Guanajuato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guanajuato
Blason de Guanajuato
Héraldique
Image illustrative de l'article Guanajuato
Administration
Pays Drapeau du Mexique Mexique
État État de Guanajuato
Municipalité Guanajuato
Maire Luis Fernando Gutiérrez Márquez (PRI)
Code postal 36000
Fuseau horaire UTC -6
Indicatif (+52) 473
Démographie
Gentilé Guanajuatense
Population 70 798 hab.[1] (2005)
Densité 71 hab./km2
Population de l'agglomération 153 364 hab.
Géographie
Coordonnées 21° 00′ 21″ N 101° 09′ 04″ O / 21.0059, -101.1512 ()21° 00′ 21″ Nord 101° 09′ 04″ Ouest / 21.0059, -101.1512 ()  
Altitude 2 000 m
Superficie 99 674 ha = 996,74 km2 [2]
Divers
Fondation 1546
Fondateur Antonio de Mendoza
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guanajuato

Voir sur la carte administrative du Guanajuato
City locator 14.svg
Guanajuato

Géolocalisation sur la carte : Mexique

Voir la carte administrative du Mexique
City locator 14.svg
Guanajuato

Géolocalisation sur la carte : Mexique

Voir la carte topographique du Mexique
City locator 14.svg
Guanajuato
Liens
Site web http://www.guanajuatocapital.gob.mx

Guanajuato est la capitale de l'État de Guanajuato, Mexique. D'une population de 70 798 habitants (153 364 en comptant l'agglomération), elle se situe à environ 300 kilomètres au nord-ouest de Mexico.

Ancienne ville minière aujourd'hui connue pour son université, son centre de recherche en mathématiques (le Centro de Investigación en Matemáticas, ou CIMAT[3]), ses momies, son centre historique classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO. Chaque année à l'automne, elle est le siège du Festival International Cervantino.

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte du gisement de Guanajuato eut lieu en 1558[4], et fut effectuée par des muletiers, à mi-chemin entre Mexico et Zacatecas. Le nouveau site minier fait alors un peu d'ombre à Taxco.

Guanajuato fut ensuite le lieu de naissance, le 8 mai 1753, de Miguel Hidalgo y Costilla, père de l'indépendance du Mexique. Il appela le soir du 15 septembre 1810, à lancer l'insurrection sans délai. Les cloches de l'église appelèrent la population et Hidalgo leur demanda de se joindre à la lutte contre le gouvernement de Joseph Bonaparte par le fameux Grito de Dolores (Cri de Dolores). « ¡Viva la Virgen de Guadalupe! ¡Viva Fernando VII! ¡Abajo el mal gobierno! » (celui de Joseph Bonaparte (« Vive Notre-Dame de Guadalupe ! Vive Fernando VII ! (considéré par les créoles comme le roi légitime) »).

La foule répondit avec enthousiasme et marcha sur Guanajuato, où les mineurs se joignirent aux habitants de Dolores dans le massacre des Espagnols et des créoles partisans de la colonie ainsi que de nombreux innocents, femme et enfants qui s'étaient réfugiés dans un magasin à grain l'Alhóndiga de Granaditas. Depuis Guanajuato, 80 000 indépendantistes, encadrés par des militaires de carrière (régiments de Valladolid et de Celaya), mais très désordonnés et sans artillerie, marchèrent sur Mexico en octobre 1810, après avoir rallié et pris Zacatecas, San Luis Potosí, et Valladolid.

Après l'indépendance du Mexique,Augustin Ier du Mexique se déchire avec ses rivaux. Le 19 mars 1823, il accepte de quitter le pays sans combat, contre une pension, et l'État de Guanajuato, enfin pacifié, dépose sa constitution en avril 1824, assurant une stabilité politique[5]. Guanajuato accueille la Compagnie anglomexicaine, qui devint adjudicataire en 1824, d'une série de mines qui avaient besoin de réparer les dommages causés par un long abandon. Cotée à la Bourse de Londres, elle va contribuer à la renaissance des mines d'argent au Mexique et détient quatre mines dans le district de Guanajuato: (Valenciana (la plus riche), Serena, (dont elle avait le tiers en propriété), Santa-Rosa et Guadalupe). Le Mexique produisait alors la moitié des 8,5 millions de livres sterling de minerai, extraits annuellement de l'Amérique latine, grâce à un petit nombre de mines, en général des mines d'argent. Le pays exporte de l'argent et importe du coton venu de Manchester où les premiers entrepreneurs du coton britannique le produisent beaucoup moins cher. En 1827, la région de Guanajuato a ainsi vu la production de ses cinq usines de coton mexicaines diminuer régulièrement depuis déjà 15 ans[5]. La ville ne comptait pas d'école en 1824 mais deux en 1826 après l'arrivée des anglais. Huit mois seulement après le boom qui leur permet de se relancer, elles subissent pour la plupart la crise boursière de 1825 à la Bourse de Londres.

À voir[modifier | modifier le code]

  • Le théâtre Juárez
  • Le Jardin Unión
  • L'Université de Guanajuato
  • Le marché Hidalgo
  • Les ruelles (callejones) du centre historique et le Callejón del Beso
  • L'Alhóndiga de Granaditas
  • La Basilique de Notre Dame de Guanajuato
  • L'église de San Cayetano et la mine de la Valenciana
  • Le monument à Cervantes
  • Le musée des momies

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Instituto Nacional de Estadística y Geografía (INEGI)
  2. http://www.e-local.gob.mx/wb2/ELOCAL/EMM_guanajuato Enciclopedia de los Municipios de México.
  3. (es) (en) Centro de Investigación en Matemáticas (CIMAT)
  4. "Cours d'économie politique fait au Collège de France", Volume 3, par Michel Chevalier, page 194
  5. a et b "Mexico in 1827, Volume 2", par Sir Henry George Ward, page 216

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]