Choranche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Choranche
Choranche
Vu du village de Choranche
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté
Maire
Mandat
Geneviève Moreau-Glenat
2020-2026
Code postal 38680
Code commune 38108
Démographie
Population
municipale
121 hab. (2017 en diminution de 8,33 % par rapport à 2012)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 04″ nord, 5° 23′ 30″ est
Altitude Min. 200 m
Max. 1 200 m
Superficie 10,63 km2
Élections
Départementales Canton du Sud Grésivaudan
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Choranche
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Choranche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Choranche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Choranche

Choranche est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Historiquement rattachée à la province royale du Dauphiné, la commune fait partie de la communauté de communes de Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté. Son territoire bordé de falaises calcaires abrite de nombreuses cavités naturelles dont la grotte de Choranche.

Les habitants se dénomment les choranchois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Le territoire communal s'étend en partie dans les gorges de la Bourne et sur les rebords d'un plateau dans le massif du Vercors. Il se positionne plus précisément sur la route qui relie Pont-en-Royans à Villard-de-Lans dans la partie occidentale du département de l'Isère, tout en étant limitrophe avec le département de la Drôme.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal abrite la majeure partie des gorges de la Bourne en aval du hameau de La Balme de Rencurel (commune de Rencurel). Ce torrent, issu du plateau du Vercors, y entaille une puissante dalle calcaire appartenant au flanc oriental de la vaste voûte de l'anticlinal des Coulmes.

Au niveau du petit lac de retenue de Choranche, la Bourne prend la direction de l'ouest et entaille ce pli qu'elle éventre en affouillant les couches marneuses de l'Hauterivien, jusqu'à atteindre les calcaires du Fontanil. La vallée s'ouvre ensuite assez largement du fait de l'éloignement des falaises de ses deux rives[2].

La grotte de Choranche qui comprend deux cavités (Chevalin et Couffin) surplombe la rive droite de la Bourne. Les deux cavités karstiques se développent dans les calcaires à faciès urgonien et les réseaux actifs au contact de l'urgonien et des marnes de l'hauterivien.

Climat[modifier | modifier le code]

Le Vercors est le premier massif préalpin que rencontre les perturbations atlantiques parvenant du nord-ouest. La pluviométrie est donc très marquée à Rencurel dont le territoire est située à l'extrémité septentrionale et occidentale du massif. Le secteur de Choranche présente donc le climat typique d'une région montagneuse d'une latitude moyenne[3]

L'été présente des périodes chaudes, mais modérées par l'effet de l'altitude et respirables grâce à l'absence de pollution. Les hivers de ces dix dernières années ont connu des enneigements constants.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Bourne, affluent de l'Isère, est une rivière française, d'une longueur de 43,1 km[4], borde la partie sud territoire communal. Ce cours d'eau forme un gigantesque canyon entre Choranche et Villard-de-Lans et connu sous le nom de gorges de la Bourne.

Plusieurs ruisseaux rejoignent cette rivière depuis la pente nord de la falaise qui domine le bourg : le ruisseau de Jallières, le ruisseau Chevalin et le ruisseau Gournier.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Le territoire communal (et son bourg) est uniquement traversé par la route départementale 531, ancienne route nationale 531, déclassée en 1972, qui débute non loin du centre-ville de Sassenage et se termine à Saint-Just-de-Claix traverse le territoire communal selon un axe est-ouest.

Quelques petites routes vicinales permettent de rejoindre les hameaux ainsi que le site des grottes. Les gares ferrovaires les plus proches sont la gare de Saint-Hilaire - Saint-Nazaire et la gare de Saint-Marcellin (Isère) de la ligne de Valence à Moirans, desservies par les trains TER Auvergne-Rhône-Alpes, en provenance de Valence-Ville et à destination de Grenoble et de Chambéry-Challes-les-Eaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette route, en grande partie la spectaculaire, car longeant des gorges encaissées, est située entre Villard-de-Lans et Pont-en-Royans. Elle a été réalisée entre 1861 et 1872[5]. Afin d'effectuer des travaux de sécurisation des falaises dominant la route, cette dernière peut être fermée à la circulation durant certaines périodes[6].

Accidents[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Choranche est un modeste village de moyenne montagne formé par un petit bourg et quelques hameaux isolés constitués par des fermes.

Hameaux, lieux-dits et écarts de la commune[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux, ainsi que les écarts qui composent le territoire de la commune de Choranche, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[9].

  • les Arnauds
  • les Champs
  • le Faucon
  • Bonne Perdrix
  • Campeloup
  • Sirouza
  • Gamone
  • Métrière
  • les Pierrones
  • Saint-Estèphe
  • Choranche-les-bains
  • les Chartreux
  • Lambertière
  • la Bournière
  • la Ranconnière
  • les Payres
  • le Colombier
  • le Sellier
  • les Drevets
  • Cabane Café
  • le Sellier

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Choranche est situé en zone de sismicité n°4 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique[10].

Terminologie des zones sismiques[11]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 4 Sismicité moyenne accélération = 1,6 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dénommé Ecclesia de Chauranchis au XIe siècle, ce nom est peut-être issu du nom du citoyen romain Caurus, avec un suffixe -anicas ou -anicos (selon Ernest Nègre)[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Choranche en 1907.

Antiquité et préhistoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Autres périodes[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie.

Commune comptant entre 100 et 500 habitants, le conseil municipal de Choranche est donc composé de onze membres.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Henri-Jacques Sentis    
Mars 2008 En cours Bernard Bourne-Branchu SE Fonctionnaire[13]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2017, la commune comptait 121 habitants[Note 1], en diminution de 8,33 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
416439396432418400445444478
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
460423405369368390332292287
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
288261276236245217204180216
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
151149115130132130134130121
2017 - - - - - - - -
121--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble (Zone A).

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional historique des Alpes, distribué dans la commune, est Le Dauphiné libéré. Celui-ci consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition locale, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local au niveau de la commune.

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église de Choranche (propriété de la commune) sont rattachées à la paroisse Saint Luc du Sud Grésivaudan, elle-même rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[18].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La grotte de Choranche
La grotte de Choranche est située sur le territoire de la commune. Celle-ci présente deux cavités (Couffin et Chevaline), découvertes à la fin du XIXe siècle ainsi que la grotte de Gournier. Ces grottes qui comprennent près de 30 km de galeries, se visitent en partiedurant certaines périodes. L'entrée est payante[19].
  • Rochers de Presles
Ce secteur est un haut-lieu de l'escalade, mais aussi de la spéléologie[20].
  • Église paroissiale de Choranche
Dédiée à l'Assomption, l'édifice religieux situé dans le bourg.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Choranche possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site "habitants.fr", page sur le gentilé des habitants des communes de l'Isère, consulté le 11 octobre 2020
  2. Site geol-alp.com, page "Bourne aval", consulté le 11 octobre 2020.
  3. Site Persée, Contribution à l'étude de l'hydrologie souterraine du plateau de Presles et du Massif des Coulmes..
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Bourne (W33-0400) » (consulté le 3 avril 2016)
  5. Georges Jorré, « L'établissement des routes dans le massif du Vercors », revue de géographie alpine, vol. 9, no 2,‎ , p. 253-263 (lire en ligne, consulté le 13 mai 2017).
  6. « Sécurisation des gorges de la Bourne » [PDF], sur cotita.fr (consulté le 13 mai 2017).
  7. « Eboulement sur une route du Vercors: 2 morts et 3 blessés », sur ladepeche.fr (consulté le 13 mai 2017).
  8. Les accidents de 2004 et 2007 dans les gorges de la Bourne sur le site de l'AFP
  9. Site géoportail, page des cartes IGN.
  10. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  11. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  12. Site henrysuter.ch/, Noms de lieux en Suisse Romande, Savoie et environs, consulté le 11 octobre 2020
  13. https://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/choranche,38108/
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  18. Site diocese-grenoble-vienne.fr, page sur la paroisse Saint-Joseph-des-deux-rives, consulté le 11 octobre 2020.
  19. Site officiel des grottes de Choranche
  20. Site sentier-nature.com, page sur les roches de Presles, consulté le 11 octobre 2020.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]