Pays

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pays (homonymie).

Pays est issu du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km2), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus souvent sous forme de comté ou d’évêché, le pagus subsiste au Moyen Âge[1].

Différents niveaux d'organisation[modifier | modifier le code]

Un État, une province[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des pays du monde.

Le sens le plus courant est aujourd'hui celui d'État ou État souverain. Toutefois, « pays » est moins précis et plus neutre qu’« État » et permet de désigner des espaces géographiques au statut très divers. Tous les pays reconnus suivent les standards internationaux en termes de symboles nationaux tels les drapeaux et de droits politiques telle la citoyenneté. Il y a, en 2013, 195 pays reconnus par l'Organisation des Nations unies. D'autres pays ne sont pas à l'ONU, pour des raisons politiques, par exemple Taïwan.

Pays, État et nation : une question de vocabulaire[modifier | modifier le code]

Un pays est une désignation géographique, une nation désigne le peuple tandis qu'un État désigne les institutions fonctionnant sur un territoire.

Certains pays sont des États-nations, par exemple la France ; une nation en particulier est alors dominante. D'autres États, tels la Chine, l'Espagne, la Belgique, le Canada ou le Royaume-Uni rassemblent plusieurs nations, ou une partie d'une population formant elle-même une nation.

Il convient aussi de mentionner la notion d'État fédéré ou d'« État dans l'État » : dans ce cas, l'État fédéral (comme le Canada, la Suisse, l'Allemagne, la Belgique et les États-Unis) et l'État fédéré (la province au Canada, le canton en Suisse, le Land en Allemagne, l'État aux États-Unis) se partagent les compétences sur le territoire et la population qu'ils gouvernent conjointement. Cependant, la politique internationale est le ressort exclusif de l'État fédéral.

Le mot « pays » est souvent utilisé dans le langage parlé pour désigner l'État ; cependant le mot « État » a un sens plus précis et est utilisé dans les accords, traités et législations. Un État souverain est un territoire et une entité politiquement indépendante possédant ses propres gouvernement, administration, lois et armée. La souveraineté est toutefois relative et peut être limitée par les traités conclus, par l'adhésion à un État fédéral ou par le simple jeu de la mondialisation. Le « pays », lui, est le lieu géographique qui, historiquement parlant, provient d'un peuple partageant les mêmes coutumes sur un territoire précis.

Ainsi de la même manière que l'on peut dire que le Royaume-Uni est un pays, on peut dire que l'Angleterre est un pays. L'usage préfère dénommer « pays » l'Angleterre plutôt que le Royaume-Uni, ce qui n'empêche pas le Royaume-Uni d'être un État souverain et de mener la politique internationale. L'imprécision de « pays » a toutefois l'avantage de rendre son utilisation neutre et non polémique.

Micro-région[modifier | modifier le code]

Au sens de « petite région », pays peut désigner une région naturelle ou un territoire, de dimensions un peu plus grandes ou un peu plus petites que le pagus gallo-romain.

Article détaillé : Région naturelle de France.
  • Dans un sens au contraire plus restreint que le pagus, dans certaines régions, le mot est traditionnellement employé en milieu rural pour désigner le village, le bourg-centre de la commune par opposition aux espaces non bâtis et aux hameaux.
  • Une utilisation, très proche du sens originel, permet aussi de désigner le lieu de naissance d'une personne (« pays natal », « mal du pays ») ou une production issue de terroirs propres au « pays » (« produit du pays », « vin de pays », « jambon de pays »…).
  • On utilise aussi populairement le terme « pays » pour désigner une personne issue de la même micro-région. Cet emploi implique généralement que deux personnes, qui se reconnaissent la même origine géographique et la même identité culturelle, se rencontrent en dehors de ce contexte régional. On dit « être pays » (ou « c'est un pays ») en utilisant parfois l'équivalent du mot dans la langue régionale (payse, païs…). Le terme est courant chez les compagnons.

