Lus-la-Croix-Haute

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lus (homonymie).
Lus-la-Croix-Haute
Hôtel de ville de Lus-la-Croix-Haute.
Hôtel de ville de Lus-la-Croix-Haute.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Canton Le Diois
Intercommunalité Communauté de communes du Diois
Maire
Mandat
Alain Matheron
2014-2020
Code postal 26620
Code commune 26168
Démographie
Population
municipale
540 hab. (2014 en augmentation de 6,51 % par rapport à 2009)
Densité 6,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 59″ nord, 5° 42′ 23″ est
Altitude Min. 971 m
Max. 2 454 m
Superficie 87,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Lus-la-Croix-Haute

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Lus-la-Croix-Haute

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lus-la-Croix-Haute

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lus-la-Croix-Haute

Lus-la-Croix-Haute est une commune française située dans le département de la Drôme (en Dauphiné) et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lus-la-Croix-Haute est la commune la plus vaste du département de la Drôme, s'étalant sur 87,2 km2, du bassin de Lus à 1000m environ au rocher rond à 2453m d'altitude, point culminant de la Drôme. La commune borde les départements de l'Isère et des Hautes-Alpes, entre le massif du Dévoluy à l'est, le Trièves au nord et le Diois à l'ouest. Lus-la-Croix-Haute est à mi-chemin entre Clelles et Aspres-sur-Buëch.

La commune compte 24 hameaux dont la Caire, les Corréardes, le Trabuech, Mas Rebuffat, Mas Bourget, la Jarjatte, les Morlières, les Lussettes, Moulin de l'Ours, les Fauries et les Miellons.

La commune est surtout connue pour le col de la Croix-Haute, à sa limite nord, point de passage de la route nationale 75 qui relie Marseille à Grenoble (et limite climatique entre Alpes du Nord et Alpes du Sud). La commune est aussi connue car elle est la source du Buëch, démarrant au vallon de la Jarjatte par la magnifique cascade de Mougious, elle est donc le départ de ce qu'on appelle un peu plus bas la vallée du Buëch.

La commune est dotée d'une gare ferroviaire sur la Ligne Lyon-Perrache - Marseille-Saint-Charles (via Grenoble) desservie par les TER de la relation Grenoble - Gap

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

La « Discordance anté-Sénonienne de Dévoluy » est un site géologique remarquable de 276,91 hectares, qui se trouve sur les communes de Lus-la-Croix-Haute (aux lieux-dits de La Jarjatte et Crête des Aiguilles) et de Tréminis. En 2014, elle est classée « trois étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers l'an mil, Lus-la-Croix-Haute appartenait à la seigneurie de Trièves, qui était la propriété des anciens comtes de Die. Les évêques de Die jouaient un rôle considérable dans l'histoire de cette région. Un des vassaux principaux était la famille Odde de Bonniot, co-seigneurs notamment du Vercors, famille chevaleresque originaire de Lus-la-Croix-Haute et de ses environs qui s'est déplacée dans le Vivarais, à Orange, dans le Velay et pendant les guerres de religion aux Pays-Bas.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1987 mars 2001 M Parron SE  
mars 2001 avril 2008 Alain Matheron PS Conseiller général
avril 2008 2014 Ginette Giovanella    
2014 en cours
(au 30 octobre 2014)
Alain Matheron[2]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2014, la commune comptait 540 habitants[Note 1], en augmentation de 6,51 % par rapport à 2009 (Drôme : +3,35 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 518 1 759 1 564 1 710 1 745 1 838 1 637 1 711 1 639
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 449 1 556 1 546 1 503 1 721 1 550 1 484 1 352 1 258
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 174 1 137 1 075 931 851 743 719 705 600
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
573 487 479 412 428 437 466 517 540
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Tourisme « nature » : randonnées à pied, ski, raquettes ou VTT.
  • Exploitations agricoles
  • Exploitations forestières
  • Commerces
  • Colonie de vacances "Saint augustin"

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Un peuplier noir d'Italie - arbre de la Liberté planté en 1848[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mathéo Jacquemoud, ski-alpiniste
  • Laurent de Troïl ,dessinateur graveur,petit fils de Charles Ménassier ,combattant des deux guerres , resistant,famille installée depuis 1785 dans la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  2. Lus-la-Croix-Haute sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 30 octobre 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  7. http://krapooarboricole.wordpress.com/2011/09/29/peuplier-de-la-liberte-lus-la-croix-haute-drome/


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :