Parti de la révolution démocratique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Partido de la Revolución Democrática

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo officiel

Présentation
Fondation 5 mai 1989 (PRD)
Président Jesús Zambrano Grijalva
Secrétaire général Hortencia Aragón Castillo
Représentation
Députés
100 / 500
Sénateurs
22 / 128
Gouverneurs
4 / 32
Orientations
Idéologie Social-démocratie ; Socialisme démocratique
Affiliation internationale Internationale socialiste, COPPPAL
Couleurs jaune et noir
Informations
Siège Benjamín Franklin #84. Colonia Escandón Delegación Miguel Hidalgo c.p. 011800, México, Distrito Federal
Site web www.prd.org.mx

Le Parti de la Révolution Démocratique (en espagnol Partido de la Revolución Democrática) ou PRD est un parti politique mexicain fondé le 5 mai 1989 d'une scission du PRI, avec une idéologie politique de gauche et qui est considéré comme un des trois partis majeurs du Mexique. Il est membre de l'Internationale socialiste et de la Conférence permanente des partis politiques d'Amérique latine et des Caraïbes (COPPPAL).

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines et fondation[modifier | modifier le code]

Le PRD est né de la dynamique politique suscitée par le succès de la candidature de Cuauhtémoc Cárdenas à l'élection présidentielle de 1988[réf. nécessaire]. Alors sénateur du Michoacán, il forme un courant au sein du PRI un courant appelé Corriente Democrática afin de contester les méthodes de désignation interne du candidat à la présidence de la République[réf. nécessaire]. Il faut dire qu'à cette époque c'était le président en place qui nommait son successeur : cette pratique était connue sous le terme de dedazo (« coup de doigt »)[réf. nécessaire]. Face à l'intransigeance de la direction du parti[non neutre], Cuauhtémoc Cárdenas se porte candidat, et autour de sa candidature se forme le Frente Democrático Nacional (es), coalition d'associations, de partis de la gauche institutionnelle et de dissidents priistes de la Corriente Democrática qui est à l'origine du PRD[réf. nécessaire].

Néanmoins, l'élection présidentielle de 1988 gagnée officiellement par le candidat du PRI Carlos Salinas de Gortari a été fortement soupçonnée[Par qui ?] d'avoir été frauduleuse[réf. nécessaire]. Il est possible qu'elle ait été gagnée par Cuauhtémoc Cárdenas, mais que le PRI n'ait pas voulu reconnaître sa défaite afin de ne pas plonger le pays dans l'instabilité[1]. En effet, l'annonce des résultats avait été reportée à cause d'une « panne » du système informatique (el sistema se cayó) comme l'a annoncé le ministre de l'Intérieur de l'époque Manuel Bartlett Díaz[1].

Le Congrès a finalement reconnu Carlos Salinas de Gortari comme nouveau président du Mexique. Malgré les protestations d'une partie de la population et le refus des deux candidats d'opposition (Cuauhtémoc Cárdenas et Manuel Clouthier du PAN) de reconnaitre les résultats, il fut décidé de ne pas ouvrir d'enquête sur l'élection présidentielle de 1988. En 1991, les parlementaires du PRI et ceux du PAN ont voté une loi afin de détruire les bulletins électoraux de 1988, officiellement pour ne pas ajouter à la confusion créée par les soupçons de fraude[2].

C'est dans ce contexte de défiance et de refus de reconnaitre la légitimité de Carlos Salinas de Gortari que Cuauhtémoc Cárdenas fonde avec ceux qui l'ont suivi dans sa campagne électorale le Parti de la révolution démocratique le 5 mai 1989. Issu du rassemblement des partis de la gauche institutionnelle (et notamment les militants historiques du Parti communiste mexicain) et de la Corriente Democrática, le parti va connaitre des débuts difficiles.

De nouveau candidat en 1994 pour le PRD, Cuauhtémoc Cárdenas perd cette fois nettement l'élection présidentielle face à Ernesto Zedillo[3], candidat du PRI.

