Mérida (Mexique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mérida.
Mérida
Blason de Mérida
Héraldique
Image illustrative de l'article Mérida (Mexique)
Administration
Pays Drapeau du Mexique Mexique
État État du Yucatán
Municipalité Mérida(es)
Maire Álvaro Omar Lara Pacheco (PRI)
Code postal 97000, 97203, 97219, 97256, 97135, 97295
Fuseau horaire UTC -6
Indicatif (+52) 999
Démographie
Gentilé Meridano(a) ou Emeritense
Population 777 615 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 20° 58′ N 89° 37′ O / 20.97, -89.62 ()20° 58′ Nord 89° 37′ Ouest / 20.97, -89.62 ()  
Altitude 8 m
Divers
Fondation 6 janvier 1542
Fondateur Francisco de Montejo
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yucatán

Voir sur la carte administrative du Yucatán
City locator 14.svg
Mérida

Géolocalisation sur la carte : Mexique

Voir la carte administrative du Mexique
City locator 14.svg
Mérida

Géolocalisation sur la carte : Mexique

Voir la carte topographique du Mexique
City locator 14.svg
Mérida
Liens
Site web http://www.merida.gob.mx

Mérida la cité blanche est une ville du Mexique et la capitale de l'État du Yucatán. Sa population s'élevait à 777 615 habitants en 2010.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mérida est située à une trentaine de kilomètres de la côte, au sud du golfe du Mexique et au nord de la péninsule du Yucatán près de l'épicentre du cratère de Chicxulub.

Le climat y est agréable de novembre à avril, chaud en mai et juin et humide de juillet à fin octobre.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne Tiho, ou Ichcanziho, était l'une des principales villes de la province maya de Chacán.

Le conquistador Francisco de Montejo (fils)[1], y fonda le 6 janvier 1542 la ville de Mérida. Cette ville fut construit sur le site de la ville maya T'ho (également connu sous le nom de Ichcaanzihó ou « ville des cinq collines », en référence à cinq pyramides) et qui avait été un centre de la culture et d'activités maya depuis des siècles. De ce fait, de nombreux historiens considèrent Mérida comme la plus ancienne ville continuellement occupée dans les Amériques. Cette fondation marqua l'occupation définitive de la région par les Espagnols.

La langue espagnole est parlée avec un accent marqué par l'influence Maya.

Les pierres sculptées mayas de l'ancienne T'ho ont été largement utilisées pour construire les bâtiments coloniaux espagnols qui sont abondants dans le centre-ville de Mérida, et sont visibles, par exemple, dans les murs de la principale cathédrale. Une grande partie de l'architecture de Mérida, de la période coloniale à travers le XVIIIe siècle et du XIXe siècle est toujours debout dans le centre historique de la ville. De l'époque coloniale jusqu'au milieu du XIXe siècle, Mérida était une ville fortifiée, destinée à protéger les résidents de la péninsule de Criollo des révoltes périodiques des indigènes mayas. Plusieurs des anciennes portes de la ville espagnole ont survécu au temps, mais la moderne Mérida s'est étendue bien au-delà de la vieille ville.

Vers la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, les environs de Mérida ont prospéré grâce à la production de l'henequen — connu sous le nom de sisal, parce qu'elle était exportée depuis le port de Sisal, qui était le port le plus important de l'état lors du XIXe siècle. Pendant une brève période, au tournant du XXe siècle, Mérida était décrit comme l'endroit où il y avait plus de maisons de millionnaires que n'importe quelle autre ville dans le monde. Le résultat de cette concentration de richesse, se voit encore aujourd'hui. Beaucoup de maisons grandes et élaborées existent encore sur l'avenue principale de Paseo de Montejo, bien que certaines soient actuellement occupées par des familles. Beaucoup de ces maisons ont été restaurées et servent d'immeubles à bureaux pour les banques et les compagnies d'assurance.

Mérida est l'un des plus grands centre historiques des Amériques (dépassé seulement par la ville de Mexico et celle de La Havane, à Cuba). Les grandes et les petites maisons coloniales sont en ligne sur les rues de la ville, dans divers états de délabrement et en rénovation. Le centre historique de Mérida fait actuellement l'objet d'une renaissance mineure, car de plus en plus de personnes s'installent dans les anciens bâtiments et essayant de relancer la gloire d'antan.

En août 1993, le pape Jean-Paul II a visité la ville lors de son troisième voyage au Mexique. La ville a été l'hôte de deux conférences de traités bilatéraux entre les États-Unis et le Mexique, la première en 1999 (Bill Clinton & Vincente Fox) et la deuxième en 2007 (George W. Bush & Felipe Calderón).

En juin 2007, Mérida a déménagé son musée de la ville dans le bâtiment rénové du bureau de poste, à côté du marché du centre-ville. Le Musée de la ville de Mérida possède d'importants objets de l'histoire de la ville, ainsi qu'une galerie d'art.

Mérida est la capitale culturelle et financière de la péninsule du Yucatán, ainsi que la capitale de l'État du Yucatán. Au cours des dernières années, deux importantes compétitions de sciences ont eu lieu à Mérida : l'Olympiade Internationale de 2005 des mathématiques et l'Olympiade Internationale de 2006 de l'informatique. En 2006, Mérida a accueilli les finales de la Coupe du Monde de la FITA Fédération internationale de tir à l'arc. Mérida a également accueilli la conférence internationale «Cosmic Ray» du 3 au 11 juillet 2007. En 2009, la 40e Olympiade Internationale de physique de l'IPHO a eu lieu à Mérida du 12 au 19 juillet.

Population[modifier | modifier le code]

Population d'après les recensements de la population[2] :

Évolution démographique
1900 1910 1921 1930 1940
43 630 62 447 79 225 95 015 98 852
1950 1960 1970 1980 1990
142 858 170 834 212 097 400 142 523 422
1995 2000 2005 2010 -
612 261 662 530 734 153 777 615 -


Économie[modifier | modifier le code]

Marché

Tourisme[modifier | modifier le code]

Mérida est une halte, voire un lieu de séjour privilégié, dans la visite de la péninsule du Yucatán. Le site de Dzibilchaltún se trouve à 17 km au nord.

Détails de la cité[modifier | modifier le code]

Monument à la Mère, 2012.
Palais du gouverneur
  • Comme la plupart des villes espagnoles du Nouveau Monde, Mérida est un vaste damier formé de rues droites et de carrés parfaits de bâtisses. Plusieurs portes marquent l'emplacement de l'ancienne fortification.
  • Le palais municipal de Mérida occupe l'emplacement d'une ancienne pyramide dont les matériaux furent utilisés pour la construction de la cathédrale, de la maison Montejo et pour le reste de la ville.
  • Construit sur l'emplacement des anciennes maisons royales, l'actuel palais du Gouverneur fut inauguré en 1892. Les visiteurs viennent y admirer les peintures qui ornent le salon de l'Histoire et les corridors.
  • Un grand nombre de constructions originelles de Mérida furent transformées par la suite. Ainsi, chaque quartier possédait son église et sa place.

Sports[modifier | modifier le code]

En Ligue mexicaine de baseball, les Leones de Yucatán sont basés à Mérida où se trouve leur stade, l'Estadio Kukulcán, enceinte de 16 000 places.

Tauromachie[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses grandes villes du Mexique, Mérida possède des arènes reconstruites pour la dernière fois en 1967. Elles peuvent contenir 16000 personnes ce qui en fait des arènes de première catégorie. On y donne une moyenne de 17 corridas par an[3] C'est la ville du jeune torero franco-mexicain Michelito Lagravère dont le père, Michel, né à Vic-Fezensac dirige l'école taurine « Silverio Pérez ». Les arènes de Mérida sont dirigées par la mère de Michelito : Diane Peniche. Elles portent le nom de Monumental Román Eduardo Sandia, en espagnol. à ne pas confondre avec la Monumental Román Eduardo Sandia, de Mérida (Vénézuela)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trois conquistadors espagnols se nommaient Francisco de Montejo : El Adelantado (le père), Francisco de Montejo y León el Mozo (son fils), et Francisco de Montejo el Sobrino (le neveu).
  2. Résultats des recensements de la population sur inegi.org.mx.
  3. Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux - Les jeux taurins de l'Europe à l'Amérique, Madrid, Casa de Velasquez,‎ 2010, 512 p. (ISBN 8496820378), Annexe CD-Rom 112 pages

Liens externes[modifier | modifier le code]