Gérald Darmanin

Cette page est semi-protégée.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gérald Darmanin
Illustration.
Gérald Darmanin en 2022.
Fonctions
Ministre de l'Intérieur et des Outre-mer[N 1]
En fonction depuis le
(3 ans, 9 mois et 5 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Jean Castex
Élisabeth Borne
Gabriel Attal
Gouvernement Castex
Borne
Attal
Prédécesseur Christophe Castaner (Intérieur, 2020)
Yaël Braun-Pivet (Outre-mer, 2022)
Conseiller départemental du Nord

(1 an, 1 mois et 27 jours)
Avec Doriane Bécue
Élection 27 juin 2021
Circonscription Canton de Tourcoing-2
Président Christian Poiret
Groupe politique Union pour le Nord (LREM)
Prédécesseur Maxime Cabaye
Successeur Salim Achiba
Député français

(1 mois)
Élection 19 juin 2022
Circonscription 10e du Nord
Législature XVIe (Cinquième République)
Groupe politique RE
Prédécesseur Vincent Ledoux
Successeur Vincent Ledoux

(3 ans, 7 mois et 8 jours)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 10e du Nord
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique UMP (2012-2015)
LR (2015-2016)
Prédécesseur Christian Vanneste
Successeur Vincent Ledoux
Maire de Tourcoing

(3 mois et 11 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Marie Vuylsteker
Successeur Doriane Bécue

(3 ans, 5 mois et 5 jours)
Élection
Prédécesseur Michel-François Delannoy
Successeur Didier Droart
Premier adjoint au maire de Tourcoing

(2 ans, 8 mois et 14 jours)
Maire Didier Droart
Jean-Marie Vuylsteker
Ministre de l'Action et des Comptes publics

(3 ans, 1 mois et 19 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Édouard Philippe
Gouvernement Philippe I et II
Prédécesseur Christian Eckert (Budget)
Annick Girardin (Fonction publique)
Jean-Vincent Placé (Réforme de l'État)
Successeur Amélie de Montchalin (Fonction publique)
Olivier Dussopt (Comptes publics)
Vice-président du conseil régional des Hauts-de-France[N 2]

(1 an, 4 mois et 13 jours)
Président Xavier Bertrand
Successeur Franck Dhersin
Conseiller régional des Hauts-de-France

(4 ans, 6 mois et 2 jours)
Élection 13 décembre 2015
Circonscription Nord
Groupe politique Les Républicains
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais

(4 ans et 4 jours)
Élection 21 mars 2010
Circonscription Nord
Groupe politique UMP
Biographie
Nom de naissance Gérald Moussa Darmanin
Date de naissance (41 ans)
Lieu de naissance Valenciennes (France)
Nationalité Française
Parti politique RPR (1998-2002)
UMP (2002-2015)
LR (2015-2017)
LREM/RE (depuis 2017)
Diplômé de IEP de Lille
Profession Homme politique
Religion Catholicisme
Résidence Hôtel de Beauvau (Paris)
Ministres français de l'Intérieur
Maires de Tourcoing

Gérald Darmanin Écouter, né le à Valenciennes (Nord), est un homme politique français.

Membre du Rassemblement pour la République (RPR), de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) puis des Républicains (LR), il est élu député en 2012 et maire de Tourcoing en 2014. Après être devenu vice-président du conseil régional des Hauts-de-France en 2016, il démissionne de l'Assemblée nationale pour cause de cumul des mandats.

Il est nommé ministre de l'Action et des Comptes publics dans le gouvernement Édouard Philippe en 2017. Il adhère à La République en marche (LREM) quelques mois plus tard, après avoir été exclu de LR. Ayant abandonné son mandat de maire de Tourcoing au profit de celui de premier adjoint après sa nomination comme ministre, il retrouve brièvement le fauteuil de maire en 2020, avant de redevenir conseiller municipal, et devient dans la foulée ministre de l'Intérieur dans le gouvernement Jean Castex ; il est reconduit dans le gouvernement Élisabeth Borne et son portefeuille est élargi aux Outre-mer en .

Situation personnelle

Famille

Gérald Moussa Darmanin[1],[2] naît le à Valenciennes (Nord)[3].

De religion catholique[4], il est le fils de Gérard Darmanin, tenancier de bar à Valenciennes, et d'Annie Ouakid, concierge[N 3] pour la Banque de France[1], complétant ses revenus en tant qu'agent d'entretien[5]. Son grand-père paternel, Rocco Darmanin, né en 1902 à Béja en Tunisie, mineur de profession[6], est issu d'une famille maltaise catholique, ayant peut-être une lointaine origine arménienne[7].

Son grand-père maternel, Moussa Ouakid (موسى واكيد en arabe), médaillé militaire, né en 1907 en Algérie dans le douar d'Ouled Ghalia (ex-commune mixte d'Orléansville — actuelle Chlef — dans l'Ouarsenis) a été tirailleur algérien[1],[N 4],[N 5],[8], résistant dans les Forces françaises de l'intérieur (FFI) en 1944[9] et un harki pendant la guerre d'Algérie[10],[11]. En 2022, lors d'une visite privée accordée par l'État algérien à sa femme et lui, Gérald Darmanin a pu visiter la ville natale de son grand-père[12].

Gérald Darmanin se marie en avec Morgane Jumez, rencontrée à Sciences Po où elle militait à l'UNEF. La jeune femme est alors l'attachée parlementaire de David Douillet[13]. Le couple se sépare en 2017[réf. souhaitée].

Le , il se remarie avec Rose-Marie Devillers, directrice conseil chez Havas[14]. Ils ont été présentés l'un à l'autre par Michel Bettan, vice-président exécutif d'Havas Paris, lui-même présenté à Gérald Darmanin par Xavier Bertrand, alors secrétaire général de l'UMP, en 2009[15].

Formation

Il poursuit ses études secondaires au lycée des Francs-Bourgeois, un établissement privé catholique, sous tutelle lasallienne (Frères des écoles chrétiennes) du 4e arrondissement de Paris[16]. Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Lille, en 2007[17].

Parcours politique

Militant au sein du RPR

Gérald Darmanin commence à militer et adhère au Rassemblement pour la République (RPR) à 16 ans[18],[17]. Il est d'abord proche de Jacques Toubon[19], dont il devient l'assistant parlementaire au Parlement européen au cours de son année d'étude à l'étranger[18]. Il intègre la direction des Jeunes du RPR[19]. Avec la création de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), dont il est particulièrement critique, il est, comme la plupart des anciens dirigeants des Jeunes du RPR, évincé de la direction des Jeunes populaires au profit des Jeunes libéraux en 2003[19].

Débuts au sein de l'UMP

Gérald Darmanin rejoint Christian Vanneste en 2004, après la condamnation de ce dernier en première instance pour des propos homophobes (jugement cassé en 2008)[19]. Pour Jean-Baptiste Forray, Darmanin suit Vanneste dans « la zone grise à la lisière de la droite et de l'extrême droite »[20]. En 2005, il lui succède comme délégué de l'UMP dans la dixième circonscription du Nord[19]. D'après l'universitaire Anne-Sophie Petitfils, il « procède à un travail de sélection implicite des adhérents les plus attachés à la personne du député » et, près de deux ans avant le premier tour des élections législatives de 2007, met en œuvre une stratégie qui « s’apparente à une forme de néo-clientélisme », consistant à « offrir des biens divisibles et [à] proposer des interventions personnelles à ses électeurs »[19]. Selon la journaliste du Canard enchaîné Anne-Sophie Mercier, Darmanin adopte une position catholique traditionaliste à « tendance intégriste » et une position homophobe[21]. Par l'entremise de Guy de Chergé, il collabore en 2008 au mensuel d'extrême-droite Politique magazine, organe de presse du parti royaliste Action française, inspiré de Charles Maurras et lié au mouvement Restauration nationale[22],[23],[24]. En décembre 2022, lors d'un débat sans vote sur le projet de réforme sur l'immigration, il cite l'historien monarchiste Jacques Bainville, référence de l'extrême-droite. L'Action française se désolidarise de ces propos jugés contradictoires[25].

Directeur de campagne de Christian Vanneste pour les élections législatives de 2007 et les élections municipales de 2008, lors desquelles il est élu conseiller municipal, il préside le groupe UMP et apparentés au conseil municipal de Tourcoing depuis le retrait de ce dernier. Au niveau national, il est conseiller aux affaires juridiques au sein de l'UMP auprès de Xavier Bertrand, alors secrétaire général du parti[26].

Il est le chef de cabinet de David Douillet au secrétariat d'État chargé des Français de l'étranger, puis au ministère des Sports avant d'être nommé directeur de cabinet[27] le .

Il est élu conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais en .

Député du Nord et élu local

Gérald Darmanin est élu député de la dixième circonscription du Nord le , lors de laquelle il crée le lobby Cadets-Bourbons[28]. Lors de la séance d'élection du président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, le , il est secrétaire de séance, étant un des six plus jeunes députés de France.

Gérald Darmanin en 2013.

