Économie de la Pologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pologne
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie de la Pologne
Varsovie

Monnaie zloty (PLN) = 100 groszy
Année fiscale calendaire
Organisations internationales Union européenne, OCDE, OMC
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale)
Produit intérieur brut en PPA 725,2 milliards $ (2010)1
Rang pour le PIB en PPA en volume : 23e 2
par tête : 70e 3
Croissance du PIB 4,3 % (2011)1
PIB par habitant en PPA 18 072 $ (2009)1
PIB par secteur agriculture : 4 %
industrie : 32 %
services : 64 % (2010)1
Inflation (IPC) 3,4 % (2009)1
Pop. sous le seuil de pauvreté 17 % (2003)1
Indice de développement humain (IDH) 37e (2008) 4
Population active 16,86 millions (2007)1
Population active par secteur agriculture : 17,4 %
industrie : 29,2 %
services : 53,4 % (2005)1
Taux de chômage 8,9 % (janvier 2010)[1]
Principales industries machines, fer et acier, charbonnage, industrie chimique, construction navale, procédé agroalimentaire, verre, boisson, textile 1
Commerce extérieur
Exportations 144,6 milliards $ (2007)1
Biens exportés machines et équipements de transport, produits manufacturés intermédiaires, produits manufacturés divers, nourriture et animaux vivants (2003)1
Principaux clients Allemagne (27,1 %), Italie (6,5 %), France (6,2 %), UK (5,7 %), Tchéquie (5,5 %), Russie (4,3 %) (2006)
Importations 160,2 milliards $ (2007)1
Biens importés machines et équipements de transport, produits manufacturés intermédiaires, produits chimiques, combustible, lubrifiants, et matériaux relatifs
Principaux fournisseurs Allemagne (29 %), Russie (9,5 %), Italie (6,4 %), Pays-Bas (5,7 %), France (5,4 %) (2006)
Finances publiques
Dette publique 47,5 % du PIB (2009)1
Dette extérieure 201,2 milliards $ (2009)1
Recettes publiques 83,68 milliards $ (2009)1
Dépenses publiques 93,47 milliards $ (2009)1
Déficit public
Aide au développement 68 milliards $ des fonds structurels de l'UE (2007 - 2013)
1,524 milliard $ (2006)1
Sources :
1. « Pologne sur CIA factbook » (consulté le 15 juillet 2008)

2. « classement PIB PPA », sur CIA factbook (consulté le 1er novembre 2007)
3. « classement PIB PPA per capita », sur CIA factbook (consulté le 1er novembre 2007)

4. « classement IDH 2006 » (consulté le 14 octobre 2007)

L’économie de la Pologne a subi de profonds changements, qui ont affecté, à des rythmes divers tous les secteurs, dans le but de se préparer pour l'adhésion à l'Union européenne, dont les négociations ont démarré dès 1994. Au sortir de quarante-cinq années de communisme la Pologne est passée, presque sans transition, d'une économie collectiviste à une économie de marché.

La Pologne a été intégrée dans l'Union européenne le 1er mai 2004, et est devenue une des économies les plus dynamiques d'Europe. C'est le seul État de l'Union Européenne à ne pas avoir connu la récession[2] lors de la crise économique de 2008-2010.

Histoire économique[modifier | modifier le code]

1918-1944[modifier | modifier le code]

La Pologne de 1918 à 1939 ; en bleu foncé : la Silésie.

La situation de l'économie polonaise dans les années 1918-1939 était principalement déterminée par l'agriculture, pour le revenu national comme pour la création d'emploi. L'industrie était faible, et le développement de l'économie était tributaire des capitaux étrangers. Il y avait une surpopulation rurale et un chômage important. En général le niveau de vie était faible, et il y avait une stagnation de l'économie. En 1934, pour sortir de l'impasse, la politique du gouvernement consista principalement à relancer la production industrielle et augmenter le nombre de salariés, principalement par la construction de centres industriels. En 1931, 46 % du PIB provenait d'une seule région, la région autonome de Silésie, qui occupait 1 % de la surface de Pologne, et où résidait 3 % de la population. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Pologne souffrit de lourdes pertes. Les ravages de la guerre diminua les biens nationaux de 38 % par rapport à 1939.

