Économie du Chili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chili
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie du Chili
Santiago Centro, centre d’affaires de Santiago.

Monnaie Peso chilien
Année fiscale Année calendaire
Organisations internationales UNASUR, APEC, CAN, BID, MERCOSUR, OCDE
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 285 703 Millions (2013)[1]
Produit intérieur brut en PPA 341 914 millions (2013)[2]
Rang pour le PIB en PPA 38
Croissance du PIB 5.6 % (2012)[3]
PIB par habitant en PPA 19 474 dollars (2013)[4]
PIB par secteur agriculture : 4,9 %
industrie : 49,7 %
services : 45,5 %
Inflation (IPC) 1,5 % (2012)[5]
Pop. sous le seuil de pauvreté 11,0 % (CEPAL) (2011)[6]
Indice de développement humain (IDH) 0,819 (2013)
Population active 8,02 millions (2011)
Population active par secteur agriculture : 13,6 %
industrie : 23,4 %
services : 63 %
Taux de chômage 7 % (est. : 2007)
Principales industries
Commerce extérieur
Exportations 69,6 milliards USD (2010)[7]
Biens exportés
Principaux clients Chine 23,2 %, USA 11,3 %, Japon 9,2 %, Corée du Sud 5,8 %, Brésil 5,1 %, Pays-Bas 3,8 %, Mexique 2,7 %, Italie 2,6 %, France 2,3 %, Canada 2,2 % (2009)[7]
Importations 58,2 milliards USD (2010)[7]
Biens importés
Principaux fournisseurs USA 16,8 %, Chine 11,8 %, Argentine 10,9 %, Brésil 6,7 %, Corée du Sud 5,1 %, Allemagne 3,6 %, Colombie 3,2 %, Japon 3,1 %, Mexique 2,8 %, Royaume-Uni 2,4 % (2009)[7]
Finances publiques
Dette publique
Dette extérieure
Recettes publiques
Dépenses publiques
Déficit public
Aide au développement

L’économie du Chili est considérée en 2010 comme une des plus stables économiquement en Amérique latine[8]. Avec un passé économique désastreux, le pays est devenu de nos jours un « modèle » dans la région. C’est d’ailleurs pour cette raison que des commentateurs l’appellent le « jaguar » de l’Amérique du Sud. Au cours des vingt-quatre dernières années, la croissance annuelle moyenne du PIB chilien a été de 5,2 %, et même de 8,3 % entre 1990 et 1997. Le modèle économique chilien est celui du libéralisme, système mis en place par le général Pinochet (durant la dictature) avec l’aide des Chicago Boys. Avec ce nouveau modèle, le pays a connu de nombreuses réformes, comme la privatisation des entreprises d’État, notamment dans les secteurs du cuivre, de l'aviation et de l'éducation.

Du cuivre

Général[modifier | modifier le code]

De nos jours, le Chili possède un marché ouvert au monde entier. Son économie se caractérise par l’exportation et l’importation de matières premières. Durant l’année 2005, le montant total des exportations a dépassé les 39 536 millions de dollars américains. Les exportations ont augmenté de moitié cette année-là. Ces principaux clients sont par ordre d’importance l’Union européenne, les États-Unis, la Corée du Sud, l’accord P4 et la Chine. Le Chili est membre de l’APEC et membre associé du Mercosur.

Les importations ont atteint le chiffre de 30 300 millions de dollars américains (USD) en 2005. Son produit intérieur brut a augmenté la même année de 6,3 % pour atteindre 115 300 millions USD, soit 11 900 millions USD dollars par habitant en 2004. En 2006, le PIB du pays est arrivé à145 399 millions USD soit plus de 13 000 dollars par habitant. Le Chili possède donc le PIB par habitant le plus élevé des pays d’Amérique latine.

L’agriculture et l’élevage constituent les principales activités pratiquées dans le centre et le sud du pays. L’exportation de fruits et légumes atteint des niveaux historiques du fait d'une stratégie délibérée de conquête de marchés extérieurs en Europe, en Amérique du Nord et en Asie, mise en place dans les années 1990. Le Chili profite de sa situation dans l'hémisphère Sud pour proposer des fruits à contre-saison dans des pays de l'hémisphère Nord. En particulier, le Chili est un acteur majeur — avec la Nouvelle-Zélande — du marché mondial du kiwi, mais exporte aussi des pommes et du raisin de table. Les vins chiliens sont principalement destinés à l'exportation. Le Chili connaît aussi une croissance exponentielle[Combien ?] dans le domaine de la pêche. Ainsi, le pays est devenu le premier exportateur de saumon, surclassant la Norvège en 2006.

Port de Valparaíso, Chili

L’industrie chilienne est surtout locale, avec une exception notable de la production de la farine de poisson. Cette dernière se concentre dans les régions métropolitaines de Valparaíso et de Concepción. Le gouvernement tente de dynamiser l’industrie agroalimentaire depuis 20 ans. Ainsi vers l’année 2010, le Chili sera un des pays challengers en ce domaine[réf. nécessaire]. Par ailleurs, le pays est devenu une sorte de plate-forme pour les entreprises étrangères en Amérique latine. Ainsi de nombreuses sociétés mettent en place leur siège social à Santiago ou dans sa région. Le pays possède une présence importante d’entreprises venant du domaine du service.

Il continue d’exister au Chili de fortes inégalités sociales malgré un dynamisme économique important. Le pays continue de posséder le plus faible taux de femmes actives d’Amérique latine (seulement 40 % des femmes ont un travail). De plus, on note une grande différence de salaire entre les hommes et les femmes (de l’ordre d’un tiers pour le même emploi et la même qualification).

D’abord, les taux de chômage n’ont pas diminué à la vitesse espéré avant le retour à la démocratie (8,7 % en septembre 2005), ce qui est devenu l’un des grands défis du gouvernement. Ensuite, malgré des avancées dans la matière, le Chili a toujours une distribution des revenus très inégalitaire et il est placé au 16e rang des pays du monde ou répartition de la richesse est la moins forte. Ces deux sujets font partie des discussions entre les candidats présidentiels pour les prochaines élections de décembre 2005.

La bonne santé économique du Chili est encore une fois reconnue dans une étude de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publiée le 4 novembre 2005. Il apparaît ainsi que le dynamisme économique a permis une élévation rapide du niveau de vie avec un PIB par habitant passé de 2 340 dollars en 1990 à plus de 5 000 dollars en 2004, même si le revenu par habitant corrigé de la parité de pouvoir d'achat représente actuellement moins de 40 % de la moyenne de la zone OCDE et moins de 30 % de celui des États-Unis.

La politique budgétaire est guidée par la règle de l’excédent structurel, qui exige un excédent de 1 % du PIB. Ainsi, les finances publiques du Chili présentaient un solde positif de 2,2 % du PIB en 2004, et de l’ordre de 3 % en 2005[9]. Cependant, malgré ces bons résultats, une partie importante de la population chilienne continue à vivre sous le seuil de pauvreté. Sur le sujet de l’économie libérale, le Chili est réputé pour sa puissance économique, ce qui a amené à diminuer le taux de pauvreté en passant de 50 % en 1987 à 18,8 % en 2003[10] (le pays a été le premier pays latino-américain à accomplir et dépasser les prévisions de 2000 sur le réduction de la pauvreté). Cependant, officieusement, même si la croissance économique est bonne et évolue à des taux assez élevés, on constate surtout que se sont les classes les plus aisées qui profitent des bienfaits de l’économie libérale[11].

Le secteur agricole tient une place relativement importante au Chili, qui produit des fruits (tropicaux et non-tropicaux), des légumes, du vin et des céréales. La pêche, les forêts et le pétrole sont aussi importants.

Pour la vie industrielle, la minière, le papier, les textiles, l’électricité et des produits chimiques sont les plus développés. Le Chili est un des pays les plus inégalitaires du monde.

Croissance économique du Chili, depuis 1980.

Avec en 2013 un chômage à 5,7 % et une croissance de 4 %, le Chili vit actuellement un « miracle économique » qui attire l'émigration de pays hispanophones. En 2012, il est le 11e pays du monde en termes d'investissements étrangers et le pays d'Amérique latine le plus compétitif. Toutefois, le fait que les matières premières comme le cuivre soient produites sur place sans être transformées, avant d'être exportées, nuit à la création d'emplois et conduit le Chili à investir dans la recherche et le développement[12].

