L'Isle-d'Abeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pour l'ensemble qui comprend également Villefontaine, Saint-Quentin-Fallavier, Vaulx-Milieu et Four, voir Ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau.
L’Isle-d’Abeau
Le bourg de L'Isle-d'Abeau depuis Les Sayes
Le bourg de L'Isle-d'Abeau depuis Les Sayes
Blason de L’Isle-d’Abeau
Héraldique
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton L'Isle-d'Abeau
Intercommunalité Communauté d'agglomération Porte de l'Isère
Maire
Mandat
Alain Jurado
2015-2020
Code postal 38080
Code commune 38193
Démographie
Gentilé Lilôts ou Lillots
Population
municipale
16 040 hab. (2014)
Densité 1 761 hab./km2
Population
aire urbaine
40 818 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 15″ nord, 5° 13′ 21″ est
Superficie 9,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
L’Isle-d’Abeau

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
L’Isle-d’Abeau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
L’Isle-d’Abeau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
L’Isle-d’Abeau
Liens
Site web http://www.mairie-ida.fr/

L’Isle-d’Abeau est une commune française, située, géographiquement dans la plaine du Dauphiné, administrativement dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes et, autrefois rattachée à l'ancienne province du Dauphiné.

La mairie de la commune est située, par voie autoroutière, à environ 40 km au sud-est du centre de Lyon et à environ 70 km au nord-ouest du centre de Grenoble.

Historiquement, L'Isle-d'Abeau fut un petit village établi sur une éminence entourée de marécages à l'instar d'une île. La commune a ensuite connu une importante mutation en s'intégrant dans le projet de la ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau dont la création a été décidée en 1968 par le Comité interministériel d'aménagement du territoire (CIAT), organisme conçu par le Gouvernement Georges Pompidou. Depuis 2007, la commune, relativement urbanisée, tout en gardant quelques zonés agricoles, est devenue le siège de la Communauté d'agglomération Porte de l'Isère, ainsi qu'une des villes les plus importantes de la troisième agglomération départementale, l'unité urbaine de Bourgoin-Jallieu.

La commune appartient également à l'aire urbaine de Lyon. La mairie est située à 230 m d'altitude et ses habitants sont les Lilôts, Lilôtes ou Lillots, Lillotes.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Plan de L'Isle-d'Abeau

Situation[modifier | modifier le code]

Située dans la plaine du Dauphiné ou Bas-Dauphiné (également dénommé au niveau historique, le Viennois), L'Isle-d'Abeau resta jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle un modeste village de type rural correspondant à ce qui est encore, en 2017, le bourg central.

Situé également à l'extrémité de la partie orientale de l'agglomération lyonnaise, Le territoire communal s'est fortement urbanisé à partir des années 1970, à la suite de la création de la ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau. Ce fut, durant cette période, la seule ville nouvelle à avoir été construite à proximité de l'agglomération lyonnaise et en région Rhône-Alpes.

La mairie de L'Isle-d'Abeau est située à 72 km de Grenoble, préfecture de l'Isère, à 40 km de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, à 347 km de Marseille et de la Méditerranée et à 510 km de Paris, capitale de la France[1].

Description[modifier | modifier le code]

La commune est l'une des 22 communes qui composent la CAPI, communauté d'agglomération Porte de l'Isère (créée en 2007 et peuplée de 100 000 habitants en 2013)[2]. Son territoire reste, en 2017 très urbanisé, celui-ci étant essentiellement composée de petits immeubles et de petites maisons réparties dans de nombreux lotissements.

L'ancien bourg se situe à l'est des nouvelles zones urbaines et a conservé son aspect traditionnel constitué de nombreuses maisons rurales et d'anciens corps de fermes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

L'Isle-d'Abeau présente un climat de type semi-continental[3] qui se caractérise par des précipitations plus importantes en été qu'en hiver.

Les étés sont chauds et secs. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Article connexe : Climat de l'Isère.

Températures minimales et maximales enregistrées en 2015[modifier | modifier le code]

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 1,2 0,8 4,3 7,4 11,8 16 19,7 17,5 11,9 7,5 5,3 3,8
Température maximale moyenne (°C) 7,9 7,2 13,9 17,7 22,2 27,6 31,9 29,5 22,1 16 14,2 13,5
Source : Climat de Villard-de-Lans en 2011 sur linternaute.com, d'après Météo France.


