commune de Miribel-et-Château-Bernard fut administrativement supprimée pour constituer celles de Château-Bernard et de Miribel-Lanchâtre.

Les origines de la ville[modifier | modifier le code]

À l'occasion de travaux en avril 1948, des tombes en lauzes d'époque burgonde ont été découvertes près de l'église. En dehors de ces tombes, les premières traces d'habitats relevées sur des registres se situent en l'an 1030 ou la commune se composait de :

  • Miribel : Mirebello au XIe siècle, "Miribellum" signifiant « belle vue », site castral situé dans la partie nord à la commune actuelle,
  • Lanchâtre : "L'enchâtre", village situé au bourg actuel, pour lequel deux origines sont avancées :
    • "en castris" devenu "enchâtre" qui peut s'interpréter comme "encastré" ou encore "à côté de" pour la proximité de ce village avec le site castral de Miribel,
    • "ad castrum" qui signifie une garnison romaine.

Des 1375, la chapelle de Miribel est tombée en ruine et Miribel est cité comme rattaché à la paroisse de L'enchâtre (voir carte de 1750).

De 1802 à 1822, Miribel-Lanchâtre fut un lieu-dit de la commune de Miribel-Château-Bernard.

Miribel-Lanchâtre est aujourd'hui une commune d'environ 960 hectares et 360 habitants nommés les Lanchâtrous.

La légende de la Pierre Dieu[modifier | modifier le code]

Un jour, le Bon Dieu déguisé en mendiant est venu sur terre voir ce que devenaient les hommes. Il s’est arrêté à Bayanne (lieu dit actuel de Cassoulet). Il est alors passé dans toutes les maisons pour demander la charité, mais, partout, on l’a rejeté. Puis il est arrivé à la ferme des Allibert. L’accueil y fut chaleureux. On lui offrit une soupe bien chaude et un lit. Le mendiant dit alors à ces braves gens : « Cette nuit, vous entendrez un grand bruit, mais surtout ne bougez pas…! ».

Effectivement, au milieu de la nuit, un grand fracas réveilla les habitants de Bayanne. Au lever du jour, le mendiant était parti et la ville était anéantie. Les seuls rescapés étaient les paysans qui l’avaient accueilli. En quittant la ville engloutie, Dieu a laissé la preuve de son passage : on trouve, à une heure de marche de Miribel-Lanchâtre, un énorme rocher qui porte l’empreinte d’un pied gigantesque et qu’on appelle Pierre Dieu.

Le site Castral de Miribel[modifier | modifier le code]

Le site Castral de Miribel est situé sur un promontoire dominant la Gresse à l'extrémité nord de la commune actuelle.

Son premier château fut construit aux alentours de l'an 1000 par Humbertus de Miribello qui fit une donation en 1030 au monastère bénédictin de domène. Rapidement, un deuxième château fut construit non loin, une chapelle du diocèse de Die dédiée à Saint Martin entre les deux et l'ensemble fut enserré par un rempart.

Ce site est décrit brièvement dans une enquête des commissaires delphinaux en 1339.

Si la chapelle est encore citée dans les cartulaires en 1100, elle n'apparaît plus en 1375. Miribel est alors rattaché à la paroisse de l'enchâtre.

En 1732, le site est toujours habité par la famille de Miribel et une chapelle interne au château et dédiée à la Sainte Croix est citée.

En 1789, le premier château est en ruine, le second sera brulé au cours de la Révolution.

Une ferme a été construite avec les restes de ce site. Quelques vestiges de donjon, murs de soutènements ou porte fortifiée sont toujours visibles[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1995 Maurice Puissat DVG Conseiller général du Canton de Monestier-de-Clermont (1973-1985)
1995 2015 (décès[2]) Luc Puissat
(neveu du précédent)
PS 11e vice-président à la voirie et à l'accessibilité du territoire de la Metro et président du Syndicat Intercommunal Gresse Drac Aval (SIGREDA)
2015 en cours Michel Gaulthier - Agent technique

Luc Puissat, maire de Miribel-Lanchâtre et vice-président de la Métro, est décédé accidentellement

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2014, la commune comptait 394 habitants[Note 1], en augmentation de 5,63 % par rapport à 2009 (Isère : +3,89 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
650 633 731 827 322 330 281 284 284
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
267 237 263 240 234 236 261 194 192
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
177 174 168 126 116 100 107 97 100
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
85 72 75 193 217 251 332 373 394
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église en 2017.
  • Ruines du château de Miribel
Le château est construit par Humbertus de Miribello vers l'an mil.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Depuis l'arrêt en 1970 de son activité de ganterie, le village est tourné vers des activités artisanales mais aussi des activités liées aux technologies de l'information et des communications.

Évènements[modifier | modifier le code]

La course de côte de Chanaz est organisée toutes les années, depuis 1979, par Lanchatre Omni Sports avec le soutien de l'Association Automobile Dauphinoise, comptant pour la coupe de France de la montagne et du championnat du comité Rhône-Alpes de sport automobile.

En général, il y a plus de 100 voitures en compétition, le parcours est de 1,5 km avec 120 m de dénivelé. De nombreuses récompenses sont prévues tous les ans[8].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :