Catherine Colonna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Catherine Colonna
Illustration.
Catherine Colonna en 2017.
Fonctions
Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères
En fonction depuis le
(1 mois et 12 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Élisabeth Borne
Gouvernement Borne
Prédécesseur Jean-Yves Le Drian
Ambassadrice de France au Royaume-Uni

(2 ans, 8 mois et 18 jours)
Prédécesseur Jean-Pierre Jouyet
Successeur Vacant
Représentante permanente de la France auprès de l'OCDE

(1 an, 10 mois et 29 jours)
Prédécesseur Pierre Duquesne
Successeur Jean-Pierre Jouyet
Ambassadrice de France en Italie

(3 ans et 20 jours)
Prédécesseur Alain Le Roy
Successeur Christian Masset
Représentante permanente de la France auprès de l'UNESCO

(2 ans, 8 mois et 26 jours)
Prédécesseur Joëlle Bourgois
Successeur Rama Yade
Ministre déléguée aux Affaires européennes

(1 an, 11 mois et 13 jours)
Président Jacques Chirac
Premier ministre Dominique de Villepin
Gouvernement Villepin
Prédécesseur Claudie Haigneré
Successeur Jean-Pierre Jouyet
Porte-parole de la présidence de la République française

(9 ans, 4 mois et 3 jours)
Président Jacques Chirac
Prédécesseur Jean Musitelli
Successeur Jérôme Bonnafont
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Tours (Indre-et-Loire, France)
Nationalité Française
Diplômée de Université de Tours
IEP de Paris
ENA
Profession Diplomate
Distinctions Officier de la Légion d'honneur

Catherine Colonna
Ministres français des Affaires étrangères

Catherine Colonna, née le à Tours (Indre-et-Loire), est une diplomate et femme politique française, élevée à la dignité d'ambassadrice de France.

Porte-parole de la présidence de la République sous Jacques Chirac de 1995 à 2004, elle est ministre déléguée aux Affaires européennes dans le gouvernement Dominique de Villepin, de 2005 à 2007.

Elle est ensuite représentante permanente de la France auprès de l'UNESCO (2008-2010) et de l'OCDE (2017-2019), puis ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire en Italie (2014-2017) et au Royaume-Uni (2019-2022).

Le , elle est nommée ministre de l'Europe et des Affaires étrangères dans le gouvernement Élisabeth Borne, sous la seconde présidence d'Emmanuel Macron.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Catherine Colonna est née à Tours. Son père, un avocat élevé dans un village en Corse, décide au lendemain de son mariage d'exploiter la ferme de sa belle-mère, directrice d'école à la retraite. Sa mère, licenciée en anglais, est une femme au foyer. Elle grandit dans la ferme familiale à Dolus-le-Sec, près de Loches. Elle a une sœur aînée, Anne-Marie[1].

Après avoir obtenu un DEA de droit public à l'université de Tours, elle poursuit ses études à l'Institut d'études politiques de Paris (service public), puis intègre l'École nationale d'administration (ENA) dans la promotion Solidarité (1981-1983).

Carrière professionnelle et diplomatique[modifier | modifier le code]

À sa sortie de l'ENA en 1983, elle choisit la carrière diplomatique. Pour son premier poste au Quai d'Orsay elle est nommée à l'ambassade de France aux États-Unis, à Washington, d'abord au service politique puis au service de presse et d'information (1983-1986).

À son retour à Paris, elle est chargée du droit européen à la direction des affaires juridiques du ministère des Affaires étrangères de 1986 à 1988, puis devient conseiller technique 1988 au cabinet de Maurice Faure, ministre d'État, ministre de l'Équipement de François Mitterrand. Mi-1989, peu avant la chute du Mur de Berlin, elle rejoint le Centre d'analyse et de prévision du Quai d'Orsay, où elle est chargée des questions européennes en plein mouvement. Elle deviendra ensuite l'une des porte-paroles du Quai d'Orsay de 1990 à 1993, à la direction de la Communication et de l'Information du ministère des Affaires étrangères, puis porte-parole adjointe du ministère après l'arrivée au Quai d'Orsay en 1993, d'Alain Juppé, et de son directeur de cabinet Dominique de Villepin.

Le , elle est nommée ambassadrice de la France auprès de l'UNESCO.

En elle décide de rejoindre le cabinet de conseil en communication Brunswick en tant que managing partner[2].

Depuis , elle est membre du conseil d'administration de la Fondation Chirac, initiée par l'ancien président de la République. Elle est également vice-présidente du Conseil franco-britannique (2009-2014), présidente du conseil d'administration du Centre international d'études pédagogiques (CIEP) de 2008 à 2011 et présidente du conseil d'administration de l'École du Louvre de 2010 à 2014 et membre du Conseil culturel de la Monnaie de Paris depuis 2008.

Elle a rejoint le conseil de surveillance du groupe BPCE d'avril à , tout en conservant ses fonctions au sein du groupe Brunswick, avant sa nomination comme ambassadrice à Rome.

Elle est ambassadrice de France en Italie de à [3].

Elle est nommée ambassadrice, représentante permanente de la France auprès de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) le 4 octobre 2017 en Conseil des ministres[4].

Le , elle est nommée ambassadrice de France au Royaume-Uni[5],[6].

Le [7], Catherine Colonna est élevée en Conseil des ministres à la dignité d’ambassadrice de France[8]. Elle est l'une des trois femmes élevées à cette dignité avec Sylvie Bermann (2019) et Anne-Marie Descôtes (2020).

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Responsabilités sous Jacques Chirac[modifier | modifier le code]

En mai 1995, Jacques Chirac en fait sa porte-parole à l'Élysée. Elle occupe cette fonction pendant plus de neuf ans. Après la réélection de Jacques Chirac en 2002, souhaitant quitter ses fonctions pour retrouver l'une de ses passions, elle est nommée directrice générale du Centre national de la cinématographie en septembre 2004[9], ainsi que vice-présidente du festival de Cannes[6].

Ministre déléguée aux Affaires européennes[modifier | modifier le code]

Mais après le référendum sur l'Europe et à l'occasion du changement de gouvernement, le , elle est rappelée aux affaires publiques et nommée ministre déléguée aux Affaires européennes du gouvernement Villepin et le restera deux ans jusqu'au . À l'automne de la même année et jusqu'à l'été 2008, elle fait partie de la Commission du Livre blanc sur la politique étrangère et européenne, pilotée par Alain Juppé.[réf. nécessaire]

Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

Depuis le , elle est ministre de l'Europe et des Affaires étrangères dans le gouvernement Élisabeth Borne, sous la seconde présidence d'Emmanuel Macron[10]. Elle est la deuxième femme, après Michèle Alliot-Marie entre et , à se voir confier ce portefeuille ministériel[11],[12]. Peu après sa nomination, Mediapart révèle des faits de harcèlement moral envers ses collaborateurs à Rome et Londres[13],[14].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Dignité[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Véronique Soulé, « Portrait Fidèle aux postes », sur liberation.fr, (consulté le )
  2. Yann Verdo, « Catherine Colonna Nouvelle recrue de poids chez Brunswick », Les Échos, màj 6 août 2019
  3. Décret du 14 août 2014 portant nomination d'une ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès de la République italienne - Mme COLONNA (Catherine)
  4. Décret du 4 octobre 2017 portant nomination d'une ambassadrice, représentante permanente de la France auprès de l'organisation de coopération et de développement économiques
  5. Décret du 12 août 2019 portant nomination d'une ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord - Mme COLONNA (Catherine) (lire en ligne)
  6. a et b « Biographie », sur France in the United Kingdom - La France au Royaume-Uni (consulté le )
  7. Conseil des ministres du — nominations
  8. a et b Décret du 25 novembre 2020 élevant à la dignité d'ambassadrice de France.
  9. Archives conservées aux Archives nationales et instrument de recherche disponible dans la salle des inventaires virtuelle.
  10. « Catherine Colonna nommée ministre de l’Europe et des affaires étrangères », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Portrait : Catherine Colonna, une diplomate chevronnée aux Affaires étrangères », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Nouveau gouvernement : Catherine Colonna, une expérimentée au ministère des Affaires étrangères », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. Ellen Salvi, « Harcèlement moral : la ministre Colonna nommée malgré des signalements », sur Mediapart (consulté le )
  14. Victor Boiteau, « La ministre Catherine Colonna visée par des signalements sur son management: «Des pratiques consistant à briser les gens» », sur Libération (consulté le )
  15. Décret du 3 avril 2015 portant promotion et nomination.
  16. Décret du 25 mars 2005 portant promotion et nomination.
  17. Décret du 11 novembre 2010 portant promotion et nomination.
  18. (it) Segretariato generale della Presidenza della Repubblica - Servizio sistemi informatici, « Le onorificenze della Repubblica Italiana », sur www.quirinale.it (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]