Géologie[modifier | modifier le code]

Selon l'ouvrage publié en 1987 par l'éditeur Horvath et consacré à l'histoire des communes de l'Isère[4], le territoire lillôt se présente essentiellement « comme un plateau à deux niveaux, parallèlement inclinés vers le sud-est ». Les deux niveaux du plateau appartiennent à la période dite du Jurassique moyen. Cette partie est restée légèrement surélevée lors de l'effondrement tectonique des marais survenu au cours de l'ère tertiaire. Dans la partie occidentale du plateau, on peut noter la présence de calcaires gris datant du bajocien et sur l'autre moitié, plus à l'est on découvre plutôt des calcaires blonds et tendre au caractère sub-coralien. En effet, la bordure orientale de la région naturelle de L'Isle-Crémieu à laquelle dépend cette partie du territoire communal est riche en débris d'oursins et quelquefois même de débris de crustacés[5] .

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

Les « Gisements fossilifères des anciennes carrières de Saint-Alban-de-Roche » sont un site géologique remarquable de 4,96 hectares qui se trouve sur les communes de Saint-Alban-de-Roche et de L'Isle-d'Abeau, aux lieux-dits de La Grive-Saint-Alban et La Roche. En 2014, ce géosite d'intérêt paléontologique, est classé « une étoile » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[6].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Bourbre[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par la Bourbre qui un affluent direct en rive gauche du Rhône. cette rivière dont le cours est de 72,2 km[7] se présente selon la forme d'un modeste canal longeant la voie autoroutière.

Article connexe : Bourbre.

Les autres cours d'eau[modifier | modifier le code]

La commune abrite également un petit cours d'eau dénommé le ruisseau du Galoubier, celui-ci rejoignant la Bourbre au sud du territoire communal.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les transports publics[modifier | modifier le code]

Les lignes d'autobus[modifier | modifier le code]
Arrêt de bus de la Gare SNCF de L'Isle-d'Abeau

La ville de L'Isle-d'Abeau est reliée aux autres communes de sa communauté d'agglomération par un service de transports en commun dénommé, Réseau urbain Bourgoin-Jallieu - Agglomération nouvelle et plus connu sous l'acronyme de « RUBAN ».

Ce réseau est né en 2003 de la fusion de l'ancien réseau du SAN de L'Isle-d'Abeau et de l'ancien réseau TUB (Transports urbains berjalliens) de Bourgoin-Jallieu. Il se présente sous la forme d'un réseau avec de multiples fonctions :

  • Un service, dit « Flexibus », de transport à la demande;
  • un service, dit « Mobi'bus », consacré au transport à la demande de personnes à mobilité réduite.
  • un réseau scolaire;
  • des lignes périurbaines;
  • des lignes urbaines.

Au niveau de ces dernières, la commune est desservie par les lignes suivantes :

Ligne Parcours
A L'Isle-d'Abeau — Gare SNCFSaint-Quentin-FallavierGare SNCF via Villefontaine
D BoussieuTriforium via la gare de L'Isle-d'Abeau et la gare de Bourgoin-Jallieu
E Grande BuissièreBourgoin-JallieuGare SNCF via la gare de L'Isle-d'Abeau
Dim'bus Bourgoin-JallieuGare SNCFL'Isle-d'Abeau — Gare SNCFSaint-Quentin-FallavierGare SNCF via Villefontaine

Les lignes d'autocars[modifier | modifier le code]

Située en zone E, la ville de L'Isle-d'Abeau est desservie par le réseau interurbain de l'Isère dénommé « Transisère » qui gère notamment une ligne express.

Lignes Dessertes Transporteurs
Express 1930
Lyon → L’Isle-d’Abeau[8]
Non connu
Le transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de la ville de L'Isle-d'Abeau, mise en service le par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), se situe géographiquement au sud du territoire communal.

Cette gare est desservie par le TER Lyon Perrache/Saint-André-le-Gaz/Grenoble sur une ligne crée entre 1858 et 1862.

