Joseph Bonaparte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Ier et Maison Bonaparte.
Joseph-Napoléon Ier
« Portrait de Joseph Bonaparte, roi de Naples », huile sur toile de Jean-Baptiste Wicar réalisée en 1808.
« Portrait de Joseph Bonaparte, roi de Naples », huile sur toile de Jean-Baptiste Wicar réalisée en 1808.
Titre
Roi d'Espagne
6 juin 180811 décembre 1813
(&&&&&&&&&&&020145 ans, 6 mois et 5 jours)
Prédécesseur Ferdinand VII
Successeur Ferdinand VII
Roi de Naples
Giuseppe
30 mars 18065 juillet 1808
(&&&&&&&&&&&&08282 ans, 3 mois et 5 jours)
Prédécesseur Ferdinand Ier
Successeur Joachim Ier
Biographie
Dynastie Maison Bonaparte
Nom de naissance Giuseppe de Buonaparte
Date de naissance 7 janvier 1768
Lieu de naissance Corte, Corse (Gênes)
Date de décès 28 juillet 1844 (à 76 ans)
Lieu de décès Florence (Toscane)
Sépulture Invalides
Père Charles Bonaparte
Mère Maria Letizia Ramolino
Conjoint Julie Clary
Enfant(s) Zénaïde Bonaparte
Charlotte Bonaparte
Héritier Louis Bonaparte

Joseph Bonaparte Joseph Bonaparte
Rois de Naples
Monarques d'Espagne

Joseph Bonaparte[1], né le 7 janvier 1768 à Corte et mort le 28 juillet 1844 à Florence, est le frère aîné de Napoléon Bonaparte. Il est d'abord avocat, puis diplomate et soldat.

Sous le Premier Empire, il est nommé prince français avec prédicat d'altesse impériale, est nommé grand-électeur de l'Empire et à ce titre régent pendant la campagne de 1805. En 1806, il est créé roi de Naples puis en 1808, roi d'Espagne. En 1814 et pendant les Cent-Jours, il est nommé lieutenant-général de l'Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Joseph Bonaparte est destiné à l'état ecclésiastique mais privilégia le Barreau quand l’exil de la famille, conséquence de la brouille avec le chef corse Pascal Paoli, l'oblige à rejoindre la Provence. Le 1er août 1794, il épouse à Cuges-les-Pins, Julie Clary (1771-1845), fille d’un négociant de Marseille. Ils ont trois enfants : Julie Joséphine (1796-1796), Zénaïde Bonaparte (1801-1854) et Charlotte Bonaparte (1802-1839).

Homme politique et diplomate sous le Directoire et le Consulat[modifier | modifier le code]

Après avoir été, grâce à son frère, nommé commissaire des guerres à l'armée d'Italie, il est, en 1796, élu par la Corse député au Conseil des Cinq-Cents. L'opposition des royalistes ne lui permet pas de siéger avant le coup d'État du 18 fructidor an V. Il entame en 1797 une carrière diplomatique, d'abord à Parme, puis à Rome auprès de Pie VI. Il quitte la ville après l'émeute du 28 décembre 1797 et le meurtre du général Duphot, son aide de camp. Il retourne alors siéger au conseil des Cinq-Cents et y tient un rôle effacé. Il tente cependant de concilier son frère Napoléon et le général Bernadotte lors des préparatifs du coup d'État du 18 Brumaire, le second étant devenu, par son mariage avec Désirée Clary, le beau-frère de Joseph. C'est à cette époque qu'il achète la propriété de Mortefontaine.

Membre du Corps législatif et du Conseil d'État, Joseph se consacre principalement aux missions diplomatiques du Consulat et signe le traité de Mortefontaine (1800) avec les États-Unis, la paix de Lunéville (1801) avec l'Autriche, et la paix d'Amiens (1802) avec le Royaume-Uni.

Prince français et grand électeur de l'Empire (1804-1806)[modifier | modifier le code]

Le sénatus consulte proclamant l'Empire en 1804 désigne les potentiels héritiers du trône parmi la descendance de Joseph, Napoléon et Louis. Joseph devient alors altesse impériale et porte le titre de prince français. Il assure la régence de l'Empire pendant la campagne de 1805. En 1805, il est titulaire d'une des grandes dignités de l'Empire français en tant que grand électeur de l'Empire.

Roi de Naples (1806-1808)[modifier | modifier le code]

Devenu roi de Naples par décrêt impérial le 30 mars 1806, il tâche de se faire aimer de la population mais échoue à rallier la noblesse. Entouré d'une équipe très compétente (Saliceti, Roederer, Miot, Girardin, Dumas), il réforme les ordres monastiques et réorganise le système judiciaire, éducatif et financier. Sur ordre de l'empereur, il remet son royaume à son beau-frère Murat le 5 juillet 1808[2].

Roi d'Espagne (1808-1813)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Espagne napoléonienne.

Joseph Bonaparte règne sous le nom de Joseph-Napoléon Ier dès son arrivée en Espagne[3],[4],[5],[6]. Son court règne ibérique est quasiment totalement occupé par les combats menés à la fois contre les insurgés espagnols et le général anglais Arthur Wellesley. À l'exception des périodes où Napoléon se trouve dans la péninsule, Joseph ne parvient pas à s'entendre avec les maréchaux commandant les forces françaises, à commencer par Soult.

Bien que ses réformes aient moins de succès qu'à Naples, l'un de ses actes les plus retentissants est l'abolition en 1808 de l'Inquisition espagnole qui sera rétablie par Ferdinand VII. Obligé de quitter deux fois Madrid devant l'approche des armées ennemies, Joseph abandonne son royaume et rentre en France en 1813 après la défaite de Vitoria[7].