Tableau montrant l'évolution du PIB chilien depuis 1990[modifier | modifier le code]

Années PIB total (millions US$) PIB per capita(US$) PIB total (miles US$PPA) PIB per capita (US$PPA) Exportations miles$(FOB) Importations miles$(CIF)
2009 135,773 7,994 - 14,461 54.943,9 50.990,8
2008 169,573 10.147 - 14,510 67.788,9 52.565,8
2007 166.000 10.020 - 14.000 68.295,8 43.839,7
2006 145.996,0 8.875 209.363 13.634 59.995,5 35.973,8
2005 115.295,1 7.314 208.189 12.464 39.536,1 30.300,1
2004 94.997,5 5.954 184.037 11.314 32.024,9 23.005,8
2003 73.682,49 4.648 167.660 10.459 21.523,6 18.001,7
2002 67.236,13 4.270 155.651 9.885 18.179,8 15.794,2
2001 68.623,41 4.407 150.361 9.656 18.271,8 16.428,3
2000 75.297,05 4.890 141.713 9.362 19.210,2 17.091,4
1999 72.978,07 4.802 132.732 8.734 17.162,3 14.735,1
1998 79.368,42 5.292 131.842 8.791 16.322,8 18.363,1
1997 82.820,84 5.597 126.315 8.537 17.870,2 19.297,8
1996 75.778,2 5.192 116.549 7.985 16.626,8 17.698,7
1995 65.214,29 4.530 96.365 6.694 16.039,0 15.914,1
1994 50.910,61 3.597 85.223 6.022 11.604,0 11.824,6
1993 44.463,75 3.197 78.944 5.676 9.199,0 11.125,4
1992 41.867,76 3.064 72.123 5.278 10.008,0 10.128,6
1991 34.660,92 2.582 62.792 4.678 8.941,0 8.093,0
1990 30.344,96 2.303 56.191 4.264 8.373,0 7.677,0

L'économie du Chili se caractérise par son exportation. La structure exportatrice est composée par 45 % de produits industriels, 45 % de production minière et un 10 % de produits agricoles. Dans le domaine des produits agricoles et des produits industriels les principales exportation sont la cellulose, le méthanol, les produits chimiques et agroalimentaires. L'industrie forestière, du saumon et du vin (de renommée mondiale en acquérant beaucoup d'importance ces deux dernières décennies. Les produits miniers les plus importants sont l'extraction de cuivre, minéral duquel le Chili dépend en grande proportion. L’agriculture quant à elle exporte des fruits (raisin, abricot,...) et du blé.

Il faut ajouter que la production industrielle chilienne produit toutes sortes de produits (alimentaire, sidérurgique, vêtements...). Même si le Chili a réduit sa dépendance envers l'exportation de cuivre en passant de 60 % (durant les années 1970), à 35 % en 2004, le taux est toujours très élevé. Une grande partie de la croissance chilienne est liée aux prix élevés au marché mondial des minéraux. Le pays n'est toujours pas arrivé à un niveau élevé de production industrielle à haute valeur ajoutée. Le Chili est le premier pays d'Amérique latine avec l'Argentine où débuta l’industrialisation (vers le milieu du XIXe siècle). Rapidement ce secteur reçoit une grande impulsion durant la période de l'entre guerre par les politiques d'industrialisation par substitution aux importations.

Composition des exportations du Chili

L’économie du Chili est passée ces dernières années d'une économie monoexportatrice de produits primaires, à un pays semi-industriel, fruit de la croissance économique continue à un rythme de 7 % durant les années 1990, avec une solide base industrielle et une forte cohésion parlementaire vers la politique économique. Il accède à l'OCDE à la fin de 2004, en étant le deuxième pays latino-américain après le Mexique. Son accession comme membre à part entier est prévue pour 2007.

