Venustiano Carranza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carranza (homonymie).
Venustiano Carranza
Illustration.
Fonctions
Président du Mexique
Prédécesseur Francisco Carvajal
Successeur Adolfo de la Huerta
Prédécesseur Francisco Carvajal
Successeur Eulalio Gutiérrez (Convention de Aguascalientes)
Gouverneur de Coahuila
Prédécesseur Amador Cárdenas
Successeur Ignacio Alcocer
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Cuatro Ciénegas, (Mexique)
Date de décès
Lieu de décès Puebla, (Mexique)
Nationalité Mexicain
Parti politique Libéral Constitucionalist (PLC)
Liste des chefs d'État du Mexique

Venustiano Carranza Garza né le à Cuatro Ciénegas dans l'État de Coahuila au Mexique et mort le à Puebla. Il fut Président du Mexique de 1915 à 1920.

Biographie[modifier | modifier le code]

Venustiano Carranza à La Cañada
Venustiano Carranza à Piedras Negras

Son père Jesús était colonel dans l'armée de Benito Juárez. Venustiano Carranza fut sénateur de l'État de Coahuila pendant la présidence de Diaz. Déçu de ne pas avoir été nommé gouverneur, il fut l'un des premiers à soutenir les efforts de Francisco Madero pour renverser Porfirio Díaz. Madero une fois au pouvoir le nomma secrétaire de la guerre et de la marine. Après que Victoriano Huerta eut renversé et fait assassiner Madero et Pino Suárez, Carranza avec les troupes constitutionnalistes dont il s'était autoproclamé « primer jefe » (les forces de Carranza étaient connues comme l'armée constitutionnaliste car il était le champion du rétablissement de la constitution libérale de 1857) renversa Huerta (qui n'avait pas le soutien des américains) qui s'exila aux USA, où il mourut en 1916[1],[2].

Carranza assuma la présidence le 1er mai 1915. Il mit en place un système judiciaire indépendant, plus de décentralisation, et une réforme agraire sous le système de l'ejido. C'était un homme d'une grande intelligence avec une vaste connaissance de la situation et de l'histoire mexicaine. Il était aussi opportuniste et sans pitié pour ses adversaires. Les Zapatistes qu'il combattit inventèrent le verbe « carrancear » tiré de son nom, et qui signifiait pillage, mort et désolation. En septembre 1916, il vit le besoin d'une nouvelle constitution et appela une convention constitutionnelle. La constitution de Querétaro est adoptée le 5 février 1917. Le 1er mai 1917, il fut élu le premier président sous la nouvelle constitution. Les combats sanglants continuèrent ; Carranza soutenu par ses bataillons rouges de la Casa del obrero mundial, combattit aussi bien des propriétaires terriens et des conservateurs catholiques que les bandes d'Emiliano Zapata et les armées constituées de Francisco Villa. Il offrit une récompense sur la tête de Zapata, qui mena à son assassinat dans une embuscade (1919).

Comme sa présidence se finissait, il choisit Ignacio Bonillas pour successeur. Ignacio Bonillas, inconnu de tous, était ambassadeur à Washington. Il devait servir de marionnette pour Carranza. Cela lui valut le ressentiment de ses camarades révolutionnaires qui s'entredéchiraient déjà pour le pouvoir Álvaro Obregón et Adolfo de la Huerta ainsi que Plutarco Elías Calles, qui avec le plan de Agua Prieta qu'ils avaient conçu, le forcèrent à quitter Mexico pour aller vers Veracruz mais il fut intercepté et assassiné en route à Tlaxcalaltongo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Burton Kirkwood, History of Mexico., Westport, CT, Greenwood Publishing Group, Incorporated,‎ 2000, 1e éd., poche (ISBN 978-1-4039-6258-4), p. 107
  2. (en) Burton Kirkwood, History of Mexico., Westport, CT, Greenwood Publishing Group, Incorporated,‎ 2000, 1e éd., poche (ISBN 978-1-4039-6258-4), p. 100

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Lucas Alamán, Historia de México desde los primeros movimientos que prepararon su independencia en 1808 hasta la época presente, México D.F., Fondo de Cultura Económica,‎ 1985
  • (es) Carmen Blázquez Domínguez, Veracruz, una historia compartida, Gobierno del Estado de Veracruz, Instituto Veracruzano de Cultura,‎ 1988, 369 p. (ISBN 968-6173-60-9)
  • (es) Francisco Bulnes, La guerra de Independencia, México, Distrito Federal, 1910.,‎ 1910
  • (es) Carlos María de Bustamante, Cuadro histórico de la Revolución mexicana, México D.F., INEHRM,‎ 1843 (réimpr. 1985)
  • (es) Luis Garfias Magana, Guerrilleros de México: Personajes famosos y sus hazanas, desde la Independencia hasta le Revolución mexicana, México D.F., Panorama,‎ 1980, 138 p.
  • Alexander Von Humboldt, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, Paris,‎ 1811
  • (es) Luis Pazos, Historia sinóptica de México de los Olmecas a Salinas, México D.F., Diana,‎ 1993, 165 p. (ISBN 968-13-2560-5)
  • (es) Guillermo Prieto, Memorias de mis tiempos, Editorial Pátria,‎ 1828 (réimpr. 1906)
  • Vicente Rivas Palacio (coord.), Julio Zárate, México a través de los siglos, vol. III : La guerra de independencia (1808 - 1821), México D.F., Cumbre,‎ 1880 (réimpr. 1970)
  • Vicente Rivas Palacio (coord.), Juan de Dios Arias, Enrique de Olavarría y Ferrari, México a través de los siglos, vol. IV : México independiente (1821 - 1855), México D.F., Cumbre,‎ 1880 (réimpr. 1970)

Liens externes[modifier | modifier le code]