Joseph Bonaparte est perçu par une majorité d'Espagnols comme un roi illégitime, un roi intrus. Ses ennemis lui attribuent le surnom de « Pepe Botella » (« Jojo la bouteille ») car ses premiers décrets ont concerné les boissons alcooliques et les jeux de cartes[8].

Lieutenant-général de l'Empire (1814)[modifier | modifier le code]

Lieutenant-général de l’Empire en 1814, avec mission de défendre la capitale (puis aux Cent-Jours), il ne peut maîtriser les évènements et quitte Paris en pleine Bataille de Paris à l’approche des alliés pour rejoindre l'Impératrice-régente à Blois après avoir donné l'autorisation aux maréchaux de capituler.

Exil aux États-Unis, en Angleterre et en Italie (1815-1844)[modifier | modifier le code]

Après l’abdication de son frère, il vit à Bordentown dans l'état de New Jersey près de Philadelphie, s'y faisant construire la résidence de Point-Breeze grâce à la vente des bijoux de la Couronne espagnole et s’occupant d’agronomie[9]. Il s'y fait appeler comte de Survilliers, du nom d'une de ses anciennes propriétés située actuellement au nord-est du Val-d'Oise, en limite de Mortefontaine. Après la mort de sa fille Charlotte Bonaparte, il revient en Europe où il habite successivement l’Angleterre puis l’Italie.

Tombe de Joseph Bonaparte, aux Invalides.

Il meurt en Italie le 28 juillet 1844. Son corps se trouve aujourd'hui aux Invalides au côté de son illustre frère.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Homme simple dans ses manières, cultivé, soucieux du bien public, Joseph l'était également de sa dignité royale. Bien que non dénué de qualités, comme les autres frères de Napoléon Ier, il a souffert de la comparaison avec l'empereur des Français. Il aimait et cultivait les lettres ; cependant, c’est à tort qu’on lui a attribué un poème en dix chants intitulé Napoléon, et consacré au héros de sa famille (ce poème est de Hubert-Louis Lorquet, professeur à l’île de France (île Maurice), qui le publia dans cette île en 1822). Le roi Joseph a laissé des Mémoires et une Correspondance, qui ont été publiés par Albert du Casse de 1852 à 1854 (Paris, 10 volumes in-8), et qui apportent de nombreuses informations sur l’histoire du Premier Empire.

Enfants naturels[modifier | modifier le code]

Joseph Bonaparte laisse plusieurs enfants naturels[10] qu'il a eus avec ses différentes maîtresses :

  • avec Giula Colonna, comtesse de Stigliano : Giulo (1807) et Teresa (1808), morts en bas âge ;
  • avec Annette Savage (née à Philadelphie d'une famille de quakers descendants de la princesse indienne Pocahontas) : deux filles, dont Caroline (1822). Annette épousera Charles Lafolie, qui reconnaîtra Caroline. Caroline Lafolie épouse le colonel Zébulon Howell Benton d'où sept enfants dont : Joséphine Benton (1840) ; Louis Joseph Benton (1848 1940) et son fils Frederick Joseph Benton (1901 1967)
  • avec Émilie Hémart (1798-1879) : Félix-Joseph-François Lacoste (1825)[11]. Émilie Hémart sera par ailleurs la mère d'Edmond Duranty (1833-1880).

Grades, titres et décorations[modifier | modifier le code]

Armoiries et étendard[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armoiries de Joseph Bonaparte.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Il fut déclaré et connu dans la première partie de sa vie sous le patronyme « de Buonaparte », son père Charles Bonaparte portant la particule dès avant son intégration à la noblesse française. Charles Bonaparte imposa la graphie avec le u avant le o bien que sa famille et lui-même aient aussi utilisé le nom Bonaparte sans le u ; ainsi, sur l'acte de mariage de Charles Bonaparte celui-ci est mentionné comme Carlo de Bonaparte.
  2. Il est alors déjà roi d'Espagne depuis le 7 juin 1808
  3. Il ne régna pas sous le nom de Joseph Ier.
  4. Mercure de France, mars 1809, volume 35, page 523.
  5. José María Queipo de Llano Ruiz de Saravia, Histoire du soulèvement, de la guerre et de la révolution d'Espagne, p. 369.
  6. C'est ce prénom composé, suivi du quantième Ier qui est gravé sur son tombeau aux Invalides.
  7. Humiliation supplémentaire, Joseph perd tous ses papiers dans la débâcle. Ils seront restitués aux Archives Nationales par les héritiers du duc de Wellington
  8. Jean Tulard, Le grand Empire 1804-1815, Albin Michel, 1982, p. 161.
  9. Patricia Tyson Stoud, « La retraite de Joseph Bonaparte en Amérique », sur Napoléon.org (consulté le 19 mai 2010)
  10. voir Les Aiglons dispersés, de Gonzague Saint Bris - Éditions Jean-Claude Lattès, 1993 (ISBN 2-7096-1246-1)
  11. René Hombourger: Joseph de Lacoste, un fils naturel de Joseph Bonaparte, receveur particulier des finances à Thionville, (1861), in Mémoires de l'Académie nationale de Metz, n°53, 1979.
  12. Testu, Almanach impérial pour l'année 1810 : présenté à S.M. l'Empereur et Roi par Testu, Paris, Testu,‎ 1810 (lire en ligne)
  13. Archives nationales


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Chronologies[modifier | modifier le code]