Économie de la Lettonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lettonie
Indicateurs économiques
Monnaie Euro
Année fiscale calendaire
Organisations internationales UE et OMC
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 32,4 milliards $ (2009)
Produit intérieur brut en PPA
Rang pour le PIB en PPA
Croissance du PIB -17,8 % (2009)
PIB par habitant en PPA 14,500 $ (2009)
PIB par secteur agriculture : 3,6 % (2009)
industrie : 24 % (2009)
services : 72,4 % (2009)
Inflation (IPC) 4,2 % (mars 2010-mars 2011)[1]
Pop. sous le seuil de pauvreté
Indice de développement humain (IDH)
Population active 1 205 000 (2009)
Population active par secteur agriculture : 12,1 % (2005)
industrie : 25,8 % (2005)
services : 61,8 % (2005)
Taux de chômage 13,2 % (mai 2011)[2]
Principales industries
Commerce extérieur
Exportations 6,721 milliards $ (2009)
Biens exportés Bois et dérivé, machine-outils et équipement, métaux, textiles, agroalimentaire
Principaux clients Lituanie 15,4 %, Russie 14,7 %, Estonie 13,1 %, Allemagne 7,6 %, Suède 6,2 %, Danemark 4,3 % (2008)
Importations 8,849 milliards $ (2007)
Biens importés machine-outils et équipement, produits chimiques et pétroliers, véhicules
Principaux fournisseurs Lituanie 16 %, Allemagne 12,8  %, Russie 10,6 %, Estonie 7 %, Finlande 4,3 %, Suède 4,3 % (2008)
Finances publiques
Dette publique 32,5 % du PIB (2009)
Dette extérieure
Recettes publiques 9,501 milliards $ (2009)
Dépenses publiques 12,15 milliards $ (2009)
Déficit public
Aide au développement
Sources :
www.cia.gov
Taux de croissance de la Lettonie de 1996 à 2006.

Après une période d'indépendance tumultueuse jusqu'en 1995, l'économie de la Lettonie est de 1995 à 2008, l'une des plus prospères de l'Union européenne qu'elle a rejoint le 1er mai 2004. Cependant depuis 2008, la Lettonie est entrée en une crise économique importante, marquée par un fort chômage (23 % en 2009). Bien que la reprise en 2010 et 2011 soit moins vigoureuse qu'en Lituanie ou en Estonie, le chômage diminue fortement pour se porter, au premier trimestre 2011 à moins de 14 %.

Historique[modifier | modifier le code]

Durant les temps de la Hanse et l'entre deux guerres, la Lettonie use de sa position de carrefour entre l'est et l'ouest pour se développer. Cependant, la période d'occupation russe puis celle soviétique vont transformer l'industrie lettonne historiquement basée sur l'exportation de bois de papier ou de produits fermiers vers une production s'inscrivant dans la logique impérialiste de l'occupant.

La conquête de l'indépendance en 1991 conduit l'état à privatiser pour ne garder qu'un petit nombre de grandes entreprises, dont une société de production d'énergie, Ventspils Nafta, une société de distribution de pétrole, Lattelecom, une société de télécommunications. L'économie subit une grave récession de 1991 à 1993. L'inflation est de 958,6 % en 1992, de 25 % en 1995, 1,4 % en 2002 et de 1,9 % en 2004. La reprise de la croissance se voit interrompue par deux fois : par la banqueroute de Banka Baltija, la plus grosse banque du pays, en 1995, et une seconde fois suite au krach boursier russe de 1998. La Lettonie a rejoint l'Organisation mondiale du commerce en février 1999.

La Lettonie obtient l'une des plus forte croissance de l'union européenne dans les années 2000, la Lettonie obtient ainsi un taux de chômage de 8,8 % en 2003, une croissance de 12 % en 2006, alors le déficit financier de l'état est un des plus bas parmi les pays qui ont rejoint l'union européenne en 2004, avec en 2006 une dette de seulement 13,2 % du PIB. Cependant le pays subit une inflation assez élevé, en 2005, de 6,6 %, et de 16 % en 2007.

Du fait de la crise, l'économie lettone a connu une brutale récession de 10 % au quatrième trimestre 2008, qui a duré pendant toute l'année 2009, le pays connaît en parallèle un fort taux de chômage (23 % en 2009). Le crédit et la spéculation immobilière ont été pointés du doigt comme source de cette crise. La dette publique de la Lettonie, qui ne représentait que 9 % du PIB en 2007, atteint 19,7 % en 2008, 36,7 % du PIB en 2009, et 44,7 % en 2010 [3].

L'Union européenne et le FMI lui ont apporté une aide de 7,5 milliards d'euros, mais cette aide est conditionnée à une réduction draconienne des dépenses de l'État, limitée à 5 % du PIB (la prévision de récession étant de 5 % en décembre 2008). Les principales mesures sont :

  • le nombre de fonctionnaires devrait diminuer d'au moins 30 % ;
  • les fonctionnaires restants, notamment les enseignants, verront leur salaire diminuer de 20 % ;
  • au total, les dépenses de l'État devraient baisser de 40 % en 2009[4].

