Annie Genevard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Genevard.
Annie Genevard
Annie Genevard palais Bourbon (2017).
Annie Genevard palais Bourbon (2017).
Fonctions
Vice-présidente de l'Assemblée nationale
En fonction depuis le
(2 mois et 14 jours)
Président François de Rugy
Législature XVe (Cinquième République)
Députée de la 5e circonscription du Doubs
En fonction depuis le
(5 ans, 7 mois et 1 jour)
Élection 17 juin 2012
Réélection 18 juin 2017
Législature XIVe et XVe
Groupe politique UMP, R-UMP puis LR
Prédécesseur Jean-Marie Binetruy
Secrétaire générale des Républicains
En fonction depuis le
(1 mois et 8 jours)
Prédécesseur Bernard Accoyer
Maire de Morteau

(15 ans, 1 mois et 1 jour)
Réélection 9 mars 2008
30 mars 2014
Prédécesseur Jean-Marie Binetruy
Successeur Cédric Bole
Présidente du syndicat mixte du Pays Horloger
En fonction depuis
(17 ans)
Présidente du Groupe UMP - NC - DVD
au Conseil régional de Franche-Comté
[1]
(1 an, 2 mois et 7 jours)
Prédécesseur Sylvie Vermeillet
Successeur Stéphane Kroemer
Conseillère régionale de Franche-Comté

(8 ans)
Président Raymond Forni
Marie-Guite Dufay
Adjointe au maire de Morteau

(7 ans et 1 jour)
Maire Jean-Marie Binetruy
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Nationalité française
Parti politique UMP puis LR
Mère Irène Tharin
Profession Professeur de lettres classiques

Annie Genevard, est une femme politique française, née le 7 septembre 1956 à Audincourt (Doubs). Membre des Républicains, elle est maire de Morteau entre 2002 et 2017, députée du Doubs depuis 2012 et vice-présidente de l'Assemblée nationale depuis 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Annie Genevard est professeur certifié de lettres classiques, en détachement. Elle est mariée et mère de deux enfants. Elle est également la fille d'Irène Tharin, ancienne députée de la 4e circonscription du Doubs (2002-2007), et maire de Seloncourt (1993 - 2015).

Maire de Morteau et députée du Doubs[modifier | modifier le code]

Élue aux élections municipales de 1995 et 2001 sur la liste de Jean-Marie Binetruy à Morteau, elle devient maire en 2002, fonction qu'elle renouvellera six ans plus tard avec 63 % des voix[2]. En 2008, elle est nommée membre du comité directeur et rapporteur de la commission culturelle de l'Association des maires de France (AMF).

À la suite du retrait du député sortant Jean-Marie Binetruy[3], Annie Genevard annonce alors sa candidature dans la cinquième circonscription du Doubs. Investie par l'UMP, elle doit néanmoins faire face à une dissidente à sa droite,Nathalie Bertin[4]. Le 10 juin 2012, à l'issue du premier tour Annie Genevard arrive en tête avec 40 % des voix, devant la socialiste Liliane Lucchesi (23 %) et la dissidente Nathalie Bertin (13 %)[5]. À l'issue du second tour, elle est élue députée avec 62,54 % des voix[6].

Annie Genevard se représente dans la cinquième circonscription du Doubs lors des élections législatives de juin 2017. Au premier tour, elle arrive en tête avec 38 % des voix, devant Sylvie Le Hir de La République En Marche (33 %), Jérémy Navion du Front National (10 %) et Martine Ludy de La France Insoumise (8 %). Elle est réélue pour un second mandat de députée le 18 juin 2017, avec 59 % des voix.

En raison du non-cumul des mandats pour les élus parlementaires, voté avec la loi de moralisation de la vie politique, elle quitte ses fonctions de maire de Morteau le 21 juillet 2017.

À partir du 1er octobre 2015, elle est secrétaire de l'Assemblée Nationale.

Le 7 novembre 2017, elle est élue vice-présidente de l'Assemblée nationale[7].

UMP et Les Républicains[modifier | modifier le code]

Le 12 décembre 2014, Nicolas Sarkozy, élu président de l'UMP, la nomme secrétaire nationale de l'UMP à l'animation des fédérations[8]. Nommée porte-parole des Républicains en septembre 2016[9], elle prend en charge la construction du projet « Éducation », dans le cadre de l'élaboration du programme à la présidentielle 2017. Elle soutient François Fillon pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[10] et pour l'élection présidentielle de 2017.

Le 29 novembre, après la victoire de François Fillon aux primaires de la droite et du centre, elle est nommée secrétaire générale adjointe des Républicains, en tandem avec Gérald Darmanin[11], puis avec Éric Ciotti, à la suite de la démission de Gérald Darmanin qui a rejoint le gouvernement Édouard Philippe comme ministre de l'Action et des Comptes publics.

Après la défaite de François Fillon au premier tour de l'élection présidentielle, Annie Genevard appelle sur sa page Facebook à voter pour Emmanuel Macron afin de faire barrage à Marine Le Pen[réf. nécessaire].

Elle parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel il est élu le président du parti[12]. Le 13 décembre de la même année, elle est nommée secrétaire générale des Républicains, poste dévolu à la gestion quotidienne du mouvement[13].

Engagements pour l'éducation et les affaires culturelles[modifier | modifier le code]

C'est en tant qu'adjointe à la culture de la commune de Morteau qu'Annie Genevard fait son entrée dans le monde politique[14].

Élue députée au sein du groupe UMP, Annie Genevard intègre la commission des affaires culturelles et de l'éducation de l’assemblée parlementaire. Elle est nommée membre du Conseil supérieur des programmes le 10 octobre 2013, instance dont elle démissionne en septembre 2015.

En 2016, elle rédige un rapport sur la polarisation budgétaire du Ministère de la culture, qui favorise les villes au détriment des communes de moins de 10 000 habitants - soit 97 % des communes de France et près de la moitié de la population française. Ces inégalités sont dues, selon elle, aux différences de vision entre la droite et la gauche : « La gauche met au-dessus de tout le spectacle vivant et les institutions labellisées, quand la droite est plus équilibrée dans ses choix, valorisant la culture rurale et le patrimoine. [...] La culture en milieu rural intéresse peu la gauche[14]. »

Décorations[modifier | modifier le code]

Le 10 avril 2009, sur proposition du Premier ministre, Annie Genevard est élevée au rang de chevalier de la Légion d'honneur[15].

Prise de positions[modifier | modifier le code]

Mariage unisexe (2013)[modifier | modifier le code]

Le 30 janvier 2013, Annie Genevard prononce à l'Assemblée nationale un discours contre la loi Taubira ouvrant le mariage au couple de même sexe : il faut « avoir un absolu respect » pour l'homosexualité, énonce-t-elle, rappelant son soutien au Pacs lors du vote de la loi instituant ce dernier. Si elle milite pour la reconnaissance de l'homosexualité et la condamnation de l'homophobie, elle refuse « l'homoparentalité » qu'induit la réalité du mariage et qui fait fi du droit de l'enfant : « L'enfant est pour moi trop absent de votre réflexion, et finalement du débat, alors qu'il aurait dû en constituer la priorité absolue. Ce que vous nous proposez est une mutation anthropologique [...] c'est une rupture de lien entre l'enfant et ses origines », déclare-t-elle à l'opposition[16].

Gens du voyage (2015)[modifier | modifier le code]

En octobre 2015, elle propose avec Yannick Moreau une loi visant à modifier les dispositions relatives à l’accueil et l’habitat des gens du voyage, afin de fournir des outils efficaces aux élus locaux « pour lutter contre les agissements délictueux commis par certains groupes de gens du voyage (occupations illicites, dégradation de biens publics, trouble à l’ordre public…)[17] ».

Les Républicains et La République en marche ! (2017)[modifier | modifier le code]

Après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, Annie Genevard se montre défavorable au projet d'une trentaine de députés Les Républicains et UDI (Les Constructifs) de mettre en place une opposition constructive, qui aiderait la majorité présidentielle pour voter certains projets de lois et s'opposerait à d'autres en cas de désaccord : « Il faut que nous pussions faire valoir notre projet pour la France. Il n'est certainement pas celui de Macron. Un candidat que nous avons combattu pendant toute la campagne et que nous allons continuer à combattre pendant les législatives[18] ».

La réserve parlementaire (2017)[modifier | modifier le code]

Lors des débats houleux à l'Assemblée Nationale sur la loi de moralisation de la vie politique, Annie Genevard a déclaré être opposée à la suppression de la réserve parlementaire « utile aux petites communes défavorisées », elle est favorable à la suppression des emplois familiaux même si elle déclare « qu'il ne faut pas faire d’amalgame entre emplois familiaux et emplois fictifs » mais que « la pression de l'opinion publique était telle qu'il n'était pas possible d'envisager le problème autrement[19],[20] ».

Mandats[modifier | modifier le code]

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

Mandat en cours[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil régional : Annie Genevard est la nouvelle présidente du groupe de droite
  2. Résultats du premier tour des municipales de 2008 à Morteau
  3. Législatives : Jean-Marie-Binetruy (UMP) ne se représente pas
  4. 5e circonscription : duel de femmes à droite dans le Haut-Doubs
  5. Doubs 5è: Annie Genevard (UMP) en ballottage avec 40,19 %
  6. Doubs-5: Annie Genevard (UMP) élue avec 62,54 % des suffrages
  7. Shahinez Benabed, « Marc Le Fur et Annie Genevard élus vice-présidents de l’Assemblée nationale », acteurspublics.com, (consulté le 9 novembre 2017)
  8. « Nominations », u-m-p.org, 12 décembre 2014.
  9. La députée des Ardennes Bérengère Poletti nommée porte-parole des Républicains
  10. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite: la liste des premiers soutiens parlementaires », lopinion.fr, 20 avril 2016.
  11. « Bureau politique du 29 novembre 2016 », republicains.fr, 29 novembre 2016.
  12. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.
  13. Bruno Jeudy, « Les Républicains - Qui est Annie Genevard, bras droit de Laurent Wauquiez ? », Paris Match, semaine du 21 au 27 décembre 2017, page 23.
  14. a et b Morgane Macé, « Annie Genevard, députée LR : « La culture en milieu rural intéresse peu la gauche » », sur Profession Spectacle,
  15. Annie Genevard élevée au grade de chevalier de la Légion d’honneur
  16. « Discours d'Annie Genevard à l'Assemblée Nationale contre le Mariage Pour Tous », sur Youtube,
  17. « Gens du voyage : Annie Genevard déplore le refus du gouvernement de débattre », sur macommune.info,
  18. David Malle et Florian Cazzola, « Annie Genevard (LR) "Être majoritaire à l'Assemblée et faire valoir notre projet" », sur France Bleu,
  19. « Suppression de la réserve parlementaire : Intervention d’Annie Genevard à l’Assemblée Nationale », sur pleinair.net,
  20. « Intervention d'Annie Genevard à l'Assemblée Nationale », sur Youtube,
  21. Composition du comité syndical du syndicat mixte du Pays Horloger

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :