Augustin Ier du Mexique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Agustín de Iturbide)
Aller à : navigation, rechercher
Augustin Ier
Image illustrative de l'article Augustin Ier du Mexique
Titre
1er empereur du Mexique
19 mai 182219 mars 1823
(10 mois et 0 jour)
Couronnement 21 juillet 1822
Cathédrale métropolitaine de Mexico
Premier ministre José Manuel de Herrera
Andrés Quintana Roo
José Cecilio del Valle
Prédécesseur Lui-même (président de la Régence)
Successeur Guadalupe Victoria (chef du pouvoir exécutif suprême)
Président de la Régence du Mexique
28 septembre 182118 mai 1822
(7 mois et 20 jours)
Élection 28 septembre 1821
Réélection 11 avril 1822
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Juan Nepomuceno Almonte
(Troisième Régence)
Biographie
Dynastie Maison de Iturbide
Nom de naissance Agustín Cosme Damián de Iturbide y Arámburu
Date de naissance 27 septembre 1783
Lieu de naissance Valladolid, Michoacán, (Mexique)
Date de décès 19 juillet 1824 (à 40 ans)
Lieu de décès Padilla, Tamaulipas, (Mexique)
Père José Joaquín de Iturbide y Arreguí
Mère María Josefa de Arámburu y Carrillo de Figueroa
Conjoint Ana María de Huarte y Muñiz
Enfant(s) Agustín Jerónimo
et 9 autres enfants
Résidence Palais impérial

Augustin Ier du Mexique
Monarques du Mexique

Agustín Cosme Damián de Iturbide y Arámburu, né à Valladolid en Nouvelle-Espagne (aujourd'hui Morelia au Michoacán, Mexique) le 27 septembre 1783 et mort le 19 juillet 1824, était un militaire et un homme politique mexicain qui fut proclamé empereur du Mexique en 1822 sous le nom d’Augustin Ier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Augustin Ier du Mexique

Issu de parents nobles d'origine espagnole, de Navarre et de Biscaye[1], arrivés en Nouvelle-Espagne peu avant sa naissance et mariés en 1772, il s'engage dans l'armée espagnole en 1798 et il est promu au rang de lieutenant en 1810. Cette année-là la Guerre d'indépendance du Mexique éclata, et Iturbide se battit au départ avec les troupes espagnoles pour la réprimer. C'était un commandant militaire capable et en 1816 il fut mis à la tête des forces espagnoles dans le nord du Mexique. Il devint de plus en plus attiré par la cause indépendantiste et il commença des négociations secrètes avec le chef de ceux-ci Vicente Guerrero. En 1820, Iturbide rejoint les indépendantistes, entraînant avec lui la plus grande part de son armée, qui lui était dévouée. En février 1821, Iturbide et Guerrero présentèrent le Plan d'Iguala appelant à un Mexique uni et indépendant. Ils réussirent à rallier les autres insurgés et à chasser les royalistes espagnols hors du pays, Iturbide devint le chef de la nouvelle junte. Il signa un accord de compensation avec les émigrants qui retournaient en Espagne pour la valeur des biens qu'ils laissaient, comme ces Espagnols possédaient les meilleures terres du pays cela épuisa la trésorerie du pays et mit la nation en état de banqueroute.

Empereur du Mexique[modifier | modifier le code]

Iturbide était soutenu et influencé par les conservateurs qui désiraient un Mexique avec un monarque issu d'une des familles royales d'Europe. Quand aucune famille n'accepta cette proposition (car l'Espagne avait toujours l'espoir de récupérer le Mexique), Iturbide fut persuadé par ses conseillers de se faire lui-même empereur à la manière de Napoléon Bonaparte. Le 21 juillet 1822, il fut couronné Augustin Ier, empereur constitutionnel du Mexique. Iturbide essaya de gouverner comme il avait mené l'armée, donnant des ordres et ordonnant que l'on emprisonnât ceux qui contestaient. L'opposition à son administration crût, et en 1823 plusieurs gouverneurs et commandants militaires régionaux, dont Guadalupe Victoria et Antonio López de Santa Anna, présentèrent le Plan de Casa Mata, appelant au renversement d'Iturbide et déclarer le Mexique une république. Le 19 mars 1823, Iturbide abdiqua et accepta de quitter le pays sans combat en échange d'une pension. Il vogua en exil en Italie, puis s'installa à Londres où il publia son autobiographie : Énoncé de quelques-uns des principaux événements dans la vie publique d'Agustín de Iturbide[2],[3],[4].

Il décida de retourner au Mexique et débarqua à Soto la Marina (es), Tamaulipas le 15 juillet 1824, où il fut immédiatement arrêté et rapidement fusillé à Padilla par les autorités locales.

En 1838, le gouvernement conservateur d'Anastasio Bustamante déplaça le corps d'Iturbide dans la cathédrale de Mexico et le mit en terre en grande pompe avec le titre de Libérateur national. En 1865, son petit-fils Agustín de Iturbide y Green fut nommé héritier de la Nation par le seul autre empereur Maximilien Ier du Mexique.

Il figure sur les monnaies de 5 pesos de 2010 et de circulation courante, émises pour le bicentenaire de l'Indépendance[5].

Monarchie constitutionnelle[modifier | modifier le code]

Le Souverain Congrès mexicain constituant décrète le 22 juin 1822[6].

Descendance[modifier | modifier le code]

Ana María Huarte et Augustín de Iturbide ont 10 enfants.

Agustín de Iturbide y Green (1863-1925), fils adoptif de l'empereur Maximilien Ier et de l'impératrice Charlotte.
Salvador Agustín Francisco de Paula de Iturbide y de Marzán (1849-1895), fils adoptif de l'empereur Maximilien Ier et de l'impératrice Charlotte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie d'Agustín de Iturbide
  2. (es) Biblioteca Digital UANL, Nuevo León, México, 1933.
  3. (es) Instituto Nacional de Estudios Históricos de México, San Ángel, México, D.F (INEHRM)
  4. (es) Gobernantes de México, Panorama Editorial, 1985.
  5. (es) Cancilleres del México Independiente sur Abctlaxcala.com
  6. (es) Estudios Genealógicos, D. Ricardo Ortega y Pérez Gallardo, Impr. Eduardo Dublan, México, 1902

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Lucas Alamán, Historia de México desde los primeros movimientos que prepararon su independencia en 1808 hasta la época presente, México D.F., Fondo de Cultura Económica,‎ 1985
  • (es) Carmen Blázquez Domínguez, Veracruz, una historia compartida, Gobierno del Estado de Veracruz, Instituto Veracruzano de Cultura,‎ 1988, 369 p. (ISBN 968-6173-60-9)
  • (es) Francisco Bulnes, La guerra de Independencia, México, Distrito Federal, 1910.,‎ 1910
  • (es) Carlos María de Bustamante, Cuadro histórico de la Revolución mexicana, México D.F., INEHRM,‎ 1843 (réimpr. 1985)
  • (es) Luis Garfias Magana, Guerrilleros de México: Personajes famosos y sus hazanas, desde la Independencia hasta le Revolución mexicana, México D.F., Panorama,‎ 1980, 138 p.
  • Alexander Von Humboldt, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, Paris,‎ 1811
  • (es) Luis Pazos, Historia sinóptica de México de los Olmecas a Salinas, México D.F., Diana,‎ 1993, 165 p. (ISBN 968-13-2560-5)
  • (es) Guillermo Prieto, Memorias de mis tiempos, Editorial Pátria,‎ 1828 (réimpr. 1906)
  • Vicente Rivas Palacio (coord.), Julio Zárate, México a través de los siglos, vol. III : La guerra de independencia (1808 - 1821), México D.F., Cumbre,‎ 1880 (réimpr. 1970)
  • Vicente Rivas Palacio (coord.), Juan de Dios Arias, Enrique de Olavarría y Ferrari, México a través de los siglos, vol. IV : México independiente (1821 - 1855), México D.F., Cumbre,‎ 1880 (réimpr. 1970)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]