Corbelin (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Corbelin
Corbelin (Isère)
Le quartier du centre en 1912.
Blason de Corbelin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Balcons du Dauphiné
Maire
Mandat
Frédéric Gehin
2020-2026
Code postal 38630
Code commune 38124
Démographie
Gentilé Corbelinois, Corbelinoises[1]
Population
municipale
2 238 hab. (2019 en augmentation de 0,9 % par rapport à 2013)
Densité 187 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 27″ nord, 5° 32′ 47″ est
Superficie 12 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine La Tour-du-Pin
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Morestel
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corbelin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corbelin
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Corbelin
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Corbelin
Liens
Site web corbelin.fr

Corbelin est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Autrefois rattachée à l'ancienne province royale du Dauphiné, la commune fut d'abord adhérente à la communauté de communes du Pays des Couleurs, avant de rejoindre, à la suite de la fusion de plusieurs intercommunalités, la communauté de communes Les Balcons du Dauphiné en 2017.

Ses habitants sont dénommés les Corbelinois[2].

La commune de Corbelin est jumelée avec la commune de Campo Ligure dans la région de Ligurie en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Situation et description[modifier | modifier le code]

Le territoire de Corbelin est situé dans le département de l'Isère et plus précisément dans la partie septentrionale de ce département, plus connu sous l'appellation de Nord-Isère ou de Bas-Dauphiné.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le secteur du Nord-Isère présente un climat de type semi-continental[3] qui se caractérise par des précipitations en toutes saisons.

Les étés sont généralement chauds et connaissent de fréquents orages. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqué par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistants durant les périodes froides.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Sortie 10 à 62 km : Le Pont-de-Beauvoisin, Les Avenières, Les Abrets en Dauphiné.

La gare ferroviaire la plus proche de Corbelin est la gare de La Tour-du-Pin, située à environ cinq kilomètres du centre de la commune. Cette gare SNCF est desservie par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Corbelin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Tour-du-Pin, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[7] et 38 657 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[8],[9]. La commune est en outre hors attraction des villes[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (75,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (52,2 %), terres arables (17,1 %), zones urbanisées (16,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,6 %), forêts (5,5 %), prairies (3,2 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Corbelin est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique[13].

Terminologie des zones sismiques
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dénommée Corbelianum villa au XIe siècle, il s'agit, à l'origine du nom d'un domaine d´origine gallo-romaine *[praedium] Corbellianum, avec le nom d´homme romain Corbellianus [Nègre 1990], soit dérivé avec le suffixe -anum du nom d´homme romain Corbellius[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire est habité depuis le début de notre ère (époque romaine), même s'il n'a été faite aucune découverte archéologique pour le moment. Cependant des recherches sont en cours pour nous éclairer sur ses origines. L'histoire de Corbellin est par contre mieux connue à partir du XIIe siècle, car elle se confond, pour l'essentiel, avec celle du prieuré, qui a d'ailleurs été pour le village, la « Paroisse » comme on le disait alors, un élément de prestige.

Il y aurait eu en 1900 une caserne de chasseurs alpins. En effet, Jean-Baptiste Casanova, né en Corse le 29/10/1881 y a fait son service militaire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[15]
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1800 Sébastien Patricot   Notaire
1800 1802 Étienne Girerd-Bolland   Juge de paix
1802 1813 Sébastien Patricot   Notaire
1813 1815 Benoît-Antoine Patricot   Notaire
1815 1815 Jean Baudrand   Notaire
1815 1841 Benoît-Antoine Patricot   Notaire
1843 1848 Jean-Baptiste Commandeur    
1848 1856 Antoine-François Reynaud   Notaire
1857 1860 Joseph Chaboud    
1860 1878 Antoine-François Reynaud   Notaire
1878 1892 Louis Perrier    
1892 1896 Joseph Guiguet   Menuisier
1896 1919 Georges Donat   Industriel en soieries
1919 1928 Antoine Bizollon   Notaire
1928 1944 Alexandre Bizollon   Industriel en soieries
1944 1945 Anthelme Lanfrey    
1945 1969 Joseph Dupraz    
1969 1977 Joseph Brosse    
1977 1981 André Semanaz   Notaire
1981 1989 Guy Bouvier    
1989 1995 Michel Teillon    
1995 2014 Christian Chaboud    
2014 2020 René Vial DVD  
2020 2022 Catherine Grange SE Inspectrice de l'éducation nationale retraitée
2022 En cours
(au 10/01/2022)
Frédéric Gehin Territoire de Progrés Cadre territorial

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'école maternelle en 1912.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2019, la commune comptait 2 238 habitants[Note 2], en augmentation de 0,9 % par rapport à 2013 (Isère : +2,9 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4961 5451 7051 6231 8011 8081 7751 8171 998
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9901 9652 0762 1322 1732 1942 2082 0952 173
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2152 2802 2812 0081 8731 7721 7291 6741 672
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 6061 5471 6121 7231 7991 7522 0212 1592 226
2019 - - - - - - - -
2 238--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Équipements culturels et sportifs[modifier | modifier le code]

  • Golf du Campanil.
Le golf du Campanil est une association qui gère un parcours de neuf trous ainsi qu'un practice couvert avec distributeur de balles[20].
  • Union Sportive Corbelinoise
  • ABC Basket Corbelinois

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité à la communautés de communes et du canton, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Photo de ferme dauphinoise à Corbelin.
  • Église Notre-Dame de la Compassion (XVIIe et XIXe siècles)
  • Ancien prieuré (XVIIe siècle), ex-musée Francois-Guiguet
  • Château de Champlevey (XVe siècle)
  • Château de Pourraz
  • Ancienne usine de soieries Donat (XIXe siècle)
  • Hôtel de ville (style IIIe République)
  • Maisons dauphinoises typiques

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Le musée municipal consacré à François Guiguet à Corbelin, fruit d'une donation de Louis Guiguet, constituée de 78 huiles, 13 aquarelles et plus de 3 500 dessins de l'artiste, est inauguré le et fermé en 2011[21].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Marais au saut du Loup de la zone humide de Corbelin.

Une partie de la commune de Corbelin est classée dans la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I de la zone humide de Corbelin[22].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Corbelin Blason
D'or au corbeau essorant de sable, la tête et les pattes d'argent.
Détails
Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes (Corbelin → corbeau).

Adopté en 1993.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitant.fr Consulté le 23/08/2011.
  2. Site habitants.fr, nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 04 janvier 2020.
  3. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Unité urbaine 2020 de La Tour-du-Pin », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  14. Site henrysuter.ch, page sur Corbelin, consulté le 31 décembre 2020.
  15. FranceGenWeb Consulté le 23/08/2011.
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. Site tousauxbalcons.com, page sur le golf club du Campanil, consulté le 4 ictobre 2020
  21. corbelin.fr.
  22. « Portail des données communales », Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :