Rallye Dakar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rallye Dakar
Description de cette image, également commentée ci-après
Le logo du rallye Dakar, créé en 1978, représente un targui.
Généralités
Sport Rallye-raid, sport automobile, motorcycle racing (en) et course de camionsVoir et modifier les données sur Wikidata
Création 1978
Autre(s) nom(s) Rallye Paris-Dakar
Organisateur(s) ASO via Thierry Sabine Organisation
Catégorie Rallye-raid
Périodicité Annuelle (janvier)
Lieu(x) Europe et Afrique (de 1979 à 2007)
Édition 2008 annulée
Argentine, Chili, Pérou, Bolivie et Paraguay (de 2009 à 2019)
Arabie saoudite (depuis 2020)
Participants 482
Site web officiel www.dakar.com

Palmarès
Tenant du titre Autos :
Stéphane Peterhansel
Motos :
Kevin Benavídes
Camions :
Dmitry Sotnikov
Quads :
Manuel Andújar
SSV :
Francisco López Contardo
Classic :
Marc Douton
Plus titré(s) Autos :
Stéphane Peterhansel (8)
Motos :
Stéphane Peterhansel (6)
Camions :
Vladimir Chagin (7)
Quads :
Marcos Patronelli (3)
Ignacio Casale (3)
SSV :
Francisco López Contardo (2)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la dernière compétition voir :
Rallye Dakar 2021

Le Rallye Dakar (ou « le Dakar », anciennement Rallye Paris-Dakar) est un rallye-raid longue distance, créé par Thierry Sabine et lancé pour la première fois en décembre 1978. Depuis lors, il a été disputé chaque année, sauf en 2008, entre la fin décembre et la mi-janvier sur une durée de deux à trois semaines. Initialement disputé en partie en Europe et majoritairement en Afrique, l'épreuve se déroule en Amérique du Sud de 2009 à 2019 puis en Arabie saoudite à partir de 2020. Ce rallye est actuellement organisé par l'organisateur d'événements sportifs français Amaury Sport Organisation.

Histoire[modifier | modifier le code]

Huitième Paris-Dakar ; Thierry Sabine au port d'Alger le 4 janvier 1986, dix jours avant son accident.

En 1977, Thierry Sabine réalise à moto le rallye Abidjan-Nice[1], course organisée par Jean-Claude Bertrand qui réunit voitures traditionnelles, 4x4, motos et camions. Il se perd pendant trois jours dans le désert de Libye jusqu'à ce que les secours en avion le sauvent. Déjà superstitieux, il attrape le virus du désert. Lorsque Bertrand annonce qu'il ne refera pas la course Abidjan-Nice, Sabine présente un projet d'un rallye immense qui traverserait l'Afrique. Il décide qu'il partirait de Paris, ville plus propice à une plus grande notoriété et à des retombées médiatiques importantes, pour se terminer à Dakar avec un transfert par la Méditerranée. La première édition réunissant 170 équipages s'élance de la place du Trocadéro le pour arriver à Dakar le [2]. Cyril Neveu est le premier vainqueur de l'épreuve, sur une moto Yamaha. La popularité de l'événement augmente rapidement, avec 216 véhicules prenant le départ en 1980 et 291 en 1981[3]. L'esprit corsaire des premiers coureurs, défiant le désert avec des ressources limitées, encourage certaines personnes connues à participer tels que Thierry de Montcorgé avec une Rolls-Royce[4] ou le pilote de Formule 1 Jacky Ickx avec l'acteur Claude Brasseur à bord d'une Citroën CX[1].

Au fil des éditions, le rallye se développe (603 véhicules s’alignent sur la ligne de départ en 1988 ; 3000 personnes accueillies chaque jour sur le bivouac en 2015 : concurrents, organisation, sponsors et médias[5]) et se professionnalise. Les conditions de navigation dans le désert restent parfois difficiles ; lorsque l'harmattan, vent d'est du Sahara se lève, les traces sont effacées sur la piste et les repères disparaissent.

Traces laissées par le rallye dans le Sahara Mauritanien (2005)
Nostalgie : véhicule refaisant le parcours du Paris-Dakar près du lac Rose, en 2020.

L'itinéraire varie d'une année à l'autre : pendant quelques années, il s'agit du Paris-Alger-Dakar car les participants partent par bateau de Sète pour arriver à Alger et ensuite traverser le Sahara Algérien. D'ailleurs, l'arrivée n'a pas lieu à Dakar certaines années : on retient l'édition du rallye de 1992, Paris-Le Cap, celle de 1994, Paris-Dakar-Paris, celle de 2000, Dakar-Le Caire, ou celle de 2002, Arras-Madrid-Dakar.

Divers accidents mortels ont émaillé les parcours de la caravane, concernant des concurrents, accompagnateurs ou spectateurs locaux. Le Rallye Dakar 1986 est endeuillé par la mort de Thierry Sabine à la suite d'un accident d'hélicoptère. Daniel Balavoine qui l'accompagne est également mort ce jour-là, tout comme le jeune pilote suisse, François-Xavier Bagnoud, le technicien radio Jean-Paul Le Fur et la journaliste Nathalie Odent.

Plusieurs éditions du Dakar sont perturbées par des menaces terroristes, et certaines étapes doivent être annulées, avec un changement d'itinéraire. C'est le cas en 2000, lorsqu'un pont aérien formé de trois avions Antonov An-124 est mis en place entre Niamey et Sebha, en Libye, pour éviter la traversée du Niger, interrompant ainsi l'épreuve pendant quatre jours. L'opération aurait coûté quelque 30 millions de FF, soit un peu plus de 4,5 millions d'euros[6].

Pour des raisons de sécurité en Mauritanie qui devait accueillir 8 étapes, l'édition 2008 du Dakar est annulée[7]. À la suite de l'assassinat de quatre Français près d'Aleg en Mauritanie le , Laurent Wauquiez, porte-parole du gouvernement français, a fortement déconseillé aux ressortissants français de se rendre dans ce pays. La veille du départ de Lisbonne, le , l'organisation annonce l'annulation du Dakar malgré les 2 500 personnes déjà présentes au Portugal pour participer au rallye. La Mauritanie prévoyait pourtant de mobiliser 4 000 policiers pour assurer la sécurité, mais les risques liés à la branche Al-Qaida au Maghreb islamique ont conduit les organisateurs à suivre les recommandations du gouvernement français.

Épreuve de 2009 en Amérique du Sud.

Amaury Sport Organisation annonce le que le Rallye Dakar 2009 se déroulera du 3 au , au Chili et en Argentine avec un départ et une arrivée à Buenos Aires[8].

Sculpture de sel dans le désert d'Uyuni en Bolivie. Les participants du Dakar sont passés en 2014 par le Salar d'Uyuni.

En réaction, les pays africains créent l’Africa Race. D'anciens vainqueurs du Dakar (Hubert Auriol, Jean-Louis Schlesser) se rallient à ce projet, qui se réclame plus proche de l'esprit de Thierry Sabine, mais moins médiatisé[9].

Pour son édition 2012, le Dakar devenu sud-américain traverse le Pérou pour la première fois.

La logistique s'est étoffée au cours des éditions. Celle de 2018 comprend 1100 véhicules au total, sept hélicoptères et quatre avions[10].

ASO (Amaury Sport Organisation) annonce le que le Dakar quitte l'Amérique du Sud pour se dérouler en Arabie saoudite à partir de 2020 et pour cinq ans[11].

Année Départ Arrivée
1979 Paris Dakar
1980 Paris Dakar
1981 Paris Dakar
1982 Paris Dakar
1983 Paris Dakar
1984 Paris Dakar
1985 Versailles Dakar
1986 Versailles Dakar
1987 Versailles Dakar
1988 Versailles Dakar
1989 Paris Dakar
1990 Paris Dakar
1991 Chevilly-Larue Dakar
1992 Rouen Drapeau d'Afrique du Sud Le Cap
1993 Paris Dakar
1994 Paris Marne-la-Vallée
1995 Grenade Dakar
1996 Grenade Dakar
1997 Dakar Dakar
1998 Versailles Dakar
1999 Grenade Dakar
2000 Dakar Le Caire
2001 Paris Dakar
2002 Arras Dakar
2003 Marseille Charm el-Cheikh
2004 Clermont-Ferrand Dakar
2005 Barcelone Dakar
2006 Lisbonne Dakar
2007 Lisbonne Dakar
2008 Course annulée
Lisbonne Dakar
2009 Buenos Aires Buenos Aires
2010 Buenos Aires Buenos Aires
2011 Buenos Aires Buenos Aires
2012 Mar del Plata Lima
2013 Lima Santiago
2014 Rosario Valparaíso
2015 Buenos Aires Buenos Aires
2016 Buenos Aires Rosario
2017 Asuncion Buenos Aires
2018 Drapeau du Pérou Lima Córdoba
2019 Lima Lima
2020 Djeddah Qiddiya
2021 Djeddah Djeddah

Véhicules et catégories[modifier | modifier le code]

Porsche 959 vainqueur du Dakar 1986.

Les cinq catégories principales sont les motos, les autos, les camions, les quads (depuis 2009) et les SxS (depuis 2017).

La catégorie moto comporte diverses sous-catégories, comme les moins de 450 cm3, la catégorie marathon (motos de série), ou encore les quads qui sont devenus une catégorie à part entière en 2009. La catégorie auto comportait à ses débuts trois sous-catégories : les T1 (véhicules de série), T2 (véhicules de série modifiés), et T3 (véhicules prototypes). Les camions étaient au début incorporés dans la catégorie auto, mais ils disposent depuis 2000 de leur propre catégorie. Les camions prototypes ont été interdits dans la fin des années 1980, en raison des grandes vitesses atteintes, qui provoquèrent plusieurs accidents graves.

Plusieurs constructeurs utilisent le Dakar à la fois comme laboratoire et comme vitrine pour démontrer la robustesse de leurs véhicules, bien que ceux engagés soient profondément modifiés par rapport aux véhicules de série.

À l'origine, quelques constructeurs automobiles s'engagèrent avec des moyens limités — le plus souvent via des pilotes privés — comme Land Rover, Renault, Volkswagen, Mercedes, Lada, etc. Puis vinrent des constructeurs via des équipes usines avec de gros moyens, tels que Porsche, Mitsubishi, Peugeot puis Citroën. Ce qui engendra une hausse des coûts et des performances, et conduisit à l'interdiction des prototypes T3 pour les équipes usines en 1997 ; les T3 pouvant cependant toujours être alignés par les équipes privées. La fusion des catégories T2 et T3 en 2002, marqua le retour des prototypes usines. Enfin, en 2006, il y eut une inversion entre les catégories T1 (désormais prototypes) et T2 (désormais véhicules de série).

Dans les années 1980, devant la débauche de moyens mis en œuvre par les équipes officielles et les risques que cela faisait courir aux amateurs, qui ne pouvaient plus suivre le rythme, les organisateurs décidèrent d'interdire l'assistance aérienne (Porsche avait ainsi à sa disposition une importante flotte d'hélicoptères), le routage radio et de limiter le recours au GPS.

Les équipes privées, plus ou moins fortunées, peuvent également disputer les premières places. Jean-Louis Schlesser, après la fin de sa carrière en championnat du monde des voitures de sport, a construit ses propres buggys avec le soutien de constructeurs comme Seat, Renault, puis Ford. Il a remporté les Dakar 1999 et 2000 en catégorie auto.

KTM, Yamaha, Honda et Husqvarna sont actuellement engagés officiellement en catégorie moto. KTM, Yamaha et Honda font d'ailleurs partie des constructeurs les plus titrés dans ce rallye, au même titre que BMW, qui fut propriétaire de Husqvarna. En catégorie auto, à la suite du retrait de Mitsubishi, qui détient le record de 12 victoires, en 2009 puis de Volkswagen en 2011, il n'y a plus de constructeur officiellement présent dans la catégorie de pointe. On note toutefois la présence de l'équipe X-Raid, propriété de Sven Quandt (de), membre de la famille actionnaire de BMW et dont l'équipe reçoit un soutien technique de la part du constructeur allemand au niveau de la motorisation. On peut aussi citer la présence de Toyota Afrique du Sud, qui sera rejoint par Ford Afrique du Sud en 2014. Toyota est quant à lui officiellement présent en catégorie véhicules de série.

Parmi les camions, on note la présence de constructeurs comme KAMAZ, Iveco, Tatra et Daf, qui rassemblent à eux quatre l'essentiel des victoires de la catégorie camions depuis 1979.

Catégories

Cat. Description
Voitures
T1.1 Voitures modifiées 4 roues motrices essence
T1.2 Voitures modifiées 4 roues motrices diesel
T1.3 Voitures modifiées 2 roues motrices essence
T1.4 Voitures modifiées 2 roues motrices diesel
T2.1 Voitures de série essence
T2.2 Voitures de série diesel
T3.1 Voitures modifiées + de 1 050 cm3 légères
T3.2 Voitures modifiées + de 1 050 cm3 légères essence
T3.3 Voitures modifiées + de 1 050 cm3 légères avec moteur de motos
Open 1 Voitures du règlement Score international
Open 2 Voitures 4 roues motrices + de 2,8 tonnes et - de 2,20 mètres de large
Camions
T4.1 Camions de série
T4.2 Camions modifiés
T4.3 Camions d'assistance
Motos
Groupe 1 Motos du règlement Elite
Groupe 2.1 Motos "Super Production" max 450 cm3
Groupe 2.2 Motos "Marathon" max 450 cm3
Quads
Groupe 3.1 Quads 2 roues motrices max 750 cm3
Groupe 3.2 Quads 4 roues motrices max 900 cm3

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Vainqueurs du Rallye Dakar[modifier | modifier le code]

Parmi les pilotes automobiles lauréats, on retrouve cinq champions du monde des rallyes-raids (les trois français Lartigue, Schlesser et Saby, ainsi que Sainz et Al-Attiyah), trois champions du monde des rallyes (Vatanen, Kankkunen et Sainz), un double champion du monde de sport-prototypes (Schlesser) ainsi qu'un double vice-champion du monde de Formule 1, sextuple vainqueur des 24 heures du Mans et double champion du monde d'endurance (Ickx).

Saison Vainqueurs Catégorie Autos
Pilote Copilote Voiture
1979 Alain Genestier Contamine/Lemordant Land Rover Range Rover
1980 Freddy Kottulinsky Gerd Löffelmann Volkswagen Iltis
1981 René Metge Bernard Giroux Land Rover Range Rover
1982 Claude Marreau Bernard Marreau Renault 20
1983 Jacky Ickx Claude Brasseur Mercedes-Benz 280 G
1984 René Metge Dominique Lemoyne Porsche 911
1985 Patrick Zaniroli Jean da Silva Mitsubishi Pajero
1986 René Metge Dominique Lemoyne Porsche 959
1987 Ari Vatanen Bernard Giroux Peugeot 205 Turbo 16
1988 Juha Kankkunen Juha Piironen Peugeot 205 Turbo 16
1989 Ari Vatanen Bruno Berglund Peugeot 405 Turbo 16
1990 Ari Vatanen Bruno Berglund Peugeot 405 Turbo 16
1991 Ari Vatanen Bruno Berglund Citroën ZX Rallye-raid
1992 Hubert Auriol Philippe Monnet Mitsubishi Pajero
1993 Bruno Saby Dominique Seriyes Mitsubishi Pajero
1994 Pierre Lartigue Michel Périn Citroën ZX Rallye-raid
1995 Pierre Lartigue Michel Périn Citroën ZX Rallye-raid
1996 Pierre Lartigue Michel Périn Citroën ZX Rallye-raid
1997 Kenjiro Shinozuka Henri Magne Mitsubishi Pajero
1998 Jean-Pierre Fontenay Gilles Picard Mitsubishi Pajero
1999 Jean-Louis Schlesser Philippe Monnet Schlesser-Renault
2000 Jean-Louis Schlesser Henri Magne Schlesser-Renault
2001 Jutta Kleinschmidt Andreas Schulz Mitsubishi Pajero
2002 Hiroshi Masuoka Pascal Maimon Mitsubishi Pajero
2003 Hiroshi Masuoka Andreas Schulz Mitsubishi Pajero
2004 Stéphane Peterhansel Jean-Paul Cottret Mitsubishi Pajero
2005 Stéphane Peterhansel Jean-Paul Cottret Mitsubishi Pajero
2006 Luc Alphand Gilles Picard Mitsubishi Pajero
2007 Stéphane Peterhansel Jean-Paul Cottret Mitsubishi Pajero
2008 Pas de course
2009 Giniel de Villiers Dirk von Zitzewitz Volkswagen Race Touareg 2
2010 Carlos Sainz Lucas Cruz Volkswagen Race Touareg 2
2011 Nasser Al-Attiyah Timo Gottschalk Volkswagen Race Touareg 3
2012 Stéphane Peterhansel Jean-Paul Cottret Mini Countryman All4 Racing
2013 Stéphane Peterhansel Jean-Paul Cottret Mini Countryman All4 Racing
2014 Nani Roma Michel Périn Mini Countryman All4 Racing
2015 Nasser Al-Attiyah Matthieu Baumel Mini Countryman All4 Racing
2016 Stéphane Peterhansel Jean-Paul Cottret Peugeot 2008 DKR
2017 Stéphane Peterhansel Jean-Paul Cottret Peugeot 3008 DKR
2018 Carlos Sainz Lucas Cruz Peugeot 3008 DKR Maxi
2019 Nasser Al-Attiyah Matthieu Baumel Toyota Hilux
2020 Carlos Sainz Lucas Cruz Mini JCW Buggy
2021 Stéphane Peterhansel Édouard Boulanger Mini JCW Buggy
Saison Vainqueur Catégorie Motos
Pilote Moto
1979 Cyril Neveu Yamaha XT 500
1980 Cyril Neveu Yamaha XT 500
1981 Hubert Auriol BMW R 80 G/S
1982 Cyril Neveu Honda XR550
1983 Hubert Auriol BMW R100GS
1984 Gaston Rahier BMW R100GS
1985 Gaston Rahier BMW R100GS
1986 Cyril Neveu Honda NXR750V
1987 Cyril Neveu Honda NXR750V
1988 Edi Orioli Honda NXR800V
1989 Gilles Lalay Honda NXR800V
1990 Edi Orioli Cagiva Elefant 900
1991 Stéphane Peterhansel Yamaha YZE750T
1992 Stéphane Peterhansel Yamaha YZE850T
1993 Stéphane Peterhansel Yamaha YZE850T
1994 Edi Orioli Cagiva Elefant 900
1995 Stéphane Peterhansel Yamaha YZE850T
1996 Edi Orioli Yamaha YZE850T
1997 Stéphane Peterhansel Yamaha YZE850T
1998 Stéphane Peterhansel Yamaha YZE850T
1999 Richard Sainct BMW F650RR
2000 Richard Sainct BMW F650RR
2001 Fabrizio Meoni KTM LC4 660R
2002 Fabrizio Meoni KTM LC8 950R
2003 Richard Sainct KTM LC4 660R
2004 Nani Roma KTM LC4 660R
2005 Cyril Despres KTM LC4 660R
2006 Marc Coma KTM LC4 660R
2007 Cyril Despres KTM 690 Rally
2008 Pas de course
2009 Marc Coma KTM 690 Rally
2010 Cyril Despres KTM 690 Rally
2011 Marc Coma KTM 450 Rally
2012 Cyril Despres KTM 450 Rally
2013 Cyril Despres KTM 450 Rally
2014 Marc Coma KTM 450 Rally
2015 Marc Coma KTM 450 Rally
2016 Toby Price KTM 450 Rally
2017 Sam Sunderland KTM 450 Rally
2018 Matthias Walkner KTM 450 Rally
2019 Toby Price KTM 450 Rally
2020 Ricky Brabec Honda CRF 450 Rally
2021 Kevin Benavídes Honda CRF 450 Rally
Saison Vainqueurs Catégorie Camions
Pilote Copilotes Camion
1979 Jean-François Dunac Jean-Pierre Chapel François Beau Steyr-Puch Pinzgauer
1980 Miloud Ataouat Hadj Daou Boukrif Mahiedine Kaoula Sonacome
1981 Adrien Villette Henri Gabrelle Alain Voillereau ALM-ACMAT
1982 Georges Groine Thierry de Saulieu Bernard Malfériol Mercedes-Benz Unimog
1983 Georges Groine Thierry de Saulieu Bernard Malfériol Mercedes-Benz Unimog
1984 Pierre Laleu Daniel Durce Patrick Venturini Mercedes-Benz Unimog
1985 Karl-Friedrich Capito Jost Capito Klaus Schweikarl Mercedes-Benz Unimog
1986 Giacomo Vismara Giulio Minelli Mercedes-Benz Unimog
1987 Jan de Rooy Yvo Geusens Theo van de Rijt DAF FAV 3600
1988 Karel Loprais Radomir Stachura Tomáš Mück Tatra 815
1989 Pas de course camions
1990 Giorgio Villa Giorgio Delfino Claudio Vinante Perlini
1991 Jacques Houssat Thierry de Saulieu Danilo Bottaro Perlini
1992 Francesco Perlini Giorgio Albiero Claudio Vinante Perlini
1993 Francesco Perlini Giorgio Albiero Claudio Vinante Perlini
1994 Karel Loprais Radomir Stachura Josef Kalina Tatra 815
1995 Karel Loprais Radomír Stachura Tomáš Tomeček Tatra 815
1996 Viktor Moskovskikh Anatoli Kouzmine Nail Bagaveldinov Kamaz 4911
1997 Peter Reif Johann Deinhofer Hino
1998 Karel Loprais Radomír Stachura Jan Čermák Tatra 815
1999 Karel Loprais Radomír Stachura Josef Kalina Tatra 815
2000 Vladimir Chagin Semen Yakubov Sergey Savostin Kamaz 4911
2001 Karel Loprais Petr Hamerla Josef Kalina Tatra 815
2002 Vladimir Chagin Semen Yakubov Sergey Savostin Kamaz 4911
2003 Vladimir Chagin Semen Yakubov Sergey Savostin Kamaz 4911
2004 Vladimir Chagin Semen Yakubov Sergey Savostin Kamaz 4911
2005 Firdaus Kabirov Aydar Belyaev Andrey Mokeev Kamaz 4911
2006 Vladimir Chagin Semen Yakubov Sergey Savostin Kamaz 4911
2007 Hans Stacey Charly Gotlib Bernard der Kinderen MAN
2008 Pas de course
2009 Firdaus Kabirov Aydar Belyaev Andrey Mokeev Kamaz 4911
2010 Vladimir Chagin Semen Yakubov Sergey Savostin Kamaz 4911
2011 Vladimir Chagin Semen Yakubov Ildar Shaysultanov Kamaz 4926-9
2012 Gerard de Rooy Dariusz Rodewald Tom Colsoul IVECO PowerStar
2013 Eduard Nikolaev Vladimir Rybakov Sergey Savostin Kamaz 4926-9
2014 Andrey Karginov Andrey Mokeev Igor Devyatkin Kamaz 4326
2015 Ayrat Mardeev Aydar Belyaev Dmitriy Svistunov Kamaz 4326
2016 Gerard de Rooy Dariusz Rodewald Tom Colsoul IVECO PowerStar
2017 Eduard Nikolaev Evgeny Yakovlev Vladimir Rybakov Kamaz 4326
2018 Eduard Nikolaev Evgeny Yakovlev Vladimir Rybakov Kamaz 4326
2019 Eduard Nikolaev Evgeny Yakovlev Vladimir Rybakov Kamaz 43509
2020 Andrey Karginov Andrey Mokeev Igor Leonov Kamaz 43509
2021 Dmitry Sotnikov Ruslan Akhmadeev Ilgiz Akhmetzianov Kamaz 43509
Marc Coma (ici durant son Dakar 2006 victorieux).
Saison Vainqueur Catégorie Quads
Pilote Quad
1979

2007
Pas de course Quads
2008 Pas de course
2009 Josef Macháček Yamaha Raptor 700
2010 Marcos Patronelli Yamaha Raptor 700
2011 Alejandro Patronelli Yamaha Raptor 700
2012 Alejandro Patronelli Yamaha Raptor 700
2013 Marcos Patronelli Yamaha Raptor 700
2014 Ignacio Casale Yamaha Raptor 700
2015 Rafał Sonik Yamaha Raptor 700
2016 Marcos Patronelli Yamaha Raptor 700
2017 Sergey Karyakin Yamaha Raptor 700
2018 Ignacio Casale Yamaha Raptor 700
2019 Nicolás Cavigliasso Yamaha Raptor 700
2020 Ignacio Casale Yamaha Raptor 700
2021 Manuel Andújar Yamaha Raptor 700
Saison Vainqueurs Catégorie SSV / SxS (depuis 2017)
Pilote Copilote SSV
1979

2016
Pas de course SSV
2017 Leandro Torres Lourival Roldan Polaris RZR 1000 XP
2018 Reinaldo Varela Gustavo Gugelmin Can-Am SxS
2019 Francisco López Contardo Alvaro Quintanilla Can-Am SxS
2020 Casey Currie Sean Berriman Can-Am Maverick
2021 Francisco López Contardo Juan Pablo Latrach Vinagre Can-Am Maverick X3

Les principaux records[modifier | modifier le code]

Plus grand nombre de victoires
Rang Pilote Années Victoires Catégorie
1 Drapeau de la France Stéphane Peterhansel 1991, 1992, 1993, 1995, 1997, 1998 (Moto),
2004, 2005, 2007, 2012, 2013, 2016, 2017, 2021 (Auto)
14 Motos / Autos
2 Drapeau de la Russie Vladimir Chagin 2000, 2002, 2003, 2004, 2006, 2010, 2011 7 Camions
3 Drapeau de la Tchécoslovaquie Karel Loprais 1988, 1994, 1995, 1998, 1999, 2001 6 Camions
4 Drapeau de la France Cyril Neveu 1979, 1980, 1982, 1986, 1987 5 Motos
Drapeau de la France Cyril Despres 2005, 2007, 2010, 2012, 2013 Motos
Drapeau de l'Espagne Marc Coma 2006, 2009, 2011, 2014, 2015 Motos
7 Drapeau de la Finlande Ari Vatanen 1987, 1989, 1990, 1991 4 Autos
Drapeau de l'Italie Edi Orioli 1988, 1990, 1994, 1996 Motos
Drapeau de la Russie Eduard Nikolaev 2013, 2017, 2018, 2019 Camions
10 Drapeau de la France Hubert Auriol 1981, 1983 (Moto), 1992 (Auto) 3 Motos / Autos
Drapeau de la France René Metge 1981, 1984, 1986 Autos
Drapeau de la France Pierre Lartigue 1994, 1995, 1996 Autos
Drapeau de la France Richard Sainct 1999, 2000, 2003 Motos
Drapeau de l'Argentine Marcos Patronelli 2010, 2013, 2016 Quads
Drapeau du Qatar Nasser al-Attiyah 2011, 2015, 2019 Autos
Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz 2010, 2018, 2020 Autos
Drapeau du Paraguay Ignacio Casale 2014, 2018, 2020 Quads
18 Drapeau de la France Georges Groine 1982, 1983 2 Camions
Drapeau de la Belgique Gaston Rahier 1984, 1985 Motos
Drapeau de l'Italie Francesco Perlini 1992, 1993 Camions
Drapeau de la France Jean-Louis Schlesser 1999, 2000 Autos
Drapeau de l'Italie Fabrizio Meoni 2001, 2002 Motos
Drapeau du Japon Hiroshi Masuoka 2002, 2003 Autos
Drapeau de l'Espagne Nani Roma 2004 (Moto), 2014 (Auto) Motos / Autos
Drapeau de la Russie Firdaus Kabirov 2005, 2009 Camions
Drapeau de l'Argentine Alejandro Patronelli 2011, 2012 Quads
Drapeau des Pays-Bas Gerard de Rooy 2012, 2016 Camions
Drapeau de l'Australie Toby Price 2016, 2019 Motos
Drapeau de la Russie Andrey Karginov 2014, 2020 Camions
Drapeau du Chili Francisco López Contardo 2019, 2021 SSV
Plus grand nombre de victoires d'étapes
Rang Pilote Étapes remportées Catégorie
1 Drapeau de la France Stéphane Peterhansel 81 Motos / Autos
2 Drapeau de la Russie Vladimir Chagin 63 Camions
3 Drapeau de la Finlande Ari Vatanen 50 Autos
4 Drapeau de la Russie Firdaus Kabirov 42 Camions
5 Drapeau du Qatar Nasser al-Attiyah 39 Autos
5 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz 39 Autos
7 Drapeau de la France Hubert Auriol 37 Motos / Autos
8 Drapeau de la France Cyril Despres 35 Motos / Autos / SSV
9 Drapeau des Pays-Bas Gérard de Rooy 33 Camions
10 Drapeau de la Belgique Jacky Ickx 29 Autos
11 Drapeau de l'Espagne Jordi Arcarons 27 Motos
12 Drapeau de l'Espagne Joan Barreda 26 Motos
13 Drapeau du Japon Hiroshi Masuoka 25 Autos
Drapeau de l'Espagne Nani Roma Motos / Autos
15 Drapeau de l'Espagne Marc Coma 24 Motos
Drapeau de la France Jean-Pierre Fontenay Autos
17 Drapeau du Chili Ignacio Casale 23 Quads
18 Drapeau du Chili Francisco López 22 Motos / SSV
19 Drapeau de la France Pierre Lartigue 21 Autos
Drapeau du Japon Kenjiro Shinozuka Autos
21 Drapeau de la Tchéquie Karel Loprais 20 Camions
Drapeau de la Russie Eduard Nikolaev Camions
23 Drapeau de l'Italie Alessandro De Petri 19 Motos
Drapeau de la Russie Andrey Karginov Camions
Drapeau de l'Argentine Marcos Patronelli Quads

Décès[modifier | modifier le code]

L'histoire du Rallye Dakar est endeuillée par la mort de 27 concurrents dont 22 pilotes motos depuis sa création en 1979[12], si on prend en compte les accidents hors courses 31 participants (2021) et 35 personnes non participantes sont morts sur le Dakar en 36 éditions (dernier décompte de l'AFP en 2015) [13] :

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Michel Vaillant :
    • L'album Paris-Dakar (no 41) a pour cadre le rallye-raid[14].
    • L'album Cairo ! (no 63) a pour cadre l'édition 2000 du Dakar (le contournement du Niger par pont aérien ayant eu lieu cette année-là fait partie de l'intrigue).
  • Quatre x quatre (1986 (ISBN 2-8001-1411-8)) est un album de bande dessinée, de la série Les aventures de Jeannette Pointu, qui se déroule pour une grande partie durant le raid Paris-Dakar

Controverses[modifier | modifier le code]

Ce rallye est contesté, tout d'abord en raison des multiples décès qui ont eu lieu pendant son déroulement depuis 1979 (en moyenne deux morts par an)[15] :

  • Trente-trois concurrents (toutes catégories) et sept journalistes y sont également morts. En 2006, le motard australien Andy Caldecott y a trouvé la mort, un an après les décès de Fabrizio Meoni et Juan-Manuel Perez, et ce malgré la décision prise en 2006 de limiter la vitesse des motos à 160 km/h. Le pilote belge Eric Palante décèdera aussi lors de l'édition 2014. Gilles Lalay, motard français trouvera la mort en 1992.

Les organisateurs répondent que les pays d'Afrique sont toujours enthousiastes d'accueillir le rallye, et même très déçus quand les organisateurs les excluent du tracé. Ils soulignent également le fait qu'ils sont soumis au respect de la propreté des territoires visités. Ils déplorent les divers accidents survenus, tout en rappelant la dangerosité des routes africaines (la plupart des accidents impliquant des locaux ayant eu lieu lors des liaisons routières), et les efforts considérables faits par l'organisateur pour empêcher ces accidents (limitations et contrôles stricts de la vitesse dans les villages)[réf. incomplète][16].

Selon les chiffres fournis dans le Journal du dimanche du , le rallye Dakar a émis 42 000 tonnes de CO2 au cours de l'édition 2010 de la course[17]. À titre de comparaison, selon l'étude menée par le cabinet Espere (agréé par l'Ademe), le Grand Prix de Formule 1 de Spa Francorchamps en Belgique en émet 24 000, la Coupe du monde de football est à 2 700 000 tonnes, et le tournoi de Roland-Garros à 156 000 tonnes de CO2 ; le calcul intègre le déplacement des spectateurs qui assistent à ces évènements.

Les organisateurs de la course se sont longtemps montré peu concernés quant aux victimes et dégâts écologiques provoqués par la course, jusqu'à ce que les critiques d'associations et de médias les conduisent à prendre des mesures de sécurité (limitation de la vitesse pour les concurrents dans les villages, affiches de prévention contre les dangers), à mener des opérations humanitaires (livraison de pompes à eau) et environnementales (gestion des déchets, compensation carbone en participant a des projets de plantation d'arbres depuis 2010) mais l'ensemble des budgets qui y sont consacrés sont très faibles par rapport au budget de fonctionnement (financé pour moitié par les droits d'inscription et la contribution des pays hôtes au titre des frais d’organisation, l'autre par le sponsoring et les droits de retransmission)[18].

Le rallye est un symbole du néocolonialisme qui rappelle les premiers circuits coloniaux du XIXe siècle[19]. « Aucun rallye n’aura suscité autant de réactions négatives (Simone de Beauvoir, Michel Foucault, René Dumont, Haroun Tazieff, Jean-Marie Brohm… et même le pape, sans même parler des milliers d’associations) que le Paris-Dakar, symbole de tous les conflits, y compris de mémoire (civilisation versus barbarie), même si le « barbare » ce n’est plus le « bon-sauvage » (encore que) mais la nature exubérante ; même si le « civilisé » ce ne sont plus le soldat, le curé et le maître d’école, mais le pilote, l’humanitaire, le chef d’entreprise » selon le politologue Paul Ariès[20].

En 2006, la mort de deux enfants suscite la création d'un collectif (Cavad, Collectif pour les Victimes Anonymes du Dakar) qui réunit des associations françaises et africaines demandant la suppression du rallye[21]. Une chanson, "Stoppez le Dakar", interprétée par des petits marseillais, est écrite en leur mémoire[21].

Depuis sa délocalisation en Amérique du Sud, des Sénégalais, dont le ministre de la culture Youssou N'dour ont un sentiment d'usurpation et de spoliation vis-à-vis du maintien de l'utilisation du nom de la capitale sénégalaise pour désigner le rallye[22].

C'est une épreuve considérée comme élitiste puisque le budget moyen d'un pilote moto avoisine 60 000 euros (avec 14 000 euros de frais d'inscription), celui d'un pilote auto 150 000 euros en 2011[23].

Symbole des années 1980 "fric et frime" en France[21], le rallye bénéficie d'une couverture médiatique considérable et suscite des déplacements et séjours de spectateurs qui induisent des retombées touristiques pour les régions concernées, ce qui en fait une course rentable mais critiquée pour son opacité (budget total non communiqué), et le verrouillage de sa communication (couverture médiatique par L'Équipe qui appartient au groupe Amaury organisateur du rallye, par France télévisions dont les droits télévision sont couplés à ceux du Tour de France que le groupe public ne veut pas perdre)[24],[21].

Alors qu’un retour en Afrique de la compétition était souhaité en 2020, notamment par Jean Todt, la décision de lancer la plus célèbre course mécanique en Arabie Saoudite pour les prochaines années en a choqué plus d’un[25].

La Fédération internationale des ligues des droits de l’homme, de son côté, a appelé le groupe France Télévisions à se conformer aux principes de sa charte et de dénoncer son contrat de diffusion par crainte que leur reportage rachète une nouvelle image du royaume Wahhabite[26].

