Álvaro Obregón

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Álvaro.
Álvaro Obregón
Illustration.
Fonctions
Président du Mexique
Prédécesseur Adolfo de la Huerta
Successeur Plutarco Elías Calles
Secrétaire de la Guerre et de la Marine du Mexique
Président Venustiano Carranza
Prédécesseur Ignacio I. Pesqueira
Successeur Plutarco Elías Calles
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Navojoa, Sonora, (Mexique)
Date de décès (à 48 ans)
Lieu de décès Mexico, (Mexique)
Nationalité Mexicain
Parti politique Parti Laboriste (PLM)

Álvaro Obregón Salido, né le à Navojoa, dans l'État de Sonora, et mort le à Mexico, est un général et homme politique mexicain, président entre 1920 et 1924.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Il fait son entrée sur la scène politique en 1911 lorsqu'il devient maire de Huatabampo. À cette époque, il soutient Francisco Madero contre Pascual Orozco qui s'était révolté. Lorsqu'une nouvelle révolte menée par Félix Díaz, neveu de Porfirio Díaz, et Victoriano Huerta et soutenue par Henry Lane Wilson, ambassadeur des États-Unis renverse Madero et conduit à son exécution, Obregón décide de rejoindre le camp de Venustiano Carranza. Cette alliance parvient à écarter Huerta du pouvoir le [1],[2].

Obregón est alors un partisan de Carranza et l'aide, en tant que ministre de la guerre et de la marine à partir de 1915, à combattre les armées menées par Francisco Villa et la guérilla d'Emiliano Zapata. Dans le domaine de la politique, il essaie de faire appliquer la Constitution de 1917, avant de se retirer provisoirement de la politique et de se consacrer à l'agriculture dans l'État de Sonora.

Exercice du pouvoir[modifier | modifier le code]

Cependant, il revient sur la scène politique en 1920, en espérant être désigné comme successeur de Carranza, mais ce dernier choisit un fantoche, Ignacio Bonillas, alors ambassadeur à Washington. Obregón se révolte contre Carranza qui tente de fuir Mexico pour rejoindre Veracruz où il compte établir sa capitale à bord d'un train composé de 60 wagons dans lequel est embarqué entre autres le numéraire en or de l'État. Le 21 mai, il est rattrapé à Tlaxcalantongo dans l'État de Puebla et assassiné par les troupes du général Rodolfo Herrera dans des circonstances restées peu claires.

Adolfo de la Huerta est désigné comme président intérimaire le 1er juin 1920. Le 26 octobre, Obregón est élu président et investi le 1er décembre suivant pour un mandat de quatre ans.

Obregón instaure des réformes agraires et anticatholiques violentes, tout en entretenant de bonnes relations avec les États-Unis, notamment par la vente de pétrole aux voisins du nord. Son mandat est aussi marqué par la révolte d'Adolfo de la Huerta qui se considère comme le successeur naturel d'Obregón, alors que ce dernier préfère soutenir Plutarco Elías Calles pour l'élection présidentielle de juillet 1924. Calles est élu et succède à Obregón le 1er décembre suivant. Quatre ans plus tard, Obregón se présente à nouveau à l’élection présidentielle et remporte un deuxième mandat. Il se dirige vers Mexico pour fêter son élection. Le , il est assassiné par José de León Toral, un étudiant catholique opposé à l'anticléricalisme d'Obregón, au restaurant « La Bombilla » lors d'un banquet offert par ses sympathisants, au moment où un groupe de musiciens entonnait la chanson « del Limoncito ».

Hommages[modifier | modifier le code]

Ciudad Obregón (littéralement Ville Obregón), est une ville située dans son État d'origine de Sonora, renommée en son honneur. Un district de Mexico, situé à l'endroit de son assassinat, porte son nom pour les mêmes raisons.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Burton Kirkwood, History of Mexico., Westport, CT, Greenwood Publishing Group, Incorporated,‎ 2000, 1e éd., poche (ISBN 978-1-4039-6258-4), p. 107
  2. (en) Burton Kirkwood, History of Mexico., Westport, CT, Greenwood Publishing Group, Incorporated,‎ 2000, 1e éd., poche (ISBN 978-1-4039-6258-4), p. 100

Liens externes[modifier | modifier le code]