État de Guanajuato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guanajuato
Estado Libre y Soberano de Guanajuato
État libre et souverain de Guanajuato
Blason de Guanajuato
Héraldique
Drapeau de Guanajuato
Drapeau
Localisation de l'État de Guanajuato
Localisation de l'État de Guanajuato
Administration
Pays Drapeau du Mexique Mexique
Capitale Guanajuato
Adhésion à la République 20 décembre 1823  (2e)
Municipalités ou équivalent 46
Gouverneur Miguel Márquez Márquez (PAN Party (Mexico).svg)
Sénateurs Humberto Andrade Quezada
Luis Villarreal García
Francisco Arroyo Vieyra
Nombre de députés 21
ISO 3166-2 MX-GTO
Fuseau horaire UTC-6
Langue(s) régionale(s) De jure : Espagnol
Démographie
Gentilé Guanajuatense
Population 5 486 372 hab.
Densité 179 hab./km2
Rang 6e
Ville la plus peuplée León
Géographie
Coordonnées 21° 01′ 08″ N 101° 15′ 46″ O / 21.018888888889, -101.26277777778 ()21° 01′ 08″ Nord 101° 15′ 46″ Ouest / 21.018888888889, -101.26277777778 ()  
Altitude Max. (Sierra Los Agustinos) 3 110 m
Superficie 30 608 km2
Coordonnées géographiques 21° 01′ 08″ N 101° 15′ 46″ O / 21.01889, -101.26278 ()
Latitude 21° 51' - 19° 55' N
Longitude 99° 40' - 102° 6' O
Liens
Site web http://www.guanajuato.gob.mx

Le Guanajuato est un État du Mexique situé sur le plateau central. Guanajato est aussi le nom de la capitale et ville principale de l'État. L'origine du nom Guanajato vient du mot Quanaxhuato qui signifie en purépecha endroit montagneux des grenouilles.

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir du IVe siècle av. J.-C., des sociétés agricoles utilisant la poterie apparaissent. Le Río Lerma et ses plaines inondables, aujourd'hui favorisent leur croissance. Vers le VIe siècle, la présence de grandes cités mésoaméricaines avec temples et palais monumentaux est attestée par l'archéologie : Plazuelas, Peralta, Cañada de la Virgen et El Corporo[1]. Ces cités ont été désertées peut-être à cause de la désertification des terres.

Au XVIe siècle, la région est essentiellement peuplée de peuples nomades que les Aztèques nommaient (péjorativement) Chichimèques, terme repris par les Espagnols qui baptisèrent le lieu Gran Chichimeca[2]. Si l'on excepte la capitale et la zone du Golfe du Mexique, cet État fut l'une des premières régions du Mexique à être colonisée par les Espagnols. En effet, ils s'y installèrent dans les années 1520 en raison des mines d'argent qui s'y trouvaient. Aujourd'hui, l'État de Guanajato est encore l'un des plus grands centres au monde pour la production d'argent. On y trouve aussi de l'étain, de l'or, du cuivre, du plomb, du mercure et de l'opale.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Architecture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Guanajuato compte 1200 sites archéologiques dont quatre sont ouverts au public : Plazuelas, Peralta, Cañada de la Virgen et El Corporo.

Événements culturels et festivals[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Entouré par les États de San Luis Potosí, Querétaro, Michoacán et Jalisco, le Guanajato occupe une superficie de 30.589 km² et comptait environ 4.893.812 habitants en 2005.

On distingue trois régions séparées par la Sierra de Guanajuato. Au nord, se trouvent les plaines du nord. Il s'agit d'une zone aride. La Sierra de Guanajuato constitue une zone à part, on y trouve des gorges, des pentes abruptes, et quelques plateaux. Cette deuxième zone s'élève à une altitude moyenne de 2.305 mètres au-dessus du niveau de la mer. La constitution du sol est propice à l'élevage de bétail. Au sud de la Sierra de Guanajuato se trouve la troisième zone est celle du Bajío, elle est composée de plaines et l'une des régions du pays qui bénéficie de plus de précipitations (700mm de moyenne par an).On y pratique une agriculture basée sur des techniques modernes.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Paysages et végétation[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Flore et faune[modifier | modifier le code]

Flore et faune
Granger Lake 013.jpg MountainLion.jpg Tamiasciurus douglasii 000.jpg Coragyps atratus NBII.jpg
Dasypodidae Felis concolor Tamiasciurus Vulpes Coragyps atratus
Loros amazónicos.jpg Cobra cascavel 280707- 23 04 40s - 49 06 55w REFON (4)a.jpg Tayassu tajacu.jpg Deer running.jpg Bobcat at Fort Worth Zoo.jpg
Psittacidae Crotalus durissus Tayassuidae Odocoileus virginianus Lynx rufus
Silver Maple Acer saccharinum Leaves 2598px.jpg Figa de moro 01.JPG Singapore Botanic Gardens Cactus Garden 2.jpg Cane cholla, with flower, Albuquerque.JPG Pinus ponderosa 9681.JPG
Acer saccharinum Opuntia ficus-indica Echinocactus grusonii Cylindropuntia imbricata Pinus ponderosa

Villes et urbanisme[modifier | modifier le code]

Parmi les villes importantes citons : Guanajuato, Celaya, León, Salamanca, Irapuato, San Miguel de Allende, Acámbaro et Dolores Hidalgo qui fut l'un des points de départ du mouvement d'indépendance au début du XIXe siècle. La petite ville de Santa Cruz de Juventino Rosas est appelée ainsi car le compositeur de la valse mondialement connue "Sobre las Olas " Juventino Rosas Cadenas y est né.

L'État est divisée en 46 municipalités : Abasolo, Acámbaro, Apaseo, Apaseo El Alto, Atarjea, Celaya, Comonfort, Coroneo, Cortazar, Cuerámaro, Dolores Hidalgo, Guanajuato, Huanímaro, Irapuato, Jaral del Progreso, Jerécuaro, Juventino Rosas, León, Manuel Doblado, Moroleón, Ocampo, Pénjamo, Pueblo Nuevo, Purísima del Rincón, Romita, Salamanca, Salvatierra, Santa Catarina, San Diego de la Unión, San Felipe, San Francisco del Rincón, San José Iturbide, San Luis de la Paz, San Miguel de Allende, Santiago Maravatío, Silao, Tarandacuao, Tarimoro, Tierra Blanca, Uriangato, Valle de Santiago, Victoria, Villa Doctor Mora, Villagrán, Xichú et Yuriria.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaëtan Mortier, « Guanajuato, sur les traces des cités oubliées », Archéologia, no 499,‎ mai 2012, p. 53-54
  2. Gaëtan Mortier, « Guanajuato, sur les traces des cités oubliées », Archéologia, no 499,‎ mai 2012, p. 52

Lien externe[modifier | modifier le code]