En 2018, la militante des droits des femmes, Loujain Al-Hathloul a été enlevée et détenue. En décembre 2020, elle a été emprisonnée pendant cinq ans et huit mois de prison. En janvier 2021, les partisans d'Hathloul avaient appelé au boycott du rallye Dakar pour avoir blanchi grâce au sport la réputation du royaume d'Arabie saoudite alors qu'Hathloul était en prison.[27]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Histoire », sur www.dakar.com (consulté le )
  2. François Duboisset, Les grandes dates de l'histoire du sport, First éditions, , p. 94.
  3. « Dakar: Retrospective, 1979-2014 » [archive du ], Dakar.com (consulté le )
  4. « Une Rolls-Royce au Dakar ! », sur Histo Auto (consulté le )
  5. « Le Dakar 2015 en chiffres », sur francetvinfo.fr, .
  6. Le rallye Dakar-Le Caire a repris, lundi 17 janvier 2000
  7. Le Dakar-2008 purement et simplement annulé france-info.com (4 janvier 2008)
  8. Le rallye Dakar 2009 se déroulera en Argentine et au Chili lemonde.fr (11 février 2008)
  9. Erwan Le Duc, « Ceci n'est pas un mirage », sur Le Monde, (consulté le ).
  10. Jean-Luc Ferré, « Le Dakar, 40 ans et encore vrombissant », sur la-croix.com, .
  11. « Le Dakar en Arabie Saoudite à partir de 2020, pour 5 ans », sur L'ÉQUIPE (consulté le )
  12. « Les concurrents morts sur le Dakar jusqu'à Pierre Cherpin », sur sport24.lefigaro.fr (consulté en )
  13. « Les concurrents morts sur le Dakar jusqu'à Michal Hernik », sur lepoint.fr (consulté en )
  14. Michel Vaillant tome 41
  15. Alexandre Pouchard, « Sur le Dakar, une triste moyenne de deux morts par an », sur lemonde.fr,
  16. Auto Hebdo n°1629
  17. bilan carbone du Paris Dakar
  18. (en) David Hassan & Philip O'Kane, « The Great Race Across the Sahara: A History of the Paris to Dakar Rally and Its Impact on the Development of Corporate Social Responsibility Within Motor Sport », The International Journal of the History of Sport, vol. 28, no 2,‎ , p. 268-280 (DOI 10.1080/09523367.2011.537917).
  19. Jérôme Duhamel, C'était mieux avant, Flammarion, , p. 47
  20. Paul Ariès, « Le Dakar, la poursuite du colonialisme par d’autres moyens », sur politis.fr,
  21. a b c et d Richard Sénéjoux, « Qui va pleurer le Dakar? », sur telerama.fr,
  22. Emmanuel Versace, « Pour les Sénégalais, le rallye Dakar, c'est pas le Pérou », sur lemonde.fr,
  23. Romain Scotto, « Rallye-Raid: Cinq idées reçues sur le Dakar », sur 20minutes.fr,
  24. Yann Duvert, « Le Dakar, le rallye qui sait bien se vendre », sur bfmtv.com,
  25. Salima Traoré, « Dakar 2020 en Arabie saoudite, bien loin de l'esprit originel du rallye », sur La Revue de l’Afrique, (consulté le )
  26. « Malgré la répression, le Dakar 2020 se courra en Arabie saoudite », sur News-fraiches.com, (consulté le )
  27. (en) « Calls for Saudi Dakar Rally boycott while women’s right to drive activist in prison », sur The Guardian (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martine de Cortanze, Une fille dans le désert : le rallye Paris-Dakar, Paris, Solar, 1979, 214 p. (ISBN 2-263-00378-9)
  • Michel Delannoy, Le Premier rallye Paris-Dakar. Les portes du rêve, Éditions du Palmier, 2005, 124 p. (ISBN 2-914920-43-1)
  • Jean-Paul Renvoizé, Éric Vargiolu et Marc Tournaire, Dakar, 25 ans d'émotions, éd. Calmann-Lévy, 2003 (ISBN 2-7021-3410-6)
  • Éric Vargiolu, Dakar 2006. Le livre officiel, Photos DPPI, Éditions Silver, 2006
  • Jacques Potherat, Paris-Dakar, les "durs" de la course, préface de Claude Brasseur. Éditions France-Empire, 1982 (ISBN 2-7242-1806-X)
  • Patrick Burgel et Étienne Smulevici, À 7 ans, il voulait traverser le désert... Étienne Smulevici, l'inoxydable Monsieur Dakar, préface de Patrick Segal (ISBN 979-1-09-004600-9)
  • Ari Vatanen et Kaj Salminen, Paris - Dakar, éd. Galerie Club Daniel Maghen, 1990 (photographies, textes multilingues)
  • Jutta Kleinschmidt, Mein Sieg bei der Dakar oder was Rallyefahren und Business gemeinsam haben Haufe, 2010. (ISBN 978-3-648-00300-8)
  • Petra Fohrmann, Jutta Kleinschmidt - Frau lenkt besser, als Mann denkt Fohrmann Verlag, Berlin 2010. (ISBN 978-3-9810580-3-1)
  • Jean Michel Caradec'h - Auriol Neveu Paris Dakar, une histoire d'hommes, Paris 1987. (ISBN 2-87645-029-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Rallye Dakar.