Thomas Cazenave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cazenave.
Thomas Cazenave
Thomas Cazenave - Candidat LREM aux élections municipales de Bordeaux en 2020.jpg
Fonctions
Directeur
Direction interministérielle de la transformation publique
-
Secrétaire général adjoint de la présidence de la République française (d)
janvier -
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (41 ans)
BordeauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique

Thomas Cazenave, né le à Bordeaux, est un haut fonctionnaire et homme politique français.

Inspecteur des finances, il est cadre à Orange France et à Pôle Emploi avant de devenir directeur adjoint de cabinet d'Emmanuel Macron au ministère de l’Économie, puis directeur de cabinet du secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue. De décembre 2016 à juin 2017, il est secrétaire général adjoint de la présidence de la République. De novembre 2017 à novembre 2019, il occupe le poste de délégué interministériel à la transformation publique.

Il est tête de liste de La République en marche aux élections municipales de 2020 à Bordeaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Thomas Cazenave est né le 6 mars 1978 à Bordeaux[1], d’une mère secrétaire de direction et d’un père travaillant au Gaz de Bordeaux. Il vit avec sa compagne et ses deux enfants. L’ensemble de sa famille a toujours vécu dans la région bordelaise[2].

Études et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Il a fait l’ensemble de sa scolarité dans des établissements scolaires publics, d’abord à Floirac puis à Bordeaux, au lycée François Mauriac, dans le quartier de la Bastide. A la suite de l’obtention de son baccalauréat S, il poursuit ses études à l’Université Bordeaux IV. Il y suit un DEUG d’éco gestion en parallèle d’une classe préparatoire au Lycée Gustave Eiffel avant d’intégrer l’Ecole Normale Supérieure de Cachan en 1998[3]. Il est titulaire d’un master en analyse et politique économiques de l’école d’économie de Paris. Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris en 2004[4], il intègre l’Ecole nationale d’Administration en 2005 au sein de la promotion République (2005-2007).

Au cours de sa formation à l’ENA, il effectue un stage de 6 mois à la mairie de Bordeaux, au cabinet du maire, Hugues Martin à l’époque, qui assurait l’intérim d’Alain Juppé[5].

En sortant de sa promotion de l’ENA, il rejoint l’inspection générale des finances. Il est nommé rapporteur particulier pour la commission Attali sur la libération de la croissance[6]. Quelque temps plus tard, il devient numéro deux de la direction des Ressources humaines d'Orange France. Il épaule ensuite Jean Bassères au sein de Pôle Emploi en tant que directeur général adjoint jusqu’en décembre 2015[7].

En parallèle, il est enseignant à Paris I et à Sciences Po Paris où il co-dirige le master en management des politiques publiques jusqu'en 2016[8].

Au début de l’année 2016, il rejoint Emmanuel Macron au ministère de l’Économie, comme directeur adjoint de cabinet. Il devient ensuite directeur de cabinet du secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue, en septembre 2016[9]. Il remplace en décembre de la même année Boris Vallaud comme secrétaire général adjoint de la présidence de la République, sous le mandat de François Hollande[10],[11],[2].

Il est nommé en conseil des ministres du 22 novembre 2017, délégué interministériel à la transformation publique, placé sous l'autorité du Premier ministre, Edouard Philippe[12]. Il démissionne de son poste en novembre 2019 pour se consacrer aux élections municipales de 2020 à Bordeaux[13].

Tête de liste LREM pour les élections municipales de 2020 à Bordeaux[modifier | modifier le code]

Il est engagé depuis 2016 au sein d'En marche, devenu La République en marche (LREM), et à la tête du mouvement Renouveau Bordeaux[14]. En juillet 2019, il reçoit l’investiture de LREM pour les élections municipales de 2020[15]. Le 7 janvier 2020, il dévoile ses premières propositions[16].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Cet ouvrage souligne les enjeux et l’importance des nouvelles technologies dans la société dans laquelle nous évoluons. Ainsi, les deux auteurs défendent l’idée que cette révolution numérique entraînera notamment une personnalisation du service public ainsi qu’une place essentielle des citoyens dans la réflexion et la mise en place des actions publiques.

Distinction[modifier | modifier le code]

Par décret du Président de la République du 15 novembre 2018, il est nommé Chevalier de l’ordre national du mérite[21].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Cazenave Thomas », dans Fabien Cardoni, Nathalie Carré de Malberg, Michel Margairaz (dir.), Dictionnaire historique des inspecteurs des finances, 1801-2009, Paris, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2012 (lire en ligne).
  2. a et b « Municipales 2020 : Thomas Cazenave, un macroniste du premier cercle, candidat à Bordeaux », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2019)
  3. « http://www.aae.ens-cachan.fr/annu-online.php », sur www.aae.ens-cachan.fr (consulté le 14 juillet 2019)
  4. « l'Association des Sciences-Po - Fiche profil », sur www.sciences-po.asso.fr (consulté le 14 juillet 2019)
  5. « Avec Thomas Cazenave, En Marche semble tenir son candidat à Bordeaux », sur www.20minutes.fr (consulté le 14 juillet 2019)
  6. « Cazenave, le super techno investi par LREM pour conquérir Bordeaux », sur Challenges (consulté le 14 juillet 2019)
  7. « Le numéro 2 de Pôle emploi en partance pour le cabinet Macron », sur L'Opinion, (consulté le 14 juillet 2019)
  8. « Service public: quand l'État copie les start-up », sur LExpansion.com, (consulté le 14 juillet 2019)
  9. « Thomas Cazenave, le mécano de l’industrie à Bercy », sur L'Opinion, (consulté le 14 juillet 2019)
  10. « Landes : Boris Vallaud quitte le secrétariat général de l’Élysée », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  11. « Michel Yahiel quitte l’Elysée pour diriger France stratégie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2019)
  12. Décret du 22 novembre 2017 portant nomination du délégué interministériel à la transformation publique - M. CAZENAVE (Thomas) (lire en ligne)
  13. « Elections municipales à Bordeaux : la bataille du centre entre Nicolas Florian et Thomas Cazenave », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2020)
  14. « Vidéo. Bordeaux : Thomas Cazenave (LRM) lance "Renouveau Bordeaux" », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  15. « Mairie de Bordeaux : Thomas Cazenave reçoit l’investiture de La République en Marche », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  16. « Municipales à Bordeaux : Thomas Cazenave dévoile ses 10 premières propositions », sur France Bleu, (consulté le 20 janvier 2020)
  17. « L'Etat, la disparition ou la métamorphose », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  18. http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/service-public-quand-l-etat-copie-les-start-up_1797550.html.
  19. https://www.contrepoints.org/2016/07/19/260789-letat-mode-start-up.
  20. « Macron, Fillon, les libéralismes et le psyché française », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  21. Décret du 15 novembre 2018 portant promotion et nomination (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]