Économie du Costa Rica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Costa Rica
Indicateurs économiques
Monnaie Colon
Année fiscale Année calendaire
Organisations internationales ALÉAC
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 48,63 billion (2009)
Produit intérieur brut en PPA
Rang pour le PIB en PPA
Croissance du PIB 3,8 % (2010)
PIB par habitant en PPA 10 900 $ (2009)
PIB par secteur agriculture :
industrie :
services :
Inflation (IPC) 5,5 % (2010)
Pop. sous le seuil de pauvreté 21,3 % (2010)
Indice de développement humain (IDH) 0,7
Population active 2,09 millions (2009)
Population active par secteur agriculture :
industrie :
services :
Taux de chômage 7 % (2010)
Principales industries
Commerce extérieur
Exportations 6,9 milliards $ (2006)
Biens exportés café, banane, ananas, cacao, canne à sucre
Principaux clients États-Unis
Importations
Biens importés
Principaux fournisseurs
Finances publiques
Dette publique 49,3 % du PIB (2009)
Dette extérieure
Recettes publiques
Dépenses publiques
Déficit public
Aide au développement
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/cs.html

Le Costa Rica est actuellement un des pays les plus riches d'Amérique latine. Le niveau des salaires moyen est situé aux alentours de ceux du Panama, à plus de 400 $ par mois, et le salaire minimum est de 200 $, c'est-à-dire niveau moyen de la Bulgarie en Union européenne. Le pays étant une démocratie stable depuis plusieurs décennies, le niveau de développement y est actuellement le plus élevé d'Amérique latine, l'IDH se situant au niveau moyen de la Croatie ou de l'Estonie en 2006. Le sous-emploi et la pauvreté (21 % en 2010), gangrène néanmoins encore la population.

L'unité monétaire est le colon.

Le café a offert une relative prospérité au Costa Rica, il est principalement cultivé dans le centre du pays sur le plateau central. La production était d'environ 145 000 tonnes de café par an en 1995.

La banane est la principale culture du pays, cultivée sur la côte des Caraïbes (Limón) dans de vastes plantations. Le pays est le troisième exportateur mondial. Puerto Limón est le port le plus important du Costa Rica.

Au Costa Rica, la banane est une production vitale. On trouve au Costa Rica deux variétés de bananes. La banane standardisée, réservée à l'exportation ; et la banane locale, de forme irrégulière et peu sucrée. Pour les familles de paysans, elle est l'aliment de base : sautée, rôtie, farcie de viande ou de légumes, elle entre dans la confection de la plupart des repas. Les bananeraies sont implantées dans les régions les plus chaudes et les plus humides du pays, sur la côte est, en particulier. Il y règne un climat insalubre, propice aux maladies tropicales, notamment la malaria. Mais la gratuité des logements, sommaires baraques mises à leur disposition sur les grandes plantations, incite les ouvriers et leur famille à s'y installer. Les bananes sont acheminées depuis les coins les plus reculés des plantations par des téléphériques à traction humaine. À la station d'emballage, elles sont nettoyées, baignées, douchées et traitées contre les moisissures. Les grandes compagnies bananières ne badinent pas avec les normes de commercialisation. Au moindre défaut, les bananes finissent à la décharge. Celles qui satisfont aux critères de taille, de forme et d'aspect sont expédiées, dûment empaquetées, à bord de bateaux spéciaux où elles voyageront à l'intérieur de cales climatisées.

Les ports de Quepos et de Golfito furent construits pour l'United Fruit Company (firme américaine) et destinés à l'exportation de la banane. Malgré ses résultats spectaculaires, la production bananière reste de type colonial et n'entraîne aucune création d'emploi ou d'industrie de transformation.

Le pays exporte aussi en plus faible quantité des ananas, du cacao et de la canne à sucre. Les cultures extensives et industrielles d'ananas ont sur le territoire costaricien un effet plutôt néfaste avec le phénomène land grabing c'est-à-dire l'appropriation des terres agricoles par de grandes compagnies au détriment des populations locales ainsi que la contamination de l'eau et l'insécurité sanitaire dues à l'utulisation excessive de pesticides[1],[2].

Le maïs, le riz, les légumes, le tabac et le coton sont cultivés dans tout le pays, en quantités plus modestes. Le Costa-rica est fait partie des pays cultivant des OGM, notamment le maïs[3].

L'industrie informatique et électronique ainsi que les centres d'appels téléphoniques sont devenus depuis quelques années une source importante de revenus pour le pays.

Le Costa Rica a reçu en 2005 plus de 1,6 million de touristes (pays le plus visité de toute l'Amérique centrale) et les exportations atteignent les 6,9 milliards de dollars.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]