Vézeronce-Curtin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vézeronce-Curtin
Vézeronce-Curtin
La place Clodomir et le rond-point.
Blason de Vézeronce-Curtin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Balcons du Dauphiné
Maire
Mandat
Maurice Belantan
2020-2026
Code postal 38510
Code commune 38543
Démographie
Gentilé Vézerontins
Population
municipale
2 147 hab. (2018 en augmentation de 8,43 % par rapport à 2013)
Densité 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 02″ nord, 5° 28′ 14″ est
Altitude Min. 205 m
Max. 316 m
Superficie 14,37 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine La Tour-du-Pin
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Morestel
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Vézeronce-Curtin
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Vézeronce-Curtin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vézeronce-Curtin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vézeronce-Curtin
Liens
Site web http://www.vezeronce-curtin.com

Vézeronce-Curtin est une commune du département de l'Isère, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, en France.

Ancien membre de la communauté de communes du Pays des Couleurs, la commune a rejoint le la communauté de communes Les Balcons du Dauphiné, dont le territoire occupe la pointe septentrionale du département de l'Isère. Ses habitants sont dénommés les Vézerontins[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Le village de Vézeronce-Curtin est une commune à l'aspect essentiellement rural qui se positionne entre Morestel et Voiron dans le département français de l'Isère, dans la région naturelle du Bas-Dauphiné, dénommé également sous le terme de Nord-Isère.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

La partie septentrionale du département de l'Isère est formée de plaines au climat tempéré, de bas plateaux et de collines au climat un peu plus rudes. Du fait d'un relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent aisément. On peut noter quelques brouillards persistant dans les campagnes avoisinantes au niveau de la vallée du Rhône et des marais entourant la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voie de communication[modifier | modifier le code]

La route nationale 75 était une route nationale française reliant Bourg-en-Bresse à Sisteron. Cette route, qui a été déclassée en route départementale (RD 1075) en 2006, traverse la commune selon un axe nord-sud.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vézeronce-Curtin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Tour-du-Pin, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[5] et 38 657 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7]. La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (67,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (36,5 %), terres arables (24,1 %), forêts (18,3 %), zones urbanisées (13,1 %), prairies (3,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,2 %), zones humides intérieures (2,2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Vézeronce-Curtin est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique[12].

Terminologie des zones sismiques[13]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village de Vézeronce évolue au cours du temps en Vezerantia, Vizorontia , Vizerontinum, Visroncia pour Grégoire de Tours, Viseroncia pour Marius, évêque d’Avenches et Véseroncia pour Frédégaire à la période de la bataille de Vézeronce.

Vézeronce est une commune issue du démembrement du mandement (circonscription administrative seigneuriale) du Bouchage en 1790.

Le nom du village de Curtin vient de Curtinus, provenant de « jardin » en latin.

Curtin faisait partie, avec l’actuel hameau de Charray, du mandement de Morestel, jusqu’à la Révolution française.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

  • Le , la bataille de Vézeronce vit la rencontre des armées de Clodomir et ses frères, fils de Clovis, et de l'armée burgonde. Clodomir fut tué au cours de la bataille. Les avis divergent sur son issue mais les Burgondes restèrent maîtres du champ de bataille et leur royaume ne fut détruit par les Francs que dix ans plus tard (534). Cet affrontement reste cependant une date importante dans l'optique de l'unité du pays. Un odonyme local (rue de l'An-524) rappelle cet événement[14].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • Le pèlerinage de la Milin à Curtin. Ce pèlerinage a des origines médiévales : la légende dit que trois croisés partis aux Croisades se trouvèrent pris dans une tempête et firent vœu, s'ils en réchappaient, d'instituer un pèlerinage en l'honneur de la Vierge à la moitié de l'an en septembre sous le calendrier julien en usage à cette époque. D'où le nom de « mi-l'in » (« Mi l'an » en patois). Une Vierge datant de la fin du XVe siècle de facture art populaire anciennement polychrome est vénérée dans l'église de Curtin et une grande manifestation religieuse le premier dimanche de septembre fête la Milin.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2001 Jean Roux    
mars 2001 En cours Maurice Belantan DVG Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 2 147 habitants[Note 2], en augmentation de 8,43 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8007928391 0071 2111 2411 2631 3041 281
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2821 2731 2591 3091 3401 2591 2011 2111 210
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1371 1561 082977920910832744737
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7106898371 2081 3201 5091 6341 6511 917
2017 2018 - - - - - - -
2 1292 147-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité à la communautés de communes, quelquefois à la commune, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans les zones d'appellations suivantes, décernées par l'INAO :

  • Fromage
  • Volaille
    • IGP Volailles de l’Ain (Label Rouge : poulet cou nu jaune fermier de l'Ain, entier et découpes ; pintade fermière et découpe ; poulet cou nu blanc fermier de l'Ain entier et découpe ; poulet cou nu noir fermier de l'Ain entier et découpe ; dinde fermière de Noël ; chapon fermier).
  • Vins
    • IGP Comtés Rhodaniens blanc.
    • IGP Comtés Rhodaniens rosé.
    • IGP Comtés Rhodaniens rouge.
    • IGP Isère blanc.
    • IGP Isère rosé.
    • IGP Isère rouge.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent.
  • Église paroissiale Saint-Laurent à Vézeronce, reconstruite en 1859-1860 par l'architecte Alfred Berruyer, sur l'emplacement de l'ancienne église. En 1861, le beffroi est construit et la cloche installée. L'église est entièrement rénovée en 1992-1993.
  • Église de l’Immaculée de Curtin, érigée sur un emplacement proche de l’ancienne église Saint Jean-Baptiste. La construction (1873-1877) est, en grande partie, financée par les ventes de tourbe de la commune. L’architecture est de style néo-roman. L'intérieur est restauré en 1976, la flèche du clocher en 1990 et les deux statues de la Vierge à l’Enfant en 2011.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de la tour de Charray, du XIIIe siècle[19].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Vézeronce-Curtin

Blason Vezeronce Curtin

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'isère, consulté le 24 août 2020.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 de La Tour-du-Pin », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 28 mars 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  13. [1]
  14. Google Maps & Google Street & == ViaMichelin & Géoportail & OpenStreetMap & rue-ville.info & annuaire-mairie.fr Rue de l'An 524 (Route de l'An 524 sur Google Maps et Géoportail), Vézeronce-Curtin, Isère, Auvergne-Rhône-Alpes, France
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), pp. 714-715.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]