En octobre 2015, cette gare accueillait en semaine 27 trains quotidiens en direction de Lyon[9].

Le transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry et sa gare TGV ne se trouvent qu'à 23 km[10].

les voies routières[modifier | modifier le code]

Un aire de l'autoroute A43 est située sur le territoire de la commune
Paneau d'entrée dans la commune sur la RD208A

Le territoire communal est desservi par d'importantes voies routières dont une autoroute et une ancienne route nationale :

Mise en service entre 1972 et 2001, l'A43 est gérée par l'AREA, cette autoroute à péage relie directement la commune avec les agglomérations de Lyon, Grenoble et Chambéry ainsi qu'avec l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry. la commune est desservie par deux sorties :
sortie 6 à 25 km : Villefontaine, La Verpillière, Vaulx-Milieu, L'Isle-d'Abeau-Parc Technologique
sortie 7 à 31 km : L'Isle-d'Abeau-centre, Morestel, Bourgoin-Jallieu-Ouest, Crémieu, L'Isle-d'Abeau-Les Sayes
L'ancienne RN6 », qui traverse le territoire communal dans sa partie méridionale, était, jusqu'en 2006, une des plus grandes routes nationales françaises, elle a été déclassée en, voie départementale sous l'appellation « RD1006 » de la limite avec le département du Rhône et de l'Isère jusqu'à la frontière italienne.

D'autres voies relient la commune avec ses communes voisines :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

POS et ZAC[modifier | modifier le code]

Selon le site de la mairie de la commune, le plan d’occupation des sols (POS) a été créé en 1967. Le document d’urbanisme applicable actuellement est le POS en date du 4 mars 2002, ensuite modifié le 18 février 2008 puis de nouveau modifié le 12 décembre 2011[11].

Le territoire communal présente 4 zones d'aménagement concerté (ZAC) :

  • La ZAC de Fontbonnière
  • La ZAC de Pierre Louve
  • La ZAC de Saint-Hubert
  • La ZAC de Trois-Vallons

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste des principaux hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux de la commune de L'Isle-d'Abeau, présentés selon un axe nord-sud.

  • La Culas
  • Moriaud
  • Le Molard
  • Fontbonnière
  • Le Didier
  • Le Lissieu
  • Saint-Hubert (Parc d'affaires)
  • Le Lombard
  • Le Temple de Vaulx
  • La Roche
  • Pierre-Louve
  • Saint-Honoré
  • Seigle (Saint-Germain)
  • Les Sayes (Zone commerciale)
  • Presles
  • Trois Vallons (Parc paysager)
  • Le Rival (Golf public)
  • Les Sachets

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'Isle fut jadis un village dominant un territoire marécageux, telle une île.

Au début du XVIe siècle, les seigneurs de Polloud, une des plus anciennes familles de la province, occupaient la Maison Forte "d'Abeaulx", d'où l'appellation de L'Isle-d'Abeau[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Territoire des Allobroges

Durant cette période, le territoire des Allobroges, peuple gaulois s'étendait sur la plus grande partie des pays qui seront nommés plus tard la Sapaudia, ce « pays des sapins » qui deviendra la Savoie) et au nord de l'Isère.

Au IIe siècle av. J.-C., les Romains ayant conquis en 125 av. J.-C. une partie de la Gaule, au nord de Marseille[13], commencèrent à remonter le long de la vallée de Rhône, pour y étendre leur conquête. Les Allobroges se sentant menacés s'allièrent aux Arvernes et à d'autres tribus gauloises pour arrêter les Romains. Mais les troupes gauloises furent battues à Vindalium durant un affrontement dénommé la Bataille du confluent.

Articles connexes : Peuples gaulois et Allobroges.

Cette défaite sera décisive pour que la domination de Rome s'exerce dans le sud-est de la Gaule transalpine. Le territoire allobroges, notamment les régions de Vienne et Grenoble (et donc de L'Isle-d'Abeau) est annexé. Pour cette victoire, Fabius Maximus recevra le surnom d'"Allobrogicus". La conquête de cette partie de la Gaule méridionale annonce la création de la province de la Gaule Narbonnaise.

Au IVe siècle, sous la tétrarchie, la Gaule narbonnaise fut divisée en trois provinces, toutes rattachées à la préfecture du prétoire des Gaules. Le territoire de ce qui sera plus tard la commune de L'Isle-d'Abeau mais qui est encore un secteur marécageux est alors rattaché à a Viennoise (Provincia viennensis, en latin), une des dix-sept provinces de la Gaule romaine formée aux dépens de l'ancienne Narbonnaise.

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

La Chapelle Sainte Anne, située dans l'ancien « hameau du Didier » est le seul vestige attestant de l'existence d'une ancienne maison forte et également dénommé sous le vocable d'un château. L'emplacement de cette construction est supposée exister dès 1339 et en tout cas assurée d'avoir été bâtie avant 1540, car celle-ci a été enregistrée par l'inventaire Marcellier, inventaire qui concerne les principaux monument du Dauphiné et établi au XVIe siècle [14]

Les Temps Moderne, la Révolution et l'Empire[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

La commune fut créée en 1789. Selon le livre de l'éditeur Horvath consacré à l'histoire des communes de l'Isère paru en 1987, des officiers municipaux confisquèrent, au cours de l'année 1793, les registres paroissiaux, puis les cloches de l'église (dont un fut récupéré par les paroissiens). Différents objets de cultes furent ensuite répertoriés par des représentants du peuple venus de Bourgoin.

L'époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La ville nouvelle, projet d'État[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau.
Logo de la ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau à partir de 1976.

Une nouvelle politique d'aménagement du territoire est mis en œuvre par le gouvernement français dans le milieu des années 1960. L'objectif était d'éviter la concentration urbaine dans les grandes métropoles françaises et de réaliser un développement urbain multipolaire. Le nombre de ces villes nouvelles sera fixé au nombre de neuf, dont cinq dans la région parisienne, et seule une dans la région lyonnaise. C'est le territoire de L'Isle-d'Abeau et son environnement immédiat qui sera désigné pour cette région.

Le est créé l'Organisme régional d'étude et d'aménagement d'aire métropolitaine (OREAM) Lyon-Saint-Étienne, chargé de rédiger d'un Schéma d'aménagement de l'aire métropolitaine (SDAM), dans lequel vont figurer des options majeures d'aménagement pour l'agglomération lyonnaise.

Le , le Comité interministériel d'aménagement du territoire (CIAT) décide de créer la ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau , décision acceptée une semaine plus tard par le Conseil des ministres. Le , le ministre de l'Équipement et du Logement décide de mettre une place la Mission d'étude et d'aménagement de la ville nouvelle (MEAVN). Cette mission s'installe sur le territoire de la commune de L'Isle-d'Abeau. Dans la foulée, un livre blanc du Schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme (SDAU), pose les différentes organisations possibles de la ville nouvelle sur le site.

Le est créé l'Établissement public d'aménagement de L'Isle-d'Abeau (EPIDA)[15]. Quelques mois plus tard, le Syndicat communautaire d'aménagement de l'agglomération nouvelle de L'Isle-d'Abeau (SCANIDA) remplace le SIAVNIA et regroupe 21 communes dont celle de L'Isle-d'Abeau. Ce nombre sera réduit en 1978 à huit communes, puis à cinq communes en 1983. Le , les cinq communes restantes forment le Syndicat d'agglomération nouvelle (SAN). L'Isle-d'Abeau qui avait cédé les deux tiers de son territoire à Villefontaine en , les réintègre à la suite de son changement de maire [16].

La fin des opérations d'aménagement et de construction du Syndicat d'agglomération nouvelle a lieu le [17].

Après la ville nouvelle[modifier | modifier le code]

Le , le SAN est remplacé par une communauté d'agglomération de 23 communes, nommée Communauté d'agglomération Porte de l'Isère (CAPI)[18]. La « ville nouvelle » s'organise désormais dans la nouvelle conception de l'intercommunalité, telle qu'elle va s'établir en France dans les années 2000.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

En 2007, les désaccords au sein du conseil municipal amènent à la démission du maire Alain Rossot. Les élections municipales qui suivent voient s'opposer quatre listes lors du premier tour, le 10 juin 2007. La liste conduite par André Colomb-Bouvard (PS) est élue le 17 juin face à celle conduite par le maire sortant (soutenu par le PRG) et une liste divers droite.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de L'Isle-d'Abeau[19]
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1983 Joseph Ginon PS  
1983 1995 Alain Rossot PS Médecin, conseiller général (1988-1994)
1995 1997[20] Joël Grisollet    
1997 2007 Alain Rossot SE  
2007 mars 2014 André Colomb-Bouvard PS conseiller général (1994-2015)
mars 2014 12 juin 2015[21] Joël Grisollet DVG  
23 juin 2015[22] en cours Alain Jurado DVG Retraité

Ville nouvelle[modifier | modifier le code]

La commune a donné son nom à une ville nouvelle, dont la création est décidée en 1970 pour canaliser la croissance démographique de l'agglomération lyonnaise, et organisée en syndicat d'agglomération nouvelle (SAN) qui, de 1984 à 2006, regroupe cinq communes : Four, L'Isle-d'Abeau, Saint-Quentin-Fallavier, Vaulx-Milieu et Villefontaine. En janvier 2007, le SAN est dissous et les cinq communes rejoignent la nouvelle Communauté d'agglomération Porte de l'Isère (CAPI) qui regroupe 21 communes et près de 93 000 habitants. Celle-ci reprend la gestion des opérations d'aménagement à compter du .

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de L'Isle-d'Abeau est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[24],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 16 040 habitants, en augmentation de 4,34 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
627 673 625 747 890 994 1 018 1 110 1 025
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 014 1 020 988 962 950 938 965 961 827
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
756 701 697 622 722 694 664 586 662
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
684 725 897 1 290 5 554 12 034 15 397 15 734 16 040
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population est très jeune, puisque L'Isle-d'Abeau se place en troisième position des villes de plus de 1 000 habitants les plus jeunes de France[27], avec 40,3 % de la population de moins de 20 ans.

Les cinq communes qui constituaient la ville nouvelle ont vu leur population décupler depuis sa création, pour dépasser 40 000 habitants sur une superficie totale de 6 441 hectares.

(40 818 en 2003, soit 634 hab./km2 de densité moyenne).

Année Population
L'Isle-d'Abeau Total des cinq communes de l'ex-Ville nouvelle
1968 725 4 180
1975 897 7 888
1982 1 290 17 428
1990 5 554 29 588
1999 12 034 38 769
2003 13 430 40 818

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cette petite ville a grandi avec la création de la ville nouvelle. Elle accueille 8 écoles primaires (dont une privée), les trois collèges Robert-Doisneau, François-Truffaut et Champoulant et le lycée Philibert-Delorme. Le troisième collège a ouvert à la rentrée 2012 dans le secteur de la gare nommé Champoulant, il accueille des élèves des communes de L'Isle-d'Abeau (Trois Vallons), Bourgoin-Jallieu (La Grive), Chèzeneuve, Crachier, Domarin, Maubec, Meyrié et Saint-Alban-de-Roche.

Lieux de Cultes[modifier | modifier le code]

  • Religion catholique :
La commune appartient au diocèse de Grenoble-Vienne et à la paroisse Saint-Paul-des-Quatre-Vents, dont le siège est à Villefontaine.
  • Religion protestante :
Une église évangélique protestante dite Église aux portes de l'Isère est implantée, rue Cardo, près de la Poste de L'Isle-d'Abeau.
  • Religion musulmane
Une mosquée est implantée depuis 2010 dans le secteur commercial des Sayes.

Equipements et associations sportives[modifier | modifier le code]

Le golf des Trois Vallons.
  • Football
    • Le FC Isle-d'Abeau est le club de football local et ses différentes équipes jouent et s'entraînent sur le site du stade Collonge qu'elles partagent avec le club de rugby local[28].
  • Basket Ball Le BCPI (Basket club des Portes de l'Isère) est le club de Basket Ball Local les équipes jouent au Gymnase Davide DOUILLET. L'équipe Fanion joue en National 3
  • Rugby à XV
    • L'association Sportive Saint-Marcel-Bel-Accueil-L'Isle-d'Abeau (ASSMIDA) gère un club comprenant quatre équipes dont une équipe junior et une équipe senior [29]
  • Golf
    • Le golf public des Trois Vallons présente deux parcours homologués « compétition » selon le site de la communauté de communes qui gère le site[30] .
  • Natation et activités piscine
    • La piscine de la CAPI située dans le quartier de Fondbonnière gère de nombreuses activités sportives dont l'aqua-crossfit, l'aquajogging, l'aquagym, l'aquabike et l'école de natation[31]

