Morestel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Morestel
Morestel
Rue principale de Morestel
Blason de Morestel
Blason
Morestel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton Morestel
Intercommunalité Communauté de communes Les Balcons du Dauphiné
Maire
Mandat
Christian Rival
2014-2020
Code postal 38510
Code commune 38261
Démographie
Gentilé Morestellois(e)
Population
municipale
4 364 hab. (2015 en augmentation de 3,88 % par rapport à 2010)
Densité 543 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 43″ nord, 5° 28′ 15″ est
Altitude Min. 205 m
Max. 319 m
Superficie 8,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Morestel

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Morestel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Morestel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Morestel
Liens
Site web Morestel.com

Morestel est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes et, autrefois rattachée à l'ancienne province du Dauphiné.

Ancienne cité médiévale ceinturée de remparts, la ville de Morestel possède un patrimoine culturel assez riche, comme en atteste la présence de l’actuel donjon (daté du XIVe siècle) de son ancien château delphinal, et restaurée au cours du XXe siècle ; sa position dominante, ainsi que celle du clocher de l'église paroissiale Saint-Symphorien, bâtie sur une légère élévation, permet d'identifier l'ancien bourg médiéval dès qu'on approche de la petite agglomération.

Ville siège de l'ancienne communauté de communes du Pays des Couleurs, la commune a rejoint le la communauté de communes Les Balcons du Dauphiné, dont le territoire occupe la pointe septentrionale du département de l'Isère. Morestel est également le bureau centralisateur (nouvelle dénomination du chef-lieu de canton) du canton de Morestel qui comprend 25 communes.

La ville de Morestel, qui organise de façon régulière un festival de poésie, a été labellisée « quatre fleurs » par le site des villes et villages fleuris en 2017[1]. Elle est située, sur ce que le département de l'Isère dénomme la « route des peintres » pour des raisons artistiques et historiques[2], et ses habitants sont les morestellois(e)s[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de Morestel

Situation[modifier | modifier le code]

Située dans la partie septentrionale du département de l'Isère, la commune de Morestel se trouve également dans une région de collines en bordure méridionale d'un plateau en forme de triangle dénommé l'Isle-Crémieu, mais auquel elle n'appartient pas. Le territoire communal est également situé à l'est du Rhône dont il n'est séparé que par le territoire de Saint-Victor-de-Morestel, commune riveraine.

Son centre-ville se situe à 63 km du centre de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes et à 83 km de Grenoble, préfecture du département de l'Isère ainsi qu'à 357 km de Marseille et 504 km de Paris[4].

Description[modifier | modifier le code]

La commune se présente sous la forme d'une petite agglomération modestement urbanisée, située au cœur d'une région rurale au peuplement assez dense, du fait de sa proximité avec l'aire urbaine de Lyon.

Son territoire connaît un relief assez peu marqué, constitué de collines aux altitudes modestes. La présence d'une vielle cité médiévale, marquée par la présence d'édifices anciens, révèle le passé historique de cette ville et a permis de susciter un intérêt touristique, notamment grâce à l'implantation d'un office de tourisme.

Une ancienne grande route dite « route de Châlons (actuellement Chalon-sur-Saône) à Grenoble » traverse le centre-ville, mais son trafic a été en grande partie dévié suite à l'installation d'une déviation. L'activité commerciale de la ville qui comprend de nombreux petits commerces de proximité se situe de part et d'autre de cette ancienne route dénommée Grande-Rue au niveau local. Ce secteur a bénéficié en 2018 d'une rénovation urbaine afin de le rendre plus attractif et accessible[5].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Passins Arandon / Saint-Victor-de-Morestel Belmont-Tramonet Rose des vents
Passins N Le Bouchage
O    Morestel    E
S
Sermérieu Vezeronce-Curtin Pressins

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Un ruisseau et deux canaux sillonnent le territoire de Morestel[6].

