Laurence Boone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Laurence Boone, née le 15 mai 1969, est une économiste française spécialisée en macro-économie, en politique européenne et en finance publique. Elle a été conseillère économique du président de la République de juin 2014 à mars 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'une famille aux lointaines origines irlandaises, fille d'un père ingénieur, Laurence Boone effectue sa scolarité dans les institutions de Notre-Dame-de-Sion, La Bruyère-Sainte-Cécile et l’École du Sacré-Cœur[1].

Diplômée de l'université Paris X-Nanterre (DEA de modélisation et d'analyse quantitative), de la London Business School (doctorat d'économie)[2] et de l'université de Reading (master d'économétrie), elle commence sa carrière en tant qu'analyste chez Merrill Lynch Asset Management (1995-1996). Elle devient ensuite chercheuse au Centre d'études prospectives et d'informations internationales, le CEPII (1996-1998), puis économiste au département des affaires économiques de l'OCDE (1998-2004). En 2004, elle rejoint Barclays Capital France en tant que chef-économiste[3].

En 2011, elle devient chef-économiste Europe de Bank of America Merrill Lynch. Membre du Cercle des économistes[4], Laurence Boone est l'auteur de nombreux[évasif] ouvrages et publications. Actuellement professeur à Sciences Po Paris, elle a également enseigné à l'École polytechnique, à l'ENSAE et à l’École normale supérieure de Cachan ; elle a par ailleurs été membre du jury du concours de l'ENA. Elle est membre du conseil d'administration du Groupe Kering (ex-PPR) depuis 2010[5]. Son mandat ayant été renouvelé pour une période de 3 ans lors de l'assemblée générale du , elle démissionne de ses fonctions au sein de Kering le [6]. Début 2014, elle rédige des chroniques dans le quotidien L'Opinion[3].

En juillet 2014[7], Laurence Boone est nommée au poste de conseiller économique et financier au palais de l'Élysée. L'annonce de sa nomination auprès du président de la République François Hollande est faite début juin 2014[2] en anticipation d'un futur départ d'Emmanuel Macron[8]. L'Opinion ne se fait alors pas faute de remettre en avant une de ses récentes chroniques où elle critiquait « un bilan économique désastreux » et des « choix de politique économique [du gouvernement] quasiment inexistants »[9].

L'annonce de son entrée au cabinet suscite, par référence au discours prononcé par François Hollande au Bourget le , des commentaires acides, comme celui du journaliste Éric Dupin « le monde de la finance, qui gouverne sans avoir jamais été élu[10]. » Le ministre des Finances et des Comptes publics Michel Sapin répond aux critiques par la formule : « Ce sont les compétences qui sont de retour[11] ». Le rapprochement de cette nomination avec le passage, en juillet 2014, de David Azéma vers la Bank of America fait même parler d'un « indécent chassé-croisé entre Bank of America et le pouvoir socialiste » (Laurent Mauduit)[12],[13].

Le 26 décembre 2014, elle voit son titre changer : de conseillère, chef du pôle « Économies et finances », elle devient conseillère spéciale pour les affaires économiques et financières multilatérales et européennes, sherpa de François Hollande, à l'occasion du mouvement « simplificateur » du cabinet de celui-ci[14].

Son départ le 14 mars 2016[15], pour rejoindre le groupe Axa comme chef économiste, avait été annoncé en janvier 2016[16],[17],[18],[19].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est l'épouse du polytechnicien ingénieur des Mines Xavier Faure[1] et mère de deux enfants[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b David Fontaine, « Laurence Boone : en tailleur Channel », Le Canard enchaîné,‎ , p. 7
  2. a et b Emmanuel Jarry et Jean-Baptiste Vey, « Laurence Boone, nouveau conseiller économique à l'Élysée »,‎ (consulté le 16 juillet 2014)
  3. a, b et c Marie Visot, « Laurence Boone, une forte tête à l'Élysée », Le Figaro, encart « Culture », mercredi 11 juin 2014, page 38.
  4. « Laurence Boone », sur Le Cercle des économistes (consulté le 16 juillet 2014)
  5. « Laurence Boone », sur www.kering.com/fr (consulté le 16 juillet 2014)
  6. « Kering : démission de Laurence Boone », sur Le Figaro,‎ (consulté le 12 juin 2014)
  7. Arrêté du 12 juillet 2014 portant nomination à la présidence de la République
  8. « Hollande remanie l'Élysée et recrute Laurence Boone », sur Le Point,‎ (consulté le 10 juin 2014).
  9. « Laurence Boone, une chroniqueuse de l'Opinion nommée à l'Elysée », sur L'Opinion,‎ (consulté le 3 août 2016)
  10. Éric Dupin, « Le «remaniement» de l'Elysée est la preuve que voter ne sert à rien », sur www.slate.fr,‎ (consulté le 15 juillet 2014)
  11. « La nouvelle conseillère économique de Hollande répond aux critiques », sur www.lefigaro.fr,‎ (consulté le 16 juillet 2014)
  12. Laurent Mauduit, « L’indécent chassé-croisé entre Bank of America et le pouvoir socialiste », sur www.mediapart.fr,‎ (consulté le 15 juillet 2014)
  13. Gérard Karageorgis, « L’indécent chassé-croisé entre Bank of America et le pouvoir socialiste (Laurent Mauduit) », sur sans-langue-de-bois.eklablog.fr,‎ (consulté le 15 juillet 2014)
  14. « François Hollande boucle la réorganisation de son cabinet », sur La lettre de L'Expansion,‎ (consulté le 3 août 2016)
  15. Arrêté du 1er mars 2016 portant organisation du cabinet du Président de la République
  16. Laurence Boone, la conseillère économique de François Hollande, quitte l'Elysée, lexpress.fr, 11 janvier 2016
  17. « Laurence Boone quitte l’Élysée pour le Groupe AXA », lesechos.fr, 11 janvier 2016.
  18. La conseillère économique de Hollande quitte l'Élysée, lefigaro.fr, 11 janvier 2016
  19. Fin du quinquennat : François Hollande recase ses proches et ses conseillers, lepoint.fr, 18 mai 2016