Il est l'un des députés UMP à voter en contre le Pacte budgétaire européen. Le , il appelle la ministre des Sports Valérie Fourneyron à « interdire le port du voile sur les terrains de football de notre pays » en réponse à la décision prise la veille par la FIFA[29]. Il signe la déclaration de principe du courant « La Droite populaire »[30] et soutient la candidature de Xavier Bertrand pour la présidence de l'UMP lors du congrès d'automne 2012 dont il est le coordinateur, avant de se rallier à François Fillon[31].

Après l'appel lancé par des associations de parents à retirer les enfants de l'école pour protester contre l'introduction de contenus inspirés de ladite « théorie » du genre, il déclare : « La théorie du genre est absurdité absolue. Il faut s’y opposer totalement »[32].

En , il se présente aux élections municipales à Tourcoing, sollicitant entre autres les votes de la communauté musulmane lors d'une rencontre privée à laquelle participait selon le média Mediapart le prédicateur Hassan Iquioussen, ainsi que la personnalité locale Salim Achiba, ancien adjoint de Christian Vanneste[33]. Sa liste l'emporte avec 45,6 % des voix au second tour de l'élection, devant celle conduite par le maire sortant Michel-François Delannoy, faisant ainsi passer la mairie de Tourcoing à droite. Ayant rétabli l'accès automobile au centre-ville, il déclare alors : « La voiture en soi n’est pas polluante »[34].

En , touché par le plafonnement des indemnités à cause de ses mandats de député du Nord, de vice-président de la Métropole européenne de Lille (72,5 % de l'indice brut 1 022), de président des syndicats mixtes SMALIM (voir Aéroport de Lille-Lesquin) et SMIRT (Syndicat mixte intermodal régional de transports) notamment, Gérald Darmanin annonce vouloir renoncer « au cumul des indemnités » et à ses 3 100 euros d'indemnités comme maire de Tourcoing[35]. Les adjoints au maire acceptent également une réduction de 5 % de leurs indemnités[36].

En , il devient porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l'UMP. Après la victoire de celui-ci, il est nommé, le , secrétaire général adjoint aux élections[37].

Il est directeur de campagne de Xavier Bertrand pour les élections régionales de 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie[38]. Après sa victoire, en situation de cumul de mandats[39], il démissionne de son poste de député[40]. Il est élu vice-président du conseil régional des Hauts-de-France, chargé des transports, des infrastructures de transport, des relations internationales, des transfrontaliers, du tourisme et de la communication.

Critiquant « l'entourage » et la « méthode » de Nicolas Sarkozy, il annonce peu après qu'il quitte la direction nationale des Républicains et donc son poste de secrétaire général adjoint[41]. Cependant, quelques mois plus tard, il lui apporte son soutien pour la primaire française de la droite et du centre de 2016[42]. Le , il est nommé coordinateur de campagne. Le , après la victoire de François Fillon, il est nommé secrétaire général adjoint des Républicains, en tandem avec Annie Genevard[43]. Dans ce cadre, sentant monter la menace d'une candidature d'Emmanuel Macron pour la droite, il publie le une violente tribune dans L'Opinion intitulée « Le bobopopulisme de Monsieur Macron »[44], et dans laquelle il fustige l'ex-ministre : il voit en lui « le pur produit du système : beaux quartiers, belles études, belle fortune, belles relations » et prédit que « loin d’être le remède d’un pays malade, il sera au contraire son poison définitif »[45].

Le , dans le cadre de l'affaire Fillon, il renonce à soutenir le candidat LR François Fillon à l'élection présidentielle[46] avant de démissionner de ses fonctions de secrétaire général adjoint du parti Les Républicains deux jours plus tard[47],[48].

Ministre de l'Action et des Comptes publics

Gérald Darmanin en 2019.

Le , il est nommé ministre de l'Action et des Comptes publics au sein du gouvernement d'Édouard Philippe après l'élection d'Emmanuel Macron, qu'il qualifiait encore quelques mois plus tôt de « bobopopuliste », « démagogue », « poison définitif » de la Ve République et de « pur produit du système »[49]. Bernard Accoyer annonce alors qu'il ne fait plus partie des Républicains[50]. Cependant, François Baroin annonce dès le lendemain qu'il n'est pas formellement exclu du parti[51]. Il est exclu des Républicains le , avec le ministre Sébastien Lecornu et les députés Franck Riester et Thierry Solère[52]. Le , il adhère à La République en marche[53].

Selon la règle tacite édictée par l'Élysée, un ministre doit démissionner de son mandat de maire dans le mois qui suit sa nomination[54],[55]. Il annonce le qu'il quittera son poste de maire le [56], ce qu'il fait en restant premier adjoint au maire de Tourcoing.

Il est épinglé par Mediapart pour avoir passé en ses vacances en Corse dans la villa de « l’ancien président de la chambre de commerce d’Ajaccio, condamné pour trafic de drogue international »[57]. Il porte plainte pour diffamation, mais le média est relaxé[58], les juges reconnaissant « le droit de Mediapart de publier des informations d’intérêt général » et constatant « l’absence de caractère diffamatoire des propos »[59].

Il porte la réforme du prélèvement de l'impôt à la source, initiée sous le quinquennat précédent et qui entre en vigueur début 2019.

Lors du mouvement des Gilets jaunes, il se plaint des « additions dans les restaurants parisiens tournant autour de 200 euros lorsque vous ne prenez pas de vin », ce qui est perçu comme un élément de déconnexion entre le train de vie des personnalités politiques et le quotidien des Français[60],[61]. Peu après, il déclare que « c'est la peste brune qui a manifesté » à Paris[62].

En , il annonce devant une assemblée d'étudiants de l'ESSEC la volonté du gouvernement de supprimer la déclaration de revenus annuelle pour les personnes dont la situation fiscale n'évolue pas d'une année sur l'autre[63],[64]. Il considère que « cela permettra de simplifier la vie des citoyens et de faire des économies »[65]. Cette mesure pourrait être mise en place à partir de 2020 ou 2021.

Le , il indique s'interroger sur la suppression de la taxe sur l'audiovisuel public, ou redevance télévisuelle[66]. Il justifie cette proposition par les difficultés pour adresser cet impôt, alors que la taxe d'habitation sur laquelle il est prélevé est amenée à disparaître[67]. Il précise qu'il a proposé cette suppression à Emmanuel Macron et à Édouard Philippe[68],[69].

Alors qu'il est au gouvernement, il se présente comme tête de liste aux élections municipales de 2020 pour redevenir maire de Tourcoing[70],[71]. La liste qu'il conduit l'emporte dès le premier tour avec 60,9 % des suffrages[72], dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et alors que la majorité présidentielle enregistre un résultat d'ensemble défavorable à l'issue de ce tour[73]. Élu maire le [74], il cumule ce mandat avec sa fonction de ministre, contrairement à la pratique instaurée par Lionel Jospin en 1997 et à la promesse faite par l’exécutif avant les élections[75],[76],[77] ; il y est autorisé par Emmanuel Macron et Édouard Philippe, alors qu'il envisage de quitter le gouvernement dans le cas contraire[78].

Ministre de l'Intérieur

Nomination et élections

Gérald Darmanin en février 2021, lors d'un déplacement.

Le , il est nommé ministre de l'Intérieur au sein du gouvernement du nouveau Premier ministre, Jean Castex[79]. Il démissionne alors du conseil régional des Hauts-de-France[80] et, après avoir annoncé qu'il quitterait ses fonctions de maire de Tourcoing le [81], indique qu'il démissionnera de ce mandat fin [82],[N 6]. Le a lieu la passation des pouvoirs avec son prédécesseur, Christophe Castaner, tandis que des manifestations sont organisées place Beauvau et devant l'église de la Madeleine par des activistes et des associations féministes ainsi que des acteurs de la protection des droits de l'homme[84], pour dénoncer sa nomination au ministère de l'Intérieur, Gérald Darmanin étant visé par une enquête concernant une accusation de viol (voir infra)[85],[86],[87],[88]. Est notamment mis en avant le conflit d’intérêts que constituerait le fait qu’il dirige, comme ministre de l'Intérieur, les services d’enquête chargés d’investiguer la plainte qui le vise[89],[90]. La militante féministe Anaïs Leleux saisit, sur ce point du conflit d'intérêt, la Haute Autorité pour la Transparence de la vie publique[91]. Néanmoins, le cabinet de Gérald Darmanin affirme que celui-ci a signé « une lettre de déport sur l’instruction le concernant », « le jour de sa prise de fonction », et rappelle que si des policiers devaient participer à l’enquête, ils seraient sous l’autorité du juge d’instruction[89], lequel est indépendant. Une tribune de soutien appelant à la « retenue » et au respect de la « présomption d'innocence » est signée par environ 200 élus proches du ministre[92], dont Xavier Bertrand[92], tandis qu’une autre appelant à la démission du ministre, à l’initiative du collectif #NousToutes, l’est par 20 000 jeunes de 13 à 25 ans[93]. Âgé de 37 ans, il devient le plus jeune ministre de l'Intérieur de la Ve République[94]. Son directeur de cabinet est Pierre de Bousquet de Florian, alors coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme sous l'autorité d'Emmanuel Macron qui « a souhaité procéder à ce mouvement » selon Le Monde[95]. Son cabinet est composé du premier cercle de son précédent cabinet à Bercy, issu pour partie de LR, et de transfuges de l'Élysée[96].

Il est candidat aux élections départementales de 2021 dans le canton de Tourcoing-2, en binôme avec Doriane Bécue, qui lui a succédé à la mairie de Tourcoing à l'été 2020[97]. Il déclare conserver une « amitié particulière » pour Xavier Bertrand, candidat dans le même temps à sa réélection pour les élections régionales de 2021 dans les Hauts-de-France ainsi qu'à l'élection présidentielle de 2022, dont il avait été directeur de campagne en 2015, et l'appelle à soutenir Emmanuel Macron[97]. Lors des élections régionales dans les Hauts-de-France, Gérald Darmanin fait campagne dans le Nord. La liste sur laquelle il figure n'obtient que 10,2 % des voix, loin derrière les listes menées par Xavier Bertrand (38,9 %), Sébastien Chenu (22,7 %) et Karima Delli (22,6 %)[98].

Le , Gérald Darmanin annonce sa candidature aux élections législatives de 2022 dans la 10e circonscription du Nord, « après en avoir discuté avec le président de la République »[99]. Au soir du second tour, le , il est réélu député du Nord avec 67,15% des suffrages face à Leslie Mortreux, son adversaire de la NUPES[100].

Actions contre l'islam radical

Le , soit le surlendemain de l'assassinat de Samuel Paty, Gérald Darmanin réunit les préfets et leur ordonne d'arrêter et d'expulser du territoire les quelque 231 étrangers en situation irrégulière qui se trouvent dans le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)[101].

Le , le ministre ordonne la fermeture de la grande mosquée de Pantin, son recteur M'hammed Henniche ayant publiquement admis avoir relayé une vidéo mettant en cause Samuel Paty, exactement une semaine avant qu'il ne soit assassiné à Éragny[102],[103]. Le , la grande mosquée de Pantin rouvre sous surveillance, quelques jours avant le début du Ramadan[104]. Cette réouverture, négociée entre la mosquée et l'exécutif, ayant été obtenue à une seule condition, fixée par ce dernier : le départ du recteur M'hammed Henniche, pourtant réélu récemment[105].

Le , il annonce sur son compte twitter avoir obtenu la destitution de deux imams (Mohamed el Mehdi Bouzid de la mosquée Ennour de Gennevilliers et Mmadi Ahamada de la mosquée Attakwa de Saint-Chamond) à qui il reprochait d'avoir tenu des propos « tout simplement inacceptables » et « attentatoires à l'égalité femmes-hommes » dans des sermons (khoutab) datant respectivement du et du (premier jour de l'Aïd el-Kébir)[106]. Ces licenciements à la demande de l'exécutif interviennent « dans le cadre de la lutte contre le séparatisme »[107] et déclenchent une polémique, puisqu'ils suscitent l'incompréhension, voire le mécontentement, d'une partie des fidèles des deux mosquées et des musulmans de France[108].

Le , il annonce sur Twitter l'expulsion prochaine de l'imam Hassan Iquioussen, né en France en 1964, en faisant état de « discours haineux à l’encontre des valeurs de la France contraire à nos principes de laïcité et d’égalité entre les femmes et les hommes », à la suite d'une note de la préfecture du Nord[109].

Dissolutions de groupes à sa demande

La période de Gérald Darmanin en tant que Ministre de l'Intérieur est marqué par plusieurs dissolutions de groupes, notamment considérés politiquement proches de l'extrême droite, de l’extrême gauche ou proches d'organisations islamistes.

Gérald Darmanin annonce le avoir demandé à ses services de réunir les éléments permettant d'étudier une proposition de dissolution de Génération identitaire. Cette proposition du ministre, « se déclarant scandalisé par le travail de sape de la République des militants de Génération identitaire », fait suite à la demande d'élus d'Occitanie après une opération anti-migrants, la « mission Pyrénées », menée par le groupuscule dans leur région[110],[111]. Gérald Darmanin engage alors la procédure de dissolution[112], qui aboutit le à la dissolution de l'organisation d'extrême-droite par le Conseil des ministres[113].

Le , il annonce sur son compte Twitter avoir lancé une procédure de dissolution à l'encontre de la maison d'édition « Nawa » au motif que celle-ci diffuserait des ouvrages « légitimant le jihad » et « en contestation directe avec des valeurs occidentales »[114]. La veille, les avoirs de l'association et de ses dirigeants avaient été gelés sur décision ministérielle[115]. Le , Gérald Darmanin officialise la dissolution de la maison d'édition en Conseil des ministres[116].

Gérald Darmanin fait un signalement au ministère de la justice pour dissoudre le groupe antifasciste lyonnais GALE, le [117] en utilisant les modifications de la « loi séparatisme » promulguée en . Pascale Léglise, directrice des libertés publiques et des affaires juridiques au ministère de l'Intérieur justifie cette dissolution par l'« accumulation de faits présentés comme des agissements violents ou des provocations à la violence et à la haine contre les forces de l'ordre et l'extrême droite ». Les avocats Olivier Forray et Agnès Bouquin déposent début un référé liberté auprès du Conseil d'État. Olivier Forray explique au Conseil d'État que les accusations sont imprécises et que si l'on vérifie les faits au cas par cas, on se retrouve à chaque fois avec des contrevérités. Dans sa décision du , le conseil d'État déclare que « les éléments avancés par le ministre de l'Intérieur ne permettent pas de démontrer que la GALE a incité à commettre des actions violentes et troublé gravement l'ordre public » et suspend la dissolution[118],[119].

Projets de loi

Gérald Darmanin porte, avec Marlène Schiappa, le projet de loi confortant le respect des principes de la République (dit « projet de loi contre le séparatisme »). Le projet est adopté en première lecture à l’Assemblée nationale le , par 347 voix pour, 151 voix contre et 65 abstentions. Le , après des mois d'allers-retours entre le Palais Bourbon et le Sénat, la version finale du texte est adoptée définitivement par le Parlement à la suite d'un vote des députés (par 49 voix pour, 19 contre et 5 abstentions)[120].

En juillet 2022, il annonce un projet de loi sur l'asile et sur l'immigration, que la première ministère Élisabeth Borne décide de faire précéder d'un débat à l'automne[121]. Sans majorité absolue à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur échoue à trouver un compromis entre Les Républicains et l’aile gauche de Renaissance[122]. Le rejet au Parlement du projet de loi immigration en décembre est analysé comme une défaite personnelle pour Gérald Darmanin. Après cet échec, il présente sa démission au chef de l’État, qui la refuse[non neutre][123],[124]. Celui-ci reste en poste mais ressort affaibli[122].

Critiques et polémiques

Dans un entretien au Figaro[125] peu après sa prise de fonction, Gérald Darmanin appelle à « stopper l’ensauvagement d’une certaine partie de la société », reprenant ainsi un terme popularisé par l'extrême droite, notamment par l'auteur Laurent Obertone, et que la droite tend à s’approprier[126]. L'usage de ce terme heurte au sein de la classe politique, y compris au sein de LREM[127]. Auditionné trois jours plus tard par la commission des Lois de l’Assemblée nationale, il maintient et revendique l'usage du terme en renvoyant dos à dos ceux qui, d’un côté, « dénoncent ce mot » et ceux qui, de l’autre, « le promeuvent » en faisant « un lien entre insécurité et immigration »[127]. Il déclare par ailleurs : « J’ai lu dans la presse que le mot que j’ai employé avait un lien avec « sauvage », donc avec immigration, donc avec ethnicisation. Je suis à 100 000 lieues de cela »[128]. Une polémique médiatique s'ensuit au sujet de son désaccord affiché avec Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, conduisant Jean Castex à appeler à « fermer le ban », puis Emmanuel Macron à demander à ses ministres « de ne pas créer des polémiques entre [eux] »[129].

Il réinstaure des instructions écrites et chiffrées dans certains départements de la police nationale, notamment concernant les nouvelles amendes forfaitaires pour simple usage de stupéfiant. Il dément toutefois tout retour à la politique du chiffre et évoque plutôt une « politique du résultat »[130].

Controverses

Accusations d'homophobie

Alors qu'il vient d'être nommé ministre de l'Action et des Comptes publics en 2017, plusieurs tweets qu'il avait écrits lors des débats autour du mariage homosexuel refont surface lors de la Journée de lutte contre l'homophobie. Il y écrivait notamment son refus, en tant que maire de Tourcoing, de marier des couples d'homosexuels, évoquait une réforme néfaste et mettait en avant son soutien à La Manif pour tous et son opposition parlementaire au projet de loi. Il continuait également de vouloir sa suppression l'année suivante. Plusieurs médias, personnalités et associations rappellent alors ces faits et l'accusent d'homophobie[131],[132],[133]. Gérald Darmanin dit regretter ses écrits et met en avant son manque d'expérience, tout en déclarant qu'il aurait préféré que son ancien parti ait voté un contrat d'union civile[134].

La même polémique et les mêmes accusations reprennent en 2020, lorsqu'il devient ministre de l'Intérieur. En lien avec les accusations de viol dont il est l'objet, une pétition lancée pour « un gouvernement qui ne promeut ni racisme, ni culture du viol, ni LGBTQIA+ phobies » recueille rapidement plusieurs dizaines de milliers de signatures[135],[136].