  • La Save
cette petite rivière affluent du Rhône, est longue de 12,5 km rejoint le Lac de Save sur le territoire communal d'à Arandon-Passins. La rivière a changé de parcours par le passé
  • Le canal de la Save
  • Le canal de Morestel

Ces deux canaux drainant les étangs de la région rejoignent la Save avant sa confluence avec le Rhône.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Isère.

La partie septentrionale du département de l'Isère est formée de plaines au climat tempérée, de bas plateaux et de collines au climat un peu plus rudes. Du fait d'un relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent aisément. On peut noter un brouillard persistant dans les campagnes avoisinantes de Morestel.

Tableau des températures minimales et maximales sur trois années[modifier | modifier le code]

  • 2013
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −1,4 −1,5 2,2 5,4 8,2 12,3 15,8 14,3 11 10,2 3,3 −2,2
Température maximale moyenne (°C) 5,3 5,2 10,3 16,3 17,3 24,1 29,5 26,8 22,4 18,2 9,4 8,2
Source : Climat de Morestel en 2013 sur linternaute.com, d'après Météo France.
  • 2015
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −0,2 −0,5 3,1 6 10,5 14,3 17 15,1 10,4 6,7 2,47 −0,6
Température maximale moyenne (°C) 7,3 7 13,7 18,4 21,8 27,1 31,5 27,4 21,6 15,6 12,5 9,5
Source : Climat de Morestel en 2015 sur linternaute.com, d'après Météo France.
  • 2017
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −3 1,8 2,3 4,4 4,5 9,9 15,7 15,6 9,1 5,7 2,2 −0,4
Température maximale moyenne (°C) 3,4 12,3 16,3 18,1 22,2 28,1 28,1 28,7 20,8 19,1 10 6
Source : Climat de Morestel en 2017 sur linternaute.com, d'après Météo France.


Voies de communication[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

  • Accès par l'autoroute
Article détaillé : Autoroute A48 (France).

L’autoroute la plus proche est l'autoroute A43, une voie autoroutière qui relie l'agglomération lyonnaise à Modane. La sortie la plus proche de Morestel est la sortie no 9, située à 16 km de la ville, au sud de la ville de La Tour-du-Pin.

Sortie 9 à 47 km : La Tour-du-Pin-centre
La Grande-rue (ancienne RN 75)
  • Accès par la route

La route nationale 75 était une route nationale française reliant Bourg-en-Bresse à Sisteron. Cette route a été déclassée en RD 1075 en 2006. Elle relie Voiron à Grenoble vers le sud et Bourg-en-Bresse et Tournus par Lacrost, vers le nord. Cette voie contourne partiellement l'agglomération de Morestel par l'ouest.

Depuis 2008, la ville de Morestel a été déviée : la RD 1075 emprunte le contournement tandis que la traversée de la commune est répartie entre deux gestionnaires : déclassement dans la voirie communale (C 50) entre le carrefour entre les départementales 16 et 517, puis maintien dans la voirie départementale (D 1075A) au sud de ce carrefour[7].

La route départementale 16 (RD16) relie le centre-ville de La Tour-du-Pin au centre-ville de Morestel par la commune de La Chapelle-de-la-Tour

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire la plus proche de Morestel est la gare de La Tour-du-Pin, desservie par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Transports locaux[modifier | modifier le code]

Car du réseau transisère

Lignes d'autocars[modifier | modifier le code]

Pour se rendre Pour se rendre de Morestel à Bourgoin-Jallieu, La Tour-du-Pin, Crémieu et Les Avenières il existe plusieurs lignes d'autocars gérées par le réseau interurbain de l'Isère.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune de Morestel présente un territoire de taille modeste dont le bourg central fortement urbanisé se présente sous la forme d'un centre très ancien avec de nombreuses maisons médiévales. La ville moderne, située en contrebas des constructions en alignement au niveau des rues et des voies, présentant des maisons dites « de ville » et des immeubles de quelques étages regroupés en îlots et ayant pour vocation principale d’habitat privé. Ce secteur présente également des bâtiments accueillant des équipements publics et des services de proximité (mairie, école, équipement sportif) ainsi que des bâtiments liés à une activité commerciale.

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de Morestel, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[8]. Les principaux hameaux et lieux-dits sont indiqués en caractères gras.

  • Iselet
  • Maison Chanet
  • Roche Plage
  • Tuile
  • Les Giles
  • Les Roches
  • Ferme d'Avernay
  • Bramafan
  • Serrières
  • La Bardanne
  • La Sablière
  • Malissol
  • Ferme des Marais
  • Trollier
  • Le Vouet
  • Balmette
  • La Garenne
  • Les Rochettes

Toponymie[modifier | modifier le code]

Modèle:Section à sourcr De nombreuses légendes entourent le nom de la commune de Morestel. La plus connue étant l'explication romanesque d'une princesse nommée Estelle qui se serait jetée du haut de la tour. La Mort d'Estelle aurait ainsi baptisé le nom de cette commune en Morestel. Cependant cette explication n'a de valeur que dans l'imaginaire et le folklore local.

L'explication du nom de Morestel vient en fait, comme de nombreuses communes, de sa géographie…

L'origine du nom Morestel serait lié à la combinaison de deux éléments du paysage local :

Mor signifierait « morceau rocheux d'une montagne » (la commune s'étant développée sur un promontoire rocheux vulgairement appelé aujourd'hui rocher de Morestel, très abrupt qui accueille à son sommet la tour médiévale du XIIe siècle)
Estel signifierait « un petit cours d'eau, un fossé » (en l'occurrence le ruisseau de la Bordelle, un petit ruisseau à peine plus large qu'un fossé qui court au pied des remparts et qui se jette aujourd'hui dans le canal de Morestel au niveau de l'entrée de la Zone Industrielle).

Une autre étymologie renverrait aux légendes sarrazines, ou maures, très fréquentes dans les régions au pied des Alpes, et particulièrement dans le département voisin de l'Ain : "mor" renverrait aux maures, ces peuples égarés par Charles Martel vers 732, qui se dispersèrent depuis le Limousin jusqu'à l'est de la France actuelle (cf les travaux de Karine Larissa-Basset[Lesquels ?] notamment), tandis qu'"estel" serait à mettre en lien avec la grande tour de Morestel, élément architectural notable de la cité. C'est cette version qui est avancée par l'historien André Planck [9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Territoire des Allobroges

La région de Morestel se situe dans la partie occidentale du territoire antique des Allobroges, ensemble de tribus gauloises occupant l'ancienne Savoie, ainsi que la partie du Dauphiné, située au nord de la rivière Isère.

Après la victoire définitive des romains de Fabius Maximus, les Allobroges furent soumis aux Romains, et leur territoire forma le premier noyau de la Province transalpine Provincia ulterior (ou Gallia ulterior) qui comprenait tous les peuples gaulois situés dans les régions comprises entre le Rhône et les Alpes.

Avant la chute de l'Empire romain, Bourgoin appartenait au Pagus Viennensis, qui plus tard deviendra le comitatus Viennensis.

Article connexe : Viennois.

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Armoiries du Dauphin
Armoiries des Miollans

Des seigneurs locaux portant le nom de Morestel sont attestés dès 1081. Leur famille devait posséder, sur le promontoire rocheux du Mollard Paradis, un premier château, installé à cet endroit depuis le XIIIe siècle.

Cité médiévale ceinturée de murailles, le village de Morestel s'est développée au pied du château et fut clos de remparts durant le XIVe siècle. Deux portes permettaient l'accès au bourg, parmi lesquelles la porte Saint-Symphorien, dont la trace reste visible par les restes d'un ancien mur de fortification et la porte Murine (signifiant qu'elle est tournée vers la Maurienne). La cité fut ensuite aux mains de la Maison de Miolans, d'origine savoyarde. Morestel fut ensuite rattachée au domaine du Dauphin au début du XIVe siècle. De par sa position en limite du Dauphiné et de la Savoie et de plusieurs conflits qui opposèrent les souverains du Dauphiné et de la Savoie durant cette période, les habitants de Morestel subirent un pillage de la cité en 1342[10].