L'économie collectiviste (1945-1989)[modifier | modifier le code]

La Pologne après la Seconde Guerre mondiale.

En 1945, la Pologne « glisse » vers l'Ouest : l'usage industriel de ces territoires exigea non seulement leur reconstruction, mais aussi le transfert sur ces sites de 5 millions de personnes provenant principalement de l'Est (partie annexée par l'URSS). L'économie polonaise a été étroitement liée aux régimes en vigueur dans le pays et son développement a été essentiellement fondé sur des réformes sociales : par exemple, en 1944, l'industrie et l'agriculture furent nationalisées et l'État prit le monopole du commerce extérieur. Dorénavant, l'économie polonaise était fondée sur la propriété sociale des moyens de production, grâce à laquelle la direction centrale du pays put instaurer des plans de développement économique étalés sur plusieurs années auparavant et aujourd'hui encore.

De l'économie planifiée à l'économie de marché (1989-2007)[modifier | modifier le code]

Le 12 septembre 1989, l'ancien dirigeant de Solidarność Tadeusz Mazowiecki forme le premier gouvernement polonais non communiste depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe centrale et orientale.

Vice-Premier ministre et ministre des Finances au sein de ce gouvernement, Leszek Balcerowicz va mettre en œuvre une politique rigoureuse visant à assurer la transition de l'économie planifiée vers l'économie de marché. Ce plan - connu sous le nom de « thérapie de choc » - a permis la maîtrise de l'hyperinflation qui ruinait l'économie polonaise et une rapide transition vers une économie de marché.

Après une première phase difficile se caractérisant par une forte inflation, la dévaluation de la monnaie, des fermetures d'entreprises et une forte hausse du chômage, cette politique a permis le développement et la modernisation de l'économie polonaise. Elle a abouti au retour de la croissance dès 1993, à une amélioration sensible du niveau de vie de la population, permettant une augmentation de la consommation, une baisse de l'inflation, une stabilisation du zloty, une augmentation des échanges commerciaux et d'importants flux d'investissements directs étrangers.

Le 23 décembre 1991, après avoir initié cette politique, Leszek Balcerowicz, considéré comme le père des réformes économiques et le principal architecte de la profonde mutation de la Pologne au cours des années 1990, au sortir de quarante années de communisme, quitte son poste au ministère des Finances et est remplacé par Karol Lutkowski.

L'embellie de l'économie polonaise due à la « thérapie de choc » s'est poursuivie jusqu'en 1997, avec cette année-là un taux de chômage passant sous la barre des 10 %. Depuis, la Pologne connaît de nouveaux problèmes : après avoir dépassé le seuil des 20 % en 2004, le taux de chômage reste supérieur à 19 % au début de l'année 2005.

La Pologne a immuablement poursuivi une politique de libéralisation économique tout au long des années 90 avec des résultats mitigés. La privatisation de petites et moyennes entreprises d'État et la promulgation d'une loi libérale pour encourager le développement du secteur privé d'affaires par de nouvelles entreprises ont été principalement à l'origine de la croissance économique enregistrée dès 1993 par le pays.

Le secteur agricole demeure cependant handicapé par les problèmes structurels : l'excédent de main-d'œuvre, la faible productivité des petites exploitations agricoles, et le manque d'investissements. La restructuration et la privatisation des « secteurs sensibles » (par exemple celui du charbon) a également été lente, mais les investissements étrangers récents dans les secteurs de l'énergie et de l'acier ont commencé à inverser la tendance.

Les réformes récentes dans les domaines de la Santé publique, de l'éducation, du système de pensions, et l'administration de l'État ont eu pour conséquence une pression fiscale accrue dans de plus grandes proportions que prévu. La résorption du déficit budgétaire, le contrôle de la politique monétaire, et surtout la baisse de l'inflation sont des priorités pour le gouvernement polonais.

L’économie polonaise connaît une évolution favorable des indices macroéconomiques. Au 3e trimestre 2007, la croissance du PIB a atteint 6,5 % et a dépassé la moyenne de l’UE de 2,9 %. Ces résultats impressionnants sont dus a une forte hausse des exportations, des investissements et de la production industrielle. Le taux de chômage baisse progressivement. Les salaires qui augmentent rapidement, une situation favorable sur le marché du travail et un bas taux d’intérêt ont conduit a la croissance de consommation et des investissements potentiels. Au mois de novembre 2007, le salaire moyen brut dans le secteur du business a atteint 3,092 PLN (865 EUR/ 1,285 USD). En juin et juillet 2007 l'inflation a atteint 3,6 %. Pendant les dix premiers mois de 2007, les exportations se sont élevées a plus de 83 milliards d'EUR et, par rapport à 2006 à même époque, ont progressé de 14 %. Dans les années 2007 - 2013 la Pologne est prête à bénéficier de 67 milliards d'euros en vue de l’amélioration de la compétitivité économique.

Secteur économique[modifier | modifier le code]

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

La Pologne possède d'importantes ressources fossiles, notamment du charbon et de la lignite, qui se situent majoritairement dans le bassin de la Basse-Silésie et Haute-Silésie. La Pologne a produit 161 millions de tonnes de charbon en 2003. La Pologne extrait aussi du soufre dans la Voïvodie des Basses-Carpates, de l’argent, du cuivre, du zinc près de Katowice, du sel gemme près Cracovie, du plomb, du chrome, de la potasse et du nickel.

Quelques exploitations familiales extraient du pétrole brut avec des moyens artisanaux dans les environs de Lesko (à Ropienka notamment).

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

Le bassin houiller de la Haute-Silésie, notamment la conurbation de Katowice, est la grande région industrielle de Pologne, les charbonnages y sont associés à la sidérurgie et à la chimie. Les autres régions industrielles sont le centre portuaire de Gdańsk-Gdynia, la Basse-Silésie, la région de Łódź, de Cracovie et de Varsovie.

Énergie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Énergie en Pologne.

Les centrales thermiques fonctionnant au charbon ou au lignite fournissent 94 % de la production d'électricité du pays[3]. Malgré les efforts réalisés depuis la fin de l'ère communiste, la Pologne émet encore neuf tonnes de dioxyde de carbone par habitant[3], l'un des plus forts taux de l'Union européenne.

Commerce extérieur[modifier | modifier le code]

Avec l'effondrement du Conseil d'assistance économique mutuelle basé sur le rouble en 1991, la Pologne réorienta brusquement son commerce. Dès 1996, 70 % de son commerce était avec des membres de l'Union européenne, et l'Allemagne voisine est aujourd'hui le partenaire commercial dominant de la Pologne. La Pologne adhéra à l'Union européenne en mai 2004. Avant cela, elle stimulait l'intégration et le commerce régional par l'Accord de libre-échange centre-européen, qui incluait la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie et la Slovénie.

La majeure partie des importations de la Pologne sont des biens d'équipement requis pour le rééquipement de son industrie et des matières premières, plutôt que des importations pour la consommation. Par conséquent, un déficit est prévu mais devrait être considéré en tant que positif en ce moment. La Pologne est un membre de l'Organisation mondiale du commerce et de l'Union européenne. Elle applique les tarifs externe commun aux marchandises d'autres pays (y compris les États-Unis) de l'UE. La plupart des exportations polonaises vers les États-Unis bénéficient des prestations de tarif sous le schéma du programme des préférences généralisées (Generalized System of Preferences (en)).

Les occasions pour le commerce et l'investissement continuent à exister à travers pratiquement tous les secteurs. La chambre de commerce américaine en Pologne, fondée en 1991 avec sept membres, a maintenant plus de 300 membres. La croissance potentielle économique forte, un grand marché intérieur, l'adhésion à l'UE, et un niveau élevé de stabilité politique sont les raisons pour lesquels les États-Unis et d'autres entreprises étrangères font des affaires en Pologne.

L'intégration dans l'Union européenne (depuis 2004)[modifier | modifier le code]

La Pologne fait partie de l'Union européenne depuis 2004.

Entreprises polonaises importantes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en)[PDF]« January 2010. Euro area unemployment rate at 9.9% », sur eurostat (consulté le 13 mai 2010)
  2. « Pologne: le FMI prévoit la croissance. », sur Le Figaro (consulté le 15 mars 2010)
  3. a et b Piotr Stanczak, « Gros pollueur, la Pologne en première ligne des discussions » dans Le Monde du 06-12-2008, [lire en ligne], mis en ligne le 05-12-2008

Lien externe[modifier | modifier le code]