Saint-Pierre-de-Chérennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pierre.
Saint-Pierre-de-Chérennes
L'entrée du village au début du XXe siècle.
L'entrée du village au début du XXe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Le Sud Grésivaudan
Intercommunalité Communauté de communes de la Bourne à l'Isère
Maire
Mandat
André Romey
2014-2020
Code postal 38160
Code commune 38443
Démographie
Population
municipale
485 hab. (2014)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 19″ nord, 5° 21′ 47″ est
Altitude 303 m
Min. 170 m
Max. 1 400 m
Superficie 12,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Chérennes

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Chérennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Chérennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Chérennes
Liens
Site web www.st-pierre-de-cherennes.sud-gresivaudan.org

Saint-Pierre-de-Chérennes est une commune française située, géographiquement entre la vallée de l'Isère et le massif du Vercors, administrativement dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes et, autrefois rattachée à l'ancienne province du Dauphiné.

Cette commune, peu peuplée et essentiellement rurale s'étend des noyeraies du Sud-Grésivaudan au secteur montagneux des Coulmes qui forme la bordure nord-ouest du Massif du Vercors.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et description[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-de-Chérennes se trouve dans la vallée de l'Isère. A vol d'oiseau, la commune se situe à 31 km à l'ouest de Grenoble et à 42 km au nord-est de Valence.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Pierre-de-Chérennes
Saint-Sauveur Izeron
Saint-Pierre-de-Chérennes Rencurel
Beauvoir-en-Royans Presles

Géographie et relief[modifier | modifier le code]

Le village se situe sur un plateau, à 370 m d'altitude. Au nord-ouest coule l'Isère, à 170 m. La partie sud-est de la commune fait partie du massif du Vercors, où l'altitude dépasse allègrement les 1 000 m.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Isère arrose le nord-ouest de la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est semi-continental.

Voies de communications[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-de-Chérennes est traversé par la route départementale D31, qui permet d'accéder également aux hauteurs de la commune, notamment au lieu-dit le Faz, perché à 1 005 m d'altitude. L'autoroute A49 permet un accès rapide au village, grâce à l'échangeur sortie 9 Saint-Marcellin situé à 5 km au nord-ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le « suicide collectif » de 16 personnes[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 15 au 16 décembre 1995, seize personnes dont treize adultes et trois enfants de 2, 4 et 6 ans ont été immolés au lieu-dit « le trou de l'enfer », dans une clairière isolée d'un plateau situé au-dessus du bourg central[1].

L'enquête policière a déterminé que quatorze personnes avaient été tuées par une ou deux balles de pistolet, après avoir absorbé des sédatifs, puis incendiées à l'aide de white spirit. Le Procureur de Grenoble a alors ouvert une information judiciaire pour "assassinats" et "association de malfaiteurs" avec possibilité de complicité extérieure.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours M. André Romey PS Retraité de l'enseignement[2]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 485 habitants, en augmentation de 3,41 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
426 430 532 474 495 481 498 517 492
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
442 458 439 398 371 376 378 400 385
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
353 340 353 285 268 257 246 273 265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
223 200 182 235 278 355 448 484 485
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ramos Michel connu pour des œuvres sportives sur le bassin grenoblois Ramos lucie : peintre iseroise depuis 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]