Ultra-trail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un ultra-trail[Note 1] est une compétition sportive de trail, ou course nature, sur une distance d'ultrafond, c'est-à-dire une course à pied en milieu naturel (forêt, plaine, montagne) sur très longue distance, sur un parcours généralement balisé. Selon les définitions variables des organisateurs et spécialistes, cette distance « ultra » est soit supérieure aux 42 kilomètres du marathon[1], soit supérieure à 80 kilomètres[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ultra-trail trouve son origine en 1974 lorsqu'un coureur s'élance à pied pour une course équestre de 100 milles, sur le parcours de l'actuelle Western States 100-Mile Endurance Run[3]. Plus tard d'autres courses sont créées sur des distances différentes, le format de 100 milles (soit environ 160 km) reste une référence et rassemble les épreuves phares des événements d'ultra-trail. Au cours des années 2000 et 2010, des épreuves sont créées sur tous les continents, depuis 2014 la plupart des plus prestigieuses forment l'Ultra-Trail World Tour.

Pratique[modifier | modifier le code]

La pratique de l'ultra-trail est liée au tourisme sportif, des coureurs amateurs voyagent pour participer à de nouvelles épreuves et profitent de leur séjour sur place pour faire du tourisme[4].

Une course longue distance en pleine nature, réalisée en plusieurs étapes (heures de repos) ou en complète autonomie (bivouac) ou bien avec une difficulté d'orientation (parcours non balisé), sera désignée plutôt sous le nom de raid nature.

Matériel[modifier | modifier le code]

Pour un article plus général, voir Trail (course à pied).
petit sac, textile de plein-air, lampe frontale, papiers d'identité et gourdes
Matériel d'un coureur de la CCC en 2009

En raison de la distance et du temps passé à courir, les pratiquants utilisent un matériel spécifique. Les équipements sont en général des dérivés du matériel spécifique aux activités de plein-air, rendus plus légers pour permettre de courir. Les premiers pratiquants utilisaient des chaussures de course à pied sur route[5]. A partir des années 2000 les chaussures spécifiques se développent, les coureurs utilisent des chaussures de trail, privilégiant les modèles les plus confortables et robustes. Sur les épreuves, des ravitaillements réguliers permettent aux participants de porter peu de vivres, les sacs peuvent donc être légers et de petit volume. Sur un grand nombre de compétitions, une liste de matériel obligatoire est imposée aux coureurs, pour s'assurer qu'ils puissent faire face à conditions météorologiques difficiles ou à une défaillance physique. Ce phénomène a poussé le développement de matériel ultra-léger pour permettre aux coureurs de valider la liste de matériel obligatoire tout en portant le moins de poids possible[6].

Statut des athlètes de haut niveau[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de structures permettant aux athlètes d'être professionnels comme dans d'autres sports d'endurance. Les coureurs de haut niveau sont soutenus par des fabricants d'équipement d'ultra-trail. Certains cadors actuels comme Jim Walmsley[7] et Kilian Jornet[8] vivent avec leurs contrats de sponsoring. D'autres comme François D'Haene[9] et Xavier Thévenard[10] exercent une autre activité à temps partiel.

Ultra-trails les plus connus[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Compétition d'ultra-trail.

De par son importance dans l'histoire de l'utra-trail, la Western States 100-Mile Endurance Run est une épreuve majeure au niveau mondial. Fondé en 2003, l'Ultra-Trail du Mont-Blanc s'est très rapidement imposé comme un autre événement incontournable qui regroupe des athlètes de très haut niveau[11]. Ces deux courses font partie de l'Ultra-Trail World Tour depuis sa création en 2014. La Hardrock 100, le Grand Raid et le Marathon des Sables font également partie des courses les plus connues en raison de leur ancienneté et de leur spécificité[12].

Athlètes de haut niveau[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de coureurs d'ultra-trail.

Hommes[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Coureur d'ultra-trail.

Dans les années 1990, Tim Twietmeyer, quintuple vainqueur de la Western States 100 et Eric Clifton, multiple vainqueur de la Vermont 100 Mile Endurance Run et de la JFK 50 Mile sont les coureurs les plus reconnus. Dans les années 2000, plusieurs athlètes sont entrés dans l'histoire de l'ultra-trail en dominant une course sur plusieurs années successives malgré une concurrence en progression. On peut ainsi citer Scott Jurek sur la Western States 100 et Lahcen Ahansal sur le Marathon des sables. Marco Olmo et Dawa Sherpa se sont illustrés sur des courses européennes, en particulier l'Ultra-Trail du Mont-Blanc. Anton Krupicka a également marqué cette décénnie par ses résultats et son style minimaliste. Kilian Jornet, qui a débuté en 2008, est considéré comme le plus grand coureur d'ultra-trail de l'histoire, son statut et ses performances ont contribué à la médiatisation de ce sport[8]. Dylan Bowman et Timothy Olson ou encore Julien Chorier et Sébastien Chaigneau ont remporté des victoires prestigieuses entre 2010 et 2015. François D'Haene a marqué les années 2010 par ses multiples victoires sur l'Ultra-Trail du Mont-Blanc et le Grand Raid. Xavier Thévenard et Luis Alberto Hernando (depuis 2013) ainsi que Jim Walmsley et Pau Capell (depuis 2016) sont également cités parmi les coureurs les plus performants de leur génération.

Femmes[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Coureuse d'ultra-trail.

Avec notamment 14 victoires sur la Western States 100, Ann Trason a marqué les années 1990. Elisabeth Hawker, Nikki Kimball et Corinne Favre ont remporté des victoires prestigieuses au cours des années 2000. Le palmarès de l'Ultra-Trail du Mont-Blanc des années 2010 regroupes des athlètes qui se sont illustrées par ailleurs comme Nathalie Mauclair, Caroline Chaverot, Núria Picas et Francesca Canepa. Certaines coureuses venant du skyrunning ont remporté plusieurs ultra-trails prestigieux comme Emelie Forsberg, Anna Frost et Ragna Debats. Depuis 2016, Courtney Dauwalter cumule les performances.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mot formé par antonomase d'après la marque commerciale Ultra-Trail (ou Ultra Trail) déposée par les organisateurs de l'Ultra-Trail du Mont-Blanc (voir base INPI). Il est couramment utilisé de manière générique pour qualifier les trails de très longue distance comparables à l'UTMB.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Définition de l'ultra-trail à partir de 42 km selon l'ITRA http://www.trail-running-association.org/page/259/Definition_du_trail.html
  2. Définition de l'ultra-trail par une distance supérieure à 80 km selon la FFA [1]
  3. (en) « How it All Began », Western States Endurance Run,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2017).
  4. « Vacances sportives : le trail un secteur porteur pour les voyages ? », sur tourmag.com (consulté le 14 mai 2019).
  5. « Photos du Festival des Templiers 1995 », sur festivaldestempliers.com (consulté le 16 mai 2019).
  6. « UTMB : La panoplie du matériel obligatoire », sur widermag.com (consulté le 16 mai 2019).
  7. « Western States : La balade de Jim », sur alpinemag.fr, (consulté le 16 mai 2019).
  8. a et b « Kilian Jornet, le crack des cimes », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  9. « Les mille et une vies de François D’Haene », sur ouest-france.fr, (consulté le 16 mai 2019).
  10. « Thévenard, le mec plus ultra », sur estrepublicain.fr, (consulté le 16 mai 2019).
  11. « UTMB : la course du siècle ? », sur ledauphine.com (consulté le 16 mai 2019).
  12. « Trails les plus mythiques au Monde », sur trailtheworld.fr (consulté le 16 mai 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Millet, Ultratrail : plaisir, performance et santé, Outdoor éditions, 2013
  • Éric Lacroix, Guide d'entraînement à l'ultratrail : l'exemple : le Grand Raid, 2013

Lien externe[modifier | modifier le code]