Morestel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Isère
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Isère.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Morestel
Rue principale de Morestel
Rue principale de Morestel
Blason de Morestel
Blason
Morestel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton Morestel
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des Couleurs
Maire
Mandat
Christian Rival
2014-2020
Code postal 38510
Code commune 38261
Démographie
Gentilé Morestellois(e)
Population
municipale
4 303 hab. (2014)
Densité 536 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 43″ nord, 5° 28′ 15″ est
Altitude Min. 205 m – Max. 319 m
Superficie 8,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Morestel

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Morestel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Morestel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Morestel
Liens
Site web Morestel.com

Morestel est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est le chef-lieu du Pays des Couleurs.

La commune se situe dans les zones d'appellations suivantes, décernées par l'INAO :

Localisation[modifier | modifier le code]

Morestel se situe sur la RD 1075 ex-RN 75, entre Bourg-en-Bresse (Ain) et Grenoble.

Toponymie[modifier | modifier le code]

De nombreuses légendes entourent le nom de la commune de Morestel. La plus connue étant l'explication romanesque d'une princesse nommée Estelle qui se serait jetée du haut de la tour. La Mort d'Estelle aurait ainsi baptisé le nom de cette commune en Morestel. Cependant cette explication n'a de valeur que dans l'imaginaire et le folklore local. L'explication du nom de Morestel vient en fait, comme de nombreuses communes, de sa géographie…

Le terme Morestel vient en fait la combinaison de deux éléments du paysage local :

  • Mor signifie en effet « morceau rocheux d'une montagne » (La commune s'étant développée sur un promontoire rocheux vulgairement appelé aujourd'hui rocher de Morestel, très abrupt qui accueille à son sommet la tour médiévale du XIIe siècle)
  • Estel signifiant « un petit cours d'eau un fossé » (en l'occurrence le ruisseau de la Bordelle, un petit ruisseau à peine plus large qu'un fossé qui court au pied des remparts et qui se jette aujourd'hui dans le canal de Morestel au niveau de l'entrée de la Zone Industrielle)

Une autre étymologie renverrait aux légendes sarrazines, ou maures, très fréquentes dans les régions au pied des Alpes, et particulièrement dans le département voisin de l'Ain: "mor" renverrait aux maures, ces peuples égarés par Charles Martel, mercenaire suisse, vers 732, qui se dispersèrent depuis le Limousin jusqu'à l'est de la France actuelle (cf les travaux de Karine Larissa-Basset notamment), tandis qu'"estel" serait un à mettre en lien avec la grande tour de Morestel, élément architectural remarquable, soit dit en passant. Cette explication est à approfondir, et le sera.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Christian Rival UMP-LR Notaire
Conseiller général (1998-2015) puis départemental (depuis 2015)
1971 1995 Théodore Durand DVD Conseiller général (1976-1979)
1965 1971 François Cholat    
1964 1965 Marius Trolliet    
1953 1964 François Perrin    
1944 1953 Albert Bourgey    
1938 1944 Louis Reveyrand    
1928 1938 Louis Rives    
1925 1928 Edouard Bovier-Lapierre PRS député
1924 1925 Léon Bernachot    
1900 1924 Antonin Chanoz    

Source :quiElire.fr (élection 2008)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 303 habitants, en augmentation de 3,76 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
875 849 936 1 080 1 326 1 464 1 390 1 419 1 437
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 350 1 358 1 335 1 296 1 234 1 234 1 372 1 446 1 401
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 331 1 479 1 405 1 323 1 338 1 270 1 239 1 285 1 286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 455 1 782 2 308 2 738 2 972 3 034 3 841 4 256 4 303
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Le festival international de poésie (biennal toutes les années paires) de renommée internationale[réf. nécessaire] est présenté comme l'un des principaux festivals de poésie en langue française. 2008 marquera la 10e édition et le thème du concours sera « DEMAIN ». De nombreuses personnalités ont présidé ce festival : Marlène Jobert, Yves Duteil, Christian Marin, et d'autres encore. Les poèmes des lauréats sont publiés dans un recueil.
  • Le festival de musique attire dans ses ruelles près de 10 000 personnes[réf. nécessaire] le dernier week-end de juin, grâce aux nombreux groupes régionaux et son ouverture aux musiques du monde.
  • Le marché des Potiers (biennal toutes les années paires) a lieu en juillet (recommandé par le Guide du Routard).
  • Le Salon des antiquaires et de la brocante (exposants professionnels uniquement) en octobre.
  • La fête des lumières le 8 décembre : spectacle pyrotechnique avec son et lumière, feu d'artifice et embrasement des remparts.
  • De nombreuses expositions de peinture, sculpture ou photographie de mars à décembre dans les différents lieux d'exposition de la ville : la Maison Ravier, l'Association des Artistes Contemporains de la cité des peintres.
  • Le Salon International de la Photographie a lieu tous les trois ans.
  • « Les Hivernales » Exposition annuelle de photographies des membres du Club Photo de Morestel, à l'espace "Pictur'halles" de mi-janvier à mi-mars.
  • Le marché hebdomadaire du dimanche matin et son petit train sur route qui vous fait visiter le centre-ville en période estivale.

Population et Société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Morestel est située dans l'académie Grenoble.

La ville administre une école maternelle publique, l'école Victor Hugo, et deux écoles élémentaires, l'école publique Victor Hugo et l'école privée Saint Joseph.

Le département gère un collège, le collège Auguste Ravier, et la région gère un lycée, le lycée général et technologique Camille Corot.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'ancien château delphinal est cité à la fin du XIIIe siècle avec la chapelle Saint-Pierre. Remanié au XIVe siècle et restauré en 1973, le donjon carré fait l'objet d'une inscription partielle au titre des monuments historiques par arrêté du 3 août 1967[5]. Il offre des salles d'expositions de peintures. Son belvédère offre une vue panoramique ainsi qu'une table d'orientation. Parfois il est appelé "tour médiévale de Morestel".
L’église gothique Saint-Symphorien, bâtie au XVe siècle, est partiellement inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du 22 septembre 1972[6] : elle est protégée à l'exclusion du clocher. La cloche, du 1628, en bronze, de note mi, est d'un diamètre de 110 cm et porte des inscriptions latines.
  • Le Jardin Alpin sous les remparts.
  • Le Jardin de Ville, dessiné selon le thème de la palette de couleurs du peintre.
  • Le Parc municipal et ses jeux pour enfants.
  • Les remparts, illuminés la nuit.
  • Le circuit patrimonial dans la vieille ville.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune confirme le niveau « quattre fleurs » au concours des villes et villages fleuris[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Morestel

Blason de Morestel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]