Comme importance dans l'économie chilienne, il est un des pays pionniers en matière de libéralisation économique en Amérique latine et un pays attractif du commerce libre (le Chili a signé divers traités de commerce de libre-échange avec des pays et des associations qui représentent 65 % de la population mondiale comme la NAFTA, Union européenne, EFTA, Corée du Sud, Chine...). Le Chili est devenu en une vingtaine d'années une des économies les plus mondialisées et compétitives au monde. Ainsi cela a contribué à diminuer la pauvreté passant de 50 % en 1987 à 18,8 % en 2003[13] (il a été le premier pays latino-américain à accomplir, et dépasser son but de 2000 au sujet de la diminution de la pauvreté). Ainsi, le Chili est de deuxième pays latino américain en termes de PIB par habitant (US$12.800 per capita en parité de pouvoir d’achat). Le PIB per capital nominal est de $7,089 selon le Banco Central de Chile en 2005, qui dépasse le Mexique et le Brésil et est proche de celui de l'Argentine. De nos jours les indicateurs sociaux sont bons comme par exemple l'espérance de vie la plus élevée d'Amérique latine, selon l’INE il est de 77,74 ans (74,8 ans pour les hommes et 80,8 pour les femmes)[14], un taux d'alphabétisation de 95,8 % en (2002)[15], un taux de mortalité infantile de 7,8/1000[16] qui est au niveau des pays les plus développés.

En 2005 le PIB croit de 6,3 %. La production industrielle croit de plus de 7 % et les exportations de presque 50 %. Le taux d'ouverture est de 70 %. Les comptes publics ont obtenu un excédent d'environ 4 %. Le chômage reste assez élevé : 8,1 % et l’inflation reste basse : 3,7 %.Pour l'année 2007 le PIB devrait croître de 7 %.

Inflation et chômage au Chili

Cependant, même avec de bons indicateurs, l’économie chilienne présente un grave défaut : l'inégalité de distribution des richesses qui génère un grand fossé social entre riches et pauvres. Selon des informations de l'ONU en 2005, le Chili se trouve à la 113e place de la liste des pays par inégalité de richesse, se situant à la 15e place au niveau mondial, ce qui révèle une carence importante dans l'économie.

Cette inégalité est attribuée par l'actuel système libéral (en contradiction avec la politique socialisante des décennies 50, 60 et 70), d'autres l'attribuent au son abondance en ressources naturelles (il a développé un schéma typique de l'économie extractive par des entreprises favorisent l'inégalité économique). La médication selon le ministère de Planification et Coopération de Chili donne une indice de 0,57 en 2003[17].

L'inégalité de la répartition des richesses peut expliquer le dynamisme de l’économie du Chili. La faible proportion de femmes au travail (la plus basse d'Amérique), nuit à la réduction du chômage. Il existe aussi une grande différence salariale entre hommes et femmes. La présidente nouvellement élue, Michele Bachelet, a promis de traiter ces problèmes en profondeur

Même avec seulement 16 millions d’habitants, l’économie chilienne — au PIB nominal — est la cinquième plus importante d'Amérique latine.

Entreprises[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste d'entreprises chiliennes.

Projection économique[modifier | modifier le code]

On prévoit que le pays qui atteint actuellement des records en termes de croissance du PIB annuel grâce au prix élevé du cuivre l (Sans "power purchase parity") de 157 mille millions de dollars (environ USD 10.000 Per cápita)[18].

Exportations[modifier | modifier le code]

Les produits les plus exportés sont le cuivre, les produits miniers, la pêche, les fruits, les asperges, le bois et le papier. Cependant, le pays a réussi à diversifier son économie et aujourd'hui il exporte également des services (informatique, expertise minière, administration gouvernementale). Les compagnies chiliennes sont très présentes en Amérique latine, notamment au Pérou et en Argentine (magasins à rayons, lignes aériennes, produits laitiers, supermarchés). D'autre part, le pays reçoit un nombre grandissant de touristes attirés par la beauté naturelle du pays, qui contient des déserts lunaires et des glaciers antarctiques, des forêts humides et une des rares régions possédant un climat méditerranéen dans le monde.

Importations[modifier | modifier le code]

Les importations majeures, outre le pétrole, sont les machines industrielles, les pièces détachées, les automobiles et de biens de consommation.

L’Alameda, l’artère centrale de Santiago.

