José Clemente Orozco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orozco.

José Clemente Orozco

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de José Clemente Orozco réalisé par David Alfaro Siqueiros.

Nom de naissance José Clemente Ángel Orozco Flores
Naissance 23 novembre 1883
Zapotlán (auj. Ciudad Guzmán), Jalisco
Décès 7 septembre 1949 (à 65 ans)
Mexico
Nationalité Mexicaine
Activités Peinture murale
Mouvement artistique Muralisme mexicain

José Clemente Orozco (Zapotlán el Grande - aujourd'hui Ciudad Guzmán, Jalisco, 23 novembre 1883 - Mexico, 7 septembre 1949) est un peintre et muraliste mexicain social-réaliste. Un de ses thèmes de prédilection était l'homme contre la machine. Il est connu, comme Diego Rivera, pour ses grandes fresques (dans des musées, des universités, des écoles, etc.) et ses prises de position politique en faveur des paysans et des travailleurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agronome de formation, il étudie la peinture entre 1908 et 1914 à l'Académie de San Carlos, avant de s'y consacrer entièrement. Il occupe de petits boulots, dont caricaturiste politique, pour subvenir à ses besoins et ceux de sa mère, après le décès de son père. Il subit l'influence de José Guadalupe Posada. Ses premières œuvres sont d'inspiration postimpressionniste. Il expose pour une première fois à Mexico en 1916.

L'assassinat de Zapata en 1919 le fait adopter la cause des révolutionnaires. Dès lors, ses sujets s'attachent à la condition humaine, comme La maison des larmes en 1919, et aux ravages de la guerre (Criminels de guerre). Le côté militant de sa peinture rejoint celui de ses confrères Diego Rivera et David Alfaro Siqueiros. Comme eux, Orozco va commencer à peindre, à partir de 1922, de grandes fresques murales d'inspiration cette fois expressionniste qui exaltent le sentiment national, comme Prométhée en 1930. Sa renommée dépasse bientôt les frontières. Il expose à Paris en 1925, puis il se rend aux États-Unis où il exécute, entre 1927 et 1932, de multiples fresques dans des bâtiments publics, comme le Pomona College en Californie, The New School à New York, la Baker Memorial Library et le Dartmouth College à Hanover, New Hampshire.

De retour au Mexique, il reçoit de nombreuses commandes officielles, en particulier à Guadalajara pour l'université, le Palais du gouvernement du Jalisco, l'Hôpital Cabañas ainsi que la chapelle du Parc de Chapultepec à Mexico, en 1947. Vers la fin de sa vie, il réalise des dessins et des lithographies de moins en moins figuratives, inspirées par des thèmes mexicains, comme la mort ou la civilisation précolombienne.

En 1947, il illustre le roman La Perle de John Steinbeck.

Orozco meurt à Mexico le 7 septembre 1949. Son œuvre demeure une illustration majeure du mouvement muraliste et de l'histoire de l'art mexicain du milieu du XXe siècle.

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • Maternity.
  • The Banquet of the Rich.
  • The Strike.
  • The Elements.
  • Prométhée, (1930).
  • Échate la otra, 1930, Cleveland Museum of Art.
  • Wounded Soldier, 1930, Cleveland Museum of Art.
  • Peinture Murale du Palais du gouvernement à Guadalajara.
  • Peintures murales de l'Institut Cabañas à Guadalajara.
  • Man of Fire, (1939).
  • La Cantina, (1941), vendue 813 150 € en juin 2004.
  • Torse masculin, (1943).
  • Peau en bleu, (1947).

Articles connexes[modifier | modifier le code]