À compter de 1421, le domaine de Morestel est confié à des seigneurs locaux, dont la famille de Roussillon du Bouchage, originaire de la maison forte de Saint-Julien du Bouchage[11]. Les Roussillon sont, en outre, les fondateurs du couvent des Augustins et de l’hôpital.

En 1461, Gabriel de Roussillon, baron du Bouchage, seigneur de Brangues et de Morestel, meurt en prison, condamné par le roi Louis XI qui lui confisque ses biens au profit d'Imbert de Batarnay. Ce dernier voit ériger ses terres en baronnie.

En 1540, le roi François Ier érige la baronnie en comté.

Durant la campagne militaire de François de Bonne de Lesdiguières organisée lors des guerres de religion, la foudre tombe sur le château de Morestel le et entraîne un incendie qui fait sauter le magasin de poudre, emportant une tour du château et la plupart des remparts et des palissades de la cité. Après de longs combats qui se succèdent dans la région entre les protestants et la Ligue catholique durant toute cette période, la ville de Morestel est rendue au roi, le , le reste des fortifications étant définitivement rasées[12].

Temps Modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La communauté de communes du Pays des Couleurs, comprenant vingt communes du secteur, est créée le avec Morestel comme ville-siège, puis celle-ci fusionne avec la communauté de communes les Balcons du Dauphiné, [13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2018, le conseil muncipal compte vingt-sept membres dont quinze hommes et douze femmes [14]. Il se compose d'un maire, de huit adjoints au maire, de deux conseillers municipaux délégués et seize autres conseillers municipaux [15].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Christian Rival UMP-LR Notaire
Conseiller général (1998-2015) puis départemental (depuis 2015)
1971 1995 Théodore Durand DVD Conseiller général (1976-1979) Qualité conseiller régional (1979-1995)
1965 1971 François Cholat    
1964 1965 Marius Trolliet    
1953 1964 François Perrin    
1944 1953 Albert Bourgey    
1938 1944 Louis Reveyrand    
1928 1938 Louis Rives    
1925 1928 Edouard Bovier-Lapierre PRS député
1924 1925 Léon Bernachot    
1900 1924 Antonin Chanoz    

Source : quiElire.fr (élection 2008)

Jumelage[modifier | modifier le code]

Selon l'annuaire publié par l'AFCCRE et le conseil des communes et régions d'Europe, consulté en juillet 2018, la commune de Morestel n'est jumelée avec aucune autre commune d'Europe[16].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2015, la commune comptait 4 364 habitants[Note 1], en augmentation de 3,88 % par rapport à 2010 (Isère : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8758499361 0801 3261 4641 3901 4191 437
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3501 3581 3351 2961 2341 2341 3721 4461 401
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3311 4791 4051 3231 3381 2701 2391 2851 286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 4551 7822 3082 7382 9723 0343 8414 2564 364
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Morestel est située dans l'académie de Grenoble.

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

La ville administre une école maternelle publique :

  • L'école Victor Hugo,

et deux écoles élémentaires :

  • L'école publique Victor Hugo
  • L'école privée Saint Joseph.

Enseignement secondaire[modifier | modifier le code]

Le département gère un établissement de l'enseignement secondaire du premier cycle :

La région gère un établissement de l'enseignement secondaire du second cycle :

Équipement sanitaire et social[modifier | modifier le code]

Équipement et clubs sportifs[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Le bulletin muncipal

Le bulletin d'information de la commune, dénommé « L'info de Morestel », parait de façon périodique, généralement à chaque saison, est distribué dans les boîtes aux lettres des habitants. L'historique des numéros peut être consulté sur le site web de la mairie[22].