Les relations économiques avec les États-Unis[modifier | modifier le code]

Depuis le retour au régime démocratique les relations commerciales avec les États-Unis semblent être excellentes. En effet, le traité de libre échange États-Unis Chili a été signé le 6 juin 2003, ratifié par la Chambre des représentants le 24 juillet 2003 à la suite d’un vote de 270 pour, et 156 contre et ratifié par le Sénat le 31 juillet 2003 à la suite d’un autre vote donnant 65 pour et 32 contre[19]. Le président George W. Bush a signé la le United States-Chile Free Trade Agreement Implementation Act le 3 septembre 2003[20]. Ce traité est mis en place par les deux pays depuis 1er janvier 2004.

Les matières premières[modifier | modifier le code]

Chuquicamata, la mine à ciel ouvert la plus grande au monde.

L'agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture du Chili a une production particulièrement diversifié en raison de sa géographie, de son climat, de facteurs humains et de sa géologie particulière. Historiquement, l'agriculture est l'un des fondements de l'économie du Chili mais aujourd'hui l'agriculture et les secteurs connexes comme la sylviculture et la pêche ne représentent plus que 4,9 % du PIB en 2007 et employait 13,6 % de la population active du pays. Les principales productions agricoles du Chili sont le raisin, la pomme, la poire, l'oignon, le blé, le maïs, l'avoine, la pêche, l'ail, l'asperge, l'haricot, le bœuf, la volaille, la laine, le poisson et le bois. En raison de son isolement géographique et d'un contrôle strict des échanges aux douanes, le Chili est épargné par des maladies comme la vache folle et le phylloxéra. De plus, le Chili a l'avantage d'être situé dans l'hémisphère sud, et de pouvoir produire en contre-saison sur une large gamme de produits grâces à des conditions climatiques très diverses. Toutefois, les reliefs limitent l'ampleur et l'intensité de l'agriculture et les terres arables.

Le cœur agricole du Chili se trouve dans la Vallée Centrale où se trouve notamment la région métropolitaine de Santiago. Dans la moitié nord du pays, les cultures sont fortement tributaires de l'irrigation. Au sud du pays, l'agriculture est progressivement remplacé par l'aquaculture, la sylviculture et les élevages d'ovins et de bovins.

Les mines[modifier | modifier le code]

La principale exportation du pays est le cuivre avec 36 % du marché mondial[21]. Le Chili est le leader mondial en ce domaine. Mais, il exporte aussi de l’argent et de l’or en moindre quantité. Ces matières premières sont extraites dans le désert d’Atacama au nord du pays. L’extraction du cuivre continue de représenter une part importante dans les exportations. En effet, 30 % des produits exportés sont du cuivre (contre 60 % en 1970). L’entreprise Codelco Chile possède une des mines les plus grandes au monde (pour le cuivre) comme Chuquicamata et El Teniente. L’extraction du cuivre est la principale ressource des régions de Taracapá, Antofagasta, et Atacama (les trois régions du désert d’Atacama).

Dans la région de Magellan (les environs de Punta Arenas), l’exploitation des gisements de pétrole constitue une part importante pour le transport domestique (30 % du pétrole au Chili est national). Cependant, dans ses exportations, il ne faut pas oublier les exportations de pierres lapis lazuli (2e exportateur) utilisées pour la fabrication de bijoux artisanaux ainsi que l’exportation de guano (premier) utilisé lui comme engrais. En 2008, le pourcentage du secteur primaire dans le P.I.B du pays est de 22,5 % (dont 16,5 % seulement pour le cuivre). Note : 2007 et 2008 donnée provisoire[22].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1990, le tourisme au Chili est devenu une des principales ressources économiques, spécialement dans les zones extrêmes du pays (désert d’Atacama au nord, Patagonie, Terre de Feu au sud). Pendant l’année 2005, il a augmenté de 13,6 %, générant ainsi plus 1 360 millions de dollars américains (soit 1,33 % du PIB national).

Plage à Viña del Mar, la Ciudad Jardín (ville jardin), capitale touristique du pays.