Monnaie[modifier | modifier le code]

La monnaie est l'euro depuis le . Il remplace le Lats (LVL), introduit en 1993, qui est divisé en 100 centimes (santims).

L'entrée dans la zone euro était prévue pour l'année 2008, mais n'a pas été possible en raison de la crise financière de 2008 et de la trop forte inflation. Un nouvel objectif a été fixé pour 2014. Ce dernier a été atteint : la Lettonie a réussi à remplir les 5 critères du Traité de Maastricht pour entrer le 1er janvier 2014 dans la zone euro et ainsi devenir son 18e membre[5],[6]. Les estimations négatives du FMI en 2009 sur l'évolution de la situation économique lettone ont à l'époque remis en cause le bon déroulement de cette nouvelle étape[7],[8]. En décembre 2011, date de fin du plan d'aide financière sur 3 ans de l'Europe au pays, la Lettonie n'a emprunté que 4,36 milliards d'euros sur les 7,5 milliards prévus[9]. En mai 2012, la note financière de la Lettonie est redressée de BBB+ à A- : elle sort du cadre spéculatif et revient au cadre d’investissement[réf. nécessaire].

Le 1er janvier 2014, la Lettonie devient officiellement le 18e pays européen à entrer dans la zone euro. C'est le second pays balte dans ce cas après l'Estonie.

Indicateurs économiques[modifier | modifier le code]

Croissance économique[modifier | modifier le code]

Taux de croissance annuel du PIB réel en Lettonie
(données Eurostat)[10]
Année 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999
Taux ? -12,6 % -32,1 % -11,4 % 2,2 % 0,5 % 3,6 % 8,3 % 4,8 % 3,3 %
Année 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Taux 6,9 % 8,0 % 6,5 % 7,2 % 8,7 % 10,6 % 12,2 % 10,0 % -4,2 % -18 %
Année 2010 2011 2012 (prévision)
Taux -0,3 % 5 %[11] 4 %

Salaires[modifier | modifier le code]

L'inflation a été relativement forte mais la revalorisation du salaire minimum (+14,3 %) à 138 € ne date que de 2005 et ne permet pas vraiment un gain de pouvoir d'achat. Cependant, le gouvernement prévoit de le faire passer à 212€ en janvier 2010. Le salaire minimum est le plus bas de l'Union Européenne (11,5 fois moins que le Luxembourg) et il est le salaire de 15 % d'employés à temps complet.

Secteurs[modifier | modifier le code]

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

12,1 % de la population active lettone travaillait dans le secteur primaire en 2006, en constituant seulement 3,7 % du PIB du pays. L'agriculture de la Lettonie est marquée par le poids de l'élevage et de la production laitière. Les principales cultures du pays sont l'orge, le blé, le seigle, l'avoine, la pomme de terre, le lin et la betterave sucrière. La pêche et la sylviculture prennent aussi une place importante dans la production du secteur primaire letton.

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

25,8 % de la population active lettone travaillait dans le secteur secondaire en 2006, en constituant 21,5 % du PIB du pays. La Lettonie est connue pour être un important producteur de matériel ferroviaire, de radios, de réfrigérateurs, de médicaments, de sucre, de produits dérivés du bois, du textile, de produits issus de la sidérurgie, etc.

La Lettonie a produit, en 2002, 4 547 GWh d'électricité, qui provenait à 70,9 % d'énergies hydroélectriques et à 29,1 % d'énergies fossiles. Le pays a consommé la même année 5 829 GWh, en exportant 1 100 GWh d'électricité et en important 2 700 GWh. Jusqu'au 31 décembre 2009, la Lettonie possédait comme principale source énergétique, la centrale nucléaire d'Ignalina, dont la fermeture s'est faite sur la demande de l'Union européenne. Un projet de remplacement de cette centrale est à l'étude en Lituanie, avec la centrale nucléaire de Visaginas.

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

61,8 % de la population active lettone travaillait dans le secteur tertiaire en 2006, en constituant 74,8 % du PIB du pays.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lettonie : 4,2 % d'inflation à fin mars », Les Échos, 8 avril 2011.
  2. http://bnn-news.com/29751-29751
  3. http://www.csb.gov.lv/en/notikumi/notification-general-government-budget-deficit-and-debt-april-2011-31945.html
  4. Olivier Truc, « La Lettonie prépare des coupes budgétaires de 20 à 40 % », Le Monde, 29 avril 2009, p. 9
  5. La Lettonie deviendra le 18e membre de la zone euro, Les Échos, consulté le 19 août 2013.
  6. Euros et Collections, Lettonie : 18e pays dans l'€uro
  7. http://socio13.wordpress.com/2010/05/02/le-chemin-de-la-ruine-du-fmi-de-la-lettonie-a-la-grece-par-max-weisbrot/ Le chemin de la ruine du FMI de la Lettonie à la Grèce]. Article par Max Weisbrot dans wordpress, 2 mai 2010.
  8. Le FMI ne cesse de nous dire que l’absolue priorité est la réduction du déficit. Article par Philippe Rekacewicz dans Le Monde Diplomatique, septembre 2009.
  9. Latvia bailout example for Europe: European Commission.
  10. (fr) Eurostat
  11. EUobserver.