Le Dauphiné libéré

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité de la ville, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

La communauté catholique de Morestel et l'église Saint-Symphorien dépendent de la paroisse « Saint-Pierre du Pays des Couleurs » qui regroupe vingt-sept églises de la région du nord-Isère[23].

Autres cultes[modifier | modifier le code]

Le siège de l'église protestante unie de France pour le Nord-Isère est situé à Bourgoin-Jallieu

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 27 093 , ce qui plaçait Morestel au 19 333e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[24].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, le taux de chômage de la commune s'élève à 15,2 %, un chiffre supérieur à la moyenne nationale (10,4 %)[25].

Secteur industriel et commercial[modifier | modifier le code]

Le Parc d'activités du Pays des Couleurs a été créé en 1998 et présente une zone d'activité de 220 hectares au sein d'un parc aménagé de 360 hectares. Ce parc d'activités héberge un « centre d'activités nouvelles » et un « hôtel d'entreprises » depuis juin 2002[26].

Secteur agricole[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'office du tourisme

La ville de Morestel héberge un service d'accueil consacré aux visiteurs et aux touristes, situé sur la place des Halles, au pied de la falaise qui abrite l'ancien bourg. Ce service, géré par la communauté de communes permet de connaitre les activités sportives et culturelles de la ville et de sa région[27].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le centre ancien de Morestel
Le Château de Morestel (Donjon)

L'ancien château delphinal est cité à la fin du XIIIe siècle avec la chapelle Saint-Pierre. Remanié au XIVe siècle et restauré en 1973, le donjon carré fait l'objet d'une inscription partielle au titre des monuments historiques par arrêté du 3 août 1967[28]. Il offre des salles d'expositions de peintures. Son belvédère offre une vue panoramique ainsi qu'une table d'orientation. Parfois il est appelé "tour médiévale de Morestel".

Aménagée dans les années 2000 en espace d'exposition de peintures et sculptures contemporaines, le donjon comprenait une salle basse réservée aux prisonniers et une salle haute éclairée de fenêtres à coussièges, accessible depuis le chemin de ronde. Cette tour médiévale était reliée à l'ancien démantelé en 1575. À proximité de cette tour, un belvédère équipé d'une table d'orientation permettent de découvrir les toits de la ville et les environs de la cité[29].

L'Église Saint-Symphorien de Morestel

L’église gothique Saint-Symphorien, bâtie au XVe siècle, est partiellement inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du 22 septembre 1972[30] : elle est protégée à l'exclusion du clocher. La cloche, du 1628, en bronze, de note mi, est d'un diamètre de 110 cm et porte des inscriptions latines.

La ville de Morestel présente des aménagements liés à sa vieille cité médiévale dont certains sont à vocation touristique :

Le « Jardin Alpin » sous les remparts.
Le « Jardin de Ville », dessiné selon le thème de la palette de couleurs du peintre.
Les remparts, illuminés la nuit.
Le circuit patrimonial dans la vieille ville aménage par l'office de tourisme.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Maison Ravier.
Musée consacré au peintre paysagiste français François-Auguste Ravier, mort à Morestel le .

Événements culturels[modifier | modifier le code]