Cumul des mandats et des indemnités

Dès , L'Obs révèle que Gérald Darmanin continue de cumuler ses mandats de conseiller régional et de vice-président de la métropole européenne de Lille avec sa fonction ministérielle. Auparavant, il avait déclaré être « pour le cumul des mandats » mais « contre le cumul des indemnités »[137].

Sur sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique déposée après sa nomination au gouvernement, il déclare cumuler ses indemnités de maire, de vice-président puis de conseiller régional des Hauts-de-France, de vice-président de la MEL et, depuis , de ministre, mais également de 28 sièges au sein d'organismes publics ou privés ou de sociétés en tant que représentant d'une collectivité locale[138].

Selon René Dosière, la loi ne permet toutefois pas aux ministres de percevoir « plus d'une demi fois le montant de l'indemnité parlementaire », soit 2 799,89 euros bruts par mois, en plus de la rémunération de ministre de 9 940 euros[137]. Gérald Darmanin dépasserait donc le plafond légal autorisé. Il a déclaré qu'il n'était pas au courant de cette règle[137].

En , le site d'information Médiacités révèle que plus d’un an après sa nomination comme ministre, Gérald Darmanin est toujours premier adjoint au maire de Tourcoing, vice-président de la MEL et conseiller régional, mais qu'il a abandonné la plupart de ses autres fonctions[139]. Le site relève également ses absences et indique notamment que la région Hauts-de-France lui verse 100 % de son indemnité alors qu'il n'est présent qu'à 20 % des séances du conseil régional[139],[140].

Le , il démissionne de son poste de vice-président de la métropole européenne de Lille[141].

À partir du , alors qu'il est toujours ministre de l'Action et des Comptes publics, il se trouve de nouveau en situation de cumul après avoir été élu maire de Tourcoing[142],[143]. Il déclare alors que le président de la République et le Premier ministre l'ont « autorisé, pendant un temps et vu les circonstances exceptionnelles » liées à la pandémie de Covid-19, « à exercer ces deux fonctions […] mais sans cumuler les rémunérations » : il indique qu'il ne touchera pas celle liée à la fonction de maire[77].

Reprise de propos antisémites

En , certains passages de l'essai de Gérald Darmanin publié en février intitulé Le séparatisme islamiste - Manifeste pour la laïcité font surface dans le débat public à la faveur de citations repérées par la journaliste Sarah Benichou sur Twitter[144].

L'essai de Gérald Darmanin est consacré au « séparatisme islamiste » ; certains comprennent ainsi qu'il s'appuie sur cette vision napoléonienne des Juifs de France pour guider sa politique vis-à-vis des Musulmans de France : « Gérald Darmanin ne prend aucun recul devant le « mal » que Napoléon Ier attribue aux juifs, et qualifie la politique napoléonienne de « lutte pour l'intégration avant l’heure ». Une analogie étonnante pour justifier sa loi dite luttant contre le « séparatisme islamiste » » commente Naïm Sakhi dans L'Humanité[145] tandis que Sarah Benichou s'offusque : « On apprend donc que ce grand moment de l’antisémitisme d'État napoléonien sert de boussole à notre ministre de l'Intérieur qui affirme, dans son dernier livre, que la présence de « milliers de juifs » en France fut une « difficulté à régler » »[144]. La mention des extraits sus-cités par Edwy Plenel dans l'émission C ce soir le donnera un fort écho à la polémique sur les réseaux sociaux notamment : « Mardi soir, les termes « Napoléon », « Plenel », « Juifs » et « Darmanin » étaient parmi les sujets les plus commentés de Twitter en raison de la polémique. », relèvera The Times of Israel[146].

Accusations de sexisme

Le 8 février 2022, invité sur BFM TV, Gérald Darmanin a un échange très tendu avec la journaliste Apolline de Malherbe. Critiquant « une présentation très rapide et un peu populiste » des statistiques sur la sécurité sur lesquelles la journaliste l'interroge, il répond « Calmez-vous, madame, ça va bien se passer. »[147],[148],[149]. De nombreux journalistes et personnalités dénoncent un comportement inapproprié du ministre de l'Intérieur.

Après les accusations de sexisme portées en 2022 à l'encontre de Gérald Darmanin à la suite de son échange avec la journaliste Apolline de Malherbe sur BFM TV, Morgane Jumez évoque sur son compte Instagram, selon plusieurs[Lesquelles ?] médias, « le comportement inadmissible » de son ex-époux, ajoutant : « ceux qui le connaissent savent… j'en fais partie »[150].

Intimidation contre la Ligue des droits de l'Homme

À la suite de leurs opérations contre les mouvements d'opposition aux méga-bassines en France en 2023, les forces de l'ordre françaises sont critiquées pour avoir interdit l'approche d'hélicoptères de secourisme et de services mobiles d'urgence et de réanimation pour évacuer des blessés[151], ce qui est considéré par des observateurs de la Ligue des droits de l'Homme comme des « cas d'entraves aux secours »[152].

À la suite de cette prise de position de la Ligue des droits de l'Homme, Gérald Darmanin déclare qu'il « ne connait pas les subventions données par l’État mais ça mérite d’être regardé dans le cadre des actions qu’ils ont pu mener [à Sainte-Soline] »[153] ; cette déclaration est décrite comme une intimidation du ministre à l'encontre de la Ligue des droits de l'Homme et suscite de nombreuses réactions des ONG comme de l'opposition. Le député Aurélien Taché y voit un ministre qui « quitte pour de bon l'espace républicain », tandis que le patron du Parti socialiste Olivier Faure souligne la volonté de Gérald Darmanin de « faire plier tous les contre-pouvoirs » comme dans les régimes autoritaires. La Ligue des droits de l'Homme répondra aux menaces par une déclaration au ministre, en indiquant « Les actions qui ont pu être menées par la LDH depuis plus de 120 ans sont la défense des droits et libertés de toutes et tous, ne vous en déplaise, en particulier la défense de la liberté de manifester mise à mal par votre politique de maintien de l'ordre »[153].

Les propos sont largement commentés par la presse nationale et internationale[154],[155] ; l'avocat pénaliste Henri Leclerc, ancien président de la Ligue des droits de l’Homme (1995-2000), interroge notamment la portée des propos : « La question est de savoir si c’est la position de l’État ou un dérapage de plus du ministre »[156]. Le ministre Clément Beaune prend la parole quelques jours plus tard pour affirmer que Gérald Darmanin a « exprimé une position personnelle », et précise que « La Première ministre et le ministre de l'Éducation, qui financent la Ligue des droits de l'Homme, n'ont pas exprimé la moindre intention de réduire les subventions »[157].

Propos répétés concernant le gouvernement italien

La nomination de Giorgia Meloni comme présidente du Conseil des ministres d'Italie en et la volonté de cette dernière de mettre un terme à la crise migratoire suscite l'opposition du gouvernement français. Lors de l’affaire de l’Ocean Viking, Gérald Darmanin déclare qu’« Avec Giorgia Meloni au pouvoir, l’Italie est devenue « l’ennemi de la France »[158]. Pour Il Giornale, les ministres d'Emmanuel Macron ont lancé une attaque « excessive » contre l'Italie, qui a pris « des contours presque grotesques ». Selon le quotidien, le terme d'« ennemi » n'a jamais été utilisé au sein du parlement d'un État européen à aucun autre pays de l'Union et le fait que cette définition provienne d'un ministre, qui est le porte-parole du chef de l’État, sans que ce dernier n'intervienne pour s'en désolidariser, semble encore plus grave[159].

En , après qu’il a déclaré que Giorgia Meloni est « incapable de régler les problèmes migratoires » de l'Italie, alors que le pays fait face à un nombre record d'arrivées illégales, les responsables politiques italiens fustigent unanimement ces propos. L'opposition italienne, elle-même, dénonce l'attitude du ministre français. Le ministre italien des Affaires étrangères italien Antonio Tajani, annule sa venue en France en représailles et fait part dans les colonnes du Corriere della sera de son incompréhension face à « une insulte gratuite et vulgaire ». Peppe Provenzano, vice-secrétaire du Parti démocrate, juge que Gérald Darmanin « peut se consacrer sereinement à ses problèmes internes. Mais la énième crise diplomatique avec la France (…) n'est pas dans l'intérêt national. » Cette unanimité de la classe politique traduit, pour Le Figaro, « la susceptibilité italienne face à ce qui est perçu comme une arrogance française »[160].

Affaire du PSG

Début 2024, Médiapart révèle que Gérald Darmanin a aidé le club Paris Saint-Germain Football Club (PSG) à ne pas payer d'impôts sur le transfert d'un joueur au détriment du Trésor public[161]. Manon Aubry, député spécialiste des sujets de fraude et d’optimisation fiscales, saisit alors la justice pour des soupçons de complicité de fraude fiscale[162]. Les juges chargés de plusieurs enquêtes autour du PSG ordonnent une perquisition des locaux de la DGPIP au ministère de l'économie et des finances le 15 janvier[163].

Affaires judiciaires

Accusations de viol et de harcèlement en 2017

En 2009, Sophie Patterson-Spatz, une sympathisante de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) et ancienne escort-girl, contacte le parti pour tenter de faire annuler une condamnation de 2004[164],[165]. Le , elle se présente au siège du parti, où elle est mise en relation avec Gérald Darmanin, qui la reçoit en tant que chargé de mission au service des affaires juridiques du parti[166]. Par la suite, les deux ont un rapport sexuel[164],[167]. Après cette soirée, Gérald Darmanin écrit en sa qualité de conseiller municipal de Tourcoing à la garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, pour lui demander « de bien vouloir faire recevoir Mme Patterson ou, pour le moins faire étudier sérieusement son dossier ».

Sophie Patterson-Spatz estime avoir été instrumentalisée et forcée de « passer à la casserole »[168]. Apprenant la nomination de Gérald Darmanin au gouvernement en , elle entend obtenir sa démission[164]. Pierre Spatz, l'époux de Sophie Patterson-Spatz, écrit au garde des Sceaux, François Bayrou, pour dénoncer le nouveau ministre pour ces faits allégués[164]. Les époux contactent par ailleurs Caroline de Haas, qui interprète pour la première fois les faits comme un viol[164]. Sur les conseils d’une avocate recommandée par Caroline de Haas, Sophie Patterson-Spatz présente dès lors le rapport sexuel comme non-consenti, obtenu par la surprise[164] et constitutif d’un viol. Gérald Darmanin ne nie pas l'existence du rapport sexuel, l'envoi d'une lettre à la garde des Sceaux en faveur de la plaignante ni l'existence d'échanges SMS allant dans ce sens, mais conteste le défaut de consentement — en particulier le recours à la surprise — et en conséquence la qualification de viol[169],[170]. Une première plainte est déposée et classée sans suite en [171].

Collage féministe « Darmanin violeur » à Limoges en 2020.

En , une nouvelle plainte est déposée pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance[171],[172]. L’affaire sort dans les médias le même mois avec un article du Monde révélant cette plainte[171],[164]. À la suite d'une deuxième enquête, la plainte est de nouveau classée sans suite en [171]. Une troisième plainte pour les mêmes faits, cette fois avec constitution de partie civile, force le parquet à déclencher l'action publique et entraîne la désignation d'un juge d'instruction. À la mi-, un juge d'instruction parisien prononce une ordonnance de non-lieu, suivant les réquisitions du parquet[173]. Il écrit : « Le défaut de consentement ne suffit pas à caractériser le viol. Encore faut-il que le mis en cause ait eu conscience d'imposer un acte sexuel par violence, menace, contrainte ou surprise »[173]. Cette phrase, d’apparence choquante, est expliquée par la rédactrice en chef de Madmoizelle comme signifiant que : « si une personne ne consent pas « dans sa tête » mais ne l’exprime pas, et semble — voire prétend — consentir, alors il n’y a aucun moyen pour l’autre de savoir qu’il est en train d’enfreindre la loi »[174].

La plaignante interjette appel du non-lieu, mais est déboutée, la Cour d'appel jugeant l'appel hors-délai dans une ordonnance rendue en . En , la décision de la Cour d'appel est annulée par la Cour de cassation, se fondant sur un vice dans la procédure : la notification du non-lieu étant intervenue trop tardivement[175]. En conséquence, le [N 7], la Cour d'appel de Paris ordonne la reprise des investigations sur les accusations de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance[176],[177],[178]. Gérald Darmanin est entendu en sous le statut de témoin assisté[179]. Un nouveau non-lieu est prononcé en puis confirmé en appel en et en cassation en , mettant définitivement fin au volet judiciaire de l’affaire[180].

Accusations d'abus de faiblesse en 2018

Gérald Darmanin est accusé d'abus de faiblesse par une habitante de Tourcoing, qui porte plainte en . Elle l'accuse de l'avoir obligée à des relations sexuelles en échange de l'obtention d'un logement et d'un emploi en 2015[181]. L'enquête a été classée sans suite en  : le ministère public déclare que « Les actes d'enquête réalisés n’ont pas permis d'établir l'absence de consentement de la plaignante et n’ont pas caractérisé davantage l’existence d'une contrainte, d’une menace, d'une surprise ou d’une quelconque violence à son endroit »[182].

Le , Gérald Darmanin porte plainte envers la plaignante pour « dénonciation calomnieuse », plainte qu'il retire le 29 octobre suivant[183].

Le , l'association Pourvoir féministe effectue diverses saisines pour relancer cette affaire au motif du trafic d'influence, estimant que si la plaignante a retiré sa plainte, elle continue de bénéficier de biens publics (logement social et emploi public)[184],[185]. L'ancienne plaignante manifeste alors son soutien à Gérald Darmanin[186]. Le parquet de Paris classe l'affaire sans suite le [187].

Publications

Distinctions

Détail des mandats et fonctions

Au gouvernement

À l'Assemblée nationale

Au niveau local

Autres

Résultats électoraux

Élections législatives

Année Parti Circonscription % Issue
1er tour 2d tour
2012[196] UMP 10e du Nord 24,9 54,9 Élu
2022[197] LREM 39,1 57,5 Élu

Élections départementales

Année Parti Canton % Issue
1er tour 2d tour
2021[198] DVD Canton de Tourcoing-2 54,1 64,9 Élu

Élections municipales

Année Parti Commune Position % Sièges obtenus
1er tour 2d tour
2014[199] UMP Tourcoing Tête de liste 37,8 45,6
39  /  53
2020[200] LREM 60,9
46  /  53

Notes et références

Notes

  1. Portefeuille des Outre-mer ajouté le .
  2. Délégué aux transports, aux infrastructures de transport, aux relations internationales et transfrontalières, au tourisme et à la communication.
  3. Selon la journaliste du Canard enchaîné, Anne-Sophie Mercier, il présente faussement sa mère comme ayant été femme de ménage, alors qu'elle était en réalité concierge à la Banque de France (cf. Le Canard enchaîné, numéro du 19 juillet 2017, « Le bébé rageur », page 7).
  4. Gérald Darmanin revendique un grand-père harki. Dans le dossier de résistant de Ouakid Moussa (GR 16 P 452368 détenu et consultable au SHD de Vincennes) qui contient son parcours militaire avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, il n'est fait nulle mention qu'il était harki. Il ne pouvait l'être par ailleurs puisqu'il était adjudant-chef dans l'armée française et disposait donc du statut militaire alors que les harkis, stricto sensu, étaient des supplétifs recrutés sur place durant la guerre d'Algérie qui eux ne disposaient pas du statut militaire sous lequel étaient au contraire placés, par exemple, les tirailleurs. Les supplétifs étaient des civils liés à l’armée française par un simple contrat, qui n’assurait pas les mêmes protections que le recrutement dans les cadres de l’armée. Même si dans le vocabulaire contemporain, le terme « harki » renvoie parfois à l’ensemble des combattants d’origine algérienne ayant été dans les rangs de l’armée française pendant la guerre d’Algérie, et pas seulement aux harkis stricto sensu, il ne peut en aucun cas être appliqué à une personne gradée disposant du statut militaire (voir décret no 61-1201 du 6 novembre 1961 qui a fixé le cadre applicable aux personnels des harkas).
  5. La note précédente contient quelques informations erronées concernant le statut des Harkis. Le terme Harki existait avant la Guerre d'Algérie pour désigner les personnes qui adhéraient à l'Algérie française dès le début de la colonisation en 1830. Le terme a été largement propagé lors de la Guerre d'Algérie.
  6. Sa démission est acceptée par le préfet le [83].
  7. Le délai entre la cassation de novembre 2019 et la reprise de l'examen de la plainte en juin 2020 correspond aux grèves de l'hiver 2019 suivies du confinement du printemps 2020.

Références

  1. a b et c Saïd Mahrane, « Gouvernement : l'incroyable destin de Gérald Darmanin », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Léa Ouzan, « Gérald Darmanin : pourquoi son 2e prénom est Moussa », sur gala.fr, (consulté le ).
  3. François Miguet, « Les Petits Secrets de Gérald Darmanin », Capital, no 311,‎ , p. 32-34.
  4. « Chanteur, Pêcheur, Amoureux… des chats et du vin : secrets de Gérald Darmanin », sur journaldesfemmes.fr, (consulté le ).
  5. Cédric Mathiot, « Réforme des retraites : pourquoi Gérald Darmanin devrait arrêter de parler de sa mère », sur Libération (consulté le ).
  6. Acte de mariage N° 287 de Rocco Darmanin et Adèle Demarque à Denain le 11 décembre 1926, Etat civil de la ville de Denain
  7. Le nom de famille Darmanin, de Malte, signifie d'Arménie (en) « Malta and Its Connection with the Kingdom of Armenia », sur The Armenian Weekly, (consulté le ).
  8. « Ma mère était femme de ménage, mon grand-père harki et ancien tirailleur algérien, mon père tenait un bistro. Mon deuxième prénom est Moussa », a-t-il déclaré dans un portrait que lui a consacré Libération en 2012", dans « Gérald Darmanin, un sarkozyste devenu macroniste », Capital.fr, 17 mai 2017. Il était également adjudant-chef dans l'armée française et décoré de la médaille militaire (décret du 17 avril 1958, « Ouakid Moussa, adjudant-chef, classe 1927 M, recrutement d'Alger, mie R. M. 2311; 28 ans de services, 5 campagnes », Journal officiel de la République française, 1958, p. 4346).
  9. Dossiers administratifs de résistantes et résistants, Musée de la résistance en ligne, Dossier GR 16 P 452368
  10. « Pourquoi le président algérien a-t-il appelé Gérald Darmanin "Moussa" ? », sur Gentside, (consulté le ).
  11. abrelet, « Gérald Darmanin bassement attaqué pour ses origines harkies », sur Valeurs actuelles, (consulté le ).
  12. « صحيفة العرب | جيرالد دارمانان يقوم بجولة خاصة في مسقط رأس جده موسى (حركي)، ببلدة أولاد غالية في محافظة تيسمسيلت. (فرنسا) (الجزائر) (العرب_اللندنية) », sur موقع نبض (consulté le ).
  13. Gérald Darmanin: Les secrets d'un ambitieux, Anita Hausser, Jean-François Gintzburger, L'Archipel, 2021
  14. « Gérald Darmanin : mariage surprise avec Rose-Marie pour le ministre », sur purepeople.com, (consulté le ).
  15. « Gérald Darmanin : qui est sa femme, Rose-Marie Devillers ? », sur closermag.fr, (consulté le ).
  16. « Qui est Gérald Darmanin, le protégé de Nicolas Sarkozy ? », (consulté le ).
  17. a et b « Budget. Qui est Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics ? », sur Ouest-France, .
  18. a et b Sylvain Chazot, « 5 choses que vous ignoriez sur l'UMP Gérald Darmanin (et que vous auriez préféré ne jamais savoir) », sur Le Lab (consulté le ).
  19. a b c d e et f Anne-Sophie Petitfils, « Mobilisations et luttes internes autour des questions homosexuelles à l’UMP : l’« affaire Vanneste » », Politix, vol. 4, no 92,‎ , p. 99-124 (lire en ligne, consulté le ).
  20. La République des Apparatchiks. Enquête sur les meilleurs agents du système. Jean-Baptiste Forray Fayard, 31 mai 2017.
  21. « Le bébé rageur », Le Canard enchaîné, 19 juillet 2017, p. 7.
  22. « Quand Gérald Darmanin écrivait dans un magazine royaliste - La Lettre A N° 1744 » Accès payant, sur La Lettre A.
  23. « Gérald Darmanin : « À Bercy, je ne suis pas extrêmement heureux » », Charles,‎ , p. 48-58 (lire en ligne).
  24. « Quand Gérald Darmanin était royaliste » Accès payant, sur L'Incorrect, (consulté le ).
  25. Hugues Maillot, « Loi immigration : Gérald Darmanin cite Jacques Bainville à la tribune de l'Assemblée », sur Le Figaro, (consulté le ).
  26. Les équipes parlementaires des eurodéputés: Entreprises politiques et rites d'institution. Sébastien Michon, Primento/Larcier, 30 juin 2014.
  27. « Gérald Darmanin, un proche de Douillet pour succéder à Vanneste » Accès libre, sur Le Monde, (consulté le ).
  28. Le petit dico politique de la relève. Samir Tounsi, Éditions Du Moment, 19 novembre 2015
  29. « Pas de voile dans les matchs en France », Le Figaro, 6 juillet 2012.
  30. « La Droite Populaire (LDP) — France Politique », sur france-politique.fr (consulté le ).
  31. « UMP: Bertrand aurait ses parrainages », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « France: la polémique sur la «théorie du genre» s'invite à l'Assemblée », sur rfi.fr, (consulté le ).
  33. Lou Syrah, « Quand Darmanin dînait avec l’imam Iquioussen, qu’il veut à présent expulser », sur Mediapart (consulté le ).
  34. Lille chasse la voiture du centre-ville, Le Monde, 24 sept. 2016.
  35. Le maire UMP de Tourcoing renonce à ses 3 100 euros d'indemnités, lefigaro.fr, 9 mai 2014.
  36. « Top - Gérald Darmanin », Le Figaro Magazine, semaine du 16 mai 2014, page 31.
  37. « Nominations »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), u-m-p.org, 5 décembre 2014.
  38. Alexis Delcambre, Matthieu Goar et Olivier Faye, « Marine Le Pen menace de ne pas participer à « Des paroles et des actes » sur France 2 », sur Le Monde, (consulté le ).
  39. « Cumul des mandats : une pratique restreinte à compter de 2017 », sur vie-publique.fr, (consulté le ).
  40. « Régionales : Gérald Darmanin et François Sauvadet quittent leur mandat de député pour la région », francetvinfo.fr, 14 décembre 2015.
  41. « Darmanin quitte la direction nationale de Les Républicains, critiquant « l'entourage » et la « méthode » de Sarkozy », huffingtonpost.fr, 7 janvier 2015.
  42. Sébastien Tronche, « Après l'avoir critiqué, Gérald Darmanin apporte son soutien à Nicolas Sarkozy pour la primaire »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), lelab.europe1.fr, 20 août 2016.
  43. « Bureau politique du 29 novembre 2016 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), republicains.fr, 29 novembre 2016.
  44. Gérald Darmanin, « Le bobopopulisme de Monsieur Macron », sur L'Opinion, .
  45. Valeria Emanuele, « Avant d'intégrer son gouvernement, ils disaient pourtant le pire d'Emmanuel Macron », sur France Inter, .
  46. « Le compteur des lâcheurs de Fillon : Ils sont pour l'instant 296 (max : 306) », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. A.B. avec AFP, « Fillon: Gérald Darmanin quitte son poste de secrétaire général adjoint de LR : En quittant son poste de secrétaire général adjoint du parti LR, Gérald Darmanin marque son désaccord avec la volonté de François Fillon de rester candidat à la présidentielle coûte que coûte… », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. AFP, « Face à l'acharnement de Fillon, Gérald Darmanin quitte son poste de secrétaire général adjoint des Républicains : « Le respect de la parole donnée est la seule façon de lutter contre le FN. La trahir, c'est creuser le fossé avec le peuple » », HuffPost,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Louis Nadau, « Quand Darmanin étrillait Macron », bfmtv.com, 18 mai 2017.
  50. AFP, « Bruno Le Maire et Gérald Darmanin exclus des Républicains : Le gouvernement du nouveau Premier ministre Édouard Philippe, a été dévoilé ce mercredi 17 mai. Il compte 22 membres dont trois ministres d'État. Premières réactions à ces nominations du monde politique et des syndicats », Midi libre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. Arthur Berdah et Loris Boichot, « Pour Baroin, Le Maire et Darmanin sont des « prises d'otages », pas des « prises de guerre » : Invité de RTL ce jeudi matin, le chef de file des Républicains pour les élections législatives a minimisé l'entrée au gouvernement de deux membres de sa famille politique. Il refuse toutefois de les exclure «juridiquement », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. « Cinq membres pro-Macron, dont Edouard Philippe, exclus par Les Républicains », sur lci.fr, (consulté le ).
  53. « Darmanin, Solère et Lecornu adhèrent à En Marche », jdd,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. Philippe Père, « Bayrou, Collomb, Philippe... Que se passe-t-il lorsqu'un maire devient ministre ? », sur RTL, (consulté le ).
  55. Jean-François Rebischung, « Le ministre toujours maire », sur Nord Éclair, (consulté le ).
  56. A. Cl et V, « Gérald Darmanin, devenu ministre, ne sera plus maire le premier septembre : Nommé ministre de l’Action et des Comptes publics en mai dernier, le maire de Tourcoing est contraint de rendre son écharpe. Ce sera fait lors d’un conseil municipal réuni le 1er septembre », La voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  57. Hélène Constanty, « Deux ministres louent la villa en Corse d’un repris de justice », sur Mediapart (consulté le ).
  58. Michaël Hajdenberg, « Mediapart remporte le procès que lui avait intenté Gérald Darmanin », sur Mediapart (consulté le ).
  59. « Poursuivi en diffamation par deux ministres, « Mediapart » relaxé », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. Sarah Ugolini, « Les restaurants à 200 euros de Gérald Darmanin : lors d'un discours à la Sorbonne, le ministre de l'Action et des Comptes publics a voulu montrer son empathie envers les « gilets jaunes » en se plaignant « des additions dans les restaurants parisiens de 200 euros ». Une déconnexion des réalités des Français qui ne passe pas », Capital,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  61. Claire Rodineau, « Pour parler de la déconnexion avec les « gilets jaunes », Darmanin évoque « les restos parisiens à 200 euros » : Dans une conférence donnée à la Sorbonne, le ministre de l'Action et des Comptes publics a expliqué devoir « comprendre ce que c'est de vivre avec 950 euros par mois quand les additions dans les restaurants parisiens tournent autour de 200 euros » », BFM TV,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. Jean-Bernard Litzler, « « Gilets jaunes » : pour Darmanin, « c'est la peste brune qui a manifesté » sur les Champs-Élysées », sur Le Figaro, .