Économie[modifier | modifier le code]

Le secteur commercial et artisanal[modifier | modifier le code]

La zone commerciale des « Sayes »[modifier | modifier le code]

L'Isle-d'Abeau présente, à proximité de la principale sortie autoroutière de sa commune, un centre commercial régional dit des Sayes. Celui-ci se présente en deux parties :

Le secteur industriel[modifier | modifier le code]

Le Parc technologique intercommunal[modifier | modifier le code]

Le territoire de L'Isle-d'Abeau partage avec les communes de Vaulx-Milieu et de Villefontaine, un « Parc Technologique », accueillant de nombreuses entreprises, des sites de production industrielle et technologique représentant près de 1 750 emplois[32]. Ce parc est situé dans sa majeure partie, le long de l'ancienne route nationale, dite « route de Lyon ».

Le Parc Saint-Hubert[modifier | modifier le code]

Le parc de Saint Hubert, situé non loin de la zone commerciale des Sayes présente de un parc d'entreprises du secteur tertiaire et de services situé en bordure du plateau. Les principales entreprises installées sont Orange, EDF le CETE de Lyon, le site technique du CAPI ainsi que divers équipements hôteliers[33].

Le secteur agricole[modifier | modifier le code]

Le territoire communal héberge une Chambre d'agriculture consulaire rattachée à la chambre d'agriculture de l'Isère.

La production agricole locale du secteur de L'Isle-d'Abeau s'élève entre 500 et 600 hectares par an, sachant que la surface d'une exploitation agricole moyenne située dans le Nord-Isère s'évalue entre 100 et 150 hectares[34].

Le secteur hôtelier et touristique[modifier | modifier le code]

La commune de L'Isle-d'Abeau ne gère pas d'office de tourisme mais les deux communes voisines de Villefontaine et de Bourgoin-Jallieu gère chacune, un service d'accueil pour les touristes.

La proximité de l'aéroport de Lyon et la présence de l'autoroute Lyon-Grenoble-Turin (A46/A48) ont favorisé l'implantation de plusieurs hôtels à proximité de l'échangeur (sortie No 7)

Le secteur social et médico-social[modifier | modifier le code]

La commune de L'Isle-d'Abeau héberge un établissement social public de la protection de l'enfance et un établissement médico-social spécialisé dans l'hébergement des personnes diagnostiquées autistes[35]

L'ancien siège régional de l'AGEFIPH pour la région Rhône-Alpes est située dans le Parc D'Affaires De Saint-Hubert.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de L'Isle-d'Abeau en 2017
  • L’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul:
Cet édifice religieux de rite catholique et de style néo classique domine le bourg et l'ensemble du territoire communal. Sa construction se situe entre les années 1861 et 1863.
L'église présente un fronton de forme triangulaire comprenant larmier et rampants soulignés de denticules. Un clocher-proche avec une horloge et flèche octogonale avec pyramidions domine le bâtiment[36]. L'architecte de l'édifice est Hugues Quenin, personnalité née dans le Nord-Isère et créateur de nombreux édifices publics et religieux de la région durant le XIXe siècle.
  • La Chapelle Saint-Germain de L'Isle-d'Abeau, datant du XIe siècle et du XVe siècle, est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du 27 avril 1954[37].
  • L'établissement antique du Gua, ou du Gâ, est un site archéologique gallo-romain inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 19 septembre 1989[38].
  • La Ferme du grand Mollard (ferme du lieu-dit le Grand Mollard) est labellisée Patrimoine en Isère[39].
  • L'ancienne commanderie templière, des XIIe et XVe siècles[40].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La ville est dotée d'une salle de spectacles appelée « Salle de L'Isle », ainsi que de la médiathèque Agnès Varda.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En mars 2017, la commune confirme le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris, ce label récompense le fleurissement de la commune au titre de l'année 2016[41].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Isle-d'Abeau (L') Blason D'or fretté de gueules, à un dauphin d'argent brochant sur le tout[42].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Logotypes[modifier | modifier le code]