  • Concours de peintres
un concours de peintres, ouvert à toute personne de plus de douze ans, est proposé par la Commission Culture de la Ville. Trente-quatre participants ont été enregistrés lors de la 8e édition du [31].
  • Festival de poésie
le festival international de poésie (biennale organisée toutes les années paires) est présenté comme l'un des principaux festivals de poésie en langue française. 2008 marquera la 10e édition et le thème du concours sera « DEMAIN ». De nombreuses personnalités ont présidé ce festival : Marlène Jobert, Yves Duteil, Christian Marin, et d'autres encore. Les poèmes des lauréats sont publiés dans un recueil.
  • Autres animations locales :
    • Le festival de musique attire dans ses ruelles près de Modèle:Nolbre[réf. nécessaire] le dernier week-end de juin, grâce aux nombreux groupes régionaux et à son ouverture aux musiques du monde.
    • Le marché des Potiers (biennalle toutes les années paires) a lieu en juillet (recommandé par le Guide du Routard).
    • Le Salon des antiquaires et de la brocante (exposants professionnels uniquement) en octobre.
    • La fête des lumières le 8 décembre : spectacle pyrotechnique avec son et lumière, feu d'artifice et embrasement des remparts.
    • De nombreuses expositions de peinture, sculpture ou photographie de mars à décembre dans les différents lieux d'exposition de la ville : la Maison Ravier, l'Association des Artistes Contemporains de la cité des peintres.
    • Le Salon International de la Photographie a lieu tous les trois ans.
    • « Les Hivernales » Exposition annuelle de photographies des membres du Club Photo de Morestel, à l'espace "Pictur'halles" de mi-janvier à mi-mars.
    • Le marché hebdomadaire du dimanche matin et son petit train sur route qui vous fait visiter le centre-ville en période estivale.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En mars 2017, la commune confirme le niveau « quatre fleurs » au concours des villes et villages fleuris, ce label récompense le fleurissement de la commune au titre de l'année 2016[32].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

François-Auguste Ravier

Morestel dans les arts[modifier | modifier le code]

Morestel dans la littérature[modifier | modifier le code]

Morestel dans la peinture[modifier | modifier le code]

Morestel au cinéma[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Morestel

Blason de Morestel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site des vilels et villages fleuris, page sur Morestel
  2. Site paysage-paysages, page sur la "route des peintres"
  3. site habitants.fr, gentilé des habitants des communes de l'Isère
  4. Site annuaire-mairie, page sur les Distances des grandes villes avec Morestel
  5. Site du groupement de commerçants de Morestel, page de présentation
  6. Site du collège Ravier "La Save de Morestel", présentation de la rivière
  7. « Bulletin officiel du département de l'Isère » [PDF], (consulté en août 2009), p. 28-29.
  8. Site géoportail, page des cartes IGN
  9. André Planck, L'origine du nom des communes du département de l'Isère, édition l'Atelier, , p. 131
  10. « parcours patrimonial », sur le site de la ville de Morestel.
  11. « Histoire du Bouchage », sur lebouchage.fr (consulté le 4 juin 2018)
  12. Site Gallica BnF, "Journal des opérations militaires de Lesdiguières, de 1586 à 1597, page 24 et page 31
  13. [PDF]Recueil des actes administratifs, spécial no 38-2016-061, publié le 14 novembre 2016, sur isere.gouv.fr, consulté le 28 janvier 2017
  14. Site web ville, âge sur le conseil municipal de Morestel, consulté le 07/07/2018
  15. site de la mairie de Morestel, trombinoscope des élus, consulté le 07/07/2017
  16. « Accueil AFCCRE », sur le site de l'association française du conseil des communes de l'Europe (consulté le 29 juillet 2018).
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  21. Site "Humanis", page sur la maison de retraite de Morestel
  22. « revues municipales de Morestel », sur le site de la mairie de Morestel (consulté le 29 juillet 2018).
  23. Site de la paroisse Saint-Pierre du Pays des Couleurs
  24. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 17 janvier 2018)
  25. « Comparateur de territoire − Commune de Morestel (38261) | Insee », sur insee.fr (consulté le 17 janvier 2018)
  26. Site "Zone d'activités, page sur le parc d'activités du Pays des Couleurs
  27. Site de l'office de Tourisme de Morestel, page d'accueil
  28. « Château (ancien) », notice no PA00117228, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. Site de l'OT de Tourisme, page sur la tour Médiévale de Morestel
  30. « Eglise », notice no PA00117229, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. Site de la ville de Morestel, page sur le "concours de peintres en liberté"
  32. « Les villes et villages fleuris > Morestel », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).