Selon la SERNATUR[23], deux millions de personnes se rendent au Chili par an. Ce chiffre est encore bon si l’on le compare à ceux du Brésil ou du Mexique. La majorité de ces visiteurs viennent du continent, principalement de l’Argentine. Cependant, ces dernières années, le nombre de visiteurs venant d’Espagne, de France, d’Allemagne est en constante augmentation (ces pays offrent même parfois des vols directs vers le Chili sans escale comme Air France qui peut faire Paris CDG-Santiago Pudahuel en 14 heures 30 seulement)[24]. Les Européens représentent 400 000 visiteurs en 2005.

Les principaux lieux touristiques correspondent aux lieux de beauté naturelle des zones extrêmes. San Pedro de Atacama, dans le nord du pays est très visité par les étrangers pour contempler l’architecture d’origine inca, les lagunes de l’Altiplano, la Valle de la Luna plébiscitée pour son étrangeté et les geysers du Tatio. Près de Putre, dans l’extrême nord, admirer le lac Chungará et le volcan Parinacota situé dans le parc national Lauca à plus de 4 500 mètres d’altitudes est apprécié. Dans la zone australe, les principaux lieux touristiques sont l’archipel de Chiloé, la Patagonie, la lagune de San Rafael et ses glaciers ainsi que le parc national de Torres del Paine. Pour finir, la mystérieuse île de Pâques située au milieu de l’océan Pacifique est probablement le lieu touristique le plus apprécié par les Occidentaux, car elle est très exotique par rapport au continent[25].

Dans le domaine national, le tourisme se concentre durant la période estivale, principalement dans les stations balnéaires comme Arica, Iquique, Antofagasta, La Serena et Coquimbo pour la zone nord. La région de Valparaiso reçoit le plus grand nombre de touristes comme Viña del Mar grâce à sa proximité avec Santiago. Cette dernière est connue pour être la « capitale touristique du Chili » grâce à la beauté de ses plages et sa proximité de la capitale. Chaque année, en février se déroule le festival de la chanson de Viña del Mar, évènement musical important en Amérique latine.

Énergie[modifier | modifier le code]

Le Chili est dépendant énergiquement parlant. En effet, il ne possède pas de grandes réserves énergétiques. Par exemple, sur les 228 000 barils de pétrole consommés par jour, seuls 4 000 provient des gisements du pays. Le prix du pétrole dépend donc du commerce international et de la conjoncture. De la même façon, la quasi-totalité du gaz naturel est importée d’Argentine.

La consommation d’électricité a dépassé les 51 573 GWh durant l’année 2005 dont 54 % est produit par des centrales hydroélectriques. Dans le pays, il existe quatre systèmes électriques : le système interconnecté du Norte Grande, le système interconnecté central et les systèmes de Aisén Magallanes. Le potentiel hydroélectrique est encore peu utilisé. Le pays utilise 20 % des capacités utilisées (volonté de protection de la faune et la flore de la région d’Aisén). Il n’existe pas pour le moment de centrale nucléaire, cependant, en 2006 s’ouvre le débat sur la faisabilité technique de l’utilisation de ce type d’énergie. La mise en place d’éoliennes et l’utilisation de l’énergie géothermique sont aussi envisagées par le pays.

Transports et télécommunications[modifier | modifier le code]

La géographie caractéristique du pays fait que les réseaux de transports et les télécommunications sont d’importance considérable.

Le pays totalise 364 pistes d’atterrissage comme les aéroports de Chacalluta d’Arica, Diego Aracena d’Iquique, le Cerro Moreno d’Antofagasta, Carriel Sur de Concepción, El Tepual de Puerto Montt, Président Ibañez de Punta Arenas, Mataveri à l’île de Pâques, et l’aéroport international Comodoro Arturo Merino Benitez de Santiago (un des plus modernes du continent où siège la compagnie nationale LAN Airlines).

Le Chili dispose de 6 585 kilomètres de voies ferrées. Ces dernières ont jadis été importantes pour le développement du pays, mais, de nos jours, les chemins de fer sont utilisés surtout pour le transport du fret vers les ports depuis la crise des années 1970. Actuellement, le gouvernement souhaite redévelopper le train en rétablissant le service aux passagers de EFE[26] entre Santiago et Puerto Montt. Au contraire, le métro se développe considérablement à Valparaiso avec le Biotrén[27] et Santiago aura plus de 100 kilomètres de lignes de métro d’ici 2009 (il possède en décembre 2006 87 kilomètres de lignes)[28].

Pour les routes, le pays jouit d’un réseau de plus de 79 000 kilomètres de routes dont 10 000 sont goudronnées[29]. Depuis les années 1990, plus de 2 500 kilomètres d’autoroutes ont été construites (route panaméricaine entre Arica et l’île de Chiloé). La carretera austral connecte la région d’Aisén au reste du pays et est quasiment complète. Les postes douaniers les plus importants sont ceux de Chacalluta et Tambo Quemado qui servent de frontières avec le Pérou et la Bolivie. Il existe quarante postes douaniers avec l’Argentine, les plus importants sont ceux du Cristo Redentor entre Los Andes et Mendoza.

Quelques statistiques économiques[modifier | modifier le code]

  • Taux de croissance annuel en 2004 : +6,1 % , en 2005[30]: +6,3 %
  • Taux d’inflation annuel en 2004 : +2,4 %, en 2005[30]: +3,7 %
  • Taux de chômage en 2005[30] : 8 %
  • Indicateur de développement humain (2005)[30] : 0,854 (37e rang au monde)
  • Population sous le seuil de la pauvreté : 16 % (et moins de 2 % qui vit avec moins d’un dollar par jour).

Indicateurs technologiques[modifier | modifier le code]

Taux de possession au 31 décembre 2006

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) [html] Fonds monétaire international, « Produit intérieur brut (parité nominale) »,‎ 2013
  2. (en) [html] Fonds monétaire international, « Pib en PPA »,‎ 2013
  3. (es) [PDF] Banco Central de Chile, « Croissance du Chili »,‎ 2012
  4. (en) Fonds monétaire international, « Pib par habitant (PPA) »,‎ 2013
  5. (es) Terra Chile, « Inflation »
  6. (es) [PDF] CEPAL, « pauvreté »,‎ 2012
  7. a, b, c et d Federation of International Trade Associations : Chile profile
  8. (en) Site du gouvernement chilien prônant la stabilité de l’économie du pays.
  9. (en) « Évolution du PIB du Chili depuis 1948 » (consulté le 13 janvier 2010)}
  10. (es) [PDF] Fundacion pobreza, « Indicateurs de pauvreté » (consulté le 13 janvier 2010)
  11. Un Chili plus mal au point qu’il n’y paraît
  12. Laure Fachaux, « Le miracle économique du pays andin le plus compétitif », in Le Figaro, samedi 16 / dimanche 17 novembre 2013, page 6.
  13. www.fundacionpobreza.cl (archivo .pdf)
  14. www.senama.cl (Fuente:INE de Chile) (archivo .pdf)
  15. Síntesis Censal 2002 INE (archivo .pdf)
  16. www.revistapediatria.cl (archivo .pdf)
  17. Fundación Pobreza - Distribución del ingreso
  18. Projection réalisée par l'économiste en chef et directeur des études de LarraínVial, Leonardo Suárez
  19. (en) Site internet du Congrès des États-Unis
  20. (en) Site internet de la maison Blanche
  21. (es)http://www.codelco.com/la_corporacion/fr_presencia.html Site internet de CODELCO montrant son importance mondiale.
  22. Banque centrale du Chili, vu le 3Mai , 2009.
  23. Service National du Tourisme du Chili (Servicio Nacional de Turismo)
  24. http://www.airfrance.fr/cgi-bin/AF/FR/fr/local/resainfovol/achat/nfs/RechercherDisposNFSAction.do
  25. (es)http://www.enjoy-chile.org/chile/isla-de-pascua-chile.php}
  26. Société des chemins de fer nationaux du Chili (Empresa de Los Ferrocarriles del Estado)
  27. Réseau ferré de transport en commun interurbains : (es) Biotrén (es)
  28. Le métro de Santiago. - Présidence de la République
  29. (en)http://lcweb2.loc.gov/cgi-bin/query/r?frd/cstdy:@field(DOCID+cl0097)
  30. a, b, c et d Présentation du Chili -Ministère des Affaires étrangères

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]