Geneviève Darrieussecq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Geneviève Darrieussecq
Illustration.
Geneviève Darrieussecq en 2017.
Fonctions
Ministre déléguée chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants
En fonction depuis le
(1 an, 2 mois et 9 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Jean Castex
Ministre Florence Parly
Gouvernement Castex
Prédécesseur Elle-même (secrétaire d'État)
Secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées

(3 ans et 15 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Édouard Philippe
Ministre Florence Parly
Gouvernement Philippe II
Prédécesseur Jean-Marc Todeschini (indirectement)
Successeur Elle-même (ministre)
Députée française

(1 mois)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 1re des Landes
Législature XVe
Prédécesseur Florence Delaunay
Successeur Fabien Lainé
Conseillère départementale des Landes

(2 ans, 2 mois et 30 jours)
Avec Pierre Mallet
Élection 29 mars 2015
Circonscription Canton de Mont-de-Marsan-2
Prédécesseur Renaud Lahitète
Successeur Muriel Crozes
Maire de Mont-de-Marsan

(9 ans, 3 mois et 21 jours)
Réélection 23 mars 2014
Prédécesseur Philippe Labeyrie
Successeur Charles Dayot
Conseillère régionale d'Aquitaine

(11 ans, 8 mois et 8 jours)
Élection 28 mars 2004
Réélection 21 mars 2010
Président Alain Rousset
Successeur Pascale Requenna
Biographie
Nom de naissance Geneviève Darrieussecq
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Peyrehorade (France)
Nationalité Française
Parti politique UDF (2004-2007)
MoDem (depuis 2007)
Diplômée de Université Bordeaux II
Profession Médecin

Geneviève Darrieussecq
Ministres français des Anciens Combattants

Geneviève Darrieussecq, née le à Peyrehorade (Landes), est une médecin et femme politique française.

Conseillère régionale d'Aquitaine de 2004 à 2015, elle est maire de Mont-de-Marsan de 2008 à 2017 et présidente de Mont-de-Marsan Agglomération de 2009 à 2017. Elle est également membre du bureau exécutif national du Mouvement démocrate (MoDem) depuis 2009.

Lors des élections législatives de 2017, elle est élue députée dans la première circonscription des Landes. Quelques jours plus tard, le , elle est nommée secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, Florence Parly, dans le deuxième gouvernement Philippe. Elle est ensuite nommée, le , ministre déléguée à la Mémoire et aux Anciens Combattants dans le gouvernement Castex.

Elle est la candidate de la majorité présidentielle aux élections régionales de 2021 en Nouvelle-Aquitaine.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Formation et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Geneviève Darrieussecq est née à Peyrehorade le dans une famille d'agriculteurs. Après des études à la faculté de médecine de l'université de Bordeaux-Segalen (Bordeaux-II), elle exerce en tant que médecin allergologue libéral et médecin attaché à l’hôpital de Mont-de-Marsan à partir de 1983-1984.

En complément de cette activité professionnelle, elle assume diverses responsabilités :

  • présidente de l’Association de formation continue des allergologues d’Aquitaine (APALA) de 1992 à 2000
  • présidente de l’ANAICE (aujourd'hui SYFAL), syndicat national des allergologues de 1998 à 2001
  • présidente de la Fédération hospitalière de France - région Nouvelle-Aquitaine
  • membre du Conseil de l'ordre des médecins des Landes

Dans le domaine associatif, elle exerce en tant que médecin du Stade montois rugby de 1997 à 2007.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mariée, elle est mère de quatre enfants[1] et grand-mère de neuf petits-enfants[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Geneviève Darrieussecq commence sa carrière politique en 2004, en devenant conseillère régionale d’Aquitaine. En 2008, elle se présente pour les élections municipales à la mairie de Mont-de-Marsan, alors que le Mouvement démocrate (MoDem) bénéficie de l'alliance avec l'Union pour un mouvement populaire (UMP) dans la préfecture landaise. Elle est élue au terme du second tour en [3]. Elle devient alors une des rares élues d'importance au sein du MoDem[4].

En 2009, elle est candidate aux élections européennes, en quatrième position sur la liste MoDem dirigée par Robert Rochefort[5]. Sa liste recueille à Mont-de-Marsan (dont elle est le maire) 12 % des suffrages ; sur l'ensemble du département, sa liste comptabilisé 9,5 % des voix. Le , elle est nommée membre du bureau exécutif national du MoDem[6]. Elle est élue en septembre 2009 présidente de Mont-de-Marsan Agglomération à la suite de la démission de Jean-Pierre Jullian, contre Alain Vidalies[3],[7], avec 35 voix sur 64 contre 27 pour son adversaire.

Elle est candidate aux élections régionales de 2010 en tête des Landes sur la liste MoDem menée par Jean Lassalle[8] recueillant plus de 21 % des suffrages à Mont-de-Marsan et 12,2 % sur l'ensemble du département. Au second tour, sa liste recueille 24 % à Mont-de-Marsan et environ 15 % dans le département des Landes.

Lors de l'élection présidentielle de 2012, elle fait partie de l'équipe de campagne de François Bayrou en tant que responsable des affaires de santé[9].

Geneviève Darrieussecq a été également présidente de l'Union des villes taurines françaises[10] (2010-2014).

Lors des élections municipales de 2014, elle est réélue maire de Mont-de-Marsan au premier tour avec 56,01 % des voix.

En mars 2015, elle est élue conseillère départementale du canton de Mont-de-Marsan-2, en tandem avec Pierre Mallet[11].

Elle soutient Alain Juppé pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[12],[13].

Le , elle annonce son soutien à Emmanuel Macron dans le cadre de l'élection présidentielle de 2017[14].

Elle se présente aux élections législatives de 2017 dans la première circonscription des Landes. Le , à l'issue du second tour, elle est élue députée avec 65,12 % des voix[15],[16].

Au gouvernement[modifier | modifier le code]

Le , Geneviève Darrieussecq est nommée secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées Florence Parly dans le deuxième gouvernement d'Édouard Philippe. Charles Dayot lui succède en tant que maire de Mont-de-Marsan le et son suppléant, Fabien Lainé, devient député.

Contexte relève que « Geneviève Darrieussecq est discrète auprès de Florence Parly au ministère des Armées. Elle a eu une lettre de mission précise : à elle « l’humain », quand la ministre s’occupe du matériel. La mémoire, la jeunesse, la formation, le Service de santé des armées, le développement durable dans les armées, le plan famille sont ses premiers sujets de préoccupation. Mais elle doit se tenir au courant du reste, pour être capable de répondre en cas d’absence de Florence Parly »[17].

Jusqu'au , elle est chargée de la mise en œuvre du service national universel ; ce dossier est ensuite transféré à Gabriel Attal, nommé secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse[18].

Geneviève Darrieussecq a également en charge la mémoire et les anciens combattants. Elle supervise ainsi la rédaction d'un livret intitulé Aux combattants d’Afrique, la patrie reconnaissante, qui présente les biographies de cent combattants africains morts pour la France[19]. Remis le aux députés de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées et aux sénateurs du groupe d’études sur les anciens combattants, l'ouvrage a pour but d'inciter les élus à nommer des lieux publics tels que les rues, les parcs et jardins d'après les noms des combattants Africains[20],[21].

Durant la pandémie de Covid-19 en France, Geneviève Darrieussecq intègre trois matinées par semaine une « cellule Covid-19 » de l'hôpital d'instruction des armées Percy de Clamart, où elle est chargée de l'examen des patients suspectés d'être atteints par le virus[22],[23]. Elle y a pour collègue l'ancienne ministre Agnès Buzyn[24].

Le , elle est nommée ministre déléguée à la Mémoire et aux Anciens Combattants dans le gouvernement de Jean Castex.

Le , elle officialise sa candidature aux élections régionales de 2021 en Nouvelle-Aquitaine, à la tête d'une liste de rassemblement de la majorité présidentielle[25].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Parti 1er tour 2d tour Issue
Voix % Voix %
2007 UDF-MoDem 6 607 11,11 Battue
2017 MoDem-LREM 23 213 43,34 26 192 63,65 Élue

Élections régionales[modifier | modifier le code]

Année Liste Région 1er tour 2d tour Sièges obtenus
Voix % Voix %
2021 MoDem-LREM Nouvelle-Aquitaine 204 767 13,71 196 894 13,01 18/183

Élections départementales[modifier | modifier le code]

Année Parti Colistier 1er tour 2d tour Issue
Voix % Voix %
2015 MoDem Pierre Mallet 4 946 43,22 6 038 54,96 Élue

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Année Parti 1er tour 2d tour Issue
Voix % Voix %
2008 MoDem 5 805 43,93 7 545 52,88 Élue
2014 MoDem 6 286 56,01 Élue

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/landes/mont-de-marsan/landes-qui-est-genevieve-darrieussecq-votre-nouvelle-deputee-1278379.html
  2. https://www.facebook.com/genevieve.darrieussecq/posts/tr%C3%A8s-tr%C3%A8s-heureuse-de-larriv%C3%A9e-hier-jour-du-printemps-de-notre-num%C3%A9ro-9-l%C3%A9once-u/10221294380743554/
  3. a et b « Mont-de-Marsan: Geneviève Darrieussecq, une novice devenue incontournable. », sur www.lexpress.fr, L'Express, (consulté le ).
  4. Gaël Vaillant, « Le who's who de l'alliance UDI-MoDem », sur www.lejdd.fr, Le Journal du dimanche, (consulté le ).
  5. « Listes officielles de la région Sud-ouest : Démocrates pour l'Europe liste soutenue par François Bayrou », sur elections.lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le ).
  6. « Modem : Bayrou dans la tourmente », sur tempsreel.nouvelobs.com, L'Obs, (consulté le ).
  7. Jean-François Renaut, « Entre Darrieussecq et Jullian, le torchon brûle », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le ).
  8. Pierre Sauvey, « Régionales 2010 : dernier test avant la présidentielle », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  9. Jean-François Renaut, « Darrieussecq : Bayrou seul « dit la vérité » », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le ).
  10. Christophe Chiclet, « L'instrumentalisation des corridas : no pasaran », sur cairn.info, Confluences Méditerranée, (consulté le ).
  11. http://www.landes.fr/les-conseillers-departementaux
  12. Landes : ils soutiennent Juppé, Sud Ouest, 8 juillet 2016.
  13. Alain Juppé recueille le soutien des centristes de l’UDI pour la primaire de la droite, Le Monde, 13 octobre 2016.
  14. « Landes : Geneviève Darrieussecq se met En Marche ! », sur SudOuest.fr (consulté le )
  15. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  16. « Législatives : Darrieussecq, première femme élue députée dans les Landes », sudouest.fr, 18 juin 2017.
  17. Samuel Le Goff, Simon Prigent, Diane de Fortanier et Hortense Goulard, « Les attributions informelles des secrétaires d’État « sans attribution », sur contexte.com, (consulté le ).
  18. Alain Barluet, « Service national universel: les militaires soulagés par une participation a minima », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. Pierre Lepidi, « Le gouvernement français veut inciter les maires à donner aux rues des noms de soldats africains », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Des rues aux noms de soldats africains », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Sophie Constanzer, « Les communes incitées à baptiser les rues de noms de soldats africains de la Seconde Guerre mondiale », sur France Bleu, (consulté le ).
  22. Nicolas Barotte, « Ministre et médecin, Geneviève Darrieussecq renfile la blouse », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Romain Barucq, « Landes : le docteur Darrieussecq reprend du service », Sud Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Ivanne Trippenbach, « Élus, ministres et… médecins: ils racontent leur crise du coronavirus », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/ne-pas-publier-elections-regionales-la-centriste-landaise-genevieve-darrieussecq-officialise-sa-candidature-2048197.html
  26. Décret du 13 juillet 2011 portant promotion et nomination.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]