« Le terme « pays » […] signifie fondamentalement « terre natale », et s'applique plus proprement au territoire local qu'au territoire national. C'est en ce sens que la plupart des Français l'emploient ; ils donnent ce nom à des régions plus ou moins grandes, parfois à une province, parfois à une vallée, à une plaine limitée, et ils appellent ainsi ceux de leurs compatriotes qui partagent avec eux cette petite patrie. Le pays peut être […] une division administrative, une région entière (Périgord, Marche ou Quercy) ou simplement (le plus souvent) une paroisse ou un village. »

— Eugen Weber, La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914, p. 77.

Article détaillé : Pays (aménagement du territoire).
  • Au Canada, certaines régions naturelles ou historiques sont reconnues par les gouvernements, les géographes ou les populations locales, souvent en dehors des régions officielles comme les comtés (Charlevoix, Trois-Rivières…).

Expressions contenant le mot « pays »[modifier | modifier le code]

D'une manière générale, l'association d'une épithète à « pays » permet de désigner facilement un ensemble géographique partageant les mêmes caractéristiques (« pays chauds », « pays riches », « pays baltes »…).

Dénominations géographiques[modifier | modifier le code]

  • Un « arrière-pays » est une zone géographique contiguë et en étroite liaison économique avec une ville ou un port. On parle aussi d'hinterland.
  • Un « pays d'État » (par référence aux états généraux, nationaux ou provinciaux) est une dénomination portant sur le statut et le fonctionnement administratif d'une province d'Ancien Régime (par opposition aux « pays d'élection »).
  • « Pays agricole » ou « pays rural », en parlant des terres utilisées par les cultivateurs.
  • Le « petit pays », plus ou moins hérité des anciens pagus du haut Moyen Âge et des fiefs du Moyen Âge, est un territoire désigné par une identité traditionnelle et généralement dominé par une ville : Vendômois. Il est lui-même susceptible d'être redivisé en plusieurs espaces ou micro-territoires d'ordre historique : Bas-Vendômois, ou plus ou moins naturel : Petite Beauce, Gâtine Tourangelle.
  • Le « plat-pays » désigne, de manière imagée, la Flandre et, en particulier, sa plaine maritime, caractérisée par un très faible relief.

Expression du langage[modifier | modifier le code]

  • « Pays » et « payse » sont employés pour s'adresser à un ou une compatriote, un natif ou une native de son propre village.
  • « Au pays », expression affective utilisée par les migrants pour parler de l’endroit d’où ils viennent.
  • « Pays perdu » désigne un petit territoire isolé, possédant peu de moyens de communications et avec un retard de développement. L'expression est dépréciative et populaire[2].
  • Le « pays de cocagne » est un pays imaginaire où règne l'abondance.
  • Pays et Coterie sont les noms des membres du compagnonnage.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Gallois, Régions naturelles et noms de pays. Étude sur la région parisienne, Paris Colin, 1908
  • Daniel Schweitz, L'Identité traditionnelle du Vendômois : des travaux d’érudition locale à la reconnaissance d’un pays de la Vieille France (XVIIIe ‑ XXe siècle), Vendôme, Éditions du Cherche-Lune, 2008, 263 p. (ISBN 9782904736568)
  • Daniel Schweitz, Histoire des identités de pays en Touraine (XVIe ‑ XXe siècle), Paris, L’Harmattan, 2001, 463 p., XXVII p. de planches (ISBN 2-7475 1250-9)
  • Daniel Schweitz, Une vieille France : La Touraine. Territoire, histoire, patrimoine, identités (XIXe ‑ XXe siècles), Tours, éd. CLD, 2012
  • Eugen Weber, La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Fayard, 1983 (1re éd. 1976)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ferdinand Lot, La Gaule. Paris : Fayard, 1947, p. 201.
  2. Cette idée est encore exacerbée dans l'expression grossière de « trou-du-cul du monde » qui suggère que l'espace incriminé est le plus reculé de la planète.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]