Caudillo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un caudillo était à l'origine un chef de guerre à la tête d'une armée personnelle au temps de l'Espagne de la Reconquête[1]. Par la suite, le terme désignera un leader politique, militaire et/ou idéologique en dans différents pays de l'Amérique latine après les guerres d'indépendance. Généralement le Caudillo usurpe le pouvoir par un coup d'État ou à l'issue d'un processus révolutionnaire et instaure un système de gouvernement autoritaire et despotique en s'appuyant sur un clientélisme issu des oligarchie foncière, de l'armée et de l'Église[2].

Exemples[modifier | modifier le code]

En Bolivie on distingue les caudillos letrados d'avant 1848 (Sucre, Santa Cruz) issus de l'armée et de la bourgeoisie créole et de 1864 à 1872 les caudillos bárbaros d'origine indigène, connus pour leur gestion approximative des affaires publiques et leur cruauté.

En Espagne, le général Franco devint de fait un caudillo lors de son insurrection en 1936, il prit officiellement ce titre (plus exactement : Generalísimo Francisco Franco, caudillo de España por la gracia de Dios, soit « Généralissime Francisco Franco, caudillo d'Espagne par la grâce de Dieu ») lorsqu'il devint chef d'État.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot vient du bas latin capitellium de caput, tête.

Caudillos ou dictateur[modifier | modifier le code]

La principale différence entre un caudillo et un dictateur est le besoin d'appui populaire ; un caudillo est le produit d'une démocratie primitive dans laquelle les masses populaires suivent un leader qui représente les valeurs et l'identité de la région qu'il gouverne, l'exemple type en est Emiliano Zapata, dit « El Caudillo del Sur ».

Le terme n'implique pas d'orientation politique définie.

Liste de caudillos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]