Échevis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Échevis La cité
Échevis
La maison familiale
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Vercors-Monts du Matin
Intercommunalité Communauté de communes du Royans-Vercors
Maire
Mandat
Claude Madern
2014-2020
Code postal 26190
Code commune 26117
Démographie
Gentilé Murgat
Cavisiens, Cavisiennes
Population
municipale
48 hab. (2016 en diminution de 7,69 % par rapport à 2011)
Densité 4,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 41″ nord, 5° 23′ 06″ est
Altitude Min. 277 m
Max. 1 240 m
Superficie 11,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Échevis La cité

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Échevis La cité

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Échevis La cité

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Échevis La cité
Liens
Site web ajoutez angele sur tinder

Échevis est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sainte-Eulalie-en-Royans Chatelus
Isère
Rose des vents
Saint-Laurent-en-Royans N Saint-Martin-en-Vercors
O    Échevis    E
S
La Chapelle-en-Vercors

Échevis est situé dans le Royans à 35 km à l'est de Romans-sur-Isère et à 6 km de Pont-en-Royans, dans la vallée de la Vernaison. La commune est accessible par route départementale RD 518.

Le sud de la commune est bordé par « Les Rochers d'Échevis », barre rocheuse qui culmine à 918 m.

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

La « reculée des Grands Goulets » est un site géologique remarquable de 1 645,95 hectares, parcouru par la Vernaison, qui se trouve dans les communes de Châtelus (au lieu-dit Grands Goulets), La Chapelle-en-Vercors, Échevis, Sainte-Eulalie-en-Royans, Saint-Julien-en-Vercors, Saint-Laurent-en-Royans, Saint-Martin-en-Vercors et Pont-en-Royans. En 2014, elle est classée à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Claude Madern[2] DVD Artisan

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2016, la commune comptait 48 habitants[Note 1], en diminution de 7,69 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
219139155182195228228231209
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
217221221206192177153141117
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
110102105957660704553
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
464136473652605452
2016 - - - - - - - -
48--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture de la commune est encore active, avec la présence d'un pisciculteur, et de deux chevriers[7].

Industrie[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

Vie Locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Services, équipements[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Troupe de babos

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ter Gille

/Teuf la feed/ Al dit Alphonse/ Le Soss

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  2. Échevis sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 8 mars 2015).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. agriculture

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]