Les premiers triomphes et la défaite de 2000[modifier | modifier le code]

La fin des années 1990 voit la montée en puissance du parti : en 1997, Cuauhtémoc Cárdenas remporte largement la première élection au suffrage universel du Chef de gouvernement du District fédéral avec 48,1 % des voix[4], puis l'année suivante un gouverneur issu du PRD est élu dans l'État du Zacatecas. Le PRD va alors s'imposer tout au long des années 2000 comme l'un des trois principaux partis politiques du Mexique[réf. nécessaire], et surtout comme le principal parti de gauche[non neutre] : en 1999 les candidats du PRD remportent le poste de gouverneur des États du Tlaxcala et de la Basse-Californie-du-Sud. Puis c'est au tour du Michoacán en 2002, du Guerrero en 2005 et du Chiapas en 2006 de se doter de gouverneurs du PRD. À noter qu'avec le District fédéral, tous ces états sont encore gouvernés par le PRD à l'exception notable de l'État du Tlaxcala qui avait été remporté par un transfuge[Qui ?] du PRI qui a depuis quitté le PRD[réf. nécessaire].

Dans un contexte politique marqué par l'irrémédiable déclin du PRI[non neutre], véritable parti-État au pouvoir depuis presque 70 ans[non neutre], le PRD et son éternel candidat Cuauhtémoc Cárdenas apparaissent en bonne position pour remporter l'élection présidentielle du 2 juillet 2000, et mettre ainsi en place une transition démocratique au Mexique. C'est finalement Vicente Fox Quesada du PAN qui remporte l'élection[5], précipitant ainsi le retrait politique de Cuauhtémoc Cárdenas.

Élections du 2 juillet 2006[modifier | modifier le code]

La direction du parti a été par la suite assumé par Andrés Manuel López Obrador (« AMLO »). Chef de gouvernement du District fédéral de 2000 à 2005, il est candidat de la Coalition pour le bien de tous pour la présidentielle du 2 juillet 2006. Selon les résultats officiels fournis par l'IFE[6], il a obtenu 35,31 % des votes soit 0,58 % de moins que le candidat du PAN, Felipe Calderón, qui avec 35,89 % des votes devient le nouveau président du Mexique pour 6 ans.

Présidence de la République[modifier | modifier le code]

Élus[modifier | modifier le code]

Aucun candidat issu du PRD n'a réussi à accéder à la fonction suprême de président du Mexique. Il existe néanmoins une controverse au sujet de l'élection présidentielle de 1988 (Cf. plus haut Parti de la révolution démocratique#Histoire).

Candidats[modifier | modifier le code]

Représentation parlementaire[modifier | modifier le code]

Selon les résultats préliminaires, le PRD n'a obtenu que 12,20 % des voix aux élections fédérales du 5 juillet 2009[7]. Le 1er septembre 2009, la 61e législature est entrée en fonction : 71 députés du PRD siègent à la Chambre des députés, dont 39 élus à la majorité relative et 32 par représentation proportionnelle, suivant le système électoral mexicain[8]. Le parti a par ailleurs acquis 26 sièges de sénateurs au Sénat au cours des élections fédérales de 2006.

Le groupe parlementaire du PRD est le troisième à la Chambre des députés et au Sénat en nombre de parlementaires.

Gouverneurs d'États mexicains[modifier | modifier le code]

Actuellement, les hommes politiques affiliés au PRD gouvernent les États de la Basse-Californie-du-Sud, du Michoacán, du Guerrero, du Chiapas et le District fédéral.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) Andrea Becerril, « De la Madrid me ordenó no informar que Cárdenas iba ganando, asegura Bartlett », La Jornada,‎ 3 juillet 2008 (lire en ligne).
  2. (en) Ginger Thomson, « Ex-President in Mexico Casts New Light on Rigged 1988 Election », The New York Times,‎ 9 mars 2004 (lire en ligne).
  3. (es) Instituto Federal Electoral (IFE), Estadística de las elecciones federales de 1994.
  4. (es) Instituto Federal Electoral (IFE), Elección del Jefe de Gobierno del D.F.
  5. (es) Instituto Federal Electoral (IFE), Estadística de las elecciones federales de 2000.
  6. (es) Instituto Federal Electoral (IFE), Estadística de las elecciones federales de 2006.
  7. (es) Instituto Federal Electoral(IFE) - Programa de Resultados Electorales Preliminares.
  8. (es) Susana Hernández, « La nueva Cámara: PRI 237 curules, PAN 143 y PRD 71 », Milenio,‎ 12 juillet 2009 (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Adriana Borjas Benavente, Partido de la Revolución Democrática: estructura, organización interna y desempeño público, 1989-2003, México D.F., Gernika,‎ 2003, 1e éd., 654 p. (ISBN 978-970-637-141-6, OCLC 53836077, LCCN 2004458757).

Voir aussi[modifier | modifier le code]