Évolution du logo

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Au milieu pousse la campagne, la ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau - histoire d'un défi fou, ouvrage édité à l'initiative de Michel André Durand, directeur de l'EPIDA, 2003.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site annuaire-mairie, page des distances entre L'Isle-d'Abeau et les grandes villes de France
  2. Découvrir la CAPI, sur le site capi-agglo.fr (consulté le 24/02/2014)
  3. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016)
  4. Histoire des Communes de L'Isère, ouvrage collectif éditions Horvath, 1987
  5. Site de Persée, Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon, année 1963, volume 32
  6. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Bourbre (V17-0400) » (consulté le 5 mai 2013)
  8. Fiche horaire de la ligne 1930
  9. « Horaires des trains Lyon → L’Isle-d’Abeau », sur Captain Train (consulté le 17 octobre 2015).
  10. Site Verymap, Distance L'Isle-d'Abeau-Lyon Saint-Exupéry
  11. Site de la Mairie, page urbanisme
  12. « Du village… - L'Isle-d'Abeau », sur www.mairie-ida.fr (consulté le 6 septembre 2016)
  13. Tite-Live, Epitome LX. - Velleius Paterculus, I, c. 15. - Ammien Marcellin, XV, c. 12. - Diodore de Sicile, Frag. ap. Valesium, p. 376.
  14. Site de Tourisme de la communauté de commune, page sur le patrimoine religieux
  15. Décret no 72-27 du 10 janvier 1972 portant création d'un établissement public chargé de l'aménagement de la ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau sur Légifrance
  16. Institut d'urbanisme de Lyon, Quelle appropriation des Villes Nouvelles par les acteurs locaux ?, vol. 5, Lyon, CERTU, coll. « Cahiers », , 81 p. (ISSN 1263-2570, lire en ligne)
  17. Décret no 2005-1710 du 28 décembre 2005 considérant comme terminées les opérations de construction et d'aménagement de l'agglomération nouvelle de L'Isle-d'Abeau sur Légifrance
  18. « Recueil des Actes Administratifs Spécial no 1 », sur Préfecture de l'Isère, (consulté le 30 août 2015)
  19. « 1972-2002 : La ville nouvelle de l'Isle-d'Abeau fête ses 30 ans », sur EPIDA.fr, (consulté le 5 septembre 2015)
  20. Marie Rostang, « Dix-huit mois avant les municipales, les appétits s'aiguisent », sur Le Dauphiné Libéré, (consulté le 23 septembre 2015)
  21. Mort en fonction. Source : « Le maire de l'Isle-d'Abeau, Joël Grisollet, est décédé », Le Dauphiné, 13 juin 2015.
  22. Céline Loizeau, Nicolas Crozel, « Alain Jurado est le nouveau maire de L'Isle-d'Abeau », sur France Bleu, (consulté le 23 septembre 2015)
  23. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.
  24. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  27. Encyclopédie des villes de France, sur le site linternaute.com
  28. Site du club FC Isle-d'Abeau
  29. site de l'Association Sportive Saint-Marcel-Bel-Accueil-L'Isle-d'Abeau
  30. Site de la CAPI, page sur le golf
  31. Site de la CAPI, page sur la piscine de Fondbonnière
  32. Site de Zone d'activité.com Présentation du Parc Technologique de L'Isle-d'Abeau
  33. Site de SARA aménagement, page sur le Parc Saint-Hubert
  34. [Site de l'essor, page sur le foncier agricole en Isère]
  35. Site du CRA, page sur le FAM de L'Isle-d'Abeau
  36. Site d'Isère-Tourisme, page sur l'église de L'Isle-d'Abeau
  37. « Chapelle Saint-Germain », notice no PA00117207, base Mérimée, ministère français de la Culture
  38. « établissement antique du Gua, ou du Gâ », notice no PA00117366, base Mérimée, ministère français de la Culture
  39. « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr, Conseil Général de l'Isère (consulté le 4 août 2014)
  40. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), p. 681.
  41. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).
  42. Site de la ville de L'Isle-d'Abeau