Laurence Boone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Laurence Boone
Illustration.
Laurence Boone en 2018.
Fonctions
Secrétaire d'État chargée de l'Europe
En fonction depuis le
(4 mois et 28 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Élisabeth Borne
Ministre Catherine Colonna
Gouvernement Borne
Prédécesseur Clément Beaune (indirectement)
Biographie
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Boulogne-Billancourt (France)
Nationalité Française
Diplômée de London Business School
Université Paris-Nanterre
Université de Reading
Profession Économiste

Laurence Boone, née le à Boulogne-Billancourt, est une économiste française spécialisée en macroéconomie, en politique européenne et en finances publiques.

Après une carrière dans le privé et l'enseignement, elle est conseillère économique de François Hollande, président de la République française, de à . Elle poursuit sa carrière au sein du groupe Axa puis de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Le , elle est nommée secrétaire d'État chargée de l'Europe dans le gouvernement Élisabeth Borne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

D'une famille aux lointaines origines irlandaises, fille d'ingénieur, Laurence Boone effectue sa scolarité dans les institutions de Notre-Dame-de-Sion, La Bruyère-Sainte-Isabelle et l’École du Sacré-Cœur[1].

Laurence Boone est diplômée de l'université Paris-Nanterre (DEA de modélisation et d'analyse quantitative), de la London Business School (doctorat d'économie)[2] et de l'université de Reading (master d'économétrie).

Elle est l'épouse du polytechnicien Xavier Faure[1] et mère de deux enfants[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Dans le privé et dans la recherche[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière en tant qu'analyste chez Merrill Lynch Asset Management (1995-1996). Elle devient ensuite chercheuse au Centre d'études prospectives et d'informations internationales, le CEPII (1996-1998), puis économiste au département des affaires économiques de l'OCDE (1998-2004). En 2004, elle rejoint Barclays Capital France en tant que chef-économiste[3].

En 2011, elle devient chef-économiste Europe de Bank of America Merrill Lynch. Membre du Cercle des économistes[4], Laurence Boone est l'autrice de nombreux[évasif] ouvrages et publications. Actuellement professeur à Sciences Po Paris, elle a également enseigné à l'École polytechnique, à l'ENSAE et à l’École normale supérieure de Cachan ; elle a par ailleurs été membre du jury du concours de l'ENA. Elle est membre du conseil d'administration du groupe Kering (ex-PPR) de 2010 à 2014[5], puis de 2016 à 2018[6]. Début 2014, elle rédige des chroniques dans le quotidien L'Opinion[3].

Au palais de l'Élysée sous François Hollande[modifier | modifier le code]

En [7], Laurence Boone est nommée au poste de conseiller économique et financier au palais de l'Élysée. L'annonce de sa nomination auprès du président de la République François Hollande est faite début [2] en anticipation d'un futur départ d'Emmanuel Macron[8].

Le , elle voit son titre changer : de conseillère, chef du pôle « Économies et finances », elle devient conseillère spéciale pour les affaires économiques et financières multilatérales et européennes, sherpa de François Hollande, à l'occasion du mouvement « simplificateur » du cabinet de celui-ci[9]. Durant la crise de la dette publique grecque, elle participe à le convaincre de l'importance de maintenir la Grèce dans la zone euro[10].

Elle participe à la réunion du groupe Bilderberg de 2015[11],[12].

Axa[modifier | modifier le code]

Son départ le [13], pour rejoindre le groupe Axa comme chef économiste, est annoncé en janvier de la même année[14],[15],[16],[17].

OCDE[modifier | modifier le code]

Le , elle est nommée chef économiste de l'OCDE, en remplacement de Catherine Mann. Elle prend ses fonctions le .

En janvier 2022, Laurence Boone est nommée secrétaire générale adjointe de l'OCDE[18].

Gouvernement Élisabeth Borne[modifier | modifier le code]

Le , Laurence Boone est nommée secrétaire d'État chargée de l'Europe dans le gouvernement Élisabeth Borne.

En octobre 2022, interrogée par le quotidien La Repubblica sur la manière dont le gouvernement français travaillera avec le prochain gouvernement italien, elle affirme: « Nous serons très vigilants sur le respect des valeurs et des règles de l’État de droit ». Ces déclarations provoquent la colère de Giorgia Meloni, dont le parti Frères d'Italie a terminé vainqueur des législatives du 25 septembre précédent. Meloni, qui devrait être nommée Première ministre d’ici fin octobre 2022, réagit en dénonçant « une menace inacceptable d’ingérence contre un Etat souverain membre de l’Union européenne »[19].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b David Fontaine, « Laurence Boone : en tailleur Channel », Le Canard enchaîné,‎ , p. 7
  2. a et b Emmanuel Jarry et Jean-Baptiste Vey, « Laurence Boone, nouveau conseiller économique à l'Élysée », sur Reuters, (consulté le )
  3. a b et c Marie Visot, « Laurence Boone, une forte tête à l'Élysée », Le Figaro, encart « Culture »,‎ , p. 38 (lire en ligne).
  4. « Laurence Boone », sur Le Cercle des économistes (consulté le )
  5. « Kering : démission de Laurence Boone », sur Le Figaro, (consulté le )
  6. Kering : Laurence Boone quitte le conseil d’administration, article sur Fashion Network du 27 juillet 2018
  7. Arrêté du 12 juillet 2014 portant nomination à la présidence de la République
  8. « Hollande remanie l'Élysée et recrute Laurence Boone », sur Le Point, (consulté le ).
  9. « François Hollande boucle la réorganisation de son cabinet », sur La lettre de L'Expansion, (consulté le )
  10. « Laurence Boone », in « Les 50 Français les plus influents du monde », Vanity Fair n°64, décembre 2018 - janvier 2019, p. 101.
  11. Pierre Breteau et Alexandre Pouchard, « 3 questions sur le très secret groupe Bilderberg, objet de fantasmes », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  12. « Qui sont les dix Français invités du très secret groupe Bilderberg? », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Arrêté du 1er mars 2016 portant organisation du cabinet du Président de la République
  14. Laurence Boone, la conseillère économique de François Hollande, quitte l'Elysée, lexpress.fr, 11 janvier 2016
  15. « Laurence Boone quitte l’Élysée pour le Groupe AXA », lesechos.fr, 11 janvier 2016.
  16. La conseillère économique de Hollande quitte l'Élysée, lefigaro.fr, 11 janvier 2016
  17. Fin du quinquennat : François Hollande recase ses proches et ses conseillers, lepoint.fr, 18 mai 2016
  18. « Laurence Boone nommée secrétaire générale adjointe de l'OCDE », sur LEFIGARO, (consulté le )
  19. Italie : Paris se dit «vigilant sur l'État de droit», Meloni outrée, lefigaro.fr, 8 octobre 2022
  20. Décret du 12 juillet 2013 portant promotion et nomination

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]