  63. « La déclaration d'impôt risque de disparaître dans les prochaines années », sur BFMTV (consulté le ).
  64. « Impôts : vers la fin de la déclaration de revenus ? », sur Franceinfo, (consulté le ).
  65. Benoît Floc'h et Audrey Tonnelier, « Gérald Darmanin propose de supprimer la déclaration de revenus : Le ministre veut exempter de cet exercice annuel les personnes dont la situation n’a pas changé dans l’année », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  66. « Sur RMC, Gérald Darmanin s'interroge sur la redevance audiovisuelle: « Elle doit évoluer car beaucoup n'ont plus d'appareils mais regardent sur internet » », sur RMC (consulté le ).
  67. « Gérald Darmanin propose de supprimer la redevance télévisuelle », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  68. « Le ministre Gérald Darmanin propose à Emmanuel Macron de supprimer la redevance audiovisuelle : Le ministre de l'Action et des Comptes publics a indiqué qu'il avait proposé cette mesure au président de la République et au Premier ministre », France Info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  69. « Gérald Darmanin propose la suppression de la redevance audiovisuelle : Le ministre des comptes publics estime que la suppression progressive de la taxe d’habitation va compliquer la perception de la contribution à l’audiovisuel public », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  70. « Gérald Darmanin à Tourcoing : «Je suis tête de liste, c'est pour être maire» », sur lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  71. « Élections municipales : Gérald Darmanin tête de liste à Tourcoing », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  72. « Municipales : Gérald Darmanin élu dès le premier tour à Tourcoing », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  73. « Municipales 2020 : La République en marche à la peine », sur la-croix.com, (consulté le ).
  74. « Gérald Darmanin élu maire de Tourcoing »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur francebleu.fr, .
  75. « Ministre et maire de Tourcoing : pourquoi l'exécutif autorise Gérald Darmanin à cumuler », sur europe1.fr, (consulté le ).
  76. « Édouard Philippe : «Quand on est ministre, on ne peut pas cumuler avec la tête d’un exécutif local. Donc il leur appartiendra de dire s’ils veulent rester [au] gouvernement.» », sur Libération.fr, (consulté le ).
  77. a et b Le Monde avec AFP, « Elu maire de Tourcoing, Gérald Darmanin conserve bien son fauteuil de ministre », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  78. Nathalie Schuck et Marc Vignaud, « EXCLUSIF. Le jour où Macron et Philippe ont retenu Darmanin », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  79. Décret du 6 juillet 2020 relatif à la composition du Gouvernement.
  80. « Gérald Darmanin démissionne du Conseil régional des Hauts-de-France et annoncera bientôt sa décision pour Tourcoing, ville dont il est maire », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  81. « Darmanin va démissionner de son mandat de maire de Tourcoing le 14 juillet », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  82. « Gérald Darmanin annonce que le futur maire de Tourcoing sera connu fin août », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  83. « Nord: Doriane Becue officiellement élue maire de Tourcoing en remplacement de Gérald Darmanin », sur bfmtv.com (consulté le ).
  84. Magali Lafourcade, « Du point de vue de la garantie des droits de l’homme, la nomination de Gérald Darmanin place Beauvau devrait faire débat », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  85. « Darmanin à Beauvau, c’est un affront, une déclaration de guerre », sur liberation.fr, (consulté le ).
  86. « Les militantes féministes ulcérées par les nominations de Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  87. (en-US) Adam Nossiter, « Macron’s New Cabinet Stirs Ire of French Feminists », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  88. « Darmanin et Dupond-Moretti déjà au centre des critiques », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  89. a et b Lénaïg Bredoux, « Pourquoi la promotion de Darmanin pose problème », sur Mediapart, (consulté le ).
  90. « Premier jour de Darmanin à l'Intérieur, bronca des féministes », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  91. « Accusations contre Darmanin : une association féministe saisit la justice pour relancer une affaire classée en 2018 », .
  92. a et b « Accusation de viol: tribune de «soutien» à Gérald Darmanin de 200 élus proches », sur Le Figaro, (consulté le ).
  93. « Darmanin : « Pourvoir Féministe » tente de relancer une affaire classée en 2018 », sur Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  94. Audrey Tonnelier et Nicolas Chapuis, « Gérald Darmanin veut « peser » à Beauvau », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  95. Cédric Pietralunga et Nicolas Chapuis, « Bousquet de Florian nommé nouveau directeur du cabinet du ministère de l’intérieur », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  96. « L'équipe de Gérald Darmanin pour occuper le terrain médiatique », sur La Lettre A.fr, (consulté le ).
  97. a et b « Départementales: Gérald Darmanin candidat dans le Nord », sur L'Obs (consulté le ).
  98. Wally Bordas, Régionales et départementales 2021 : quel score ont obtenu les ministres candidats, lefigaro.fr, 20 juin 2021 (consulté le ).
  99. « Législatives : Gérald Darmanin annonce sa candidature à Tourcoing », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  100. « Législatives 2022 : Gérald Darmanin largement réélu dans le Nord », sur cnews.fr (consulté le ).
  101. « Enseignant décapité : Gérald Darmanin va demander l'expulsion de 231 étrangers en situation irrégulière et fichés pour radicalisation à caractère terroriste », sur Franceinfo, (consulté le ).
  102. « Gérald Darmanin a demandé la fermeture de la mosquée de Pantin », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  103. Florine Boukhelifa, « Samuel Paty : la mosquée de Pantin regrette d'avoir relayé la vidéo contre l'enseignant », sur rtl.fr, (consulté le ).
  104. Angélique Négroni, « Samuel Paty: la mosquée de Pantin rouvre sous surveillance », Le Figaro, (consulté le ).
  105. « La mosquée de Pantin, fermée en octobre après l’assassinat de Samuel Paty, rouvrira vendredi », Le Monde, (consulté le ).
  106. Luc Lenoir, « Gérald Darmanin fait destituer deux imams aux prêches «inacceptables» », Le Figaro, (consulté le ).
  107. « Loire : un imam suspendu pour des propos discriminatoires envers les femmes », Le Parisien, (consulté le ).
  108. Dominique Goubatian, « Imam destitué à Saint-Chamond : les fidèles de la mosquée surpris », Le Progrès, (consulté le ).
  109. « Darmanin annonce l’expulsion à venir d’un imam du Nord », sur Mediapart (consulté le ).
  110. « Gérald Darmanin va travailler à la dissolution (délicate) de Génération Identitaire », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  111. « Gérald Darmanin se dit « scandalisé » par Génération identitaire et met à l'étude sa dissolution », sur bfmtv.com (consulté le ).
  112. « Gérald Darmanin engage la procédure de dissolution du groupe Génération identitaire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  113. « Le groupuscule d’extrême droite Génération identitaire dissous en Conseil des ministres », sur L'Obs (consulté le ).
  114. Louis Fontaine, « Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin veut dissoudre la maison d'édition « Nawa » en Ariège », sur France Bleu Occitanie, (consulté le ).
  115. « Gérald Darmanin veut dissoudre une maison d'édition «légitimant le djihad» », Le Figaro, (consulté le ).
  116. Robin Serradeil, « Le ministre Gérald Darmanin officialise la dissolution de la maison d'édition ariégeoise Nawa », La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  117. A.-L. WYNAR, « Le groupe antifasciste lyonnais «Gale» dissous par le gouvernement », sur Le Progrès, .
  118. Pierre Jequer-Zalc, « Nouveau camouflet pour Darmanin : le Conseil d’Etat suspend la dissolution d’un groupe antifasciste », sur Basta !, .
  119. Fabien Leboucq et Maïté Darnault, « Droit de suite Le Conseil d’Etat suspend la dissolution d’un groupe antifasciste lyonnais », sur Libération, .
  120. « Le Parlement adopte définitivement le projet de loi controversé contre « le séparatisme » », sur france24.com, (consulté le ).
  121. « Intempéries, sécurité, immigration: Gérald Darmanin, le tube de l’été », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  122. a et b Alexis BOISSELIER, « RÉCIT. Rejet de la loi immigration : Gérald Darmanin reste en poste mais ressort affaibli », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  123. « Projet de loi immigration rejeté: pour Gérald Darmanin, un désaveu », sur Le Figaro, (consulté le )
  124. « Pour Gérald Darmanin, une claque magistrale », sur 20minutes.fr, (consulté le )
  125. Albert Zennou, « Gérald Darmanin: «Il faut stopper l’ensauvagement d’une partie de la société» », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  126. Le HuffPost avec AFP, « En parlant « d'ensauvagement de la société », Darmanin donne des gages à la police et à la droite dure », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  127. a et b Héléna Berkaoui et Iban Raïs, « «Ensauvagement»: Gérald Darmanin heurte jusqu'au sein de LREM », sur Mediapart, (consulté le ).
  128. Nicolas Celnik, « «Ensauvagement» : le grand retournement », sur Libération.fr, (consulté le ).
  129. Alexandre Lemarié, « Macron recadre Darmanin et Dupond-Moretti après la polémique sur le terme « ensauvagement » », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  130. Rémi Duchemin, « Sur le terrain, la politique du chiffre est bien de retour pour les policiers », sur europe1.fr, (consulté le ).
  131. Alban Ketelbuters, « L'homophobie a-t-elle sa place au gouvernement ? », sur liberation.fr, (consulté le ).
  132. Maxime Bourdeau, « Macron veut que « chacun puisse aimer librement », ces tweets anti-mariage gay de Darmanin passent mal », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  133. « Quand Darmanin s’en prenait au mariage pour tous », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  134. Marc Vignaud, « Gérald Darmanin : « Maire, je marierai bien entendu des couples de même sexe » », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  135. « Gérald Darmanin rattrapé par ses tweets contre le mariage homosexuel », sur rtl.fr, (consulté le ).
  136. « Gérald Darmanin ministre de l'Intérieur : « une insulte à toutes les victimes de violences sexistes et sexuelles » », sur komitid.fr, (consulté le ).
  137. a b et c Stéphanie Fontaine, « Gérald Darmanin continue de cumuler les mandats et les indemnités : Le ministre des Comptes publics n'est plus maire de Tourcoing mais demeure vice-président de la Métropole européenne de Lille », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  138. « Déclaration d’intérêts de M. Gérard Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics », sur hatvp.fr (consulté le ).
  139. a et b Thomas Perroteau avec Yves Adaken, « Cumul, absences, indemnités : les mauvais comptes de Gérald Darmanin : Le ministre de l’Action et des Comptes publics empile toujours les mandats locaux pour ne pas injurier l’avenir. Mais ce roi du cumul est aussi un champion des absences. C'est notamment le cas à la Région qui lui verse 100 % de son indemnité de conseiller alors qu'il n'est présent qu'à 20 % des séances », Médiacités Lille,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  140. Vincent Jauvert, « Les drôles de leçons de morale de Gérald Darmanin le cumulard », nouvelobs.com, 26 novembre 2018.
  141. Quentin Vasseur, « Gérald Darmanin démissionne de la vice-présidence de la MEL, un mois après s'y être engagé », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne).
  142. « Maire et ministre, Gérald Darmanin dit avoir été «autorisé» à cumuler », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  143. « Élu maire de Tourcoing, Gérald Darmanin va être autorisé à rester au gouvernement », sur Franceinfo, (consulté le ).
  144. a et b « Gérald Darmanin accusé d’antisémitisme pour son livre sur « le séparatisme islamiste » », sur L'Obs (consulté le ).
  145. « Gérald Darmanin accusé d’antisémitisme », sur L'Humanité, (consulté le ).
  146. « Gérald Darmanin accusé d’antisémitisme dans son nouveau livre », sur fr.timesofisrael.com (consulté le ).
  147. « "Calmez-vous madame, ça va bien se passer" : Gérald Darmanin accusé d'"agressivité" et de "sexisme" après un échange musclé avec une journaliste de BFMTV », sur Franceinfo, (consulté le ).
  148. « « Calmez-vous, madame, ça va bien se passer » : l’opposition étrille « l’agressivité » de Gérald Darmanin envers Apolline de Malherbe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  149. « Nelly Garnier, conseillère (LR) de Paris : « De quoi Gérald Darmanin est-il le nom ? » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  150. [1] Gérald Darmanin, son ex-femme, Morgane, toujours furieuse contre lui : "Ceux qui le connaissent savent" sur public.fr du 25 mars 2022
  151. Voir sur francetvinfo.fr.
  152. « Mégabassines : les opposants accusent l’État de « dérive violente » », sur Le Point, (consulté le ).
  153. a et b « Polémique après l’intimidation de Darmanin sur la LDH », Le Progrès, (consulté le ).
  154. « APRÈS LES PROPOS DE DARMANIN, LA LIGUE DES DROITS DE L'HOMME RÉCOLTE 30.000 EUROS EN 24 HEURES », sur BFM TV, (consulté le ).
  155. « Après les menaces de Gérald Darmanin, la Ligue des droits de l’homme récolte 30 000 euros en vingt-quatre heures », (consulté le ).
  156. « Ligue des droits de l'Homme : « Le ministre de l’Intérieur est englouti par ses excès », estime Henri Leclerc », sur Public Sénat, (consulté le ).
  157. (en) « For Clément Beaune, Gérald Darmanin “expressed a personal position” on the LDH », sur euro.dayfr.com, (consulté le ).
  158. « Le phénomène Giorgia Meloni, la présidente du Conseil italien qui bouscule son pays et l’Europe », sur LEFIGARO, (consulté le ).
  159. (it) « "Nemico". Così il ministro dell'Interno francese attacca l'Italia », sur ilGiornale.it, (consulté le ).
  160. « Italie: les responsables politiques fustigent unanimement les propos de Darmanin sur Meloni », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  161. Yann Philippin, « Quand le ministre Darmanin se faisait conseiller fiscal du PSG au détriment du Trésor public » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le )
  162. Yann Philippin, « Affaire Darmanin-PSG : le gouvernement embarrassé, l’opposition saisit la justice » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le )
  163. Fabrice Arfi, Bérénice Gabriel, Célia Mebroukine, Yann Philippin, « Affaire Darmanin-PSG : la justice a perquisitionné à Bercy », sur Mediapart, (consulté le )
  164. a b c d e f et g Lucie Soullier, Émeline Cazi et Olivier Faye, « Gérald Darmanin visé par une accusation de viol », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  165. Vincent Vantighem, « Gouvernement Castex : Où en est la plainte pour viol visant Gérald Darmanin ? », sur 20minutes.fr, .
  166. Ludwig Gallet, « « Viol par surprise » et consentement, les clés de l'enquête visant Darmanin », L'Express, (consulté le ).
  167. Jacques Pezet, « Darmanin a-t-il admis l'échange de rapports sexuels contre une promesse de passe-droit ? », Libération, (consulté le ).
  168. « Accusation de viol : non-lieu requis en faveur de Gérald Darmanin », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le )
  169. « Plainte contre Darmanin : ses avocats ne nient pas les faits… mais n’y voient pas un viol », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  170. « Les avocats de Gérald Darmanin ne nient pas les faits qui lui sont reprochés, mais n’y voient pas un viol », sur Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  171. a b c et d Anaïs Condomines, « Pourquoi l'enquête pour viol contre Gérald Darmanin a-t-elle été rouverte ? », sur Libération.fr, (consulté le ).
  172. « Plainte contre Gérald Darmanin : où en est l'enquête ? », sur Les Echos, (consulté le ).
  173. a et b « Plainte pour viol contre Darmanin : un juge ordonne un non-lieu », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  174. Mymy Haegel, « « Le défaut de consentement ne suffit pas à caractériser le viol », ça veut dire quoi ? », Madmoizelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  175. « La justice va réexaminer le non-lieu dont a bénéficié Gérald Darmanin, accusé de viol », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  176. « Darmanin accusé de viol : la justice ordonne la reprise des investigations », sur RTL.fr (consulté le ).
  177. Antton Rouget et Marine Turchi, « Plainte pour viol contre Gérald Darmanin: le dossier est relancé », sur Mediapart (consulté le ).
  178. « La justice ordonne la reprise des investigations sur les accusations de viol contre Gérald Darmanin », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  179. « Visé par une accusation de viol, Gérald Darmanin entendu sous le statut de témoin assisté », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  180. « Gérald Darmanin : la Cour de cassation valide le non-lieu en faveur du ministre sur les accusations de viol », sur sudouest.fr, (consulté le )
  181. Marine Turchi et Antton Rouget, « Affaire Darmanin: la deuxième plaignante livre son récit », sur Mediapart (consulté le ).
  182. « L’enquête pour «abus de faiblesse» visant Darmanin classée sans suite », sur Libération.fr, (consulté le ).
  183. Marine Turchi et Antton Rouget, « Retrait de plainte, nouveaux SMS: les derniers rebondissements de l’affaire Darmanin », sur Mediapart (consulté le ).
  184. « Accusations contre Darmanin : Une association saisit la justice pour relancer une affaire classée en 2018 », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  185. Irène Ahmadi, « Darmanin : « Pourvoir Féministe » tente de relancer une affaire classée en 2018 », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  186. « Affaire Darmanin : une ex-plaignante prend sa défense par SMS », sur Le Point, (consulté le ).
  187. « Darmanin accusé de « trafic d’influence » : le parquet de Paris classe sans suite », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  188. « La droite en lambeaux », sur Le Monde, .
  189. « Gérald Darmanin publie un livre sur « le séparatisme islamiste » », sur bfmtv.com, .
  190. Arrêté du 9 janvier 2012 attribuant la médaille de la jeunesse et des sports. NOR : SPOK1200671A. Publié dans le Bulletin officiel des décorations, médailles et récompenses du 19 mars 2012, p. 144
  191. « les élus de la majorité », sur tourcoing.fr (consulté le ).
  192. « Les élus de la majorité », sur tourcoing.fr (consulté le ).
  193. « Démission du CA », sur La Voix Du Nord, .
  194. « SEM VILLE RENOUVELEE », sur Fédération des Epl (consulté le ).
  195. « Elus du SMIRT - Smirt », sur smirt-npdc.fr (consulté le ).
  196. « Tous les jeux de données de 1958 à 2012 au format XLS en une archive », sur data.gouv.fr (consulté le ).
  197. « Élections législatives 2022 : Nord (59) – 10e circonscription », sur resultats-elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  198. « Elections départementales 2021 : Nord (59) - canton de Tourcoing-2 (5938) », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  199. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  200. « Résultats municipales 2020 à Tourcoing », sur Le Monde.fr, Le Monde (ISSN 1950-6244, consulté le ).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes